Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:20

 

Prière "Notre Père" enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples

(cf. Évangile. Matthieu 6,9-13)

 

 

    IMGP2346

         Représentation de Jésus de Nazareth dans l'église de Gargilesse (France)

 

 

Abba ! Père !

"Voici donc comment vous devez prier :

 

 

Notre Père qui êtes aux Cieux !   (1)

 

Que votre Nom soit sanctifié,     (2)

Et que votre Règne survienne !   (3)

 

Que votre volonté soit faite        (4)

Sur la Terre tout comme au Ciel. (4')

 

Donnez-nous ce jour notre pain ! (5)

 

Et pardonnez-nous nos péchés,   (6)

Comme nous pardonnons aussi   (7)

À ceux qui sont nos débiteurs ;   (8)

 

 

Ne nous laissez pas à l'Épreuve,  (9)

Mais préservez-nous du Malin !   (10)

 

 

IMGP2059.JPG

 

 

 

Car c'est à vous que reviennent  (11)

Dans tous les siècles, le Règne,

(Et) la puissance, et la gloire.   (12)

 

C'est vrai, il en est bien ainsi,

Pour les siècles des siècles !"   (13)

 

 

 

 

 

 

In English (Le "Notre Père" en Anglais)

 

 

The prayer of Jesus Christus : the Lord's prayer

 

"Therefore, you should pray like this :

 

 

Our Father who are in the Heavens !  (1)

 

  May your Name be hallowed , (2)

May your Kingdom come ;  (3)

May your will be done  (4)

On Earth just as in Heaven.

 

Give us our bread this day ! (5)

And forgive us our sins,  (6)

As we forgive also  (7)

Those who are indebted to us.  (8)

 

Do not leave us to the Trial,  (9)

But guard us from the Evil one ! (10)

 

 

Because,  the Kingdom (and) the power,

And the glory belong to you for ever.  (12)

 

It is true, so it is ,

For ever and ever !  (13)

 

  —

En Español  (Le "Notre Père" en Espagnol)

 

La oración de Jesúcristo

 

 

Padre nuestro, que estaís en los Cielos !

 

Que sea sanctificado vuestro Nombre,

Y que sobrevenga vuestro Reino ;

Que sea hecha vuestra voluntad,

En la Tierra, al igual que en el Cielo.

 

Dadnos este día nuestro Pan !

Y perdonadnos nuestros pecados,

Como también nosotros perdonamos

A los que están nuestros deudores.

 

No nos dejéis [caer] a Prueba,  (9')

Sino  libradnos del Maligno !

 

 

Porque sujo que corresponde

En todos los siglos, el Reino,

(Y) la potencia, y la gloria.

 

Es cierto, así estás bien,

Por los siglos de los siglos.

 

(9')   No nos dejéis [entrar] a Prueba,

Pero preservadnos del Maligno.

 

 

  —

 

In Italiano (Le "Notre Père" en Italien)

 

Padre nostro, che siète ne Cieli !

 

(Che) sia sanctificado il vostro Nome,

E (che) il vostro Regno venga ;

(Che) la vuestra volontà sia fatta,

In erra, tutto come in Cielo.

 

Dateci quello giorno il nostro Pane !

E perdonàteci i nostri peccati,

Comme noi anchora perdoniàmo

Ad coeli che sono i nostri debitori.

 

E non lasciate [entrare] a Prova,

Ma preservàteci dal Maligno !

 

 

Perché a suo appartengo,

In tutti i secoli, il Regno,

Y la potènza, e la gloria.

 

C'è vero, egli ne è bene così,

Per gli secoli dei secoli.

 

 

In Deutch  (Le "Notre Père" en Allemand)

 

"Darum sollt ihr also beten" :

 

 Vater unser (welch) in den Himmel !

 

(möge) sei geheiligt Name dein,

Und (möge) eintretein Reich dein ;

(möge) geschehe Wille dein,

Auf die Erden, ganz wie im Himmel.

 

Gebt uns Brot unser diese tag !

 

Und vergebt uns unsere sünden,

Wie auch wir vergeben

In diejenigen unseren schuldnern.

 

Nicht laBt [eintreten] uns in Probe,

Sondern schützt uns der Böse !

 

 

Denn, das ist gehören,

In alle Ewigkeit, das Reich,

Und die Kraft, und die Berühmtheit.

 

Ist wahr, ist sehr so,

Von Ewigkeit zu Ewiggkeit.

 

  —

 

Português  (Le "Notre Père" en Portugais)

 

 

 

Pai nosso que estes em Céus !

 

(que) Seja sanctificado  o vosso Nome ;

E (que) sobrevenha o vosso Reino ;

(que) Seja feita a vossa vontade,

Na Terra tudo como no Céu.

 

Nos dai este dia o Pão nosso  !

Perdoai as nossos pecados,

Como nós perdoamos também

A estes (quem) somos os nossos devedores.

 

Não nos deixai [caer]

Mas nos preservai do Maligno !

 

 

Porque vós (que) pertemçam

Em todos os séculos, o Reino,

(E) o poder e a glória.

 

É verdade, é bem assim,

Por séculos e séculos.

 

 

La prière ‹ téfila › "Notre Père" ‹ Avinou › en Hébreu phonétique

version avec tutoiement (aucun vouvoiement en hébreu)

 

 

Avinou ché ba chamayim ! (1')

 

Yitqadach chémékha,   (2')

Vé tavo Malkhoutekha ;  (3')

Ye'aséh rétsonékha

Haarèts bara ka'asher ba chamayim.

 

Ten lanou hay(i)om èt léhemnou !

Vé selah lanou èt avéroténou,

Ka'acher lanou u'selah gam

La'asher ashemou lanou.

 

Véal téviénou lidé nissayon,

ki im hatsilénou min hara'a.

 

Ki lékha hamamlakha(h)

véhagvourah véhatiférèt

lé'olméy ‘olami(y)m amén.

 

(1') avinou = avynou

(2') yitqadach = yitqadech

(3') malkhoutekha = malkhoutékha

 

 

Le Notre père en Arabe phonétique :

(traduction en cours de vérification )

 

’Abânâ (a)lladhî fi as-samawât !

 

liyataqaddas smuka ,

liya'ti malukûtuka ;

litakun machî ‘atuka

kama (hîa) fi as-samâi kadhâlika ‘ala al'ardi .

 

a‘tina khubzana kula yawm !

wa-aghfir lana khatâyânâ ,

kamâ naghfiru nahnu aydan

  lilmudhinibîna ’ilaynâ .

wa (lâ) tudkhilnâ fi tajribatin (1),

lakin najjinâ mina al-chirrîri .

 

l’anna laka al-mulka wa-alqûwaha wa-allmajda ,

’ilâ al’anadi .

( ’âmîn).

 

(1) Il s'agit de "l'épreuve"  [al-mihna] et non la tentation"  [al-fitna]  

 

 

IMGP2397

 

 

 

Vitrail représentant Jésus de Nazareth dans l'église St-Pierre à Limoges (France)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) Cf. Isaïe 63,16 : "C'est toi, Éternel, qui est notre père qui, dès l'éternité, t'appelles notre sauveur."

Cf. Marc 11,25 : "(..) votre Père qui est dans les cieux (..)"

Cf. Qaddich 18 : "devant leur Père qui Est au ciel"

 

 

(2)  = Que votre saint Nom soit loué

 "sanctifié" traduit du grec "αγιασθη", de "αγιαζω" qui signifie "sanctifier", "consacrer comme saint"

"sanctifié" dans le sens d'attribuer au Nom un caractère sacré et le placer ainsi au dessus-de tout.

Cf. Isaïe 29,63 : "ils sanctifieront mon Nom"

Cf. Qaddich 1 : "Magnifié et sanctifié soit le Grand Nom"

"sanctifié" = glorifié = exalté = magnifié = loué = honoré

 

 

(3) ou "Que votre Règne soit à jamais"

Le mot araméen "Malkoutâ" signifie "règne", "royaume" ou "règle" ;

en grec "βασιλεια"(basileia), royauté, royaume.

Cf. Qaddich 3 : "et puisse-t-il établir son Royaume"

 

 

(4) = "que ta volonté se fasse"

"volonté" traduit du grec "θελημα"

Cf. Év. Matthieu 26,42 : "Mon Père (...) que ta volonté soit faite."

 

 

(4') = "comme au ciel, ainsi sur la terre"

 

 

(5) autrement dit : Donnez-nous aujourd'hui le pain / super-substantiel de notre âme

En effet, il s'agit du pain supersubstantiel qui nourrit l'âme. Cf. Év. Jean 6,32-33 : "(...) mon Père vous donne le vrai pain du ciel (...) celui qui donne la vie au monde"

 

 

(6) = Et pardonnez-nous nos offenses = Et effacez nos transgressions

"péchés" = offenses = transgressions = fautes

"péchés" traduit du grec "αμαρτíας" qui signifie aussi "fautes", "erreurs"

Cf. Év. Marc 11,25 : "(...) si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez,

afin que votre Père (..) vous pardonne aussi vos fautes."

Cf. Psaumes 25,18 : "(...) et pardonne tous mes péchés"

Cf. Tefillah schemoneh-esreh 1,6 : "(..) Dieu très-haut qui fait miséricorde (..) Pardonne-nous, ô notre Père, car nous avons péché ; pardonne-nous, ô notre Roi, nos transgressions, car tu es bon et tu pardonnes."

 

 

(7) = "Comme nous remettons aussi"

En effet, il convient de faire la distinction entre les fautes commises (les péchés commis) contre l'Éternel et les fautes (les offenses) commises contre son prochain. Le Miséricordieux, Celui qui fait miséricorde, efface les péchés ; la personne lésée (offensée) accorde formellement le pardon à son débiteur, en lui remettant les dettes.

Cf. Marc 11,25 : "(..) « faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père (..) vous pardonne aussi vos fautes »."

Cf. Matthieu 18,35 : "«(..) C'est ainsi que mon Père vous traitera, si  vous ne remettez pas les dettes de votre frère de tout votre cœur.»"

 

 

(8) = "À ceux qui nous ont offensés"

 

 

(9) autrement dit : "Ne nous laissez pas entrer dans l'épreuve"

Le mot "épreuve" est traduit de l'araméen "lenisyônâ", "lenesyewunnâ". (Cf. Peshitta, Mattai 6,12 ; Luqa 11,4)

Cette demande de Jésus est liée à la précédente.

Le verbe grec "εíσενεγκης" signifie "laisser entrer dans".

 

Cf. Épître Jacques 1,13 :"Que personne, lorsqu'il est éprouvé, ne dise : c'est Dieu qui me tente. Car, Dieu ne peut être tenté et il ne tente lui-même personne."

En conséquence, la traduction ne saurait être :"ne nous induisez pas en tentation" ou bien "ne nous soumettez pas à la tentation". Car le Seigneur Dieu n'est pas le Tentateur !

Dans cette dernière demande de Jésus adressée au "Père", ce n'est pas l'Éternel qui éprouve ou qui tente.

En effet, l'initiateur de "l'épreuve" est uniquement le Diable !

Cf. Év. Matthieu 26,41 ; Év. Marc 14,38 : "« Veillez et priez pour n'être pas mis à l'épreuve »"

 

 

(10) "Malin" = Mauvais = Satan = Diable.

de "beyissâ" en araméen (Cf. Peshitta, ibid)

du grec "πονηρóς", "le mauvais esprit", "le Démon", "le Diable" ; de "πονηρóν", "le mal"

"préservez" = "délivrez",  du grec "ρυσαι" , ou du verbe "ρúσιαζω", "arracher"

Cf. Év. Jean 17,15 : "« Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du Mauvais.»"

 

 

(11) "que reviennent" = qu'appartiennent

 

 

(12) Cf. Isaïe 42,12 : "Qu'on rende gloire à l’Éternel"

 

 

 

(13) = Pour les siècles et à jamais

Cf. Qaddich 18 : (..) et dites Amen"

Cf. Qaddich 9 : "à jamais et dans tous les temps des mondes."

 

 

Note sur le renvoi (5) : "le pain super-substantiel"

"Supersubstantiel" vient du latin "supersubstancialem" traduit du grec "επιοúσιον" (époussione) de "εpi- " préfixe grec augmentatif ou d'intensité, "très" ou "fort" et de "οúεωδης" qui signifie "essentiel", "substantiel" ; ce mot a été utilisé par Jérôme de Stridon, saint catholique et orthodoxe (saint Jérôme), dans sa traduction de la Vulgate.

                                                                                                                                                                                                                                            ↓                                                                                        IMGP2627

 

Extrait du Codex Sinaiticus

(manuscrit du IV e  siècle écrit en grec)

                                                                                               

"époussione" mot (ci-dessus en première ligne) qui figure uniquement dans les versets du "Notre Père" de Matthieu et de Luc, ne peut être traduit par "quotidianus", c'est-à-dire "quotidien" en français. De plus, ce mot ferait double emploi avec "ce jour" !

"(...) il dit pain, mais il l'appelle époussione, c'est-à-dire supersubstantiel. Ce n'est pas ce pain qui entre dans le corps, mais le pain de vie éternelle qui soutient la substance de nôtre âme. C'est pour cela qu'en grec, il est dit époussione."

(Cf. Ambroise de Milan (saint Jérôme), saint catholique et orthodoxe)

 

"demandons-lui que chaque jour il nous fournisse le pain qui doit entretenir la vie de nos âmes, le pain de sa grâce, ce pain supersubstantiel, pour me servir de l'expression même de l'évangile". (Cf. Louis Bourdaloue, Sermon du pere Boudaloue, (de la compagnie de Jésus), pour les dimanches. Tome second. Sermon pour le cinquième dimanche après pasques.  Sur la prière.)

 

"l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de ce qui sort de la bouche de l'Éternel" (Deutéronome 8,3)

 

Note sur le renvoi (9)

= Mais arrachez-nous à Satan = Mais arrachez-nous au Mauvais = Mais préservez-nous du Malin

= Mais délivrez-nous du Malin = Mais arrachez-nous au Malin.

 

Jésus, dans sa prière adressée à l'Éternel, demande que ses disciples puissent avoir la force de supporter l'épreuve, et qu'ils soient préservés de tout mal.

 

"Heureux l'homme qui supporte l'épreuve car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Que personne lorsqu'il est éprouvé ne dise ; «c'est Elohîms qui me tente» ; car Elohîms ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. (Cf. Épître Jacques 1,12-13)

 

 

 

 

IMGP2481

 

                       

 

 

Vitrail représentant Jésus de Nazareth dans l'église d'Eymet (France)

 

 

 

 

 

 

Observations :

 

1° La prière de Jésus de Nazareth enseignée à ses disciples comprend essentiellement des formules juives connues et d'usage en Israël.

Le lecteur pourra utilement s'en assurer - s'il souhaite avoir des preuves - en lisant dans la "tefillat ha’amida" (tefillat la‘hach) la prière des dix-huit bénédictions, en particulier les bénédictions une, deux, trois, six et neuf.

 

2° "N'appelez personne sur la terre [votre] "père" ;

car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux." (Év. Matthieu 23,9)

 

"«(..) tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir »" (Év. Marc 11,24)

 

"« Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez »" (Év. Matthieu 21,22)

 

 

 

IMGP2406

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"La prière fervente du juste a une grande efficacité" (Épître Jacques 5,16)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires sur la prière :

 

"(..) de chercher d'abord le Royaume de Dieu et sa justice, et de nous reposer de tout le reste sur sa providence, qui y pourvoira.

Demandons-lui selon l'ordre que le Fils de Dieu nous a prescrit, que son nom soit sanctifié, et que nous puissions contribuer nous-même à sa gloire par la sainteté de nos œuvres.

Que son règne arrive, et que dès ce monde il établisse son empire dans nos cœurs (..)

Que sa volonté soit faite dans le ciel et sur la terre, mais par-dessus tout qu'elle s'accomplisse en nous, et que nous lui soyons toujours soumis.

Que tout pécheurs que nous sommes, il jette sur nous un regard de miséricorde, et qu'il nous pardonne tant d'offenses dont nous devons nous reconnaître coupables, et pour lesquelles nous ne pouvons le satisfaire, s'il ne se relâche en notre faveur de la sévérité de ses jugements.

Demandons-lui qu'il nous défende des traits empoisonnés de l'esprit tentateur et des attaques de ce lion rugissant qui tourne sans cesse autour de nous pour nous surprendre ; qu'il nous défende des charmes trompeurs du monde et de ses prestiges, mais qu'il nous défende encore plus de nous-mêmes et de la malheureuse cupidité qui nous domine. Enfin qu'il nous préserve de tout mal ; (..) car, si nous sommes éclairés d'une sagesse solidement et vraiment chrétienne, voilà ou doivent tendre nos prières et à quoi elles doivent se réduire."

 

(Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdaloüe, (de la compagnie de Jésus),

pour les dimanches. Tome second. sermon pour le cinquième dimanche après pasques (pâques)

sur la prière — , p. 161-163. Lyon, MDCCXVI. avec privilège du Roy (1716)

 

 

L'Évangile réformé :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/les-enseignements-et-les-actes-de-jesus-de-nazareth.html

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

 

 

 

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la prière
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:19

 

Prière "Notre Père" enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples

(Cf. Évangile selon Matthieu 6,9-13)

 

        

Abba ! Père !

 

"Voici donc comment vous devez prier :

 

 

Notre Père qui es aux Cieux ! (1)

 

Que ton saint Nom soit révéré, (2)

Et que survienne  ton Règne ! (3)

Que ta volonté s'accomplisse (4)

Sur la Terre tout comme au Ciel. (4')

 

Donne-nous ce jour notre Pain ! (5)

Et pardonne-nous nos offenses, (6)

Comme nous pardonnons aussi (6')

À ceux qui sont nos débiteurs. (7)

 

Ne nous laisse pas à l'Épreuve, (8)

Mais délivre-nous du Mauvais.  (9)

 

 

 

IMGP2056.JPG

 

 

Car, c'est à toi que reviennent

Dans tous les siècles, le Règne,

Et la puissance, et la gloire. (10)

C'est vrai, il en est bien ainsi, (11)

Pour les siècles des siècles" (12)

 

 

Synthèse des textes araméens et grecs,

par Pascal Bourdaloue

 

    —

 

Le "notre Père" en Español  (Espagnol) :

 

La oración de Jesúcristo

 

 

Padre nuestro que estás en los Cielos ! (1)

 

(Que) sea sanctificado tu Nombre,  (2)

Y (que) sobrevenga tu Reino !  (3)

(Que) sea hecha tu voluntad, (4)

En la Tierra, al igual que en el Cielo !

 

Danos este día nuestro Pan !  (5)

Y perdonanos nuestras ofensas,  (6)

Como también nosotros perdonamos

A los que están nuestros deudores. (7)

 

No nos dejes [caer] a Prueba, (8)

Sino libranos del Maligno ! (9)

 

 

Porque tuyo que corresponde

En todos los siglos, el Reino,

Y el potencia, y la gloria.  (10)

 

Es cierto, así estás bien,  (11)

Por los siglos de los siglos. (12)

 

traduction Pascal Boudaloue

 

La prière ‹ téfilah› "notre Père"  אבינו ‹ Avinou › en hébreu phonétique

 

    

Avinou ché ba chamayim !  (1*)

 

Yitqadach chémékha,  (2) (2')

Vé tavo Malkhoutekha ;  (3)

Ye'aséh rétsonékha,  (4)

Haarets bara ka'asher ba chamayim.

 

Ten lanou  ha(i)yom èt léhemnou  !  (5)

Vé séla'h lanou èt ashmaténou , (6*)

Ka'acher ma'halnou gam

Ana'hnou la‘hayavéynou. (7)

 

Véal téviénou lidé nissayon, (8)

Ki im hatsilénou min hara'a ! (9)

 

 

Ki lékha hamamlakha(h),

Véhagvourah, véhatiféret, (10)

Lé‘olméy ‘olamim amén.

 

IMGP2639

 

Une version de אבינו <Avinou> (Notre Père) en caractères hébraïques, versets 9-13.

 

 

(1*) ‹ avinou › = ‹ avynou ›

(2') "Yitqadach(e)" = Yit(e)qadech ; "chémékha = shémékha

(3') malkhoutekha = malkhoutékha
     

 

Ci-dessous une version (incomplète) du  "notre Père" en Hébreu :

(en gros caractères)

 

 

verset  6,9


'אָבִינוּ   שֶׁבַּשָּׁמַיִם , יִתְקַדֵּשׁ שִׁמְךָ

 

chim(e)kha     yitqadech    ,       chemayim / ba / ché            Avinou

 

   ton Nom         sanctifié           Cieux  aux  qui                   ( Notre Père)

 

 

verset 6,10 (partiel)

 

תָּבוֹא   מַלְכוּתְךָ , יֵעָשֶׂה  רְצ וֹנְךָ

 

rétsonékha                     yé'aséh                     Malkhoutékha                           tavo

      

( ta volonté)              (soit faite) (se fasse)          (ton règne)                             (vienne)

 

                                                                                                 

 —

Le "notre Père" en Araméen contemporain

 

Chant du "Notre père" en araméen :

http://www.dailymotion.com/video/x2waxkl

 

Une version en araméen sans vocalisation :

 

ܗܟܢܐ ܗܟܝܠ ܨܠܘ ܐܢܬܘܢ ܐܒܘܢ ܕܒܫܡܝܐ ܢܬܩܕܫ ܫܡܟ

 

ܬܐܬܐ ܡܠܟܘܬܟ ܢܗܘܐ ܨܒܝܢܟ ܐܝܟܢܐ ܕܒܫܡܝܐ ܐܦ ܒܐܪܥܐ

 

 ܗܒ ܠܢ ܠܚܡܐ ܕܤܘܢܩܢܢ ܝܘܡܢܐ

 

ܘܫܒܘܩ ܠܢ ܚܘܒܝܢ ܐܝܟܢܐ ܕܐܦ ܚܢܢ ܫܒܩܢ ܠܚܝܒܝܢ

 

ܘܠܐ ܬܥܠܢ ܠܢܤܝܘܢܐ ܐܠܐ ܦܨܢ ܡܢ ܒܝܫܐ ܡܛܠ ܕܕܝܠܟ ܗܝ ܡܠܟܘܬܐ ܘܚܝܠܐ ܘܬܫܒܘܚܬܐ ܠܥܠܡ ܥܠܡܝܢ

 

Ci-dessous, le "notre Père" en Araméen (transcription phonétique) la langue de Yéchou'a.

Nota Bene : dans la vidéo placée en haut de page, le texte en araméen qui figure en haut de l'image est identique au texte araméen écrit ci-dessus, à l'exception du dernier mot  ‹ amiyn ›. Mais des erreurs figurent dans la transcription phonétique située an bas des images vidéo !

En revanche de très belles sonorités qu'elles soient instrumentales ou vocales ! Notez bien cependant que l'araméen présente de nombreuses variantes dans la vocalisation, comme vous pourrez le constatez  (voir les renvois) dans une transcription que je propose à votre lecture :

 

’aboun d-bachmaya (1)

 

nètqadach chmakh (2)

ti(ê)tè malkhoutakh (2')

nèhwè tsèbyanakh ’aykhana d-bachmaya ap ba-ar‘a

 

hav lan la’hma d(é)-sounqanan yawmana (3)

wachbouq lan ’hawbayn (wathahayn) (4)

’aykhana d-’ap ’hnan chvaqn l-hayabayn

 

w-la ta’lan l(e)nesyouna (5)

ela patsan men biycha. (5')

 

doxologie :

 

mèthoul d-diylakh (hi) malkhoutha

w-hayla w-t(h)echboutha

la‘alam ‘almiyn (amiyn) (6)

 

(1) = ‹ aboun dibéchmaya › = ‹ aboun débachmaya

(2) = ytqadach chémakh = nitqadach chimkha

(2') un [’ain) prononcé "ê" dans la vidéo

(3) ‹ hav › ou ‹ hab › qui signifie [apporte]

(4) ‹ wathahayn › [péchés]  ne figure pas dans le texte araméen ci-dessus, alors qu'il se trouve dans les paroles chantées de la vidéo.

(5) ‹ta‘lan› la traduction est ici  "nous (fais) entrer" ou "nous (fais) venir"

(5') [patsan] second mot de la cinquième ligne comprend un "ssadé" araméen (en milieu de mot) qui se prononce "ts"

  (6) [amiyn] a été ajouté dans la vidéo

 

IMGP2397

 

Vitrail représentant Jésus de Nazareth dans l'église St-Pierre à Limoges

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le "notre père" ‹ ’abânâ › en Arabe phonétique

    

(d'après la version Van Dyke -1856-)

 

 

 

’Abânâ alladhî fi as-samawât-i !

 

Liyataqaddas ismuka,

Liya’ti malukûtuka !

Litakun machî 'atuka

Kama (hîa) fi as-samâ’i kadhâlika ‘ala al’ardi .

 

A‘tinâ  khubzana  kula yawm !

Wa-aghfir lanâ dhunûbanâ ,

  Kamâ naghfiru nahru aydan

Lilmudhnibîna ’ilaynâ.

 

(Wa) lâ tudkilnâ fî tajribatin (1)

Lakin najjinâ mina al-chirrîri !

 

L’ anna laka almulka wa-alqûwata wa-almajda ,

’ilâ' al’anadi .

 [ ’âmîn .]

 

(1) Il s'agit de "l'épreuve"  [al-mihna] et non la tentation"  [al-fitna]

 

transcription Pascal Bourdaloue (texte en cours de vérification)

 

 

Le "notre Père"  أَبَانَا en Arabe

 

 

فَصَلُّوا أَنْتُمْ مِثْلَ هَذِهِ الصَّلاَةِ

 

أَبَانَا الَّذِي فِي السَّمَاوَاتِ، لِيَتَقَدَّسِ اسْمُكَ

لِيَأْتِ مَلَكُوتُكَ لِتَكُنْ مَشِيئَتُكَ عَلَى الأَرْضِ كَمَا هِيَ فِي السَّمَاءِ

خُبْزَنَا كَفَافَنَا أَعْطِنَا الْيَوْمَ

وَاغْفِرْ لَنَا ذُنُوبَنَا، كَمَا نَغْفِرُ نَحْنُ لِلْمُذْنِبِينَ إِلَيْنَا

 

 

وَلاَ تُدْخِلْنَا فِي تَجْرِبَةٍ، لَكِنْ نَجِّنَا مِنَ الشِّرِّيرِ

 

  
 doxologie

  
فَلَكَ المَلَكُوتُ وَ الجَبَرُوتُ وَ المَجْدُ أَبَداً

 

 

 

Une autre version du "notre Père" en Arabe :

 

 

فَصَلُّوا أَنْتُمْ مِثْلَ هَذِهِ الصَّلاَةِ:

 

 

 أَبَانَا الَّذِي فِي السَّمَاوَاتِ  لِيَتَقَدَّسِ اسْمُكَ

 

 

لِيَأْتِ مَلَكُوتُكَ! لِتَكُنْ مَشِيئَتُكَ عَلَى الأَرْضِ كَمَا هِيَ فِي السَّمَاءِ

 

 

خُبْزَنَا كَفَافَنَا أَعْطِنَا الْيَوْمَ

 

 

 

 

IMGP2658

 

Extrait de l'Évangile selon Matthieu, Bible Turque, écrite en Arabe, qui fut utilisée dans l'ancien Empire Ottoman.

 

 

IMGP2660

 

Extrait de l'Évangile selon Matthieu, idem

 

 

Le "notre père" en italien (Italiano)

 

 

Padre nostro, che sei ne Cieli !

Sia sancticato il tuo Nome,

E il tuo Regno venga  !

La tua volontà si compia,

In Terra  tutto come in Cielo.

Daci oggi il nostro Pane !

E perdonici i nostri ofensi,

Come noi anchora perdoniamo

Ad  coeli che sono nostri debitori.

E non lasci [perderer] a Prova

Ma liberaci dal Maligno !

 

 

Perché a te appartengono,

In tutti i secoli, il Regno,

E la potenza, e la gloria.

C'è vero, [egli] ne è bene così,

Per gli secoli dei secoli.

 

traduction Pascal Bourdaloue

 

 

Le "notre Père" en allemand (Deutsch)

(vérification de la traduction en cours)

 

"Darum sollt ihr also beten" :

 

Die Gebet Jesus Christus

 

Unser Vater [welch) in den Himmel !

 

(möge) Sich geheiligt Name dein,

Und (möge) entrete ein Reich dein ;

(möge) geschehe wille dein,

Auf die Erden, ganz wie im Himmel.

 

Gebt uns Brot unser diese tag !

Und vergib uns unsere sünden,

Wie auch wir vergeben auch

In diejenigen unseren schuldnern.

 

Nicht lasse [fallen] uns in Probe,

Sondern erlös uns der Böse.

 

 

Denn, dein ist,

In Ewigkeit, das Reich

(Und) die kraft, und die Berûhmtheit.

 

Its wahr, its sehr so,

Von Ewigkeit zu Ewigkeit.

 

traduction Pascal Bourdaloue

 

Le "notre Père en anglais (English)

 

The prayer of Jesus Christus : the Lord's prayer

 

 

Our Father who are in the Heavens !

 

May your holy Name be revered,

May your Kingdom happen ;

May your will be done,

On Earth just as in Heaven.

 

Give us our Bread this day !

And forgive us our offenses,  (6')

As we forgive also

Those who are our debtors.

 

Do not leave us to the Trial,

But deliver us from the Evil one !

 

 

Because, the Kingdom (and) the power,

And the glory belong to you for ever.

 

It is true, so it is,

Forever and ever.

 

(6') "forgive" = "remit"

 

traduction Pascal Bourdaloue

 

Le "Notre Père" en portugais (Português)

 

 

Pai nosso que estás em Céus !

(que) Seja sanctificado  o vosso Nome,

E (que) sobrevenga o vosso Reino ;

(que) Seja feita a vossa vontade,

Na Terra tudo como no Céu.

 

Nos dai este dia o Pão nosso   !

Perdoe as nossas ofensas,

Como nós perdoamos também

A estes (quem) somos os nossos devedores.

 

Nâo nos deixei [cair],

Mas livra-nos do Maligno !

 

 

Porque teu (que) pertençam

Em todos os séculos, o Reino

(E) o poder, e a gloria.

 

É verdade, é bem assim,

Por séculos e séculos.

 

traduction Pascal Bourdaloue

  —

 

 

(1) Cf. Matthieu 16,17 ; 18,10.19 : "«(..) mon Père qui est dans les cieux.»"

Cf. Qaddich 18 : "devant leur Père qui est au ciel, (..)"

(1*) Chamayim, cieux, de l'araméen "Shamayin".

 

(2) = Que ton Nom soit sanctifié

célébré = honoré = glorifié = magnifié = exalté = loué

traduit du grec "αγιασθη", de "αγιαζω" qui signifie "sanctifier", "consacrer comme saint".

"sanctifié" dans le sens d'attribuer au Nom un caractère sacré et le placer ainsi au-dessus de tout.

Cf. Qaddich 1 : "Magnifié et sanctifié soit le Grand Nom"

 

(3) = Et à jamais que soit ton Règne !

= Que ton Règne soit éternel = Fais venir ton Règne à jamais

"à jamais" = maintenu (pour toujours)

"Règne" traduit de l'araméen "Malkoutâ" (mal-ku-tha) qui signifie aussi "Royaume", "Règle"

et du grec "βασιλε(ι)α" (basileia), royauté, royaume.

Cf. Qaddich  3 : "et puisse-t-il établir son Royaume"

 

(4) = "Et que ta volonté soit faite"

= "Et que ta volonté se fasse"

"volonté" traduit du grec "θελημα"

Cf. Matthieu 26,42 : "« Mon Père (...) que ta volonté soit faite »"

Cf. Qaddich 2 : "dans le monde qu'Il a créé selon Sa volonté"

Cf. Prière (juive) du matin : "(..) telle puisse être ta volonté, Seigneur (..)"

 

(4') = "comme au ciel, ainsi sur la terre"

 

(5) Autrement dit : "Donne-nous aujourd'hui le pain / supersubstantiel de notre âme

En effet, il s'agit du pain supersubstantiel qui nourrit l'âme. Cf. Év. Jean 6,32 : "(...) mon Père vous donne le vrai pain du ciel (...) celui qui donne la vie au monde"

 

(6)= Et efface nos transgressions

"offenses" traduit du grec "óφειληματα"

offenses = transgressions = fautes = péchés

Cf. Év. Marc 11,25 : "«(...) si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez,

afin que votre Père (...) vous pardonne aussi vos fautes.»"

Cf. prière Ahavah Rabba : "(..) notre Père ! Père de miséricorde, le Miséricordieux ! Aie pitié de nous !

Cf. Tefillah schemoneh-esreh 1,6 : "(..) Dieu très-haut qui fait miséricorde (..) Pardonne-nous, ô notre Père, car nous avons péché ; pardonne-nous, ô notre Roi, nos transgressions, car tu es bon et tu pardonnes".

 

(6*) pesha = ashmaténou

 

(6') = Comme nous remettons aussi

En effet, il convient de faire la distinction entre les fautes (transgressions) commises contre l'Éternel et les fautes (offenses) commises contre son prochain. L'Éternel, le Miséricordieux, Celui qui fait miséricorde, pardonne les péchés.

Quant à la personne lésée, celle-ci accorde formellement son pardon à son débiteur en lui remettant les dettes.

 

(7) = À ceux qui nous ont offensés

 

 

(8) Autrement dit "Ne nous laisse pas entrer dans l'Épreuve"

le mot "épreuve" est traduit de l'araméen "lenisyônâ","lenesyewunnâ" (Cf. Peshitta, Mattai 6,12 ; Luqa 11,4)

Cette demande de Jésus est liée à la précédente.

Le verbe grec "εíσενεγκης" signifie "laisser entrer dans".

 

En effet, "Délivre-nous et pardonne nos péchés, à cause de ton Nom !" (Cf. Psaumes 79,9)

Cf. Épître Jacques 1,13 : "Que personne, lorsqu'il est éprouvé, ne dise : c'est Dieu qui me tente.

Car, Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne"

En conséquence, la traduction ne saurait être "ne nous induis pas en tentation"

ou bien "ne nous soumettez pas à la tentation". Car le Seigneur Dieu n'est pas le Tentateur !

Dans cette dernière demande de Jésus adressée au "Père", ce n'est pas l'Éternel qui éprouve ou qui tente.

En effet, l'initiateur de "l'épreuve" est le Diable !

Cf. Év. Matthieu 26,41 ; Év. Marc 14,38 : "« Veillez et priez pour n'être pas mis à l'épreuve »"

 

 

(9) = "Mauvais" = Malin = Satan = Diable

 traduit de l'araméen  "beiyissâ" (Cf. Peshitta, ibid)

En grec "πουηρóς", le mauvais esprit, le Démon, le Diable et "πουηρóν, le mal

"Délivre" traduit du grec "ρυσαι" et "ρúσιαζω", "arracher"

Cf. Év. Jean 17,15 : "«je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du Mauvais.»"

 

 

(10) Cf. Isaïe 42,12 : "Qu'on rende gloire à l'Éternel (...)"

 

 

(11) Cf. Qaddich 18 : (..) et dites Amen.

 

(12) = Pour les siècles et à jamais

Cf. Qaddich 9 : "à jamais et dans tous les temps des mondes"

 

 

Note sur le renvoi (5) : "le pain supersubstanciel"

"supersubstanciel" vient du latin "supersubstantialem" traduit du grec "επιουσιον"   "épi/oussione" de "εpi-" préfixe augmentatif ou d'intensité, "très"ou "fort" et "οúεωδης" "essentiel", "substantiel" ; ce mot a été utilisé par Jérôme de Stridon, saint catholique et orthodoxe (saint Jérôme), dans sa traduction latine de la Vulgate: Panem nostrum supersubstantialem da nobis hodie"

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

IMGP2627

                                                                                                         

 

 

Extrait du Codex Sinaîticus (manuscrit du IVème siècle écrit en grec)

 

 

 

 

 

 

 

"époussione", ce mot (ci-dessus en première ligne) qui figure uniquement dans les versets du "Notre Père" de Matthieu et de Luc, ne peut être traduit en latin par "quodidianus" !

En effet, "(...) il dit pain, mais il l'appelle époussione, c'est-à-dire supersubtantiel. Ce n'est pas ce pain qui entre dans le corps, mais ce pain de la vie éternelle qui soutient la substance de notre âme. C'est pour cela qu'en grec, il est dit époussione." (Cf. Ambroise de Milan (saint Ambroise), saint catholique et orthodoxe)

 

Et "Demandons-lui que chaque jour il nous fournisse le pain qui doit entretenir la vie de nos âmes, le pain de sa grâce, ce pain supersubstantiel, pour me servir de l'expression même de l'évangile." (Louis Bourdaloue, Sermons du pere Boudaloue, de la compagnie de Jésus, pour les dimanches. Tome second. Sermon sur le cinquième dimanche après pasques (pâques). Sur la prière. p.162. Lyon MDDXVI (1716)

 

Ainsi, "l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de ce qui sort de la bouche de l'Éternel" (Deutéronome 8,3)

 

 

Note sur le renvoi (9)

= "Mais arrache-nous à Satan" = "Mais délivre-nous du Malin" = "Mais préserve-nous du Mauvais"

 

Jésus, dans sa prière adressée à l'Éternel, demande que ses disciples puissent avoir la force de supporter l'épreuve, et qu'ils soient préserver de tout mal !

 

"Heureux l'homme qui supporte l'épreuve ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Que personne lorsqu'il est éprouvé ne dise : «c'est Elohîms qui me tente.» Car Elohîms ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne." (Cf. Épître Jacques 1,12-13)

 

 

                                         

Observations :

 

1° La prière enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples comprend essentiellement des formules juives déjà connues et d'usage en Israël.

Le lecteur pourra utilement s'en assurer  -s'il souhaite avoir des preuves - en lisant dans la "tefillat ha’amida" ("tefillat la‘hach) la prière des dix-huit bénédictions, en particulier les bénédictions une, deux, trois, six et neuf.

 

2° "« N'appelez personne, sur la terre, [votre] "père"  ;

car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.»"  (Év. Matthieu 23,9)

 

 

 

IMGP2335

 

       

 

 

Vitrail représentant l'apôtre Matthieu dans l'église d'Argenton-sur-Creuse (France)

 

 

 

 

 

 

 

"(..) le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. (..) quiconque parlera contre le Saint-Esprit (a), il ne lui sera pardonné (..)" (Év. Matthieu 12,31-32)

 

 

(a)  le souffle sacré.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires sur la prière ;

 

"(..) chercher d'abord le Royaume de Dieu et sa justice, et de nous reposer de tout le reste sur sa providence, qui y pourvoira.

Demandons-lui selon l'ordre que le Fils de Dieu nous a prescrit, que son nom soit sanctifié, et que nous puissions contribuer nous-même à sa gloire par la sainteté de nos œuvres.

Que son règne arrive, et que dès ce monde il établisse son empire dans nos cœurs (..)

Que sa volonté soit faite dans le ciel et sur la terre, mais par-dessus tout qu'elle s'accomplisse en nous, et que nous lui soyons toujours soumis.

(..) Que tout pécheurs que nous sommes, il jette un regard de miséricorde, et qu'il nous pardonne tant d'offenses dont nous devons nous reconnoître coupables, et pour lesquelles nous ne pouvons le satisfaire, s'il ne se relâche en notre faveur de la sévérité de ses jugements.

Demandons lui qu'il nous défende des traits empoisonnés de l'esprit tentateur et des attaques de ce lion rugissant qui tourne sans cesse autour de nous pour nous surprendre ; qu'il nous défende des charmes trompeurs du monde et de ses prestiges, mais qu'il nous défende encore plus de nous-même et de la malheureuse cupidité qui nous domine.

Enfin demandons-lui qu'il nous préserve de tout mal (..)

Car si nous sommes éclairés d'une sagesse solidement et vraiment chrétienne, voilà où doivent tendre nos prieres, et à quoi elles doivent se réduire."

 

(Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdaloue, (de la compagnie de Jésus), pour les dimanches. Tome second. Sermon pour le cinquième dimanche après pasques (pâques) — sur la prière — , p.161-163. Lyon, MDCCXVI. avec privilege du Roy (1716).

 

 

L'Évangile réformé :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/les-enseignements-et-les-actes-de-jesus-de-nazareth.html

 

 

Article en cours de rédaction par Pascal Bourdaloue

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la prière
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:18

 

La prière "Notre Père" enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples

(Cf. Évangile selon Matthieu 6,9-13)

 

 

    IMGP2346

 

   Représentation de Jésus de Nazareth dans l'église de Gargilesse (France)

 

 

 

 

Traduction en français du "Notre Père" (travail de synthèse effectué d'après les textes en araméen et en grec) :

 

Abba ! Père !

"Voici donc comment vous devez prier :

 

 

Notre Père qui es aux Cieux !       (1)

Que ton saint Nom soit révéré,     (2)

Et que survienne  ton Règne !       (3)

Que ta volonté s'accomplisse        (4)

Sur la Terre tout comme au Ciel.  (4')

 

Donne-nous ce jour notre Pain !   (5)

Et pardonne-nous nos offenses,   (6)

Comme nous pardonnons aussi    (6')

À ceux qui sont nos débiteurs.     (7)

 

Ne nous laisse pas à l'Épreuve,    (8)

Mais délivre-nous du Mauvais.    (9)

 

 

 

IMGP2056.JPG

 

 

Car, c'est à toi que reviennent

Dans tous les siècles, le Règne,

Et la puissance, et la gloire.   (10)

C'est vrai, il en est bien ainsi, (11)

Pour les siècles des siècles"   (12)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Araméen  (une version de Matyah 6,9-13)

(lire de gauche à droite le texte en araméen contemporain)

 

ܗܟܢܐ ܗܟܝܠ ܨܠܘ ܐܢܬܘܢ ܐܒܘܢ ܕܒܫܡܝܐ ܢܬܩܕܫ ܫܡܟ

 

ܬܐܬܐ ܡܠܟܘܬܟ ܢܗܘܐ ܨܒܝܢܟ ܐܝܟܢܐ ܕܒܫܡܝܐ ܐܦ ܒܐܪܥܐ

 

ܗܒ ܠܢ ܠܚܡܐ ܕܤܘܢܩܢܢ ܝܘܡܢܐ

 

 

ܘܫܒܘܩ ܠܢ ܚܘܒܝܢ ܐܝܟܢܐ ܕܐܦ ܚܢܢ ܫܒܩܢ ܠܚܝܒܝܢ

 

ܘܠܐ ܬܥܠܢ ܠܢܤܝܘܢܐ ܐܠܐ ܦܨܢ ܡܢ ܒܝܫܐ ܡܛܠ ܕܕܝܠܟ ܗܝ ܡܠܟܘܬܐ ܘܚܝܠܐ ܘܬܫܒܘܚܬܐ ܠܥܠܡ ܥܠܡܝܢ

 

 transcription phonétique :

 

’aboun dé-bachmaya

nètqadach chémakh

ti’(ê)tè malkhoutakh

nè(h)wè tsèbyanak ’aykhana d-bachmaya ’ap ba -ar’a

hav lan la’hma d-sounqanan yawmana

wachbouq lan ’hawbayn ’aykhana d-ap ’hnan chvaqn l-’hayabayn

w-la ta’lan lnesyouna

ela patsan men biycha

 

mèthoul d-diylakh(i) hi malk(h)outha

w-hayla w-t(h)echbouhta

la‘alam ‘almiyn

 

Merci de voir mes commentaires dans l'article plus détaillé "Our father..."

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-priere-de-jesus-christ-version-classique-du-tutoiement-61368269.html

 

 

                               —

 

 

Le "Notre Père" en Espagnol (en Español)

 

La oración de Jesúcristo

 

 

Padre nuestro que estás en los Cielos ! (1)

 

(Que) sea sanctificado tu Nombre,  (2)

Y (que) sobrevenga tu Reino !  (3)

(Que) sea hecha tu voluntad, (4)

En la Tierra, al igual que en el Cielo !

 

Danos este día nuestro Pan !  (5)

Y perdonanos nuestras ofensas,  (6)

Como también nosotros perdonamos

A los que están nuestros deudores. (7)

 

No nos dejes [caer] a Prueba, (8)

Sino libranos del Maligno ! (9)

 

 

Porque tuyo que corresponde

En todos los siglos, el Reino,

Y el potencia, y la gloria.  (10)

 

Es cierto, así estás bien,  (11)

Por los siglos de los siglos. (12)

 

 

 

  IMGP2489

 

Vitrail représentant l'apôtre Matthieu dans l'église St-Pierre à Gontaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La prière ‹ téfila› "notre Père" ‹ Avinou › en hébreu phonétique :

 

  Avinou ché ba chamayim !  (1*)

 

  Yitqadach chémékha,  (2) (2')

  Vé tavo Malkhoutekha ;  (3)

  Ye'aséh rétsonékha,  (4)

Haarèts bara kemo ba chamayim. (4')

 

Ten lanou  hay(i)om èt léhemnou  !  (5)

Vé séla'h lanou èt ashmaténou , (6*)

Ka'acher ma'halnou gam

Ana'hnou la‘hayavéynou. (7)

 

Véal téviénou nissayon, (8)

  Aval hatsilénou min hara'a ! (9)

 

 

Ki lékha hamamlakha(h),

Véhagvourah, véhatiféret, (10)

Lé‘olméy ‘olamim amén.

 

.

 

IMGP2639

 

Ci-dessus une version de <Avinou> (Notre Père) en caractères hébraïques avec vocalisation

 versets 9-13 Matyah. (lire de gauche à droite)

 

 

(2') "Yitqadach(e)" = Yit(e)qadech ; "chémékha = shémékha

(3') malkhoutekha = malkhoutékha

(4') = kémo bachamayim kèn haarets

= ka'asher (ca'achèr) bachamayim gam haarèts

(9) ou "ki im hatsilénou..

 

 

 

 Une autre version de Matyah 6,9-13 en Hébreu (sans vocalisation) :

 

  אבינו שבשמים יתקדש שמך

 

תבא מלכותך יעשה רצונך כמו בשמים כן בארץ

 

את לחם חקנו תן לנו היום

 

וסלח לנו את חבותינו כאשר סלחנו גם אנחנו לחיבינו

 

ואל תביאנו לידי נסיון כי אם חלצנו מן הרע כי לך הממלכה והגבורה

 

והתפארת לעולמי עולמים אמא  

 

והתפארת לעולמי עולמים אמא

 

Le "Notre Père" en Arabe

La traduction figure dans un autre article . Veuillez donc cliquer sur le lien suivant :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-priere-de-jesus-christ-version-classique-du-tutoiement-79919098.html

 

 

Le "Notre Père" en italien (Italiano)

 

 

 

Padre nostro, che sei ne Cieli !

 

 

Sia sancticato il tuo Nome,

E il tuo Regno venga  !

La tua volontà si compia,

In Terra  tutto come in Cielo.

 

Daci oggi il nostro Pane !

E perdonici i nostri ofensi,

Come noi anchora perdoniamo

Ad  coeli che sono nostri debitori.

 

E non lasci [perderer] a Prova

Ma liberaci dal Maligno !

 

 

  Perché a te appartengono,

In tutti i secoli, il Regno,

E la potenza, e la gloria.

 

C'è vero, [egli] ne è bene così,

Per gli secoli dei secoli.

 

 

 

Le "Notre Père" en allemand (Deutsch)

 

(traduction en cours de vérification)

 

"Darum sollt ihr also beten" :

Die Gebet Jesus Christus

 

 

Unser Vater [welch) in den Himmel !

 

(möge) Sei geheiligt Name dein, (1)

Und (möge) entrete ein Reich dein ;

(möge) geschehe wille dein,

Auf die Erden, ganz wie im Himmel.

 

Gib uns Brot unser diese tag !

Und vergib uns unsere sünden,

Wie auch wir vergeben auch

In diejenigen unseren schuldnern.

 

Nicht lasse [fallen] uns in Probe,

Sondern erlös uns der Böse.

 

 

Denn, dein ist,

In Ewigkeit, das Reich

(Und) die kraft, und die Berûhmtheit.

 

Its wahr, its sehr so,

Von Ewigkeit zu Ewigkeit.

 

 

 

English (Le "Notre Père" en anglais)

 

 

The prayer of Jesus Christus : the Lord's prayer

 

 

 

Our Father who are in the Heavens !

 

May your holy Name be revered,

May your Kingdom happen ;

May your will be done,

On Earth just as in Heaven.

 

Give us our Bread this day !

And forgive us our offenses,  (6')

As we forgive also

Those who are our debtors.

 

Do not leave us to the Trial,

But deliver us from the Evil one !

 

 

Because, the Kingdom (and) the power,

And the glory belong to you for ever.

 

It is true, so it is,

Forever and ever.

 

(6') "forgive" = "remit"

 

 

 

Português (Le "Notre Père" en Portugais)

 

 

 

Pai nosso que estás em Céus !

 

  (que) Seja sanctificado  o vosso Nome,

E (que) sobrevenga o vosso Reino ;

(que) Seja feita a vossa vontade,

Na Terra tudo como no Céu.

 

Nos dai este dia o Pão nosso   !

Perdoe as nossas ofensas,

Como nós perdoamos também

A estes (quem) somos os nossos devedores.

 

Nâo nos deixei [cair],

Mas livra-nos do Maligno !

 

 

Porque teu (que) pertençam

Em todos os séculos, o Reino

(E) o poder, e a gloria.

 

É verdade, é bem assim,

Por séculos e séculos.

 

 

  —

Notes :

 

(1) Cf. Matthieu 16,17 ; 18,10.19 : "«(..) mon Père qui est dans les cieux.»"

Cf. Marc 11,25 : "« (..) votre Père qui est dans les cieux (..)»"

Cf. Qaddich 18 : "devant leur Père qui est au ciel (..)"

(1*) Chamayim, cieux, de l'araméen "Shamayin".

 

(2) = Que ton Nom soit sanctifié

célébré = honoré = glorifié = magnifié = exalté = loué

traduit du grec "αγιασθη", de "αγιαζω" qui signifie "sanctifier", "consacrer comme saint".

"sanctifié" dans le sens d'attribuer au Nom un caractère sacré et le placer ainsi au-dessus de tout.

 Cf. Isaïe 29,63 : "Ils sanctifieront mon Nom"

Cf. Qaddich 1 : "Magnifié et sanctifié soit le Grand Nom"

 

 

(3) = Et à jamais que soit ton Règne !

= Que ton Règne soit éternel = Fais venir ton Règne à jamais

"à jamais" = maintenu (pour toujours)

"Règne" traduit de l'araméen "Malkoutâ" (mal-ku-tha) qui signifie aussi "Royaume", "Règle"

et du grec "βασιλε(ι)α" (basileia), royauté, royaume.

Cf. Qaddich 3 : "et puisse-t-il établir son Royaume"

Cf. Abdias 1,21 : "Et à l'Éternel appartiendra le Règne (la Royauté)"

 

 

(4) = "Et que ta volonté soit faite"

= "Et que ta volonté se fasse"

"volonté" traduit du grec "θελημα"

Cf. Matthieu 26,42 : "« Mon Père (...) que ta volonté soit faite »"

Cf. Qaddich 2 : "dans le monde qu'Il a créé selon Sa volonté"

Cf. Prière (juive) du matin :" (..) telle puisse être ta volonté, Seigneur."

 

(4') = "comme au ciel, ainsi sur la Terre"

 

(5) Autrement dit : "Donne-nous aujourd'hui le pain / supersubstantiel de notre âme

En effet, il s'agit du pain supersubstantiel qui nourrit l'âme. Cf. Év. Jean 6,32 : "(...) mon Père vous donne le vrai pain du ciel (...) celui qui donne la vie au monde"

 

(6)= Et efface nos transgressions

"offenses" traduit du grec "óφειληματα"

offenses = transgressions = fautes = péchés

Cf. Év. Marc 11,25 : "«(...) si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez,

afin que votre Père (...) vous pardonne aussi vos fautes.»"

Cf. prière ‹Avaha Rabba› : "(..) notre Père ! Père des miséricordes, le Miséricordieux ! Aie pitié de nous !"

Cf. Tefillah schemoneh-esreh, 1,6 : "(..) Dieu très haut qui fait miséricorde (..) Pardonne-nous, ô notre Père, car nous avons péché ; pardonne-nous, ô notre Roi, nos transgressions, car tu es bon et tu pardonnes".

 

(6*) pesha = ashmaténou

 

(6') = Comme nous remettons aussi

En effet, il convient de faire la distinction entre les fautes (transgressions) commises contre l'Éternel et les fautes (offenses) commises contre son prochain. L'Éternel, le Miséricordieux, Celui qui fait miséricorde, pardonne les péchés.

Quant à la personne lésée, celle-ci accorde formellement son pardon à son débiteur en lui remettant les dettes.

Cf. Marc 11,25 : "(..) si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père (..) vous pardonne aussi vos offenses."

Cf. Matthieu 5,7 : "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde."

Cf. Matthieu 18,35 : "« C'est ainsi que mon Père vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.»"

Cf. Marc 11,25 :" «(..) faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.»"

 

(7) = À ceux qui nous ont offensés

 

 

(8) Autrement dit "Ne nous laisse pas entrer dans l'Épreuve"

le mot "épreuve" est traduit de l'araméen "lenisyônâ","lenesyewunnâ" (Cf. Peshitta, Mattai 6,12 ; Luqa 11,4)

Cette demande de Jésus est liée à la précédente.

Le verbe grec "εíσενεγκης" signifie "laisser entrer dans".

 

En effet, "Délivre-nous et pardonne nos péchés, à cause de ton Nom !" (Cf. Psaumes 79,9)

Cf. Épître Jacques 1,13 : "Que personne, lorsqu'il est éprouvé, ne dise : c'est Dieu qui me tente.

Car, Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne".

En conséquence, la traduction ne saurait être "ne nous induis pas en tentation"

ou bien "ne nous soumettez pas à la tentation". Car le Seigneur Dieu n'est pas le Tentateur !

Dans cette dernière demande de Jésus adressée au "Père", ce n'est pas l'Éternel qui éprouve ou qui tente.

En effet, l'initiateur de "l'épreuve" est le Diable !

Cf. Év. Matthieu 26,41 ; Év. Marc 14,38 : "«Veillez et priez pour n'être pas mis à l'épreuve.»"

 

(9) = "Mauvais" = Malin = Satan = Diable

 traduit de l'araméen  "beiyissâ" (Cf. Peshitta, ibid)

En grec "πουηρóς", le mauvais esprit, le Démon, le Diable et "πουηρóν, le mal

"Délivre" traduit du grec "ρυσαι" et "ρúσιαζω", "arracher"

Cf. Év. Jean 17,15 : "«Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du Mauvais.»"

Cf. Isaïe 63, 1 : "«(..) C'est moi qui ai le pouvoir de délivrer »"

 

(10) Cf. Isaïe 42,12 : "Qu'on rende gloire à l'Éternel (...)"

Cf. Psaumes 40,14 : "Veuille me délivrer, ô Éternel !"

 

(11) Cf. Qaddich 18 : (..) et dites Amen.

 

(12) = Pour les siècles et à jamais

Cf. Qaddich 9 : "à jamais et dans tous les temps des mondes"

 

 

Note sur le renvoi (5) : "le pain supersubstanciel"

  "supersubstanciel" vient du latin "supersubstantialem" traduit du grec "επιουσιον"   "épi/oussione" de "εpi-" préfixe augmentatif ou d'intensité, "très"ou "fort" et "οúεωδης" "essentiel", "substantiel" ; ce mot a été utilisé par Jérôme de Stridon, saint catholique et orthodoxe (saint Jérôme), dans sa traduction latine de la Vulgate:    "Panem nostrum supersubstantialem da nobis hodie"

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

IMGP2627

 

                                                                                                

 

Extrait du Codex Sinaiticus (manuscrit du IVème siècle écrit en grec ancien)

 

 

"époussione" , ce mot qui figure uniquement dans les  versets du "Notre Père" de Matthieu et de Luc, ne peut être traduit en latin par "quodidianus" !

 

En effet, "(...) il dit pain, mais il l'appelle époussione, c'est-à-dire supersubtantiel. Ce n'est pas ce pain qui entre dans le corps, mais ce pain de la vie éternelle qui soutient la substance de notre âme. C'est pour cela qu'en grec, il est dit époussione." (Cf. Ambroise de Milan (saint Ambroise), saint catholique et orthodoxe)

 

Et "Demandons-lui que chaque jour il nous fournisse le pain qui doit entretenir la vie de nos âmes, le pain de sa grâce, ce pain supersubstantiel, pour me servir de l'expression même de l'évangile." (Louis Bourdaloue, Sermons du pere Boudaloue, de la compagnie de Jésus, pour les dimanches. Tome second. Sermon sur le cinquième dimanche après pasques (pâques). Sur la prière. p.162. Lyon MDDXVI (1716)

 

Ainsi "l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de ce qui sort de la bouche de l'Éternel" (Deutéronome 8,3)

 

 

Note sur le renvoi (9)

= "Mais arrache-nous à Satan" = "Mais délivre-nous du Malin" = "Mais préserve-nous du Mauvais"

 

Jésus, dans sa prière adressée à l'Éternel, demande que ses disciples puissent avoir la force de supporter l'épreuve, et qu'ils soient préserver de tout mal !

 

"Heureux l'homme qui supporte l'épreuve ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Que personne lorsqu'il est éprouvé ne dise : «c'est Elohîms qui me tente.» Car Elohîms ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne." (Cf. Épître Jacques 1,12-13)

 

 

 

IMGP2480

 

Vitrail dans l'église d'Eymet

 

 

 

 

Observations :

1° La prière enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples comprend essentiellement des formules juives déjà connues et d'usage en Israël.

Le lecteur pourra utilement s'en assurer -s'il souhaite avoir des preuves- en lisant dans la "tefillat ha‘amida" ("tefillat la’hach), la prière des dix-huit bénédictions, en particulier les bénédictions une, deux, trois, six et neuf.

 

2° "« N'appelez personne, sur la terre, [votre] "père"  ;

car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.»"  (Év. Matthieu 23,9)

 

 

IMGP2335

 

Vitrail représentant l'apôtre Matthieu dans l'église d'Argenton-sur-Creuse (France)

 

 

 

 

"«(..) tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.»" (Év. Matthieu 21, 22)

"«(..) tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir.»" (Év. Marc 11,24)

 

 

 

 

 

 

IMGP2315

 

 

 

 

 

 

Vitrail de la bergère Solange en prière dans l'église Notre-Dame à Châteauroux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu'il prie. (..) la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné." (Épître Jacques 5,13.15)

 

IMGP2406

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vitrail dans la chapelle d'Artiguet à Aixe-sur-Vienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires sur la prière :

 

"Quelle est donc grande la puissance de la Prière ! (..) je dis tout simplement au Bon Dieu ce que j'ai à lui dire (..) Pour moi, la prière, c'est un élan du coeur, c'est un simple regard jeté vers le ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie (..) ." (Soeur Thérèse de l'enfant-Jésus et de la sainte-Face, Histoire d'une âme, Manuscrit C 25 r-v )

"Ne nous lassons pas de prier, la Confiance fait des miracles" (Thérèse de Lisieux, Oeuvres complètes, Lettre 129)

 

"(..) chercher d'abord le Royaume de Dieu et sa justice, et de nous reposer de tout le reste sur sa providence, qui y pourvoira.

Demandons-lui selon l'ordre que le Fils de Dieu nous a prescrit, que son nom soit sanctifié, et que nous puissions contribuer nous-même à sa gloire par la sainteté de nos oeuvres.

Que son règne arrive, et que dès ce monde il établisse son empire dans nos coeurs (..)

Que sa volonté soit faite dans le ciel et sur la terre, mais par-dessus tout qu'elle s'accomplisse en nous, et que nous lui soyons toujours soumis.

(..) Que tout pécheurs que nous sommes, il jette un regard de miséricorde, et qu'il nous pardonne tant d'offenses dont nous devons nous reconnoître coupables, et pour lesquelles nous ne pouvons le satisfaire, s'il ne se relâche en notre faveur de la sévérité de ses jugements.

Demandons lui qu'il nous défende des traits empoisonnés de l'esprit tentateur et des attaques de ce lion rugissant qui tourne sans cesse autour de nous pour nous surprendre ; qu'il nous défende des charmes trompeurs du monde et de ses prestiges, mais qu'il nous défende encore plus de nous-même et de la malheureuse cupidité qui nous domine.

Enfin demandons-lui qu'il nous préserve de tout mal (..)

Car si nous sommes éclairés d'une sagesse solidement et vraiment chrétienne, voilà où doivent tendre nos prieres, et à quoi elles doivent se réduire."

 

(Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdaloue, (de la compagnie de Jésus), pour les dimanches. Tome second. Sermon pour le cinquième dimanche après pasques (pâques) — sur la prière — , p.161-163. Lyon, MDCCXVI. avec privilege du Roy (1716).

 

    IMGP2553

                             Représentation dans l'église de Lincarque (France)

 

 

"Et quand tu pries, ne fais pas comme les hypocrites, qui aiment à se tenir debout dans les synagogues (assemblées) et aux coins des places en se dressant (pour prier), afin d'être vus des hommes. Je vous le dis en vérité : ils reçoivent leur récompense."

Mais (toi), quand tu pries, entre dans ta cellule, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le (lieu) secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Et quand vous priez, ne palabrez pas comme les païens, car ils croient que c'est avec beaucoup de paroles qu'ils seront entendus."

Vous donc, ne leur ressemblez pas. Car votre père pénètre vos besoins avant même que vous le sollicitiez." (Év. Matthieu 9,5-8)

 

 

L'Évangile réformé :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/les-enseignements-et-les-actes-de-jesus-de-nazareth.html

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

 

  

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la prière
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:11

 

L'Annonciation

 

Annonce de la grossesse miraculeuse de Marie selon le récit légendaire relaté dans l'Évangile selon Luc.

Traduction en français des versets 18, 42, 46 à 50 du chapitre 1 du texte de Luc en araméen

 

 

 

 

IMGP2273

 

Vitrail de la cathédrale de Bourges 

 

 

 

IMGP2405

 

Vitrail dans la chapelle d'Artiguet à Aixe-sur-Vienne 

 

 

 

Salutation de l'ange Gabriel à Marie ,‹Miriâm› [maryam] de Galilée, mère de Jésus de Nazareth)

suivie des Paroles d'Élisabeth, cousine de Marie, mère de Jean (Le) Baptiste

et du Cantique de Marie

 

 

 

 

(l'ange)                         "Je te salue, comblée de grâce,

                                              Le Tout-Puisant est avec toi !" (1)

 

 (Elisabeth)                          "Tu es bénie entre les femmes   (2)

                                            Et, le fruit de ton sein, béni !"  (3)

 

(Marie)                      "Mon âme exalte le Seigneur ;

                                  Mon esprit se réjouit en Dieu

                                  Qui est celui qui me rachète,

                               Car il a jeté les yeux sur

                                   La bassesse de sa servante.

                                 Voici, désormais tous les âges

                                 M'appellerons bienheureuse ! Car,

                                   Le Tout-Puissant  a fait, pour moi,

                                    De grandes choses. Saint ! son Nom ;

                                  Sa miséricorde s'étend

                                      D'âge en âge, sur qui le craint."

 

 

 

IMGP3103

 

                  Marie et Élisabeth dans l'église Ste-Marie à Úbeda (Andalousie, Espagne)

 

 

IMGP3218

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie et Élisabeth dans la cathédrale de Valence (Espagne)

 

 

 

IMGP2478

 

Joseph et Marie, Anne et Joachim ses parents dans l'église d'Eymet (France) 

 

 

Textes de Luc 1,18.42.46-50, en araméen  :

 

 

ܫܠܳܡ ܠܶܟ݂ܝ ܡܰܠܝܰܬ݂ ܛܰܝܒ݁ܽܘܬ݂ܳܐ ܡܳܪܰܢ ܥܰܡܶܟ݂ܝ 

 

 ܘܰܩܥܳܬ݂ ܒ݁ܩܳܠܳܐ ܪܳܡܳܐ ܘܶܐܡܪܰܬ݂ ܠܡܰܪܝܰܡ

 ܡܒ݂ܰܪܰܟ݂ܬ݁ܳܐ ܐܰܢ݈ܬ݁ܝ ܒ݁ܢܶܫܶܐ ܘܰܡܒ݂ܰܪܰܟ݂ ܗ݈ܽܘ ܦ݁ܺܐܪܳܐ ܕ݁ܰܒ݂ܟ݂ܰܪܣܶܟ݂ܝ

 

ܘܶܐܡܪܰܬ݂ ܡܰܪܝܰܡ ܡܰܘܪܒ݂ܳܐ ܢܰܦ݂ܫܝ ܠܡܳܪܝܳܐ

ܘܚܶܕ݂ܝܰܬ݂ ܪܽܘܚܝ ܒ݁ܰܐܠܳܗܳܐ ܡܰܚܝܳܢܝ  

 ܕ݁ܚܳܪ ܒ݁ܡܽܘܟ݂ܳܟ݂ܳܐ ܕ݁ܰܐܡܬ݂ܶܗ

ܗܳܐ ܓ݁ܶܝܪ ܡܶܢ ܗܳܫܳܐ ܛܽܘܒ݂ܳܐ

 ܢܶܬ݁ܠܳܢ ܠܺܝ ܫܰܪܒ݁ܳܬ݂ܳܐ ܟ݁ܽܠܗܶܝܢ

 ܕ݁ܰܥܒ݂ܰܕ݂ ܠܘܳܬ݂ܝ ܪܰܘܪܒ݂ܳܬ݂ܳܐ ܗܰܘ

ܕ݁ܚܰܝܠܬ݂ܳܢ ܘܩܰܕ݁ܺܝܫ ܫܡܶܗ

ܘܰܚܢܳܢܶܗ ܠܕ݂ܳܪܶܐ ܘܫܰܪܒ݁ܳܬ݂ܳܐ

ܥܰܠ ܐܰܝܠܶܝܢ ܕ݁ܕ݂ܳܚܠܺܝܢ ܠܶܗ

 

 

Transcription en araméen phonétique :

 

chelam lekhy malyat taybouta maran ‘ameky

 

Waq‘at b(e)qala rama we’mrat l-maryam

m(e)barakhta ’antty bnéché wambarak hou pira dabkharsékhy

 

mawr(e)ba napchy l-marya

w’-hédyat rou’hy baalaha ma’hyany

d(e)har b(e)moukhakha daamtéh

 ha géyr mén hacha touba

nétlan liy charbata khoulhéyn

da‘(a)bad l(e)waty rawr(e)bata haw

 d’hayl(e)tan w-qaddiych chméh

wa’hnanéh l-daré w-charbata

‘al ayléyn d-da’hliyn léh

 

 

Références : (Cf. év. Luc 1,28.42.46-50)

 

                                     (1) Tout-Puissant = Seigneur Dieu     

      (2) entre = parmi

 Cf. expression utilisée dans la Torah, en Juges 5,24 : "Bénie soit-elle entre les femmes".

 (3) Cf. expression en Deutéronome 7,13 : "il bénira le fruit de ton sein et le fruit de ton sol".

 

 

IMGP3087

 

          Tableau de l'Annonciation dans la cathédrale de Baeza (Andalousie, Espagne) 

 

 

Observations :

 

On ne devrait en aucun cas dire dans la salutation récitée par l'église catholique : Marie, "mère de Dieu"; ce n'est pas biblique !

Aucune mention n'a été trouvée dans les textes de Luc écrits en araméen.

C'est lors du Concile d' Éphèse, en l'an 431, que Marie fut proclamée "mère de Dieu".

 

Yéchou'a (Jésus) aurait eu quatre frères (Cf. Marc 6, 3 ; 15, 40, Matthieu 13, 55) et des sœurs (Cf. Matthieu 13, 56)

"Voici ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit (Jésus) : «Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? (..) Car quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur et ma mère.»" (Cf. Marc 3, 32-33.35 ; voir aussi Mathieu 12, 50)

 

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

 

IMGP0548

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la prière
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 15:43

La prière de Pascal Boudaloue                                                                                                                                                                                  

 

IMGP2060

 

 

א ב ג ד ה ו ז

 

"Magnifié et sanctifié soit le grand Nom

  dans le monde qu'il a créé selon sa volonté

et puisse-t-il établir son Royaume".

   

(Qaddich « sanctification » 1-3)

 

 

 

        IMGP3125

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ﺍ ﺏ ﺝ  ﺩ ﺡ ﻭ ﺯ

 

"Louange à Dieu

qui a créé les cieux et la terre

et établi les ténèbres et la lumière."

(Coran 6, 1)

 

 

 

 

IMGP2562

 

 

 

 

        "Sois attentif à la prière

         et à la supplication de

         ton serviteur, Seigneur mon Dieu !"

                                                                          

         

 

 

 IMGP2056

 

α β γ δ ε ζ  η

                 
"Notre Père qui es aux Cieux !

                                                                               
  Que ton saint Nom soit révéré,                                                                                                     

Et que survienne ton Règne  !

 

Que  ta volonté s'accomplisse 

 

IMGP1657.JPG

 

Sur la Terre tout comme au Ciel !"

 

(Évangile Matthieu 6,9-10)

 

 

Chant du "Notre père" en araméen :

http://www.dailymotion.com/video/x2waxkl

 

 

 

IMGP2302

 

 

 

"Du fond de l'abîme je t'invoque, ô Éternel !

Seigneur, écoute ma voix !

Que tes oreilles soient attentives à la voix de mes supplications !

Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel,

Seigneur, qui pourrait subsister ?

Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu'on te craigne.

J'espère en l'Éternel, mon âme espère,

et j'attends sa promesse.

(Psaumes 130, 1-5)

 

 

 

 

 

 

 

 

"Envoie ta lumière et ta vérité : elles me guideront !

 

 

 

 

Commentaires sur la prière, par Louis Bourdaloue :

 

"Il n'est donc rien de plus efficace auprés de Dieu que la prière (..) il s'agit donc de vous apprendre à bien user du moyen de salut le plus puissant ; il s'agit de vous faire connaistre le secret inestimable & l'art tout divin de toucher le coeur de Dieu, & de faire descendre sur nous les plus précieux trésors de sa grace. Pour recevoir ce don de la prière, employons la prière  elle-même (..)

(..) C'est surtout de la nature des choses qu'on demande à Dieu, que dépend l'essence de la prière, et par conséquent son mérite, son efficace, sa vertu."

(Sermons du pere Bourdalouë de la Compagnie de Jésus. pour le Caresme. Tome premier. Seconde édition. — pour le jeudy de la premiére semaine.  sur la prière — p. 273.275. Lyon, DCCVIII.)

 

 

 

IMGP2532

 

 

 

"Ainsi nous prions comme ce malheureux Antiochus, dont la priere interessée ne put trouver grace devant Dieu ; (..) il prioit (..) et l'on ne peut douter qu'il priast (priât) avec toute l'ardeur possible ; mais il prioit en mondain, (..) car il ne demandoit pas à Dieu ni l'esprit de penitence, ni le don de pieté, ni le respect des choses saintes qu'il avoit prophanées, mais une santé qu'il preferoit à tout le reste & dont il estoit (était) idolastre ; (..) & c'est pour cela que le sein de la misericorde luy estoit fermé, (..) Voilà comment nous prions ; mais en vain, puisque le Fils de Dieu n'a jamais prétendu se faire garant de telles prieres (..). 

 

(..) ce n'est donc pas, chrestiens, qu'on ne puisse absolument demander à Dieu les biens temporels (..) demandons-les aprés avoir demandé d'abord & sur toute chose les biens spirituels ; demandons la benediction de Jacob & non celle d'Esaü." (Ibid, p. 285.288)

 

 

"(..) quelle est cette regle divine, selon laquelle le Fils de Dieu nous a ordonné de prier ?

La voicy : Cherchez, nous dit-il, avant toutes choses le Royaume de Dieu et sa justice, et rien ne vous manquera.

Demandez au Pere celeste la sanctification de son nom, l'avénement de son regne, l'accomplissement de sa volonté (..) et alors je vous seconderai. (..)

 (Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdalouë, de la Compagnie de Jésus, pour le caresme ;  Tome premier. seconde édition  — pour le jeudy de la premiére semaine. sur la priere — p. 287 -288, Lyon, MDCCVIII. Avec privilege du Roi (1708)

 

 

 

    IMGP2883 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"(..) je sais qu'outre la manière commune de prier (l'oraison commune ordinaire), en méditant la Loi de Dieu, en contemplant ses mystères, en se remplissant de sa crainte, en s'excitant à son amour, en le remerciant de ses grâces et son secours, qui est le genre d'oraison que pratiquoit David, et que les Saints, à son exemple, ont de tout temps pratiqué, il n'y en a un autre différent de celui-ci, où Dieu, par des impressions fortes, prévenant l'âme, en s'en rendant le maître, l'élève au-dessus d'elle-même (..)

(..) sous le nom d'oraison extraordinaire (l'oraison particulière et extraordinaire) (..).

Je veux, pour votre construction et pour votre édification, vous en faire connaître les abus ; et par là, encore une fois, j'en suppose donc pour les âmes prudentes et éclairées le bon usage possible. Je ne prétends pas même vous en faire voir les abus grossiers, tels que sont ceux qui, de nos jours, ont éclaté à la honte de la religion, et qui ont scandalisé toute l'Église. L'Église, animée d'un saint zèle, a pris soin elle-même de nous donner toute l'horreur que nous en devons avoir ; et après ce qu'elle a fait, en vain voudrois-je y rien ajouter, persuadé d'ailleurs, comme je le suis, que votre piété n'a nul besoin de ce remède.

Je parle d'abus moins scandaleux, mais toujours très pernicieux dans leurs conséquences, et d'autant plus à craindre qu'ils sont plus ordinaires, et qu'on les craint moins. Je parle de ces abus, où nous voyons tomber tant d'âmes chrétiennes, qui, abandonnant la voie de l'humilité et de la simplicité, se laissent emporter à suivre des voies plus hautes en apparence, mais fausses et trompeuses."(..)

 

Malheur que l'illustre Thérèse (Thérèse d'Avila) déplorait autrefois devant Dieu ; et si nous pouvons dire que Dieu l'avoit suscitée pour nous apprendre à nous en préserver, puisqu'il nous a donné dans sa personne l'idée de la plus sage et de la plus solide conduite.

 

(..) Car j'appelle oraison chimérique, celle dont l'Évangile ne nous parle point, et que Jésus-Christ ni saint Paul ne nous ont jamais enseignée : n'étant ni vraisemblable ni possible que, dans le dessein qu'il ont eu de nous apprendre toute perfection, ils nous eussent laissés dans une ignorance profonde de ce qui devoit, en matière d'oraison, être le plus haut degré de la perfection même."

(Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdaloüe, Tome second. pour le cinquième dimanche après Pasques (Pâques), sur la prière, p.164-165.167. Lyon, chez Anisson & et Posuel. MDCCXVI. avec privilege du Roi (1716) ) 

Les extraits reproduits ci-dessus ont été traduits du texte original en langue françoise.

 

 

 

IMGP2263.JPG

 

 

 

"(..)  Dieu n'est pas le dissipateur, mais le dispensateur de ses grâces ; et par conséquent il n'écoute pas sans distinction toute prière, mais une prière animée par la foi, une prière sanctifiée par l'humilité, une prière soutenue par la persévérance, une prière non des lèvres et de la bouche seulement, mais de l'esprit et du coeur : tout cela est incontestable, et tout cela est raisonnable. 

(..) Voilà, homme du monde, ce qui vous condamnera un jour : jugez-vous et écoutez-moi ! Vous êtes trop faible pour surmonter la passion qui vous domine et pour résister à la tentation et à l'habitude du honteux péché dont vous vous êtes fait esclave : je le sais et j'en gemis pour vous. Mais avez-vous bonne grâce de vous en prendre à votre faiblesse, tandis qu'il vous est aisé de pratiquer ce qui vous rendrait fort et invincible si vous vouliez y recourir ? Or tel est la vertu de la prière.

(..) vous êtes faible à l'excès ; mais vous ne l'êtes que parce que malheureusement vous quittez l'exercice de la prière ; car dans le dessein de Dieu, c'était la prière qui devait vous fortifier, qui devait vous fournir des armes, qui devait vous servir de bouclier pour repousser les attaques du démon.

 

(..) Il s'ensuit que le plus grand de tous les désordres, et en même temps de tous les malheurs, où puisse tomber l'homme chrétien, c'est d'abandonner la prière : pourquoi ? parce qu'abandonner la priere, c'est renoncer au plus essentiel et au plus irréparable de tous les moyens du salut. La prière est la dernière ressource qui nous reste : la quitter donc, c'est s'ôter à soi-même toute ressource. Tel est néanmoins le désordre du siècle.

(Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdaloüe, pour les dimanches. Tome second  — pour le cinquiéme dimanche aprés pâques : sur la priere  —  p. 140.151-152.155, Lyon, MDDXVI. Avec privilege du roi (1716)

Les extraits reproduits ci-dessus ont été traduits du texte original en langue françoise.

 

 

Notes sur la prière :

 

"Dieu daignera prêter une oreille plus particulièrement miséricordieuse à toute assemblée d'hommes réunis pour le prier." (Cf. Du Pape, suivi de l'Église GallicaneJoseph de Maistre, Tome premier, livre I, p. 15, publié par la Société Nationale, Bruxelles, 1838)

 

"Quiconque marche dans l'obscurité et manque de lumière, qu'il se confie dans le Nom de l'Éternel, et qu'il s'appuie sur son Dieu !" (Isaïe 50,10)

 

 

 

La véritable invocation doit s'adresser seulement au Seigneur...

 

Que Dieu vous accompagne !

 

 

IMGP2560

 

Do ,  , mi , fa , sol , la , si .

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

 

 

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la prière
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche