Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 22:31

Emmanuel Macron, talentueux banquier d'affaires chez Rothschild & Cie de septembre 2008 à mai 2012, ministre de l'Économie de 2014 à 2016 sous le quinquennat de François Hollande, qualifié au second tour de l'élection présidentielle 2017, favori du système bancaire, du grand patronat (1) et d'une partie du show-business (2), propulsé par les médias (presse et audiovisuel (3) ), chantre de la Communauté Économique Européenne, est le candidat qui suscite l'engouement d'une partie des français qui n'a pas conscience des intérêts privés et particuliers de l'élite qu'il défend en réalité aux dépens de l'intérêt général.

 

(1) Pierre Gattaz et le Medef, Laurence Parisot, présidente du Medef de 2005 à 2013, Antoine Frérot (Veolia), Michel-Edouard Leclerc (Leclerc), Tom Enders (Airbus) soutiennent le candidat "En marche".

http://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-valls-2/ex-banquier-d-affaires-proche-des-patrons-emmanuel-macron-est-il-de-gauche_678679.html

 

(2) Par exemple, Il a reçu le soutien appuyé d'une part de Renaud Séchan, dit Renaud, qui fut un "bouffeur de flics acharné" (a) au début de sa carrière d'auteur-compositeur-interprète, membre du comité de soutien pour la libération d'Yvan Colonna militant indépendantiste corse qui fut condamné à perpétuité en 2009 pour l'assassinat en relation avec une entreprise terroriste du préfet Claude Érignac, et d'autre part, parmi les exilés fiscaux, de l'acteur Daniel Farid Hamidou, dit Dany Boon, et de l'auteur-compositeur-interprète Françoise Hardy,

(a) "(..) Y'a même des flics qui me saluent, qui veulent que j'signe dans leurs calots. Moi, j'crache dedans, et j'crie bien haut qu'le bleu marine me fait gerber, qu'j'aime pas l'travail, la justice et l'armée. C'est pas d'main qu'on m'verra marcher avec les connards qui vont aux urnes (..) J'peux pas encaisser les drapeaux quoiqu'le noir soit le plus beau. La Marseillaise, même en reggae, ça m'a toujours fait dégueuler (..) Et votre République, moi, j'la tringle. Mais bordel ! Où c'est qu'j'ai mis mon flingue ? (..) J'fous plus les pieds dans une manif sans un nunchaku, un cocktail (..) plus de slogans face aux flicards, mais les fusils, des pavés, des grenades! (..) Mais faites gaffe ! J'ai mis la main sur mon flingue ! (Cf. "Où c'est qu'jai mis mon flingue", album "Marche à l'ombre, 1980)

(3) Il est notamment soutenu par Bernard Arnault, l'homme le plus riche de France, et Patrick Drahi, la cinquième fortune de France, chacun propriétaire de plusieurs journaux, ainsi que de BFMTV (la première chaîne d'information de France) et Radio classique, respectivement. Au sein du milieu littéraire, le philosophe préféré des médias, Bernard-Henri Lévy s'est clairement positionné en faveur du candidat "En Marche" en brandissant les caricatures traditionnelles du système coalisé contre l'extrême droite ; il a même été condamné (ainsi que le magazine hebdomadaire Le Point) le 23 avril 2013 pour avoir tenu des propos diffamatoires.

 

Bien qu'il ait reconnu, le 10 octobre 2016, sur RTL, qu'il « y a des comportements aujourd'hui qui posent problèmes chez une partie de nos concitoyens de confession musulmane », il semble ne pas avoir l'intention de lutter efficacement contre l'islamisme, alors qu'une nouvelle victime du devoir, un policier de trente-sept ans, vient d'être tué sur les Champs-Élysées par un fanatique haineux ! En effet, il a déclaré le lendemain, le 21 avril 2017, dans une interview sur RTL quelques heures après l'attentat qui a tué un policier sur les Champs-Élysées : « nous vivons et nous vivrons durablement avec la menace terroriste ». Il ne nous resterait donc désormais que la liberté de nous faire assassiner à tout moment et en tout lieu, et de vivre dans l'angoisse du terrorisme !

Il a même au sein de son mouvement, dans le Val-d'Oise, un référent départemental, Mohamed Saou, grand admirateur de Marwan Muhammad (1) qui est directeur exécutif du collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) et proche des milieux islamistes radicaux. Emmanuel Macron a déclaré sur Beur FM : « (..) il a fait un ou deux trucs un peu plus radicaux, c'est ça qui est compliqué. Mais à côté de ça c'est un type très bien, Mohamed. Et c'est pour ça que je ne l'ai pas viré » ; il l'a seulement mis à l'écart de "En marche" jusqu'à la fin de la campagne présidentielle, pour ses prises de position sur les réseaux sociaux !

N'est-ce pas tenir des propos choquants tout particulièrement dans le contexte d'insécurité actuel dû à l'aggravation de la menace terroriste islamiste ?

Ce n'est pas étonnant lorsqu'on sait que le candidat 'En Marche" est soutenu par l'Union des Organisations Islamistes de France (UOIF), renommée Musulmans de France, structure liée à la Société des Frères Musulmans, organisation transnationale islamiste sunnite ! Par ailleurs, lui qui prétend défendre les droits des femmes, n'a pas réagi au soutien du 22 avril 2017 sur les réseaux sociaux d'Hani Ramadan, membre des Frères Musulmans, directeur du Centre islamiste de Genève, pourtant licencié en 2003 de son emploi d'enseignant par le canton de Genève pour avoir justifié la lapidation des femmes, et expulsé de France le 08 avril 2017 à la suite d'une interdiction administrative du territoire qu'il n'a pas respectée !

 

(1) a déclaré :

- en août 2012, à la mosquée d'Orly : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n'a le droit de nous enlever ça. Personne n'a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d'espérer dans une société globale fidèle à l'islam. Personne n'a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu'est l'identité française ».

- le  5 novembre 2016, à Strasbourg : « (..) nous [les musulmans] sommes nés ici et nous définissons l'identité française comme n'importe qui d'autre. Cette identité n'est ni monolithique ni figée (..) l'islam est une religion française, le foulard fait partie des tenues françaises et Mohammed est un prénom français ».

 

Parmi les hauts dignitaires religieux, Emmanuel Macron a reçu le soutien du cardinal de l'Église catholique Philippe Barbarin qui, au lieu de dénoncer le « discours nationaliste dangereux » du Front national « dont la mise en œuvre serait désastreuse », ferait mieux de prendre la mesure de l'importance de la gravité des ravages psychologiques occasionnés par les actes de pédophilie de certains prêtres ou évêques dans la vie de nombreuses jeunes victimes.

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/07/les-pretres-pedophiles-en-france-et-en-belgique.html

 

Une semaine seulement après l'attentat sur les Champs-Élysées, deux policiers ont été blessés à La Réunion lors d'une tentative d'arrestation d'un terroriste récemment radicalisé pour apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux.

Les policiers sont évidemment les premières cibles, car dans l'esprit des islamistes fondamentalistes, ils protègent et assurent la sécurité des "Kûffar", c'est-à-dire des "mécréants", par des contrôles, des fouilles, des enquêtes, ce qui entrave leurs actes criminels. Les policiers, tout comme les militaires qui les combattent, doivent donc être éliminés (1) !!

Alors que nous assistons à la banalisation de la violence (2), de l'intolérance (3) et de la haine (4), ainsi qu'à l'accélération de le déconstruction du pays, ne conviendrait-il pas de faire preuve de fermeté et de s'attaquer véritablement aux causes du mal afin de lutter efficacement contre la gangrène de l'islamisme (5), pour éviter d'être un jour entièrement soumis à cette idéologie totalitaire dont l'objectif est d'asservir le monde par la terreur ?

Tout comme François Hollande qui a déclaré le 15 janvier 2015 lors de sa venue à l'Institut du monde arabe : « L'islam est compatible avec la démocratie », Emmanuel Macron semble ne pas prendre entièrement la mesure de ce danger, car il a répondu, le 10 octobre 2016, sur RTL, à la question d'une auditrice de confession musulmane : «(..) si, comme pour certains de vos homologues politiques, vous pensez que l'islam n'est pas compatible avec la république ?» : « Non, pas une seconde, pas une seconde !». (6) Pourtant les rares personnalités politiques qui ont lus entièrement le Coran, et plus particulièrement les sourates médinoises, savent que l'islam n'est pas compatible avec la devise de la République française : liberté, égalité, fraternité, et que c'est loin d'être une religion de paix !

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/les-contradictions-entre-les-sourates-medinoises.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-verite-sur-le-coran-et-sur-l-alcoran-suite-117813179.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2015/08/les-contradictions-du-coran.html

 

(1) (Cf. Coran, sourate 5, verset 33 : "La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager (Muhammad), (..) c'est qu'ils soient tués ou crucifiés (..) Ce sera pour eux ignominie ici-bas, et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment !") Le "Jihad", incitation à lutter contre l'ennemi, est bien une obligation religieuse.

La mise en application de cette sourate est particulièrement meurtrière en France depuis 2012 avec plus de 200 morts et plus de 700 blessés dont cent très graves. Parmi les forces de l'ordre, trois policiers furent blessés au couteau le 20 décembre 2014 à Joué-les-Tours, et deux autres furent tués le 13 juin 2016 à Magnanville. Dans les forces armées, un tué et un blessé le 11 mars 2012 à Montauban, deux tués et un blessé très grave le 13 mars 2012 à Toulouse, 1 blessé au couteau le 23 mai 2013 à Paris, un blessé le 10 avril 2015 à Orly, un blessé le 03 février 2017 à Paris.

http://grincheux.typepad.com/weblog/2017/04/macron-mohamed-saou.html

http://resistancerepublicaine.eu/2017/05/01/en-echange-du-vote-musulman-macron-aurait-promis-des-circonscriptions-aux-barbus/

http://www.gerard-brazon.com/article-qui-a-le-droit-de-dire-que-la-france-dans-trente-ou-quarante-ans-ne-sera-pas-un-pays-musulman-dit-112367723.html

 

(2) Article sur la barbarie en France :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/04/la-barbarie-en-france.html

 

(3) Nique la France (..) Ton pays est puant, raciste et assassin. Les lumières des droits de l'homme soit-disant universels : un mythe, un mirage, un mensonge officiel. Petits donneurs de leçons, petits gaulois de souche, arrêtes ton arrogance, arrête d'ouvrir la bouche (..) C'que j'en pense de leur identité nationale, de leur Marianne, de leur drapeau et de leur hymne à deux balles, j'vais pas t'faire un dessein ça risque d'être indécent de voir comment j'me torche avec leur symbole écœurant (..) Et y'a nos intellos, nos petits fachos à lunettes, notre tête à claques comme la connasse de Fourest, qui propagent, alimentent la haine du musulman, du banlieusard, avec leurs discours stigmatisants, (..) arrogants, insultants et méprisants (..) Mais on va pas se laisser faire, se laisser bâillonner (..) C'est mon devoir d'insolence (..) d'irrévérence (..) d'impolitesse (..) Nique la France !(..)". (Cf. "Nique la France", Z.E.P (Zone d'Expression Populaire), album "Devoir d'insolence", 2009)

 

(4) Six policiers ont été blessés dont deux grièvement par des jets de cocktail Molotov lors de la manifestation CGT/FO/FSU du 1er mai 2017 à Paris. Plusieurs centaines de casseurs ont pris pour cible les CRS, brisé des vitrines, détruit des véhicules, et endommagé des immeubles !

L'un des CRS, le "poulet grillé" selon les termes odieux de la section CGT de Publicis, a été brûlé au troisième degré ! Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a affirmé : « Tout sera mis en oeuvre pour retrouver ces criminels, les traduire en justice et les faire condamner à des peines exemplaires ». Or, l'un des policiers blessés, Régis Debord, délégué UNSA police, a témoigné sur BFMTV le 02 mai : « Pour moi, c'est pas des manifestants, c'est du tueur de flics ! (..) Il y a une volonté de ne pas les interpeller.(..) Les ordres ne sont pas clairs. Les moyens on en a (..) on (la hiérarchie) nous demande de ne pas les utiliser, c'est là où c'est dramatique ! ». Comment juger ces tueurs si le ministre de l'Intérieur ne donne pas l'ordre à la Direction générale de la Police nationale d'effectuer des arrestations ? Seulement cinq manifestants ont été arrêtés ! Il ne suffit pas, avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve, de mettre en place, en grande pompe des cérémonies de commémoration afin de rendre hommage aux policiers tués dans l'exercice de leurs fonctions, encore faudrait-il donner les moyens aux policiers de se défendre et de procéder aux interpellations indispensables au maintien de l'ordre. Il faut cesser ces attitudes hypocrites et ces discours incohérents !!

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, la vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.europe1.fr/societe/photo-1er-mai-un-crs-en-flammes-apres-un-jet-de-cocktail-molotov-3316970

 

(5) Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France, secrétaire d'État à la Culture de 1986 à 1987, a déclaré, le 12 octobre 2016 sur RTL ; « L'islam n'est pas compatible avec la République, incompatible avec la civilisation française, incompatible avec l'égalité, par exemple, avec l'égalité entre hommes et les femmes, incompatible avec la liberté, par exemple, la liberté de changer de religion, incompatible avec la fraternité puisque dans l'islam la fraternité s'arrête à la communauté des croyants, c'est-à-dire aux musulmans eux-mêmes »", et le 13 octobre 2016 sur BFMTV : « Il ne faut pas croire que le Coran préconise une religion de paix (..) Le Coran préconise une religion de conquête »".

http://www.rtl.fr/actu/politique/il-n-y-a-pas-de-compromis-possible-avec-l-islam-martele-philippe-de-villiers-7785236691

 

(6) Le 26 juillet 2017, Emmanuel Macron a déclaré : « La République n'a pas à combattre une religion » !

 

Membre du Parti socialiste de 2006 à 2009, conseiller du président de la République de 2012 à 2014, il a affirmé le 13 mars 2017 sur TMC : « Je viens de la gauche et je suis aujourd'hui en train de construire une offre politique qui dépasse ce clivage ».

Emmanuel Macron est une personnalité très versatile qui se contredit régulièrement dans ses déclarations.

En effet, parmi de nombreux exemples, la principale contradiction de la nouvelle grande girouette de la politique française, candidat de la Finance, consiste à affirmer le 13 mars 2017 : « Je rassemble des gens de gauche, du centre et de droite qui veulent travailler ensemble. Je suis progressiste et je suis de droite et de gauche », alors qu'il déclarait le 06 avril 2016, lors du lancement de son mouvement En marche : « J'ai décidé qu'on allait créer un mouvement politique nouveau. C'est à dire un mouvement politique ni à droite, ni à gauche (..)"».

Le 04 décembre 2014, il affirma, lors du 1er Sommet de l'Économie organisé par Challenges : « Moi, je suis socialiste, et je l'assume », alors qu'à l'inverse, il déclara, le 19 août 2016, au Puy du Fou :  « L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste ». Comprenne qui pourra !

 

En rassemblant les nombreux soutiens parmi venus de droite et de gauche (1) dont l'incohérence des discours est manifeste et qui ont pour mission essentielle d'endormir les français, il représente clairement la continuité des politiques menées depuis plus de trente ans qui ont amenées la France dans la situation critique dans laquelle elle se retrouve aujourd'hui.

François Bayrou, président du MoDem, après avoir étrillé, le 07 septembre 2016, dans Le Figaro, Emmanuel Macron de candidat « des forces de l'argent » et déclaré le 22 février 2017 sur BFMTV : « Je ne me reconnais pas dans ce qu'Emmanuel Macron incarne (..) Le projet de société qui est celui d'Emmanuel Macron est au fond infiniment proche de celui de Nicolas Sarkozy en 2007 (..) ce n'est pas ce que le peuple français veut », a été le premier a lui faire une offre d'alliance, celle qui unit les girouettes dans le nouveau club des menteurs (2) (3), des hypocrites (4) et des donneurs de leçons ! Il a trahit de ce fait l'union de la Droite et du Centre.

L'un de ses parrains, François de Rugy, président du Parti écologiste, vice-président de l'Assemblée nationale, favorable à la gestation pour autrui et partisan de la légalisation du cannabis qui est, selon lui, « le seul moyen de lutter contre le trafic ». (Cf. déclaration le 15 janvier 2017 sur BFMTV), lui  a apporté son soutien avant le premier tour de l'élection, refusant ainsi de respecter les règles de la primaire citoyenne à laquelle il s'était présenté.

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/les-personnalites-politiques-complices-des-vendeurs-de-mort.html

Manuel Valls, Premier ministre de 2014 à 2016, lui a apporté également son soutien avant le premier tour de l'élection, en ne respectant même pas la charte éthique qu'il avait signée après avoir été battu à la primaire de la gauche par Benoît Hamon, reniant ainsi ses engagements. Il a pourtant critiqué sévèrement Emmanuel Macron à plusieurs reprises après que celui-ci ait démissionné le 30 août 2016 de ses fonctions de ministre de l'Économie !

Bruno Lemaire, député Les républicains de l'Eure, son futur ministre de l'Économie, l'a critiqué vertement le 19 février 2017 sur Europe 1 : « Il a du talent. Est-ce que cela le rend apte à gouverner le pays ? Je ne le pense pas. Ce qui lui fait défaut, c'est un projet clair et cohérent ; il dit tout et son contraire. Emmanuel Macron, c'est l'homme sans projet parce que c'est un homme sans convictions. Il dit tout et son contraire, selon les auditeurs ».

Edouard Philippe, "européiste" libéral, son futur Premier ministre, proche d'Alain Juppé, qui l'a soutenu au second tour de l'élection présidentielle, l'a critiqué le 18 janvier 2017 alors qu'il était chroniqueur à Libération : « Macron, banquier technocrate (..) se présente en tribun adepte d'un populisme désinvolte (..) Macron n'assume rien mais promet tout avec la fougue d'un conquérant juvénile (..)». N'abandonnerait-il pas le projet pour lequel il a été élu député de Seine-Maritime en 2012 pour une participation au pouvoir ?

 

(1) dont François Hollande, président de la République et de nombreux membres du gouvernement dont Bernard Cazeneuve, Premier ministre. Certains d'entre-eux et non des moindres parmi les plus connus ont fait l'objet de condamnations judiciaires : Jean-Marc Ayraud, Michel Sapin, Arnaud Mondebourg, Ségolène Royal, Jean-Michel Baylet, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Paul Huchon, Bernard Tapie, pour les personnalités de gauche, Alain Juppé et Christian Estrosi pour celles de droite.

 

(2) Le candidat "En marche" se permet pourtant régulièrement de proférer des mensonges à l'encontre de son adversaire du second tour de l'élection présidentielle, afin de manipuler les électeurs, alors qu'il a déclaré le 29 avril 2017 au cours des sa visite dans la Vienne : « Il faut dénoncer les mensonges ». Il n'applique pas lui-même les principes qu'il veut faire respecter aux autres. Qui donc est plus injuste que celui qui s'évertue à tromper le peuple en colportant des faussetés !

En outre, alors qu'il est le candidat issu du système politico-financier, soutenu activement au second tour de l'élection par de nombreux membres du système, il a affirmé le 16 novembre 2016, lors de sa déclaration de candidature : «(..) ce système, je le refuse ! ».

https://www.upr.fr/actualite/france/macron-symbole-de-lescroquerie-dun-monde-politique-perdition

 

(3) Benjamin Griveaux, porte-parole du candidat "En Marche" a proféré des mensonges en déclarant que Marine Le Pen avait "vaguement été avocate deux ans", que les principaux responsables du Front national Florian Philippot, Nicolas Bay et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan n'avaient jamais travaillé.

http://lelab.europe1.fr/lattaque-du-porte-parole-demmanuel-macron-contre-les-cadres-du-fn-ils-nont-jamais-travaille-3312077

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Dupont-Aignan

 

(4) La fourberie dont font preuve toutes ces personnalités politiques révèlent qu'elles ne sont pas réellement ce qu'elles veulent paraître. Leur désormais chef est un nouveau Jupiter-Scapin (a)!

(a) Nom attribué à Napoléon Bonaparte par Dominique Dufour de Pradt, ambassadeur de France, dans son livre Histoire de l'ambassade au grand-duché de Varsovie en 1812.

 

Emmanuel Macron est l'incarnation de la reproduction sociale des élites, et les médias l'ont imposé comme une figure de la modernité. Propagandiste de l'ultra-libéralisme et de la mondialisation, il tient même des propos irrespectueux à l'égard de ses adversaires politiques qui n'appellent pas à voter ouvertement et sans délais en sa faveur ; ainsi, concernant Jean-Luc Mélenchon (crédité d'environ 19% des voix), il a déclaré, sur un ton arrogant, au cours du meeting d'Arras, le 26 avril 2017 : « Il a soulevé une adhésion qu'il faut regarder. Mais depuis dimanche soir, il n'est pas à la hauteur de cette adhésion et ses électeurs méritent mieux que lui », puis au cours du meeting de Châtellerault le 28 avril 2017 où il se permet même d'émettre un jugement accusateur : « Il commet deux fautes profondes. Il n'a pas l'esprit de distinction (..) C'est une faute grave, lourde (..) Sa deuxième faute, c'est de trahir les siens ». Jeune loup de la politique française, il a l'audace de donner des leçons aux anciens !

Il se montre même méprisant à l'égard de Nicolas Dupont-Aignan (crédité d'environ 5% des voix) lors de son meeting du 01 mai 2017: « Ne le sifflez pas le pauvre. Il avait déjà tout perdu et le voilà déshonoré !».

Le masque tombe !

 

Après le premier tour de l'élection, ses détracteurs lui ont successivement découvert de nombreux mérites ! Ainsi François Baroin, ancien ministre, qui le soutient au second tour, a déclaré solennellement le 18 avril 2017 sur BFMTV : « Emmanuel Macron est le porte-parole du communautarisme, et le communautarisme c'est l'ennemi de la République ».

Aidés par les incessantes manipulations médiatiques qui exercent une pression considérable sur les électeurs, ses ralliements de circonstances suscitent et entretiennent des peurs, des sentiments de violence et de haine, en caricaturant injustement le parti de la candidate "Au nom du peuple" qu'ils qualifient de populiste, de fasciste, de haineux et de xénophobe.

En agissant de la sorte, ils provoquent des réactions extrêmement violentes chez une minorité de jeunes opposants et d'extrémistes de la gauche machiavélique qu'ils endoctrinent et surexcitent, à un point tel que l'un des murs du Lycée Voltaire à Paris a été tagué en ces termes terriblement cruels : "LE PEN AU BÛCHER" lors de la manifestation des lycéens du 27 avril 2017. Ils favorisent ainsi les troubles à l'ordre public. Tout est mis en place pour faire croire aux électeurs qu'ils choisissent en toute liberté de pensée, mais en formatant leur esprit, le pouvoir médiatique oriente insidieusement leur opinion.

Il est à déplorer que la grande majorité des électeurs soit incapable de la moindre réflexion politique et se laissent manipuler par tous ceux qui font naître et nourrissent des sentiments de frayeur en agitant les épouvantails de la peur et de la haine, pour orienter leur pensée dans la direction politique qu'ils souhaitent leur faire prendre.

Sous ses prétendus aspects démocratiques, il s'agit en réalité d'une dictature déguisée ! Le quatrième pouvoir est aujourd'hui entièrement au service du candidat du système oligarchique qui représente avec ses nombreux soutiens venus de la Droite, du Centre et de la Gauche, la continuité des politiques menées depuis plusieurs mandats présidentiels. En invitant sur son plateau diverses personnes pouvant exercer une influence sur le choix des électeurs, dont une juriste spécialiste en droit constitutionnel le jour du scrutin, qui ont tenu des propos clairement orientés politiquement, la première chaîne d'information, BFMTV, n'a même pas respecté la période de réserve d'une durée de quarante-huit heures avant l'annonce des premières estimations du second tour de l'élection présidentielle !

 

Parmi les personnalités du parti Les Républicains qui appellent à voter pour lui, certains tiennent des propos insultants, mesquins et indignes à l'égard de leurs adversaires politiques du second tour. Par exemple, Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, a déclaré le 30 avril sur BFMTV : « Mr Dupont-Aignan dit à Mme Le Pen : Si vous pouvez éponger mes dettes de la présidentielle (..) quand on finit comme Pierre Laval, c'est ça le destin de Mr Dupont-Aignan ?». Ces insinuations sur l'intérêt financier de Nicolas Dupont-Aignan sont infondées puisque le bilan de sa campagne est équilibré ; il s'agit bien d'un accord politique visant à servir seulement l'intérêt général et non pour des considérations purement financières. Il se permet de douter de la sincérité du président de Debout la France, alors que le parti auquel il appartient est critiquable ! En effet, Les Républicains est endetté d'un montant total de 67, 7 millions d'euros au 31 décembre 2015. Par ailleurs, Xavier Bertrand se permet de calomnier Nicolas Dupont-Aignan en comparant son destin à celui de Pierre Laval, chef du gouvernement sous le régime pétainiste de Vichy, condamné à mort le 09 octobre 1945 pour haute trahison et complot contre la sûreté de l'État, convaincu d'indignité nationale ; de tels propos ignominieux et violents sont condamnables !

Par ailleurs, ceux qui traitent Marine Le Pen (et les responsables de son parti) de fasciste, qui l'accusent injustement de faire du Pétain quand elle fait du de Gaulle, ne cherchent visiblement qu'à la dénigrer et à lui nuire. Selon Alain Finkielkraut, fils de déportés, essayiste, membre de l'Académie française, lors de l'émission "L'esprit de l'escalier" du 15 avril 2017 sur RCJ : « Il n'y a pas de pétainisme chez Marine Le Pen ».

http://www.lemondejuif.info/2017/04/alain-finkielkraut-injuste-daller-jusqua-accuser-marine-pen-de-faire-petain-de-gaulle/

 

Emmanuel Macron est soutenu par de nombreux artistes dont certains vont jusqu'à insulter et parfois menacer sur les réseaux sociaux Nicolas Dupont-Aignan, nouvel allié de son adversaire au second tour. Ainsi, les acteurs Gilles Lellouche et Mathieu Kassovith l'ont traité respectivement de « espèce de trou du cul », « grosse merde », tandis que le chanteur Benjamin Biolay a employé des termes tout aussi grossiers en le menaçant: « À tes risques et périls petite tepu. Tu vas le payer cher ». Le candidat de "En Marche" a insulté lui-même Marine Le Pen lors du débat télévisé du 03 mai 2017 : « Vous êtes la production du système que vous dénoncez, parce que vous en vivez, vous êtes un parasite ». Quel manque de courtoisie à l'égard d'une femme ! Le lendemain, lors de son meeting d'Albi, il a nié avoir adressé personnellement cette offense à son adversaire, mais au parti qu'elle représente, auprès d'une journaliste de BFMTV qui lui demandait s'il regrettait ses propos de la veille. S'il est à ce point incapable de reconnaître ses paroles, comment pourra-t-il au lendemain de son élection assumer ses actes dans le cadre d'une fonction présidentielle ?

En jetant l'anathème sur son adversaire du second tour de l'élection présidentielle, il semblerait qu'Emmanuel Macron ait repris l'expression de Christiane Taubira, ministre de la Justice qui, le 04 avril 2015, sur Europe 1, déclarait : « Le Front national (..) est l'ennemi de la République (..) c'est un parti anti-républicain (..) c'est un parti anti-démocratique (..) Il est dans le circuit de la République, il parasite la République, mais il n'est pas républicain ». Malheureusement, les véritables ennemis de la République s'étaient déjà manifestés les 07, 08 et 09 janvier 2015 lors des attentats contre Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l'Hyper Casher, puis le 19 avril à Villejuif quelques mois avant les tragiques attentats du 13 novembre à Paris et le massacre du 14 juillet 2016 à Nice, ce sont les terroristes islamistes. Il est inconcevable que l'on puisse se tromper d'ennemi à ce point !! De tels discours ont pour unique objectif de tromper les français. C'est donc trahir la France !

 

Ces propos injurieux confirment le piètre niveau de la culture française ! Emmanuel Macron a même nié l'existence de la culture française lors de son meeting du 06 février à Lyon : « il n'y a pas de culture française, il y a une culture en France et elle est diverse ».

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/02/06/31001-20170206ARTFIG00209-emmanuel-macron-et-le-reniement-de-la-culture-francaise.php

 

Des avocats et des magistrats lui apporte aussi leur soutien, comme Éric Halphen, ancien juge d'instruction, candidat "En Marche" pour les législatives bien qu'il ne respecte pas le critère de "probité", car il fut condamné le 14 novembre 2002 pour diffamation (1).

https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/DP-Legislatives-VF2.pdf

(1) Tout comme Thierry Robert, député Modem sortant de La Réunion, condamné pour diffamation en 2016.

 

Eux qui prônent la probité, comment Emmanuel Macron et son allié du MoDem François Bayrou  (1) vont-ils s'y prendre pour moraliser la vie politique (2) alors que parmi les soutiens et les membres de leurs partis figurent des personnalités qui ont été condamnées pénalement pour avoir manquer d'intégrité ?

(1) Le maire de Pau été mis en examen en novembre 2016 suite à une plainte pour diffamation déposée par l'association El Sistema France pour des propos tenus le 28 septembre 2015. Il comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris en janvier 2019.

(2) La promesse électorale du candidat Macron d'exiger un casier judiciaire vierge pour les élus ne sera pas tenue, le gouvernement d'Edouard Philippe n'ayant pas souhaité retenir ce projet, trahissant ainsi les électeurs !

 

Le candidat "En Marche" a déclaré le 28 mars 2017 : « Le Premier ministre sera choisi sur des critères d'expérience et de compétences. J'aimerais que ce soit une femme »Devenu président de la République, il a nommé Edouard Philippe (1), député Les Républicains de Seine-Maritime depuis 2012, porte-parole d'Alain Juppé à la primaire de le Droite et du Centre. Il semblerait donc qu'il n'existe pas, dans le milieu politique français, de femmes suffisamment compétentes pour diriger un gouvernement ! Ne serait-ce pas un choix machiste, quand on se prétend attaché à l'égalité entre les hommes et les femmes, comme il l'a souvent déclaré pendant la campagne électorale ?

Emmanuel Macron a respecté ses engagements en matière de parité en nommant au gouvernement onze hommes et onze femmes. Mais ne s'agirait-il pas plutôt d'un machisme déguisé, d'une parité de circonstances ?

En effet, les postes ministériels les plus importants dont les ministères d'État ont tous été attribués à des hommes, à l'exception du portefeuille des Armées. Les femmes manqueraient-elles de compétences à ce point ? Par exemple, parmi les femmes ayant exercé des responsabilités dans le milieu judiciaire, l'une d'elle ne serait-elle pas en capacité de diriger le ministère de la Justice ? D'autre part, le candidat "En Marche avait déclaré le 28 avril 2017 sur Twitter : « Il y aura un ministère plein et entier des Droits des Femmes ». En fait, il n'y aura pas de ministère, puisque une secrétaire d'État est chargée de l'Égalité des femmes et des hommes !

 

(1) Edouard Philippe a fait partie des députés les moins actifs à l'Assemblée nationale ; il a effectué seulement dix interventions en cinq ans (cinq en 2012, quatre en 2013, aucune en 2014 et 2015, une en 2016, aucune en 2017). Il n'a probablement pas été choisi pour son assiduité parlementaire ! Alors qu'Emmanuel Macron veut moraliser la vie politique, qu'il exige la plus grande probité des candidats de son mouvement à la législature, il a nommé un Premier ministre qui n'a pas respecté la loi de transparence, en refusant de fournir une déclaration complète de son patrimoine en 2014, ce qui lui a valu un blâme de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) qui a constaté des « manquements d'une certaine gravité ». Il n'a probablement pas été choisi pour son respect des lois ! D'autre part, le 02 octobre 2015, sur l'autoroute, Edouard Philippe a été arrêté et sanctionné par les gendarmespour avoir dépasser de quarante-cinq kilomètres à l'heure la vitesse autorisée. Il n'a probablement pas été choisi non plus pour son respect des règles de la sécurité routière !

 

Il est à craindre que son manque de maturité (1) pour exercer la fonction présidentielle le transforme en simple pion (2) utilisé par les hautes sphères de la finance au service de ses propres intérêts.

Nul ne peut prétendre être un grand serviteur de l'État, s''il ne cherche pas la justice, le désintéressement et l'impartialité !

S'il était élu à la fonction suprême, le réveil risque d'être bien difficile pour ceux qui ont cru en lui !!

 

(1) Alors qu'il n'a même pas effectué de service militaire, ce Chef des armées arrogant s'est permis d'humilier publiquement, le 13 juillet 2017, sur un ton péremptoire, le général Pierre de Villiers, chef d'État-Major des armées, grand officier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du mérite, croix de la Valeur militaire. Pour faire preuve d'autant d'autoritarisme envers un gradé de ce niveau, faudrait-il au moins déjà avoir servi !

https://www.youtube.com/watch?v=dKfkaO12JHE

 

(2) Même s'il a été habile à tromper ses électeurs, il se pourrait qu'il fût plus souvent trompé que trompeur.

 

Commentaires :

 

Jean Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, député des Yvelines, candidat de la primaire de la Droite et du Centre à l'élection présidentielle 2017, a déclaré le 24 avril 2017 à 20 Minutes :

«(..) Emmanuel Macron est l’héritier, en ligne directe, de François Hollande. Il est coresponsable de la faillite totale que connaît la France dans ce quinquennat. Il a engagé un certain nombre de réformes qui ont aggravé les difficultés dans notre société. Son projet donne une place prédominante à la logique financière et à l’Europe comme espace commercial ouvert à tous les vents. Comme chef du Parti chrétien-démocrate, attaché à la famille et au respect de la dignité humaine, au dialogue social et au partage des richesses, je ne vois rien dans le projet d’Emmanuel Macron qui me permette de souhaiter qu’il devienne chef de l’Etat. Je ne veux pas appeler à voter pour lui parce que je pense qu’il aggravera les difficultés de la France. Par souci de cohérence avec ce que nous défendons, avec la position qui a été la mienne dans l’opposition pendant tout ce quinquennat, je ne vois pas ce qui me mènerait à voter pour lui. C’est une histoire de liberté et de cohérence ».

 

Laurent Wauquiez, premier vice-président des Républicains, a déclaré le 11 mai dans le Progrès : « Le nouveau président a fait une profonde erreur en commençant son quinquennat en achetant les trahisons. (..) Le renouveau, ce n'est pas tronquer ses convictions contre un maroquin ministériel ».

 

 

"Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre." (Albert Einstein)

 

"Socrate appelait insigne imposteur le fripon qui fait des dupes, qui en tire de l'argent ou quelque effet ; mais [celui qui fait] l'important sans mérite, qui trompe ses concitoyens en se donnant pour un habile politique, était encore plus fourbe à ses yeux" .

(Cf. Entretiens mémorables de Socrate, Xénophon, livre I, ch.VII, p.47, Ch. Delagrave et Cie, Paris, 1872)

 

"À quelques-uns l'arrogance tient lieu de grandeur, l'inhumanité de de fermeté, et la fourberie d'esprit. Les fourbes croient aisément que les autres le sont (..) la fourberie ajoute la malice au mensonge" (Cf. Les caractères, De l'homme, Jean de La Bruyère, 25, page 285, publié par Michallet, Paris, 1896)

https://www.ebooksgratuits.com/pdf/la_bruyere_caracteres.pdf

 

"L'hypocrisie est une huile sociale, la fourberie un miel d'arriviste" (Cf. Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, Éd. Grasset, Paris, 2005)

 

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques" (Cf. Discours à la jeunesse, Jean Jaurès, 30/07/1903)

 

"Un nombre infini d'êtres civilisés qui reculeraient d'effroi devant le meurtre ou l'inceste ne se refusent pas la satisfaction de leur cupidité (..) ne se privent pas de nuire à autrui par le mensonge, la tromperie, la calomnie, si ce faisant ils peuvent rester impunis (..)" (Cf. L'avenir d'une illusion, Sigmund Freud, p. 48-49, Éditions Points, Paris, 2011)

 

 

Article rédigé le 25 avril 2017, mis à jour le 27 juillet 2017, par Pascal Bourdaloue

 

Projets de légalisation du cannabis. Les personnalités politiques complices des vendeurs de mort :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/les-personnalites-politiques-complices-des-vendeurs-de-mort.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 19:59

1° Les actes de cruauté du terrorisme islamiste

 

Tout le territoire français se trouve actuellement sous la menace permanente du terrorisme islamiste !

En effet, le 19 juin dernier, un "fiché S" radicalisé, considéré comme dangereux par les services de Police depuis 2015, a percuté un fourgon de la gendarmerie mobile sur les Champs-Élysées à Paris. Les policiers ont retrouvé dans le véhicule de l'assaillant une Kalachnikov, un pistolet automatique, plus de 9000 munitions, deux bonbonnes de gaz et, à son domicile des barils de poudre et de nombreuses armes à feu !

 

Malheureusement, les véritables ennemis de la République s'étaient déjà manifestés, en particulier le 19 mars 2012 lors d'une fusillade contre une école juive de Toulouse qui fit quatre morts dont trois enfants, les 07, 08 et 09 janvier 2015 lors des attentats contre Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l'Hyper Casher, le 19 avril à Villejuif, le 26 juin en décapitant (1) le patron d'une société de transports située en Isère, quelques mois avant les tragiques attentats du 13 novembre à Paris, puis en 2016, un couple de policiers était égorgé à son domicile le 13 juin, peu de temps avant le massacre du 14 juillet 2016 à Nice, suivi de l'égorgement d'un prêtre catholique dans son église ; ce sont les terroristes islamistes.

 

(1) L'assassin était "fiché S"

 

Mais, cette année, on constate une recrudescence de attentats puisque les terroristes ont déjà frappé quatre fois sur le territoire français !

 

Le 04 avril, à Paris, une femme de confession juive âgée de soixante-cinq ans a été torturée, rouée de coups au nom de « Allah akbar » pendant près d'une heure, avant d'être défenestrée du troisième étage de l'immeuble. Ce n'est pas la première fois qu'un assassinat antisémite (1) se déroule en Paris, souvenons-nous de l'affaire du gang des barbares, Ilan Halimi, âgé de vingt-quatre ans, fut torturé à mort en janvier 2006.

(1) (Cf. Coran, en 3, 19;85 : "Certes la religion acceptée d'Allah, c'est l'islam (..)" quiconque désire une autre religion que l'islam ne sera point agréé (..)", en 5, 64 : "(..) maudits soient-ils [les juifs(..) nous avons jeté parmi eux l'inimitié et la haine jusqu'au Jour de la Résurrection (..)", en 9, 29-30 : "Combattez ceux (..) qui ne professent pas la religion de la vérité (..) Les Juifs (..) et les chrétiens (..) imitent les mécréants avant eux. Qu'Allah les anéantisse ! (..)", Les juifs sont donc des cibles privilégiées pour les islamistes qui mettent en application ces versets haineux..

"Près de deux mois après les faits, la presse commence à relater ce crime qui a eu lieu en pleine campagne présidentielle. Tout laisse penser, dans ce crime, que le déni du réel a encore frappé". (Déclaration de la famille de Sarah Halimi, assassinée le 04 avril 2017)

 

Le 20 avril, un policier a été tué sur les Champs-Élysées ! Une effet, une nouvelle victime du devoir, un policier de trente-sept ans, a été assassiné par un fanatique haineux. Puis une semaine seulement après cet attentat, deux policiers ont été blessés à La Réunion lors d'une tentative d'arrestation d'un terroriste récemment radicalisé pour apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux. 

 

Le 06 juin, un nouveau policier a été blessé d'un coup d'un coup de marteau, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame à Paris, par un assaillant qui s'est revendiqué être un soldat du califat.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_actes_terroristes_en_France

https://www.thereligionofpeace.com/

https://www.politicalislam.com/tears-of-jihad/

 

Les policiers sont évidemment les premières cibles, car dans l'esprit des islamistes fondamentalistes, ils protègent et assurent la sécurité des "mécréants", par des contrôles, des fouilles, des enquêtes, ce qui entrave leurs actes criminels. Les policiers, tout comme les militaires qui les combattent, doivent donc être éliminés (1) !!

Alors que nous assistons à la banalisation de la violence, de l'intolérance et de la haine, ainsi qu'à l'accélération de le déconstruction du pays, ne conviendrait-il pas de s'attaquer véritablement aux profondes racines d'une telle barbarie afin de lutter efficacement contre la gangrène de l'islamisme, pour éviter d'être un jour entièrement soumis à cette idéologie totalitaire dont l'objectif est d'asservir le monde par la terreur ?

 

(1 ) (Cf. Coran, sourate 5, verset 33 : "La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager (Muhammad), (..) c'est qu'ils soient tués ou crucifiés (..) Ce sera pour eux ignominie ici-bas, et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment !")

La mise en application de cette sourate est particulièrement meurtrière en France depuis 2012 avec plus de 200 morts et plus de 700 blessés dont cent très graves. Parmi les forces de l'ordre, trois policiers furent blessés au couteau le 20 décembre 2014 à Joué-les-Tours, et deux autres furent tués le 13 juin 2016 à Magnanville. Dans les forces armées, un tué et un blessé le 11 mars 2012 à Montauban, deux tués et un blessé très grave le 13 mars 2012 à Toulouse, 1 blessé au couteau le 23 mai 2013 à Paris, un blessé le 10 avril 2015 à Orly, un blessé le 03 février 2017 à Paris.

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/les-contradictions-entre-les-sourates-medinoises.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2015/08/les-contradictions-du-coran.html

 

Un jour viendra où les familles des victimes des attentats se révolteront contre les politiques irresponsables qui n'auront pas voulu prendre les décisions qui s'imposent en vue de lutter efficacement contre le terrorisme islamiste.

 

 

Commentaires :

 

Alain Finkielkraut : « Ce qui est inquiétant avec ces égorgements, c'est que l'on s'y attend ! Nous sommes entrés dans l'ère de la routine, de la banalité de l'horreur. Le terrorisme est notre nouvelle musique d'ambiance ». (Cf. L'esprit de l'escalier, sur RCJ, 04 juin 2017)

http://www.causeur.fr/elisabeth-levy-et-alain-finkielkraut-commentent-actualite-de-la-semaine-44680.html

 

"Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant "État islamiste" ? (..) Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre - et il en surgira autant d'autres monstres pires encore que celui-ci que tu tarderas à admettre ta maladie, pour attaquer enfin cette racine du mal ! Même les intellectuels occidentaux ont de la difficulté à le voir : pour la plupart, ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion - en bien et en mal, sur la vie et sur la mort - qu'ils me disent : « Non, le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc. ». Ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur de réacteur d'une civilisation humaine ! (..) Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l'une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l'un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés toutes entières une violence insoutenable. (..) Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées, tu associes encore la religion à la violence - contre les femmes, les « mauvais croyants », les minorités chrétiennes ou autres, les penseurs et les esprits libres, les rebelles (..)". (Cf. Lettre ouverte au monde musulman, Abdennour Bidar, Éditions Les liens qui libèrent, Paris, 2015)

 

Il est écrit dans le Coran, en 4, 47 : "Lorsque vous rencontrez ceux qui ont mécru, frappez-en les cous (..)", en 4, 74 : "Qu'ils combattent donc dans le sentier d'Allah (..)",  et en 4, 89 : "(..) saisissez-les alors, et tuez-les [les mécréants, les infidèles (al-kakfirun)] où que vous les trouviez (..)".

L'islam est l'étendard de l'horreur et de la barbarie !

 

Devant une mare de sang,

De celui pur des innocents,

Comment pouvoir dire paix, paix,

À tous ceux qui nous salissent,

À tous ceux qui nous maudissent,

À cet islam qui nous effraie !

 

 

2° Les actes de cruauté commis sur des policiers

 

Le 18 mai 2016, une scène d'une extrême violence s'est déroulée à Paris. Une voiture de police fut carbonisée, par un jet de cocktail Molotov dont les deux occupants furent blessés.

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.lemonde.fr/police-justice/video/2016/05/19/une-video-montre-l-assaut-contre-la-voiture-de-police-incendiee-a-paris_4922412_1653578.html

 

Six policiers ont été blessés dont deux grièvement par des jets de cocktail Molotov (a) lors de la manifestation CGT/FO/FSU du 1er mai 2017 à Paris. Plusieurs centaines de casseurs ont pris pour cible les CRS, brisé des vitrines, détruit des véhicules, et endommagé des immeubles !

L'un des CRS, le "poulet grillé" selon les termes odieux de la section CGT de Publicis, a été brûlé au troisième degré ! Régis Debord, l'un des policiers blessés, délégué UNSA police, a témoigné sur BFMTV le 02 mai : « Pour moi, c'est pas des manifestants, c'est du tueur de flics ! (..) Il y a une volonté de ne pas les interpeller.

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.europe1.fr/societe/photo-1er-mai-un-crs-en-flammes-apres-un-jet-de-cocktail-molotov-3316970

 

Au nom de la liberté d'expression certains médias ont diffusé des chansons qui appellent à la haine et incitent à tuer les policiers :

- "(..) Y'a même des flics qui me saluent, qui veulent que j'signe dans leurs calots. Moi, j'crache dedans, et j'crie bien haut qu'le bleu marine me fait gerber, qu'j'aime pas l'travail, la justice et l'armée. C'est pas d'main qu'on m'verra marcher avec les connards qui vont aux urnes (..) J'peux pas encaisser les drapeaux quoiqu'le noir soit le plus beau. La Marseillaise, même en reggae, ça m'a toujours fait dégueuler (..) Et votre République, moi, j'la tringle. Mais bordel ! Où c'est qu'j'ai mis mon flingue ? (..) J'fous plus les pieds dans une manif sans un nunchaku, un cocktail (..) plus de slogans face aux flicards, mais les fusils, des pavés, des grenades! (..) Mais faites gaffe ! J'ai mis la main sur mon flingue !" (Cf. "Où c'est qu'jai mis mon flingue", album "Marche à l'ombre, Renaud, 1980)

- "Aucune force d'état ne peut stopper une chienne en rut surtout pas quand c'est la pu.... d'une fille de brute, c'est-à-dire d'un flic de p... (..) J'ai shooté la fille du shérif (..) un gros commissaire, chef divisionnaire (..) Une autre femme prend sa raclée (..) C'est la femme d'un flic , du policier DK (..) Les novices du vice pissent sur la police (..)" (Cf. Brigitte (Femme de flic), Ministère A.M.E.R., album "Pourquoi tant de haine", 1992)

- "(..) Cette fois encore, la police est l'ennemie (..) ça sent l'émeute (..) les magasins pillés (..) Même dans la foule je porte la cagoule, les plus jeunes m'écoutent dans l'école de la rue, je suis leur prof. Premier cours : lancer de coktails Molotov. (..) je dois sacrifier un poulet (..) sacrifions le poulet (..) Avant de laisser faire mes pulsions meurtrières, j'adresse au Tout-Puissant mes dernières prières : « Mec, demande à Dieu de rester vivant »?, et j'appelle le Diable pour faire couler le sang (..) sacrifions le poulet (..)" (Cf. Sacrifice de poulets, Ministère A.M.E.R., album "B.O La haine", 1995)

 

 

L'atrocité de certains crimes

 

En 1984, un enfant de quatre ans, Grégory Villemin, est retrouvé les pieds et les mains liés dans une rivière ! L'incompétence des services de la gendarmerie et du juge d'instruction, puis du service régional de police judiciaire a eu des répercussions tragiques pour la famille de la petite victime.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Gr%C3%A9gory

 

Ces dix dernières années, de nombreux meurtres atroces ont été commis.

L'horreur atteint son paroxysme lorsqu'il s'agit d'infanticide.

En voici quelques exemples parmi les plus tragiques :

 

- En juin 2009, bien que la cause de son décès n'ait pu être déterminé, il fut constaté sur le corps de Typhaine Taton âgée de cinq ans neuf impacts traumatiques : L'os crânien fracturé à deux endroits, une fracture du bassin, de la jambe gauche, du coude gauche et du péroné ; le pubis rompu, y compris au niveau des muscles fessiers, et le thorax touché. Elle fut enfermée à la cave, parfois attachée à la rampe de l'escalier, et privée de nourriture.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Typhaine_Taton

 

- Le 06 août 2009, Marina Sabatier est morte à l'âge de 8 ans, à la suite de sévices infligés par ses deux parents, et au terme d'une vie de maltraitance. En effet, elle reçut régulièrement, pendant plusieurs années, des coups de pied, coups de poing, coups de ceinturons, sa tête fut mise sous l'eau dans la baignoire jusqu’à suffocation, et elle subit des privations de nourriture pendant plusieurs jours. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Darras-Sabatier

 

- Le 24 juillet  2010, huit néonaticides furent découverts, tous étouffés par leur mère, Dominique Cottrez.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Cottrez

 

- Le 18 janvier 2011, Læticia Perrais, âgée de dix-huit ans, fut étranglée puis poignardée à une quarantaine de reprises avant d'avoir la tête tranchée et les membres sciés à l'aide d'une hache et d'une scie à métaux.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Meilhon

 

- Le 05 novembre 2011, Océane Luna, âgée de huit ans fut violée puis tuée de quatre coups de couteau en plein cœur.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Oc%C3%A9ane

 

- Le 16 novembre 2011, Agnès Marin. âgée de treize ans fut violée sous la menace d'un couteau puis brûlée.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Agn%C3%A8s_Marin

 

- Le 16 novembre 2012, le corps d'un nourrisson âgé de trois mois fut retrouvé dans le réfrigérateur et une fillette de cinq ans dans le congélateur ; la mère Coralie Knecht fut assassinée à l'arme blanche. En mai 2012, le meurtrier,  avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour des violences sur la mère.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/16/triple-homicide-de-vienne-debut-des-autopsies-le-pere-recherche_1792049_3224.html

 

- Le 14 mars 2013, Julien Barral, âgé de huit mois, est décédé des suites des actes de torture et de barbarie infligés par son père, la mère étant restée passive. L'autopsie de l'enfant a mis en évidence soixante-douze lésions réparties sur tout le corps dont certaines occasionnées par des coups à la tête, dans le dos, au thorax, à l'appareil génital, ainsi qu'une pénétration annale. Il fut projeté brutalement sur le canapé, frappé à coups de poings dans la poitrine, à coups de pied puis étranglé !

Ce meurtre aurait pu être évité si les services judiciaires du Parquet avaient pris les mesures d'urgence qui s'imposaient en vue de protéger le bébé en le soustrayant à ses bourreaux.

http://www.enfantbleu.org/actualites/julien-decede-lage-de-8-mois-72-lesions-sur-le-corps-lenfant-bleu-partie-civile-du-29-au

http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/lozere/cevennes/infanticide-lanuejols-parents-bourreaux-reconnaissent-faits-962559.html

 

- En mars 2013, deux nouveau-nés noyés dans la salle de bain en 2011 et 2012 furent retrouvés dans le congélateur. Leur mère Audrey Chabot avait déjà été condamnée à quinze ans de réclusion en 2005 pour un néonaticide et avait été libérée à mi-peine, les experts psychiatres ayant estimé qu'elle ne présentait aucun risque de récidive !

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/double-infanticide-dans-l-ain-des-la-naissance-je-savais-que-je-voulais-tuer-cet-enfant_840881.html

 

- Le 09 juin 2014, Marine Muccio, âgée de vingt-six ans, mère de deux fillettes de deux et trois ans, a été sauvagement assassinée à son domicile par son compagnon de 42 coups de couteaux dont 9 coups à la tête !

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/01/13/La-plongee-dans-l-horreur-2966139

 

- Le 19 mars 2015, tués par leur mère, quatre nouveau-nés furent découverts dans un congélateur et un autre dans un sac isotherme ! Le père ne dénonça pas les crimes.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bebes-congeles-louchats-la-mere-mise-en-examen-et-le-jardin-fouille-la-pelleteuse-714285.html

 

- Le 15 avril 2015, Chloé Ansel, âgée de neuf ans fut violée puis tuée.

Le meurtrier, d'origine polonaise, plusieurs fois condamné pour des faits de violence en France et en Pologne, faisait l'objet d'une interdiction de territoire définitive en France à la suite d'une condamnation à six ans de prison ferme, en mars 2010, pour « extorsions avec violence, vols aggravés et séquestration ou tentative de séquestration ». Il sortit de prison le 21 mars 2014 après avoir bénéficier d'une remise de peine et fut remis le 27 mars 2014 aux autorités polonaises dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen. Le 15 avril 2015, il réussit à revenir en France sans être inquiété en l'absence de contrôle à la frontière, puis enleva, viola et tua Chloé Ansel. Ce crime aurait pu être évité si les autorités françaises et polonaises avaient fait preuve de coordination et si la justice polonaise s'était montrée responsable en exerçant un suivi judiciaire permanent.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Chlo%C3%A9_Ansel

 

- En 2017, l'assassinat de quatre membres de la famille Troadec dont les corps ont été démembrés avant d'être brûlés ou enterrés.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Troadec

 

- En juillet 2017, une femme de trente-sept ans, mère d'une fillette de deux ans et demi, a été massacrée par son compagnon, puis déposée dans la poubelle de la cave de l'appartement.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/femme-tuee-et-jetee-d-une-poubelle-a-paris-le-bourreau-portait-un-bracelet-electronique-03-08-2017-7172589.php

 

- Depuis le 09 juin 2017, une fillette de trois ans se trouve dans le coma suite à des actes de violence répétés. Elle pourrait avoir été suppliciée depuis sa naissance ! En France, environ deux enfants meurent tous les jours sous les sévices de leurs parents.

http://www.leprogres.fr/jura/2017/06/12/maltraitance-une-petite-fille-de-trois-ans-entre-la-vie-et-la-mort


 

Les actes de torture sur les femmes victimes de viol

 

Parmi les dizaines de milliers de femmes violées chaque année en France, beaucoup d'entre elles sont également torturées. En effet, le viol peut être précédé, accompagné ou suivi de tortures voire d'actes de barbarie en bande organisée !

 

http://www.leparisien.fr/evry-91000/evry-un-ado-violeur-recidiviste-juge-pour-des-sevices-d-une-violence-inouie-30-05-2017-6999996.php

 

 

La cruauté de l'homme envers les animaux

 

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.huffingtonpost.fr/michel-fize/la-maltraitance-et-la-cruaute-envers-les-animaux-de-comagnie_b_10773228.html

 

Les sévices et actes de cruauté sur les taureaux des corridas :

 

Faire souffrir les animaux est intolérable ! Ces pratiques inadmissibles devraient disparaître.On s'offusque quand un homme assassine son semblable, mais on applaudit quand un animal est torturé à l'aide de piques et de harpons puis mis à mort ! Mettre en spectacle la souffrance animale, sous prétexte de perpétrer des traditions, est un acte ignoble !!

 

Les actes de cruauté dans les abattoirs :

 

Dans certains abattoirs traditionnels, des animaux sont victimes d'actes de cruauté délibérés d'une extrême violence.

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

https://www.l214.com/enquetes/2015/abattoir-made-in-france/

 

Lors des abattages halal ou casher de plus en plus répandus sur notre territoire, les animaux sont systématiquement égorgés en pleine conscience, à l'aide d'un couteau planté dans la gorge, pour satisfaire que les exigences barbares des religions musulmane et juive, Les plus ignobles cruauté sont tolérées en France au nom de la liberté de culte ! Certains bovins peuvent ainsi agoniser pendant quatorze minutes (Cf. Rapport INRA  de 2009 sur la douleur animale) !! Ces rituels sanguinaires perpétrés au nom d'Allah dans l'islam (1) et au nom de HaShem dans le judaïsme (2) révèlent les facettes monstrueuses des êtres soi-disant humains.

(1) (Cf. Coran, sourate 5, verset 3 : "Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah, la bête étouffée, la bête assommée (..) sauf celle que vous égorgez avant qu'elle ne soit morte (..) Car cela est perversité."

(2) Bien qu'aucun détail ne figure dans la Torah sur la manière de tuer le bétail.(Cf. Torah, Deutéronome, chapitre 12, versets 20 et 21)

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/01/14/01016-20110114ARTFIG00688-les-pro-animaux-mettent-l-abattage-rituel-a-l-affiche.php

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

https://www.notre-planete.info/actualites/lireactus.php?id=2508&nd=205

 

Les expérimentations sur les animaux :

 

En France, dans les laboratoires, un animal meurt toutes les douze secondes sous la torture !

C'est ainsi que plus de deux millions de vertébrés sont utilisés chaque année comme cobaye, dans le cadre de l'expérimentation animale, pour la recherche médicale, pharmaceutique, cosmétique, industrielle de détergence, agroalimentaire, toxicologique, nucléaire et bactériologique. Par exemple, ce sont plus de cinq mille chiens qui sont sacrifiés !

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.animaldestiny.com/vivisection.php

 

La cruauté sur les animaux domestiques :

 

Nos amis les animaux de compagnie sont aussi quelques fois victimes d'actes de maltraitance d'une violence inouïe.

Ainsi, le 05 août 2015, un dogue de Bordeaux a été retrouvé enterré vivant !

Des chiens privés d'eau et de nourriture sont voués à une mort certaine.

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.huffingtonpost.fr/michel-fize/la-maltraitance-et-la-cruaute-envers-les-animaux-de-comagnie_b_10773228.html

 

On recense environ 100000 abandons par an en France, premier pays européen ! Des animaux attachés aux arbres sur les routes ou les aires de repos d'autoroutes, parfois même jetés par la vitre de la voiture (1), déposés vivants dans les poubelles, ...

 

(1) Par exemple, en 2015, une petite chatte a été jetée sur un rond-point, sa cage cage thoracique fut enfoncée, diminuant ainsi sa capacité pulmonaire !

 

Les peines prévues à l'article 521-1 du code pénal qui assimile l'abandon d'un animal à un acte de cruauté ne sont pas appliquées !

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006418952&cidTexte=LEGITEXT000006070719

 

Par ailleurs, environ 1600 animaux sont saisis, par an, pour maltraitance, par les services d'assistance aux animaux.

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/maltraitance-185-animaux-saisis-chez-un-eleveur-dans-les-deux-sevres-1438693075

 

 

Mahatma Gandhi, en 1931, aurait déclaré : « On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux sont traités ». (Cf. Biographie de Mohandas karamchand Ghandi)

 

La cruauté humaine n'a pas de limite dans l'horreur ! L'homme est le plus grand prédateur pour ses semblables et pour toutes les autres espèces vivantes. 

 

 

Commentaires

 

"(..) mais du fanatisme à la barbarie, il n'y a qu'un pas." (Cf. Essai sur le mérite et la vertu, Œuvres de Denis Diderot, tome premier, p.1, chez Desray libraire-éditeur, Paris, 1798)

 

"Il est de l'intérêt du genre humain d'examiner si la religion doit être charitable ou barbare." (Cf. Traité sur la Tolérance, Voltaire, chap I, p. 18, 1763)

 

"L'homme est un être de faible intelligence, dominé par ses désirs pulsionnels." (Cf. L'avenir d'une illusion, Sigmund Freud, p. 105, Éditions Points, Paris, 2011)

 

 

Article dédié à la famille de Chloé Ansel dont le meurtrier ne sera jamais jugé. 

Article rédigé par Cristina Casado et Pascal Bourdaloue

Mis à jour le 12 juin 2017.

 

Article "Abus sexuels sur enfants dans l'Église catholique" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/07/les-pretres-pedophiles-en-france-et-en-belgique.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 22:08

En cette période électorale majeure pour la France, alors que chaque candidat présente et défend avec conviction son programme, les personnalités politiques toutes tendances confondues soutiennent voire encouragent la commercialisation de produits addictifs (1) autorisés (alcool, tabac) dont la dangerosité (2)(3) pour la santé est prouvée scientifiquement depuis de nombreuses années, et se donnent bonne conscience, lorsqu'ils parviennent au pouvoir, en mettant en œuvre des campagnes de prévention.

 

Honte à ceux qui sont complices des vendeurs de mort !

Quelle irresponsabilité !!

 

La consommation de drogues chez les jeunes a souvent pour conséquence d'entraîner des drames familiaux par une rupture des relations parents-enfants puis, devenus adultes, des drames conjugaux en détruisant la cellule familiale qu'ils ont constituée.

 

Parmi les élus, certains d'entre-eux vont même jusqu'à proposer la légalisation de substances actuellement illicites tel que le cannabis dont la haute toxicité (4) a été depuis longtemps reconnue par le Ministère chargé de la santé (en 1989, par Claude Évin, ministre de la Solidarité, de la Santé), en particulier pour les jeunes consommateurs de plus en plus nombreux (certains ayant moins de quatorze ans) (5).

 

Plusieurs candidats à l'élection présidentielle de 2017 sont favorables à la légalisation du cannabis.

 

Trois d'entre-eux l'ont même intégré dans leur programme :

- Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste, député des Yvelines de 2014 à 2017, ministre de l'Éducation nationale en 2014, parrainé par cent-soixante-neuf députés, page 21, propose : « Je légaliserai l'usage du cannabis pour les majeurs ».

L'un de ses porte-parole, député des Hauts-de-Seine, a proposé : « De la même manière que nous étions il y a quelques années un important producteur de tabac, nous souhaitons mettre en place une filière agricole française du cannabis supervisé par l'État ».

Une proposition de loi, n°4367 enregistrée le 11 janvier 2017 (6) à la Présidence de l'Assemblée Nationale, relative à la légalisation contrôlée du cannabis a été déposée par onze parrains députés dont Cécile Duflotministre du Logement et de l'Égalité des territoires de 2012 à 2014, ancienne Secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts, députée de Paris de 2014 à 2017, qui a mentionné dans son projet le 21 septembre 2016 : « La légalisation des drogues dites douces et la dépénalisation des autres permettra de faire cesser les trafics (..) », a déclaré le 27 septembre 2016 sur Public Sénat : « Il faut une politique responsable en matière de drogue, et une politique responsable c'est la légalisation, et une politique de santé publique comme avec l'alcool, comme avec le tabac. Oui, c'est une drogue comme l'alcool, le tabac (..) Il faut légaliser et avoir une vraie politique », et a écrit le 10 octobre 2016 sur Twitter : « Je défends de très longue date la légalisation du cannabis », et Noël Mamère, candidat écologiste à l'élection présidentielle 2002, ancien député européen, qui a déclaré le 16 octobre 2012 sur RMC : « Nous avons été les premiers à demander une légalisation contrôlée (..) La seule solution, c'est d'autoriser la consommation de cannabis et de la contrôler puisque la consommation se fera toujours ».

Yannick Jadot, conseiller spécial du candidat du Parti socialiste, député européen écologiste, a déclaré le 27 septembre 2016 sur Public Sénat : « C'est pas en dépénalisant, c'est en légalisant qu'on résout ces problèmes-là, parce qu'à partir du moment où on légalise, on peut encadrer la vente (..) et c'est parce qu'on légalise la vente qu'on met à sec tous les réseaux (..)».

Le candidat du Parti socialiste est notamment soutenu par :

Christiane Taubira,Garde des Sceaux, ministre de la Justice de 2012 à 2016, ancienne députée de Guyane,

Marylise Lebranchu, Garde des Sceaux, ministre de la Justice de 2000 à 2002, députée du Finistère de 2002 à 2012 et de 2016 à 2017,

Élisabeth Guigou, Garde des Sceaux, ministre de la Justice de 1997 à 2000, députée de Seine-Saint-Denis de 2002 à 2017,

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement de 2016 à 2017, secrétaire nationale d'EELV de 2013 à 2016,

Mathias Fekl, ministre de l'Intérieur de mars à mai 2017, ancien député socialiste du Lot-et-Garonne,

Michel Sapin, ministre de l'Économie et des Finances de 2014 à 2017, condamné le 29 septembre 2016 au remboursement d'indemnités indûment perçues,

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale de 2014 à 2017,

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif puis de l'Économie de 2012 à 2014, condamné en 2012 d'une part à un euro symbolique de dommages et intérêts pour injures publiques, et d'autre part à 2000 euros de dommages et intérêts pour atteinte à la présomption d'innocence,

Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale de 2012 à 2014, Représentant français au Parlement européen qui est aussi son conseiller politique,

Marie-Noëlle Lienemann, ministre déléguée au Logement de 1992 à 1993, sénatrice de Paris,

Martine Aubry, maire socialiste de Lille, ministre de l'Emploi et de la Solidarité de 1997 à 2000,

Anne Hidalgo, Maire de Paris,

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture de 2012 à 2014, députée socialiste de Moselle de 2007 à 2012 et de 2014 à 2017, 

Sylvia Pinel, présidente du Parti radical de gauche, ministre du Logement de 2012 à 2014 qui a exposé le 22 décembre 2016 sur France 2 : « Aujourd'hui, la légalisation du cannabis, c'est finalement une question de santé publique »,

Marie-Arlette Carlotti, ministre aux Personnes handicapées de 2012 à 2014, députée des Bouches-du-Rhône de 2014 à 2017, qui a déclaré le 06 juin 2016 lors d'un débat à Marseille : « En effet, je suis favorable à la légalisation contrôlée de la production, de la vente et de l'usage du cannabis et la création d'une filière sous monopole d'État (..) En définitive, ce n'est pas le cannabis qui tue mais la prohibition »,

Patrick Menucci, député socialiste des Bouches-du-Rhône de 2012 à 2017, condamné le 20 janvier 2015 pour diffamation, qui a renouvelé son appel à la légalisation, dans un communiqué diffusé le 25 juin 2016, en ces termes : « la légalisation du cannabis est la seule solution permettant d'éradiquer les trafics »,

Henri Emmanuelli, président de l'Assemblée nationale de 1992 à 1993, député des Landes, condamné en 1997 à dix-huit mois de prison avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques pour complicité de trafic d'influence,

Jean-Luc Bennahmias, président du Front démocrate UDE, ancien secrétaire national des Verts,

David Assouline, porte-parole du Parti socialiste de 2012 à 2014, sénateur de Paris ;

 

- Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, ancien membre trotskiste de l'Organisation communiste internationaliste (OCI), député européen, ancien ministre délégué à l'Enseignement professionnel, devenu en avril 2017 la personnalité politique la plus populaire, parrainé par sept députés dont Marie-Georges Buffet, ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports qui fut secrétaire du Parti communiste français de 2001 à 2010 et candidate à l'élection présidentielle de 2007, page 107, déclare : « La politique française en matière de drogue se résume trop souvent à la répression » et suggère de « légaliser et encadrer la consommation, la production et la vente du cannabis ».

Il est notamment soutenu par Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti communiste français, ancien président du Parti de la gauche européenne a déclaré le 16 octobre 2012 sur RFI : « La loi en vigueur, si elle vise à limiter la consommation de cannabis, est en échec puisque la France est un des pays où les adolescents consomment le plus (..) il faut s'orienter vers une politique qui dépénalise progressivement cet usage (..)» (a) ; 

 

- Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti anticapitaliste, délégué syndical CGT, militant trotskiste de la Ligue communiste révolutionnaire de 2000 à 2009, dont l'irresponsabilité va même jusqu'à proposer le désarmement des policiers en pleine période de terrorisme islamiste, parrainé par deux députés dont Jean Lassalle, candidat à l'élection présidentielle du mouvement "Résistons !", page 29, revendique : « Contre la répression et l'embrigadement de la jeunesse (..) légalisation du cannabis ». 

 

 

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, militante trotskiste de Lutte ouvrière (nom d'usage de l'Union communiste affiliée à l'Union communiste internationaliste), conseillère municipale chargée de la jeunesse de 2008 à 2014, a écrit, le 08 mars 2017, en réponse à un courrier reçu de l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie : 

"2. Organiser un débat public sur la légalisation du cannabis

Bien sûr je ne suis pas opposée à l'idée d'un débat sur cette question et je suis favorable à la dépénalisation du cannabis. (..) La prohibition du cannabis est bien sûr un échec total. Depuis vingt ans environ, il est d'un usage courant. Son interdiction ne l'a pas empêché de se répandre et sa consommation de se maintenir à un niveau élevé. (..) Ce qu'amènerait la légalisation du cannabis serait bien sûr la fin de la répression et des condamnations des trafiquants. Cela laisserait le champ libre à la vente légale.  Et parmi ceux qui souhaitent la légalisation du cannabis se trouvent ceux qui veulent en vendre légalement".

 

Parmi les autres personnalités politiques favorables à la légalisation :

- Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État, député socialiste de Paris de 2012 à 2014, a affirmé le 12 avril 2016 sur BFMTV : « Je pense qu'il faut aller vers une légalisation contrôlée (..) la prohibition n'est pas efficace » ; 

- Eva Joly, candidate d'Europe Écologie Les Verts à l'élection présidentielle de 2012, députée européenne, condamnée le 08 décembre 2011 et le 15 octobre 2015 pour diffamation,  a déclaré le 23 mars 2012 sur France Info : « EELV a une position très radicale, c'est de légaliser le cannabis pour saper cette économie parallèle à la base ».

 

Honte à ceux qui, sous prétexte de défendre les intérêts de la jeunesse et de lutter contre les trafics, prévoient de prendre des décisions qui auront des effets destructeurs !

 

 

Parmi les personnalités politiques favorables à la dépénalisation :

- Emmanuel Macron, candidat du mouvement En Marche, membre du Parti socialiste de 2006 à 2009, ancien ministre de l'Économie, futur président de la République, parrainé par trente-quatre députés, a déclaré le 04 septembre 2016, dans une interview accordée au journal Le Figaro : « Aujourd'hui, le cannabis pose un problème en effet de sécurité, de lien avec la délinquance dans les quartiers difficiles, de financement de réseaux occultes. Et donc on voit bien que la légalisation du cannabis a des intérêts de ce point de vue et a une forme d'efficacité. (..) Je ne suis pas contre, tout à fait si cette réponse provisoire peut être la mienne aujourd'hui », puis a  écrit dans son livre Révolution paru le 26 novembre 2016 : « Je plaide pour une dépénalisation de la détention en petite quantité du cannabis afin de désengorger les tribunaux ».

L'un de ses parrains, François de Rugy, président du Parti écologiste, vice-président de l'Assemblée nationale, a déclaré le 15 janvier 2017 sur BFMTV : « La légalisation de la marijuana est le seul moyen de lutter contre le trafic ».

L'un de ses soutiens, Daniel Vaillant, ministre de l'Intérieur de 2000 à 2002, député socialiste de Paris, qui avait remis en 2011 au groupe socialiste à l'Assemblée un rapport préconisant la légalisation contrôlée du cannabis, a déclaré le 09 octobre 2009 dans un entretien au Parisien : «  Ne faudrait-il pas prendre le pari de légaliser la consommation personnelle de cannabis (..) une vente à des endroits précis et contrôlés, interdite aux mineurs de seize ans », et le 03 février 2016  au magazine Les Inrockuptibles : « Pour avoir été le premier, en 2003, à avoir proposé la légalisation contrôlée du cannabis (..) Il est urgent d'ouvrir un débat passionné sur le sujet ».

Un soutien récent, Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche de 1996 à 2016, président-directeur général du groupe La Dépêche, ministre de l'Aménagement du territoire de 2016 à 2017, condamné en 2003 à six mois de prison avec sursis et 30000 euros d'amende pour abus de biens sociaux, recel d'abus de biens sociaux, faux et usage de faux, a déclaré le 15 septembre 2011, sur France 2, lors d'un débat de la primaire socialiste  : « Mon programme prévoit la légalisation du cannabis (..) la dépénalisation ne règle rien ». 

Emmanuel Macron est notamment soutenu par :

François Bayrou, président du Mouvement démocrate, ministre de l'Éducation nationale de 1993 à 1997 (futur ministre d'État, Garde des sceaux, ministre de la Justice),

Dominique Perben, Garde des Sceaux, ministre de la Justice de 2002 à 2005, député du Rhône,

Jean Arthuis, ministre de l'Économie et des Finances de 1995 à 1997, député européen,

Gérard Collomb, sénateur socialiste de 1999 à 2017, sanctionné financièrement en 2016 en raison de ses absences répétées au Sénat, maire de Lyon de 2001 à 2017 (futur ministre d'État, ministre de l'Intérieur qui a déclaré le 24 mai 2017 sur BFMTV : « Ce que dit Emmanuel Macron (..) c'est qu'on peut dresser une contravention tout de suite. Parce que le problème aujourd'hui, c'est que quelqu'un est arrêté pour un trafic de stups et il ne se passe rien, deux jours après il revient dans son quartier et il fait exactement le même trafic »).

Bertrand Delanoë, ancien maire de Paris,

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de 2012 à 2017 (futur ministre de l'Europe et des Affaires étrangères),

Robert Hue, ancien président du Parti communiste français, sénateur du Val-d'Oise,

Daniel Cohn-Bendit, coprésident du groupe Verts/ALE au Parlement européen de 2002 à 2014 ;

Dominique Galouzeau de Villepin, Premier ministre de 2005 à 2007, ministre de l'Intérieur de 2004 à 2005 ;

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel de 2005 à 2016, président de l'Assemblée nationale de 2002 à 2007, ministre de l'Intérieur de 1995 à 1997 ;

Entre les deux tours de l'élection présidentielle, lcandidat du mouvement En Marche a également reçu le soutien des personnalités suivantes :

Bernard Cazeneuve, Premier ministre de 2016 à 2017, ministre de l'Intérieur de 2014 à 2016,

Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre de 2002 à 2005, 

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre de 2012 à 2014, ministre des Affaires étrangères de 2016 à 2017, condamné à six mois de prison avec sursis et 30000 francs d'amende pour délit d'octroi d'avantage injustifié (délit de favoritisme),

Michel Sapin, ministre de l'Économie  et des Finances de 1992 à 1993 et de 2014 à 2017, condamné le 29 septembre 2016 au remboursement d'indemnités indûment perçues (*),

Hervé Morin, président du Nouveau centre puis des Centristes depuis 2007, ministre de la Défense de 2007 à 2010,

Christian Jacob, président du groupe UMP puis Les Républicains depuis 2010, ministre délégué à la Famille de 2002 à 2004,

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste depuis 2014, député de Paris de 1997 à 2017 (sanctionné financièrement en raison de ses absences répétées à l'Assemblée nationale), condamné pour recel d'abus sociaux à cinq mois de prison avec sursis en 2000, condamné pour recel d'abus de confiance à six mois de prison avec sursis en 2006, 

Pierre Moscoviciministre de l'Économie et des Finances de 2012 à 2014, commissaire européen aux affaires économiques,

Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste de 2012 à 2014, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes de 2014 à 2017, condamné en 1998 à dix-huit mois de prison avec sursis et 30000 francs d'amende pour recel d'abus de biens sociaux,

Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, condamné en 2007 à six mois de prison avec sursis et 60000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêts,

Ségolène Royal, ministre déléguée à l'Enseignement scolaire de 1997 à 2000, ministre de la Famille de 2000 à 2002, ministre de l'Environnement de 2014 à 2017, condamnée le 08 avril 2009 pour licenciements abusifs de deux attachées parlementaires.

Bernard Tapie, ministre de la Ville de 1992 à 1993, député des Bouches-du-Rhône de 1993 à 1996, condamné en 1995 à deux ans de prison dont huit mois ferme et trois ans d'inéligibilité pour complicité de corruption et subornation de témoins, en 1996 à deux ans d"emprisonnement avec sursis pour abus de biens sociaux, en 1997 à dix-huit mois de prison dont six ferme pour fraude fiscale, en 1998 à trois ans d'emprisonnement avec sursis et cinq ans de privation de ses droits civils et civiques pour faux, usage de recel de faux, abus de confiance et de biens sociaux, et en 2005 à trois ans de prison dont huit ferme pour fraude fiscale.

(*)

http://www.boursorama.com/actualites/rejet-d-un-recours-de-sapin-pour-des-indemnites-indument-percues-0ce5ae64c01a4bec993aac30fe4c8b89

 

- Jean Lassallecandidat à l'élection présidentielle du mouvement "Résistons !", député des Pyrénées-Atlantiques depuis 2002, page 9 de son programme présidentiel, envisage de : « classer la consommation de stupéfiants comme simple contravention, non plus comme un délit » ;

 

- Au parti les Républicains : 

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, des Transports de 2010 à 2012, députée de l'Essonne de 2012 à 2017 (a),

Alain Juppé, Premier ministre de 2005 à 2007, maire de Bordeaux, condamné pour prise illégale d'intérêts en 2004 à quatorze mois de prison, et condamné pour diffamation en 2015, sont également favorable à la "contraventionnalisation" du cannabis (a) ;

 

 

François Asselineau, candidat de l'Upr à l'élection présidentielle, ancien haut fonctionnaire, président de l'Union populaire républicaine, n'a pas tranché sur la question.

 

 

Se taire ou ne pas s'opposer fermement à la légalisation du cannabis, c'est être complice des vendeurs de mort !

 

Ces politiques feraient mieux de prendre des mesures efficaces, afin de démanteler les réseaux des trafiquants de drogue trop insuffisamment combattus. Depuis de nombreuses années, la politique "du laisser-faire" (7), afin de préserver la paix sociale, a eu pour conséquence de sacrifier la jeunesse, avenir de notre pays. Les effets de la consommation du cannabis, substance illicite la plus répandue, sont pourtant désastreux sur le comportement et la santé !

Au lieu de promouvoir (8) une politique de production de cannabis encadrée par l'État, une attitude responsable consisterait plutôt à rétablir des contrôles permanents aux frontières, afin de limiter considérablement l'entrée des drogues sur le territoire national, et de faire preuve de fermeté en mettant en place une véritable politique de répression ayant pour objectif l'arrestation des têtes de réseaux des trafics de drogue, au lieu de se contenter de sanctionner principalement les consommateurs.

 

Ces personnalités politiques, totalement irresponsables, n'ont aucune conscience de la souffrance endurée au quotidien par les familles des toxicomanes lesquels se retrouvent souvent dans une situation de rupture familiale et sociétale. En effet, il est extrêmement compliqué pour une famille de gérer les conséquences de l'addiction.

La drogue détruit non seulement les individus, mais également les familles ! La drogue détruit tout !!

 

Heureusement, certains politiques se sont ouvertement opposés à la légalisation ou à la dépénalisation du cannabis :

- François Hollande, président de la République de 2012 à 2017 (a) ; 

- Nicolas Sarkozy, président de la République de 2007 à 2012 (a) ;

- Manuel Valls, Premier ministre de  2014 à 2016 (a) ;

- Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé de 2012 à 2017, ancienne députée socialiste d'Indre-et-Loire (a) ;

- Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé de 2010 à 2012 (a);

- Marine Le Pen, candidate du Front National à l'élection présidentielle 2017, députée européenne, soutenue au second tour par :

Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate de 2009 à 2013, ministre du logement et de la ville de 2007 à 2009, députée des Yvelines de 1986 à 2007,

Bruno North, président du Centre National des Indépendants et Paysans,

Marie-France Garaud, ancienne conseillère de Georges Pompidou, Premier ministre puis président de la République, députée européenne de 1999 à 2004, et

Nicolas Dupont-Aignan, (Cf. ci-dessous) ;

- Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France à l'élection présidentielle 2017, député de l'Essonne ;

- François Fillon, candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle 2017, membre du parti Les Républicains, ancien ministre de l'Éducation nationale puis ancien Premier ministre (a) ;

- Jacques Cheminade, candidat de Solidarités et progrès à l'élection présidentielle 2017, ancien Haut fonctionnaire ;

- Jean-Pierre Chevènement, ministre de l'Éducation nationale de 1984 à 1986, ministre de l'Intérieur de 1997 à 2000, président du Mouvement des citoyens de 1993 à 2001 (a) ; 

- Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, député des Yvelines de 2012 à 2017 ;

- Rachida Dati, Garde des Sceaux, ministre de la Justice de 2007 à 2009, députée européenne (a) ;

- François Baroin, ministre de l'Intérieur de 2005 à 2007, ministre de l'Économie, des Finances de 2011 à 2012 (a) ;

- François Copé, président de l'UMP de 2012 à 2014, ancien ministre, ancien député de Seine-et-Marne (a) ;

- Bruno Lemaire, ministre de l'Agriculture de 2009 à 2012, député de l'Eure de 2007 à 2009 et de 2012 à 2017(a brillé par son absence à l'Assemblée nationale), (futur ministre de l'Économie) (a) ;

Jean-Louis Borloo, président du Parti radical de 2005 à 2014, ministre d' État, ministre de l'écologie de 2007 à 2010, président de l'Union des démocrates et des indépendants de 2012 à 2014 (a) ; 

- Georges Fenech, ancien magistrat, député Les Républicains du Rhône de 2012 à 2017 ;

- Pierre Lellouche, secrétaire d'État de 2009 à 2012, député Les républicains de Paris de 2012 à 2017.

- Henri Guaino, commissaire du Plan de 1995 à 1998, député Les républicains des Yvelines de 2012 à 2017, qui a déclaré le 06 juin 2012 sur LCI : « c'est vraiment un désastre moral, cette idée de légaliser le cannabis, les drogues douces comme si elles étaient douces, comme s'il n'y avait pas de rapport entre drogues douces et drogues dures !"

- Laurent Wauquiez, premier vice-président des Républicains, ministre chargé des Affaires européennes puis de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de 2010 à 2012, député de la Haute-Loire de 2012 à 2017, qui a déclaré le 12 avril 2016 sur RTL, suite à la proposition de légalisation de la vente du cannabis par Jean-Marie Le Guen : ils ont décidé d'enfumer les gens. J'ai sincèrement le sentiment que ce gouvernement ne comprend rien à la France. On a une économie qui plonge, un taux de chômage qui ne cesse d'augmenter, un pouvoir d'achat des classes moyennes qui ne va pas bien, une problématique de terrorisme. Et le gouvernement a trouvé la solution : « on va dépénaliser le cannabis. Est-ce que tout ça est sérieux ? (..) on assiste à tout le retour des vieilles lunes de gauche ».

 

 

(a) Ces personnalités politiques soutiennent au second tour de l'élection présidentielle Emmanuel Macron, candidat favorable à la dépénalisation du cannabis.

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/04/le-symbole-de-la-gauche-caviar.html

 

Non seulement le cannabis est nocif pour la santé, mais présente indéniablement de réels dangers pour la conduite de véhicules.

En effet, alors qu'environ 23% des décès surviennent dans des accidents impliquant un conducteur contrôlé positif aux stupéfiants, que conduire après avoir consommé du cannabis multiplie par 2 le risque d’être responsable d’un accident mortel, et que le risque est multiplié par 14 en cas de consommation conjointe de cannabis et d’alcool, il est évident que la consommation de cannabis et d'alcool induit des comportements à risque.

N'est-ce pas un comportement condamnable que de permettre la commercialisation de produits licites qui s'avèrent nocifs pour la santé, et d'envisager la légalisation d'une substance toxique actuellement interdite ?

Alors que nous assistons à une forte augmentation du nombre des interpellations pour usage de stupéfiants ces dernières années, le délit est rarement sanctionné (9)! Pourtant, selon l'article L. 3421-1 du code de la santé publique, la possession illégale d'un produit stupéfiant doit être puni d'un an d'emprisonnement et de 3750 euros d'amende (10).

http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/da13jud.pdf

 

Maintenir le peuple sous la dépendance d'opiums à ses dépens ne peut lui permettre d'avoir une vision objective des réels problèmes de la société, ce qui a pour conséquence de faciliter pleinement l'exercice du pouvoir.

À croire qu'il n'y a jamais assez d'opiums pour éviter toute amorce de prise de conscience d'une population largement manipulée par les médias !

Enfermés dans leurs convictions, certains politiques assènent leurs idées trompeuses comme des vérités immuables !

Une attitude citoyenne responsable consisterait à ne plus plébisciter les personnalités politiques qui prévoient dans leur projet d'empoisonner le peuple et, par voie de conséquence, de l'empêcher de se réaliser pleinement et de réussir son avenir. Ces politiques ne devraient pas pouvoir exercer un mandat électoral quelle que soit la fonction, même à la plus petite échelle.

Taire la vérité sur les dangers que représente la consommation de telles substances nocives, c'est mentir aux français !

 

Voter ou appeler à voter pour un candidat favorable à la légalisation ou à la dépénalisation (11), c'est faciliter, voire encourager le développement des addictions, en banalisant la consommation.

Dans le cas où le candidat élu à la présidentielle proposerait une loi prévoyant de légaliser ou de dépénaliser le cannabis, nous appellerions nos concitoyens à faire preuve de responsabilité en entrant activement en résistance afin de faire avorter ce projet pernicieux !!

 

(1)

Qu'est-ce qu'une addiction :

http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/addictions

 

(2)

Les dangers de l'alcool (environ 15000 décès par cancer par an) :

http://www.alcool-info-service.fr/alcool/consequences-alcool/risques-long-terme#.WN0Zs9SLTs0

 

http://www.alcool-info-service.fr/alcool/consequences-alcool/risques-court-terme#.WN0a-dSLTs0

 

http://www.drogues-dependance.fr/alcool-effets_dangers.html

 

Les effets de l'alcool sur la santé (Document de l'Inserm) :

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/168/expcol_2001_alcool.pdf?sequence=1

 

Les dommages sociaux de l'alcool. Abus et dépendance (Document de l'Inserm)

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/154/expcol_2003_alcool.pdf?sequence=1

 

(3)

Les dangers du tabac (environ 47000 décès par cancer par an) :

http://www.ligue-cancer21.net/blog/article/tabac-et-cancer

 

http://www.bmlweb.org/tabac.html

 

(4)

Les dangers du cannabis :

http://www.drogues-dependance.fr/cannabis-effets_et_dangers.html

 

Les effets du cannabis sur le comportement et la santé (Document de l Inserm) :

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/171/expcol_2001_cannabis.pdf?sequence=1

 

(5)

Protéger les enfants contre la drogue, une nécessité car les jeunes français sont les plus gros fumeurs d'Europe, et ont une consommation précoce de cannabis et d'alcool :

http://www.parentscontreladrogue.com/

 

(6)

Proposition de loi n°4367 relative à la légalisation contrôlée du cannabis :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion4367.asp

 

(7)

y compris dans certaines prisons "portes ouvertes" où le régime de détention ressemble plus à un centre de vacances. Quel scandale !

https://www.youtube.com/watch?v=t2PaXtpqWIM

 

(8)

Liste des personnalités marseillaises favorables à la légalisation du cannabis :

http://www.lejdd.fr/Politique/Cannabis-pour-sauver-Marseille-150-personnalites-de-la-ville-demandent-la-legalisation-837958

 

(9)

Philippe Capon, secrétaire général du syndicat Unsa-Police a déclaré le 25 mai 2017 à La Croix : « Les policiers réalisent chaque année 130000 procédures pour usage de cannabis, mais 2000 seulement aboutissent à des poursuites. Les 128000 autres se terminent par un simple rappel à la loi (..) Au final, la personne est, au mieux, convoquée par le juge pour un rappel à la loi. Le plus souvent, çà se termine par un simple courrier (..) Quand aux 2000 procédures qui aboutissent, elles visent en réalité des personnes que l'on a déjà interpellées deux, trois, quatre fois, ou pour lesquelles on a une suspicion de trafic ».

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur a déclaré le 24 mai 2017 sur BFMTV : « (..) le problème aujourd'hui, c'est que quelqu'un est arrêté pour un trafic de stups et il ne se passe rien, deux jours après il revient dans son quartier et il fait exactement le même trafic ».

 

(10)

L'usage illicite de l'une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est puni d'un an d'emprisonnement et de 3750 euros d'amende.

Les personnes coupables de ce délit encourent également, à titre de peine complémentaire, l'obligation d'accomplir un stage de sensibilisation aux dangers de l'usage de produits stupéfiants, selon les modalités fixées à l'article 131-35-1 du code pénal.

Si l'infraction est commise dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, ou par le personnel d'une entreprise de transport terrestre, maritime ou aérien, de marchandises ou de voyageurs exerçant des fonctions mettant en cause la sécurité du transport dont la liste est fixée par décret en Conseil d'Etat, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende. Pour l'application du présent alinéa, sont assimilés au personnel d'une entreprise de transport les travailleurs mis à la disposition de l'entreprise de transport par une entreprise extérieure.

 

En ce qui concerne le trafic de stupéfiants, selon l'article 222-37 du code pénal :

Le transport, la détention, l'offre, la cession, l'acquisition ou l'emploi illicites de stupéfiants sont punis de dix ans d'emprisonnement et de 7 500 000 euros d'amende.

Est puni des mêmes peines le fait de faciliter, par quelque moyen que ce soit, l'usage illicite de stupéfiants, de se faire délivrer des stupéfiants au moyen d'ordonnances fictives ou de complaisance, ou de délivrer des stupéfiants sur la présentation de telles ordonnances en connaissant leur caractère fictif ou complaisant.

 

En ce qui concerne la conduite sous l'influence de stupéfiants, selon l'article L. 235-1 du code de la route modifié par la loi  n° 2003-87 du 3 février 2003 :

Toute personne qui conduit un véhicule ou qui accompagne un élève conducteur alors qu'il résulte d'une analyse sanguine qu'elle a fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants est punie de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 EUR d'amende.
« Si la personne se trouvait également sous l'empire d'un état alcoolique caractérisé par une concentration d'alcool dans le sang ou dans l'air expiré égale ou supérieure aux taux fixés par les dispositions législatives ou réglementaires du présent code, les peines sont portées à trois ans d'emprisonnement et 9 000 EUR d'amende.

 

(11)

Cannabis et candidats à la Présidentielle 2017 :

https://www.newsweed.fr/dossiers/cannabis-candidats-presidentielle-2017/

 

 

Commentaires :

"Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre." (Albert Einstein)

 

"La pénicilline et la lutte contre l'alcoolisme sont bien plus efficaces que les changements de gouvernements" (Eugène Ionesco)

 

"Les hommes (..) abreuvés de liqueurs fortes ont tous un sang aigri et aduste qui les rend fous en cent manières différentes" (Voltaire)

 

Après s'être piqué aux épines de la rose socialiste, les électeurs respireront-ils le parfum de la fleur de cannabis ?

 

Il est heureux que le candidat socialiste Benoît Hamon, qui prévoyait de légaliser le cannabis dès 2018, ait été éliminé au premier tour de l'élection présidentielle, ainsi que ses soutiens, Emmanuelle Cosse, Cécile Duflot, Elisabeth Guigou, Aurélie Filippetti, Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Menucci aux élections législatives.

 

 

Article mis à jour le 12 juin 2017, rédigé par Cristina Casado et Pascal Bourdaloue

 

Article "Le candidat "En Marche" Emmanuel Macron, symbole de la gauche caviar" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/04/le-symbole-de-la-gauche-caviar.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 19:23

 

Élevée par des parents toxiques, un père pervers (1) , tyrannique, extrêmement possessif, au comportement incestueux, une mère consentante et atteinte d'une grave maladie mentale (2), mon enfance fut bridée et ma vie d'adulte mutilée.

 

Telle une fleur à peine éclose qui manqua d'air et de soleil, je fus très tôt totalement privée de liberté par des parents excessivement possessifs.

Alors que je tentai de me relever en m'éloignant de cet univers étouffant et destructeur dans lequel je dépéris dangereusement, un mari despote m'humilia et me rabaissa plus bas que terre.

Enfin, je me suis étiolée au fil des années à cause du comportement toxique de mes fils qui reprirent à leur tour le flambeau de leur père et de leur grand-père décédés.

 

Ma famille qui aurait dû être un refuge harmonieux, rassurant et protecteur, fut malheureusement, pour moi, le pire des environnements ! Emprisonnée, étouffée, opprimée, battue, violée, humiliée et dénigrée, le milieu familial où j'aurais pu m'épanouir s'avéra un véritable enfer !!

 

 

Première partie : Le calvaire familial

 

Aussi loin que remontent mes souvenirs, dès la petite enfance  ̶  j'avais alors deux ou trois ans  ̶  ma mère me promenait tous les après-midi en poussette jusqu'à un joli petit parc situé à la campagne où je ne voyais aucun enfant ; il n'y avait jamais personne lorsque ma mère m'y amenait.

De toute la période de mon enfance, en dehors de l'école, je ne me souviens pas avoir été en présence d'autres enfants, hormis un cousin et une cousine que je voyais parfois lors de certaines vacances scolaires.

En effet, à l'exception d'une petite partie de ma famille, je ne voyais personne ! Je ne pouvais pas inviter une copine d'école, ni me rendre chez elle, même pour fêter un anniversaire. Cela m'était interdit !

Je fus donc isolée, dès ma petite enfance, pour mieux assouvir le comportement extrêmement possessif de mes parents ainsi que le désir de domination de mon père. Pour mieux exercer son emprise, il avait besoin d'avoir en permanence sa femme et sa fille sous la main ! 

J'étais contrainte de rester au sein du couvent familial, cloîtrée dans les murs parentaux !

 

De plus, j'eus une grand-mère paternelle particulièrement dure et toxique qui m'en voulut jusqu'à sa mort d'avoir fréquenté, pour la première fois à l'âge de vingt-un ans, un jeune homme dont j'étais éperdument amoureuse.

Comme ce garçon ne leur plut pas, les membres de ma famille (mes parents, ma grand-mère paternelle, mes tantes maternelles) ayant un ascendant sur moi se liguèrent tous pour m'empêcher de continuer à le voir. Ayant été une enfant sage et respectueuse, puis une adolescente studieuse qui ne posa aucun problème à ses parents, je vécus d'autant plus leur réaction excessivement négative à mon égard comme une énorme injustice.

Je ressentis alors un terrible désespoir, une souffrance telle que j'eus l'impression de recevoir des coups de poignard en plein cœur. Ils me tuèrent psychologiquement ! Ce fut d'une violence si intense que je m'effondrai complètement.

 

Il y a plusieurs façons d'anéantir un individu. Pour moi, cette grande blessure psychologique me fut fatale. Ils brisèrent mon élan de vie, tel un oisillon à qui l'on rompit les frêles ailes dès son premier envol. 

Depuis lors, je ne vécus plus, je survécus !  

 

Souffrant pendant mon enfance de la difficulté à communiquer avec une mère qui était fréquemment dans son univers délirant, je me rapprochai affectivement de mon père despote qui m'accordait beaucoup plus d'attention. L'impact paternel fut tel que je l'ai inconsciemment recherché, plus tard, dans mes relations sentimentales. C'est ainsi qu'à l'âge de vingt-quatre ans, devenue dépressive, anxieuse et anorexique, en raison des violences psychologiques exercées par mes parents à mon encontre pour m'empêcher de les quitter, j'épousai un homme de vingt-cinq ans mon aîné qui sut m'apporter, à ce moment-là, la chaleur humaine dont j'avais tant besoin.

 

Malheureusement, peu après mon mariage, cet homme alcoolique, au comportement paternaliste, tout aussi possessif et pervers (3) que mon père, se révéla être un mari violent physiquement et psychologiquement. Frappée, trompée et humiliée, j'étais devenue l'objet sexuel de cet homme avec qui je conçus néanmoins trois enfants auxquels je donnai tout mon amour et qui comblèrent le manque affectif dont je souffrais cruellement. Après quatorze ans de vie commune, cet homme alcoolique qui était par ailleurs un gros fumeur fut emporté subitement une nuit par un infarctus massif. J'étais triste pour mes enfants mais, une fois passé le choc de cette nuit éprouvante, je me sentis rapidement libérée. 

 

Les années qui suivirent, je ne ressentis pas le besoin de refaire ma vie, craignant de rencontrer à nouveau un homme violent, et me consacrai entièrement à mes enfants.

 

L'aîné commença à me poser des problèmes à l'âge de seize ans lorsqu'il utilisa ma carte bancaire à mon insu pour retirer de l'argent sur mon compte. Comme je l'avais initié à la conduite automobile, à sa demande à quinze ans, et inscrit dans une auto-école en vue de préparer sa conduite accompagnée un an plus tard, il ne trouva rien de mieux que de dérober les clés de ma voiture pour aller se promener avec des copains ! C'est ainsi qu'en l'espace de deux ans, je dus aller le récupérer à trois reprises au poste de police, car il était encore mineur. À dix-huit ans, il sombra dans une addiction au cannabis et commença à recevoir chez moi, contre ma volonté, de jeunes drogués. Pour déjouer ma vigilance, il les faisait passer par la fenêtre de sa chambre située en rez-de-chaussée ! Son comportement avait changé et nos relations devinrent de plus en plus conflictuelles. Il se laissait aller complètement, se négligeait et ne parvenait plus à se lever le matin pour se rendre sur son lieu de travail. Quelques mois après ses vingt ans, n'en pouvant plus de son comportement extrêmement rebelle et de sa grande instabilité, je fus contrainte, le cœur déchiré, de le mettre à la porte alors qu'il venait de rencontrer sa future compagne. Sa drogue avait détruit notre relation ! Il s'installa alors chez sa compagne, mais continua néanmoins à me spolier financièrement pour satisfaire ses addictions (cannabis, alcool, tabac), ne parvenant à conserver aucun emploi et manquant surtout de motivation pour en rechercher.

 

Mon second fils, qui était celui avec lequel j'avais le plus d'affinités, ne me posa aucun problème particulier, mais devint au fil des années de plus en plus dépendant à internet.

Le plus jeune, au tempérament très rebelle, n'a jamais voulu étudié, et s'est même mis à faire l'école buissonnière au cours de ses années passées au collège. Comme je ne parvenais plus à le faire aller en cours, il fut placé à l'âge de quinze ans par les Services Sociaux.

 

C'est à ce moment-là que j'ai commencé enfin à penser un peu à moi et à rechercher une relation amicale ou sentimentale, ce que désapprouvait mon fils aîné. Quelques mois plus tard, je rencontrai un homme sensible, gentil et attentionné qui fut quelques jours après notre rencontre menacé par mon fils aîné. Ce dernier avait compris qu'il aurait dorénavant plus de difficultés à exercer son emprise sur moi. Je fus contrainte de quitter mon domicile pour échapper au harcèlement dont j'étais l'objet. Le comportement de mon fils aîné toxicomane, celui du plus jeune qui était devenu au fil des années de plus en plus dur et difficile à gérer, l'état de santé de mes parents qui déclinait avec le vieillissement et dont je devais m'occuper de plus en plus régulièrement, avaient eu un impact sur ma santé psychique déjà fragilisée depuis de nombreuses années.

 

C'est au domicile de celui qui deviendra mon compagnon que je tentai de me remonter tout doucement. Ce fut un déchirement pour moi d'être dans l'obligation de prendre de la distance avec mes fils, car nous étions liés, surtout depuis le décès de leur père, par une relation fusionnelle.

Un an plus tard, je pris un nouvel appartement où je continuai à recevoir mon plus jeune fils, toujours en mesure de placement, pendant les weekend et les vacances scolaires. Quelques mois après sa majorité, alors qu'il persistait à transgresser les règles chez moi, il menaça à son tour mon compagnon. Dans ces conditions, il m'était difficile de continuer à l'accueillir.

 

Aujourd'hui, mes relations avec mon fils aîné qui étaient de plus en plus tendues depuis mon départ sont devenues très ponctuelles, mon second a sombré dans la schizophrénie et le dernier, devenu lui aussi toxicomane, dont la situation reste très instable, présente tous les signes du comportement paranoïaque.

Quelle détresse pour moi ! Et quel désespoir !

 

 

Seconde partie : Les conséquences pathologiques

 

Les maltraitances psychologiques que j'ai subies de la part de mes parents toxiques m'ont fait sombrer à l'âge adulte dans un état pré-psychotique déficitaire accompagné d'une importante inhibition psychomotrice, de fortes crises d'angoisse et de dépression. Après mes études et une courte période de travail, je fus enfermée et coupée de la société. Ne parvenant plus à trouver une raison de vivre, je sombrai dans une anorexie mentale qui m'affaiblit et me fit décliner physiologiquement. Ce fut inconsciemment la seule issue que je trouvai à ce moment-là pour échapper à leur emprisonnement et quitter cette vie qui ne m'apportait plus que souffrance et douleur.

Je fus sauvée par un membre de ma famille maternelle qui constatant mon état, après avoir convaincu mes parents, m'accompagna consulter un médecin psychiatre. Face à mon état psychique mais aussi physiologique qui devenait de plus en plus critique, il jugea vital de m'éloigner de cet environnement familial nocif et me fit hospitaliser dans une maison de santé située en montagne, pour me permettre de reprendre des forces, de me reposer, et de retrouver une certaine liberté.

 

Deux mois après, l'homme que j'allais épousé plus tard par désespoir, arriva alors dans l'établissement où je séjournais. Il me repéra rapidement au réfectoire car, comme j'avais encore des difficultés à m'alimenter correctement, j'étais souvent l'une des dernières pensionnaires à terminer mes repas. Il fut installé à ma table à sa demande et me parla immédiatement avec sympathie et compassion. Il commença à nouer avec moi une amitié paternaliste et « à me prendre sous son aile tel un petit oiseau blessé » comme il se plaisait à le répéter. Seule et désemparée, il m'apporta à ce moment-là l'attention et l'affection qui me manquaient tant. Le piège était tendu !

Mon moral remonta alors peu à peu, je m'alimentais déjà mieux et repris quelques forces. Il continua à se comporter ainsi jusqu'au jour de notre mariage. Par la suite, son comportement devenu violent consolida mon état dépressif et anxieux qui se traduisit de plus en plus par une inhibition psychomotrice. Son dénigrement fut tel qu'il parvint même à me persuader que j'étais une personne anormale et incapable ! Pourtant, ses accès de furie déclenchés toujours par des faits anodins démontraient bien que son comportement était excessif et déséquilibré. C'est donc bien lui qui avait de gros problèmes ! C'est d'ailleurs depuis nos premières années de vie commune que j'ai commencé, sur les conseils avisés de ma psychiatre, à prendre un traitement médicamenteux à base d'antidépresseurs et d'anxiolytiques.

Je fus souvent anémiée, car même si je m'alimentais mieux que pendant ma période anorexique, ma pathologie dépressive et anxieuse agissait sur le plan physiologique comme un cancer psychologique qui me rongeait de l'intérieur.

 

Aujourd'hui, j'ai repris des forces et je m'alimente bien grâce au soutien de mon compagnon, mais ma santé reste fragile et ce cancer poursuit son action surtout pendant les périodes de tourmente familiale.

Malgré tout, je ne baisse pas les bras et continue à me battre au quotidien !

 

La flamme vitale qui brille au fond de moi ne s'est jamais complètement éteinte, elle s'est simplement beaucoup affaiblie au cours de certaines périodes de ma vie.

 

 

Troisième partie : Le combat à mener pour survivre

 

Pour survivre dans un environnement familial aussi négatif, je fus contrainte de prendre de la distance avec mes proches, afin de me protéger, et de me permettre de continuer à me soigner dans de meilleures conditions. Ce fut au départ extrêmement douloureux pour moi, mais malheureusement vital !

 

C'est ainsi que la prise en charge médicale dont j'ai encore besoin a pu être allégée, et qu'un traitement homéopathique s'est substitué progressivement à mon traitement à base d'antidépresseurs et d'anxiolytiques. Après avoir été suivie par trois psychothérapeutes en vingt-quatre ans dont deux m'ont apporté un soutien important, j'ai entrepris une psychothérapie avec une psychologue clinicienne qui pratique l'E.M.D.R., afin de traiter et désensibiliser les traumatismes accumulés tout au long de mon parcours (4).

 

Néanmoins, je poursuis ma prise en charge avec le médecin psychiatre qui me suit depuis maintenant cinq ans. Il a eu l'intelligence de ne pas chercher à me prescrire à tout prix une ordonnance ! Les entretiens sont dirigés vers un travail de réflexion sur soi, ainsi que sur une analyse objective et approfondie des diverses situations vécues jusqu'à ce jour. Sa compétence et son ouverture d'esprit m'ont fait entrevoir le chemin de la guérison sur lequel mon compagnon aidant est extrêmement impliqué.

 

Parallèlement, je consulte un médecin homéopathe à  l'approche psychologique enrichissante qui m'apporte également un soutien efficace dans mon parcours de soins. Sa finesse d'analyse m'a permise d'avoir une vision plus objective des divers comportements toxiques de mon entourage familial, et de m'éclairer sur les personnalités manipulatrices et perverses dont il est constitué. Elle m'a ainsi aider à clarifier bien des situations difficiles et complexes !

 

Spoliée financièrement par mon fils aîné et ponctuellement par certaines personnes malveillantes qui abusèrent de ma confiance, je fus contrainte, sur les conseils de mon compagnon, de présenter une requête au Juge des tutelles afin d'être placée sous protection juridique. Tout d'abord, afin de protéger mes intérêts, une curatrice qui se révéla d'emblée inefficace fut nommée. Heureusement, elle quitta sa fonction peu de temps après sa nomination.

Un nouveau mandataire judiciaire fut alors désigné. Ses qualités humaines, sa disponibilité et son efficacité pour apporter des solutions aux situations complexes auxquelles je fus confrontée, constituèrent pour moi un précieux soutien. Quelle conscience professionnelle et quel investissement !

 

Un médecin thermal, doté de grandes compétences en matière de psychologie comportementale et convaincu des vertus thérapeutiques du sport, est également intervenu durant plusieurs années pour me recommander une pratique assidue des activités physiques et sportives. Son regard d'expert sur les divers aspects de ma pathologie m'a permis de prendre conscience qu'il m'était possible de me relever, de combattre mes inhibitions psychomotrices très handicapantes en stimulant mon corps au quotidien !

Ainsi, il a encouragé mon compagnon qui est éducateur sportif à poursuivre le travail psychomoteur qu'il avait entrepris avec moi, basé sur des exercices adaptés et personnalisés.

 

En mai 2013, sur les conseils de mon compagnon, j'ai même pris une licence sportive à la Fédération Française de Sport Adapté afin de pratiquer l'athlétisme et pour participer à quelques compétitions avec d'autres personnes souffrants de troubles psychiques.

Dans cette ambiance plutôt conviviale, j'ai ressenti l'envie et la motivation de surmonter mes difficultés et de me surpasser, ce qui m'a permis de progresser assez rapidement et de me découvrir quelques capacités insoupçonnées.

 

Je poursuivis cet élan jusqu'en mai 2014, période à laquelle mon second fils fut hospitalisé pour avoir sombré dans des troubles schizophréniques. Je connus alors plusieurs mois de dépression au cours desquels je continuai néanmoins à effectuer quelques exercices d'entretien pour éviter que mon corps se fige au point de se bloquer totalement. Vers la fin de l'année, lorsque l'état de santé de mon fils commença à s'améliorer et sa situation à se stabiliser, je partis en séjour thermal dans les Pyrénées pour me remonter. C'est alors que j'ai repris progressivement mes entraînements en vue de participer à des épreuves de course en nature. Grâce à ma persévérance et aux conseils avisés de mon entraîneur qui m'accompagna au quotidien, j'atteignis même un niveau suffisant pour me qualifier à mes premiers championnats de France, en mars 2015. Je ne m'en serais jamais crue capable ! 

 

Depuis lors j'ai participé à quelques compétitions, certaines avec des sportifs valides, dont quatre championnats de France en Sport Adapté. Quelques semaines avant les derniers championnats, je traversai à nouveau une période de dépression et d'angoisses à cause de la situation compliquée de mes fils. En un mois, je perdis cinq kilos et environ un tiers de mes capacités physiques ! Je n'avais plus suffisamment d'énergie pour rester au même niveau de performance.

Comme j'étais tous les jours fatiguée et que je me décourageais constamment, mes entraînements devinrent de plus en plus difficiles, le doute s'installa et le manque de confiance en moi reprit le dessus. Néanmoins, même si mes chronos n'étaient pas au niveau de ceux que j'aurais pu être capable de réaliser, le séjour effectué à l'occasion de ces championnats me fut très profitable, car il me permit de me déconnecter l'espace de quelques jours de mon milieu familial devenu de plus en plus anxiogène. 

 

Mon état de santé fluctue surtout en fonction des péripéties de mon entourage familial. C'est la raison pour laquelle, afin de me soigner dans un environnement plus favorable, j'effectue une grande coupure deux fois par an dans le cadre d'un séjour thermal.

L'évolution des troubles psychiques étant essentiellement tributaire de l'environnement, il est essentiel, et parfois même vital, de prendre de la distance pour tenter de se reconstruire !

Néanmoins, aujourd'hui encoreje ne suis toujours pas parvenue à retrouver vraiment le goût de vivre. En effet, tous ces traumatismes avaient fini par briser l'élan vital qui était pourtant resté présent en moi tant que j'avais pu conserver un lien social, dans le cadre de mes études et d'une brève période d'activité professionnelle. J'avais ensuite connu trois interminables années de destruction psychologique au cours desquelles le comportement de mes parents fut si nocif qu'il me fit perdre toute envie de vivre. C'est alors que je perdis l'appétit et m'affaiblit considérablement. Pourtant, après ma rencontre avec le père de mes enfants, même plongée au plus profond du désespoir, je crus entrevoir la possibilité de me raccrocher à la vie ! Tragiquement, ma vie maritale fut si désastreuse que je fus dès lors complètement anéantie !!

 

Deux de mes fils étant, tout comme leur père et leur grand-père, des pervers narcissiques (5) dont les comportements respectifs me vident de toute mon énergie, je ne parviens toujours pas à me restructurer psychiquement.

 

Complètement brisée par mes plus proches parents, ne pourrais-je donc jamais retrouver, même avec toute l'affection et l'attention que m'apporte mon compagnon au quotidien, la vivacité de la flamme qui brillait naguère en moi ? 

 

 

(1) La perversité de mon père (annexe 1 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/la-perversite-de-mon-pere.html

 

(2) La démence de ma mère (annexe 2 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-demence-de-ma-mere-annexe-2-a-l-article-survivre-a-l-enfer-familial.html

 

(3) La perversité de mon mari (annexe 3 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-perversite-de-mon-mari.html

 

(4) Mes méthodes de sauvegarde pour préserver mon psychisme (annexe 4 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/mes-methodes-de-sauvegarde-pour-preserver-mon-psychisme.html

 

(5) Se libérer de l'emprise des manipulateurs (annexe 5 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/06/sortir-de-l-emprise-des-manipulateurs.html

 

En cours de rédaction.

 

 

Article rédigé par Cristina Casado


 

Traduction de l'article "Survivre à l'enfer familial. Un témoignage bouleversant" en langue anglaise :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/12/survive-family-hell.a-deeply-moving-testimony.html

 

Traduction de l'article "Survivre à l'enfer familial. Un témoignage bouleversant" en langue espagnole :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/sobrevivir-al-infierno-familiar.html

 

Commentaires :

C'est un témoignage bouleversant d'une femme courageuse qui fut victime de maltraitances pendant de nombreuses années. Malgré les épreuves qui ont jalonné sa vie, Cristina Casado tente de se reconstruire. Elle témoigne de son combat au nom de ceux qui n'oseraient ou ne pourraient pas le faire. Je suis convaincu que le récit de son parcours de vie pourra apporter un soutien précieux aux personnes qui subissent des violences sous toutes leurs formes ainsi qu'à celles qui ont été les proies de pervers et de manipulateurs. Ce témoignage devrait également permettre aux thérapeutes de mieux appréhender les effets dévastateurs des comportements toxiques.

Pascal Bourdaloue, rédacteur du blog "La véritable lumière"

 

 

Article "Un symbole de l'enfer conjugal" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/08/un-symbole-de-l-enfer-conjugal.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 18:07

Madame S. est devenue le symbole des victimes de l'enfer conjugal !

 

Rouée de coups, humiliée, abusée sexuellement ainsi que ses trois filles, elle a vécu le martyre, sous l'emprise totale de son mari violent, pendant quarante-sept années !

Pour mettre un terme à son calvaire, dans un dernier geste de survie, elle n'a pas trouvé d'autre issue que d'éliminer son bourreau, après avoir encore reçu des menaces et des coups.

En effet, elle ne parvenait plus à s'interdire de vivre, elle qui s'autorisait seulement à survivre ! Ce fut donc le seul moyen qu'elle trouva pour se libérer des chaînes conjugales qui l'entravèrent, tant elle fut opprimée par un mari alcoolique et tyrannique. 

Jugée coupable de crime de par l'incompétence de l'Avocate générale et d'une partie des jurés qui suivirent les réquisitions sans en mesurer les conséquences tragiques, Mme S. s'est retrouvée emprisonnée, condamnée à dix ans de réclusion. Cette peine fut confirmée lors du procès en appel où siégea un Avocat général, drapé dans ses principes du droit pénal, mais n'ayant aucune connaissance de ce qu'endure une femme maltraitée dans son enfer conjugal. Quelle injustice !

 

Grâce au soutien de plusieurs associations de défense des victimes de violences conjugales, le Chef de l'État a daigné lui accorder seulement une grâce partielle. Mais, par la toute-puissance des magistrats ayant rejeté sa demande de libération conditionnelle, elle reste enfermée !

Déjà condamnée injustement au regard de toutes les grandes souffrances qui ont brisé son existence, elle est maintenant accablée par de hauts représentants de la Justice !!

Quelle honte !

Pourtant, des experts en psychiatrie et en psychologie ont reconnu la non dangerosité de Madame S.

 

Alors que de potentiels terroristes "fichés S", supposés être particulièrement dangereux car radicalisés, sont laissés en liberté, Madame S. continue, elle, à croupir en prison. C'est ainsi que tout récemment, le porteur d'un bracelet électronique "fiché S", bien que le Parquet ait demandé son incarcération, a égorgé un prêtre dans son église.

Le comble de l'injustice est de laisser en liberté des personnes qui peuvent commettre des actes atroces, alors que certaines qui ne présentent aucun danger pour autrui, comme Madame S. qui n'est pas "fichée S", peuvent être emprisonnées pendant plusieurs années. En effet, dans certains cas, des magistrats font preuve d'un grand laxisme en accordant des remises de peine à de dangereux malfaiteurs multirécidivistes (ou en laissant en liberté des violeurs (1)), comme ce fus le cas pour un condamné à une peine de vingt ans de prison pour trois tentatives d'homicide volontaire dont deux tentatives de meurtre sur policiers, ramenée en  Appel à quinze, libéré par le juge de l'application des peines après avoir purgé seulement une peine de dix ans d'emprisonnement (2).

Tel est le grand paradoxe de la Justice !

 

En rejetant ses demandes de libération conditionnelle, les juges ont ignoré les conséquences psychologiques qu'entraîne une aussi longue période de maltraitance, ainsi que le processus d'emprise psychique subit par Mme S. Pourtant, personne ne ressort indemne d'un tel enfer conjugal, loin s'en faut ! De plus, les juges lui reprochent d'user de son droit de remise en liberté conditionnelle, et de continuer à se positionner en victime. Que de griefs injustifiés ! C'est véritablement scandaleux ! Comment parvenir à se sentir coupable d'avoir mis un terme aux agissements violents et destructeurs de son bourreau qui ont même poussé son propre fils au suicide ?

Après avoir été frappée par son défunt mari pendant près d'un demi siècle, c'est maintenant la Justice qui, à son tour, avec ses sentences injustes et cruelles, lui assène des coups !

En agissant ainsi, ces magistrats qui n'ont pas compétence pour apprécier tous les aspects de telles situations dramatiques (impact psychologique des violences subies, effets d'une emprise...), apportent un soutien aux hommes qui maltraitent leurs femmes (il existe aussi des hommes qui sont victimes au sein de leur couple), les encourageant à poursuivre leurs actes violents et destructeurs. Certains juges devraient plutôt user de leur zèle pour condamner sévèrement les auteur(e)s de maltraitance conjugale, afin de dissuader les conjoints qui pourraient envisager de commettre des actes aussi répréhensibles !

 

Des faits presque invraisemblables, mais qui s'avèrent être, pour Mme S. mais aussi pour ses filles violées, une bien amère réalité !! 

 

 

Après une nouvelle demande de grâce émise par ses trois filles, Madame Sauvage est enfin graciée totalement par le Président de la République française, après quatre ans d'emprisonnement.

 

 

(1) Comme ce fut le cas en novembre 2010 par le juge d'instruction de Nîmes qui a libéré le futur violeur et tueur d'Agnès Marin. Elle fut violée par Matthieu Moulinas sous la menace d'un couteau puis brûlée le 16 novembre 2011. Le Conseil supérieur de la magistrature a même rejeté en juillet 2015 la plainte intentée par la famille contre l'État et blanchit le juge d'instruction ! La famille a cependant continué ses poursuites, ce qui a permit, le 24 avril 2017, au Tribunal de grande instance de Paris de condamner l'État à une indemnisation financière à hauteur de 185 000 euros pour « négligences fautives assimilables à une faute lourde » dans la mesure où la remise en liberté du meurtrier a été trop rapide, sans attendre l'avis de l'expert, et sans prendre l'avis de la protection judiciaire de la jeunesse.

Qui donc est plus injuste qu'un juge qui n'applique pas la loi !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Agn%C3%A8s_Marin

 

Ce fut aussi le cas de Tony Meilhon, plusieurs fois condamné pour viols et violences, qui sortit de prison, sans qu'aucun suivi judiciaire ne soit effectué de la part des magistrats, environ un an avant de commettre le crime monstrueux de Læticia Perrais, le 18 janvier 2011

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Meilhon

 

Un autre meutrier, Zbigniew Huminski, d'origine polonaise, plusieurs fois condamné pour des faits de violence en France et en Pologne, faisait l'objet d'une interdiction de territoire définitive à la suite d'une condamnation à six ans de prison ferme, en mars 2010, pour «extorsions avec violence, vols aggravés et séquestration ou tentative de séquestration». Il sortit de prison le 21 mars 2014 après avoir bénéficier d'une remise de peine et fut remis le 27 mars 2014 aux autorités polonaises dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen. Le 15 avril 2015, il réussit à revenir en France sans être inquiété en l'absence de contrôle à la frontière (Bernard Cazeneuve était alors ministre de l'Intérieur, et Christiane Taubira ministre de la Justice), puis enleva, viola et tua Chloé Ansel, âgée de neuf ans. David Selingue, le père d'une autre petite fille de Calais qui avait été menacée en juin 2009 par Zbignieuw Huminsky, le décrivait comme « quelqu'un de méchant, un prédateur ». « On se sent bafoué parce que le jugement n'a pas été respecté », avait-t-il ajouté, « il a écopé de six ans de prison ferme et il n'en a effectué que quatre. Il va falloir expliquer à la famille (de Chloé) que cette personne devrait encore être en prison ». Deux ans après ces faits tragiques, Zbigniew Huminski n'était toujours pas jugé !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Chlo%C3%A9_Ansel

 

(2) ce qui lui a permis de tuer un policier, sur les champs-Élysées,à Paris, le 20 avril 2017. Un massacre a pu être évité grâce à l'intervention d'un autre policier qui l'a abattu rapidement alors qu'il prenait la fuite tout en continuant à se servir de son arme de guerre !

 

 

Commentaires :

 

"Le soin de me soustraire à l'injustice me coûte plus que de la subir" (Cf. Mémoires de Mme Roland, Tome second, Notices historiques sur la Révolution, p. 69, Baudoin frères Éditeurs, Paris, 1821

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois, et avec les couleurs de la justice, lorsqu'on va pour ainsi dire noyer des malheureux sur la planche même sur laquelle ils s'étaient sauvés." (Cf.Œuvres complètes de Montesqieu, ch. XIV, p. 159, Chez Firmin Didot Frères Imprimeurs, Paris, 1838) 

"Voilà où j'en suis : je fantasme une mort qui me délivrerait. Je suis tellement seule, tellement déboussolée, tellement effrayée." (Cf. Morgane Seliman, Il m'a volé ma vie, p. 120, Éditions XO, Paris, 2015)

 

 

Article "Survivre à l'enfer familial" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/09/survivre-a-l-enfer-familial.html

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue en collaboration avec Cristina Casado.

Ce fut un honneur pour nous d'avoir œuvrer à la dénonciation d'une si grande injustice, d'autant plus que certains magistrats.sont loin d'avoir une conduite irréprochable.

Article mis à jour le 29/12/2016 à la suite de la libération de Mme Sauvage, puis le 21 avril 2017 à la suite à l'attentat sur les Champs-ÉLysées. 

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 19:28

Afin de me protéger des souffrances vécues avec mes parents et mon défunt mari, j'ai mis en place inconsciemment des mécanismes de défense pour survivre tels que l'inhibition psychomotrice (ralentissement des mouvements, retenue des gestes), les obsessions compulsives (répétition des mêmes gestes notamment pour les actes de toilette auxquels je consacre beaucoup de temps) et l'hyper-contrôle, en vue de réduire mon anxiété.

Or, mes conditions de vie ayant changé, ces défenses sont devenues obsolètes. Désormais, elles m'emprisonnent, m'empêchent de vivre, me séparent des autres et me font du mal.

 

Chaque fois que je m'en sens capable, je tente de diminuer l'intensité de ces défenses en imaginant que j'abats les murs de ma prison corporelle en me relâchant, en essayant d'agrandir mes pas.

Je fais de la cohérence cardiaque et pratique la course à pied et la marche athlétique quotidiennement.

 

Lorsque des souvenirs douloureux m'envahissent l'esprit, je me recentre sur le présent pour protéger mon psychisme. Mais vivre l'instant présent n'est réellement possible que quand les souvenirs difficiles ne contiennent plus leur charge émotionnelle négative qui, en parasitant le cerveau, empêche d'être en paix, vraiment présent, centré et durablement serein. Cette charge émotive maintient, bien des années après, dans un état de contracture, perturbant l'esprit, la capacité d'affronter les diverses situations de la vie, et souvent affectant aussi la santé physiologique.

Les souvenirs négatifs agissent sur l'inconscient comme un frein et sont à l'origine de blocages. C'est pourquoi j'ai décidé de consulter une psychologue clinicienne pratiquant l'EMDR, méthode visant à désensibiliser les traumatismes. Le mal-être stocké dans les souvenirs est autorisé à partir alors qu'il était gardé et contenu en soi.

 

J'ai entrepris ce travail psychothérapeutique afin de délester les souvenirs douloureux de leur charge émotionnelle négative en vue de désencombrer le ciel de ma vie des nombreux nuages des émotions !

 

 

Complément à l'article "Survivre à l'enfer familial" rédigé par Cristina Casado

 

 

La perversité de mon père (annexe 1 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/la-perversite-de-mon-pere.html

 

La démence de ma mère (annexe 2 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-demence-de-ma-mere-annexe-2-a-l-article-survivre-a-l-enfer-familial.html

 

La perversité de mon mari (annexe 3 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-perversite-de-mon-mari.html

 

Sortir de l'emprise des manipulateurs (annexe 5 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/06/sortir-de-l-emprise-des-manipulateurs.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 19:28

L'homme qui allait devenir mon époux quelques mois plus tard arriva dans ma vie lors d'une période où j'étais très seule et en plein désarroi.

 

Alors que j'étais hospitalisée dans une maison médicalisée en montagne, il entra et s'installa dans la salle du réfectoire où j'étais parmi les derniers pensionnaires à terminer mon repas. Âgée de vingt-quatre ans, je remarquai à peine cet homme d'un certain âge à l'allure désinvolte. Par contre, lui, m'a rapidement repérée. Dès le lendemain, il demanda au personnel de service à être placé à ma table !

Il se mit à me parler et sympathisa immédiatement avec moi. À partir de ce moment là, il noua à mon encontre une relation amicale et paternaliste, du moins ce fus ce que j'eusse cru. Enfermée par mes parents, je n'avais jamais pu faire mes expériences ; je ne pouvais donc pas douter de la sincérité des sentiments amicaux que me témoignait ce patient d'autant qu'il avait le double de mon âge. Son attention et l'affection paternaliste m'apportèrent la chaleur humaine dont j'avais tellement besoin. Il sut s'y prendre avec moi qui n'étais jamais sortie, en égayant mon séjour par des repas au restaurant, des séances de cinéma et des ballades.

 

Quelques semaines plus tard, lors d'une promenade, il me fit, à ma grande surprise, une déclaration sentimentale et me demanda de l'épouser. Ma première réaction fut de refuser ! Encore très éprise de mon premier amour perdu, je ne pouvais concevoir d'accepter de m'unir à un homme dont je savais pertinemment que je ne pourrais jamais être amoureuse. Il prit alors une permission de sortie de plusieurs jours et je me retrouvai bien seule.

Comme j'avais déjà effectué un séjour de cinq mois, la responsable du service m'informa que ma sortie était prévue dans un mois car, à cette époque là, les moyens séjours hospitaliers n'excédaient pas six mois. Très angoissée à la perspective d'être contrainte de retourner au domicile parental, car mon état de santé ne me permettait pas de prétendre à la recherche d'un emploi et j'ignorais même qu'il existât des aides sociales auxquelles j'avais droit et qui m'auraient permises d'être autonome, je songeai à la demande en mariage qui m'avait été formulée.

Par manque d'informations, je n'avais à ma connaissance que deux possibilités : soit je prenais le risque de continuer à dépérir dans la "prison" parentale, soit je me laissais une chance de vivre en épousant ce patient au demeurant sympathique qui me témoignait de l'attention.

 

Lorsque j'acceptai cette union, pour survivre, j'eus conscience que je sacrifiais mon corps, finalement ma jeunesse et mes rêves à cet homme qui avait l'âge d'être mon père. Mon mariage fut loin d'être le plus beau jour de ma vie ! Je pensais à ce que m'avait dit mon premier amour : « Il n'y a que toi que je veux pour femme !» et j'étais profondément triste.

 

Peu de temps après, je découvris d'autres aspects de la personnalité de la personnalité de mon mari. Ainsi, je pris conscience de son addiction à l'alcool lorsqu'il tenta de cesser de boire. Son visage déformé par des rictus incontrôlables me fit peur pour la première fois. Sa tentative échoua et il commença à devenir violent quand il avait trop bu.

Un soir où je venais à peine d'entrer dans notre chambre, il m'attrapa par les cheveux et me projeta sur le lit. Il me frappa sur la tête pendant une bonne partie de la nuit et me blessa au genou en me poussant brutalement contre le radiateur. Je reçus ces coups en silence, seules les larmes qui coulaient le long de mes joues, dans l'obscurité, traduisaient mon désespoir. Cet acte de violence fut provoqué par son impatience à avoir un rapport sexuel avec moi après avoir ingurgité plusieurs verres de whisky. Cette première fois ne fut malheureusement pas la dernière !

 

D'autres brutalités suivirent pour des motifs tout encore plus dérisoires (gifles, table renversée au cours des repas, bousculades en me tirant par les cheveux...

Un jour, sur un accès de colère, il me lança même une viande congelée sur la tête ! J'eus à peine le temps de l'esquiver. Ce réflexe me sauva probablement la vie.

 

Mon mari fut non seulement brutal mais également infidèle. Il eut même la cruauté d'héberger l'une de ses maîtresses chez nous, pendant plusieurs jours, alors que notre fils aîné avait seulement neuf mois. Un soir, il me prit par la main et m'amena dans la chambre qu'elle occupait afin de me faire assister à leurs ébats pour me montrer la manière dont il fallait s'y prendre. Cette scène fut horrible pour moi ! J'aurais voulu mourir pour mettre fin à l''humiliation et à la souffrance insoutenable que je ressentais. Mon mari et sa maîtresse m'infligèrent à cette période-là une véritable torture !

 

Cet homme rustre, grossier, malin mais inculte, qui n'était ni affectueux ni tendre, ne comprenait pas pourquoi je ne parvenais pas à prendre sexuellement du plaisir avec lui. Comment aurais-je pu éprouver du désir pour un tel homme ? De plus, avec son ventre bedonnant, son allure inélégante et son haleine tabagique, il était bien loin d'être le genre d'homme qui aurait pu m'attirer.

Par ailleurs, il utilisait mes difficultés psychomotrices liées à mes troubles dépressifs et anxieux pour me dévaloriser et me faire croire que j'étais une incapable. Lorsqu'un ami ou un voisin le complimentaient « sur sa jolie et élégante épouse », il se plaisait à leur répondre « oui, mais elle a des difficultés ! ». Il fallut qu'il effectuât plusieurs longs séjours en centre cardio-respiratoire au cours des dix dernières années de sa vie pour que je prisse conscience que j'étais réellement capable de faire beaucoup de choses.

 

Après huit ans de mariage, grâce à l'évolution psychologique rendue possible par le travail psycho-thérapeutique que j'effectuais, j'eus le courage de tenter de le quitter. Dans un premier temps, l'association que j'avais contactée au préalable accepta de m'aider, et m'hébergea pendant huit jours avec mes enfants. Hélas, lorsque le responsable de l'association rencontra mon mari fort doué en manipulation, il refusa de poursuivre son soutien et me conseilla vivement de réintégrer mon domicile conjugal. « Votre époux n'a vraiment pas l'air si terrible ! Votre attitude est irresponsable !» m'affirma-t-il.

En fait, sous prétexte que je déformais la réalité et que j'amplifiais négativement les situations en raison de mes troubles dépressifs, qu'en vérité je cherchais à reprendre ma liberté dans le seul but de le tromper, mon mari s'était habilement montré convaincant.

 

Cet homme manipulateur, pervers et malicieux n'était pas celui que je souhaitais épouser mais les trois petits anges que je mis au monde furent mes grands amours. Je leur consacrai entièrement de nombreuses années de ma vie.

 

Depuis quelques années, j'aime un homme bon, sensible, intelligent et cultivé qui m'accorde une attention sincère, me soutient et prend soin de moi au quotidien. Près de lui, je me sens bien et enfin en sécurité ! Grâce à lui et à mon équipe médicale, mon état de santé s'est amélioré bien qu'il me reste encore un long chemin à parcourir.

 

Tout comme mon père, mon mari présentait tous les aspects d'une personnalité perverse narcissique. Comme Christel Petitcollin l'a si justement relaté dans son livre Je pense trop (1), "les pervers sont malveillants, haineux, méfiants, grincheux, lâches, vides et peuvent même être cruels. Il leur faut salir, écraser, massacrer tout ce qui est amour et joie de vivre (..) La méchanceté et la toute-puissance qu'elle leur confère leur procure une jouissance aiguë et enivrante. Quand ils mentent, quand ils blessent et qu'ils humilient, ils se croient très forts et très intelligents".

Menteurs, sûrs d'eux, sournois, péremptoires et accusateurs, ils sont fiers ce qu'ils sont au fond d'eux-mêmes et sont incapables d'auto-critique.

 

Portrait-type du pervers narcissique, mon mari était un véritable prédateur extrêmement dangereux (2). En grand manipulateur, il avait su m'attirer dans ses filets afin de pouvoir me persécuter à sa guise !

 

 

(1) p. 145 et 148, Éditions France Loisirs, Paris, 2015

(2) Il poussa même son délire jusqu'à confier à mon père qu'un jour il me prendrait en voiture avec les enfants et qu'il nous précipiterait dans un ravin !

 

 

Complément à l'article "Survivre à l'enfer familial" rédigé par Cristina Casado

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/09/survivre-a-l-enfer-familial.html

 

La perversité de mon père (annexe 1 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/la-perversite-de-mon-pere.html

 

La démence de ma mère (annexe 2 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-demence-de-ma-mere-annexe-2-a-l-article-survivre-a-l-enfer-familial.html

 

La perversité de mon mari (annexe 3 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-perversite-de-mon-mari.html

 

Mes méthodes de sauvegarde pour préserver mon psychisme (annexe 4 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/mes-methodes-de-sauvegarde-pour-preserver-mon-psychisme.html

 

Sortir de l'emprise des manipulateurs (annexe 5 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/06/sortir-de-l-emprise-des-manipulateurs.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 19:28

Comment une victime peut-elle sortir de cette prison mentale ?

 

Si, comme moi, vous êtes ou avez été la proie de manipulateurs, je vous fais part de mes connaissances sur leur comportement tirées de mes cinquante années d'expériences douloureuses, et vous donne les conseils utiles pour échapper à leur emprise et pour éviter de retomber entre leurs griffes.

 

 

Le comportement des manipulateurs

 

Les manipulateurs ont tous le même profil où qu'ils se trouvent sur le globe et quelle que soit leur culture. Ils prennent un malin plaisir à culpabiliser, dévaloriser, humilier, insulter, menacer, ridiculiser, salir. Ils sont égocentrés, envieux, hypocrites,  impulsifs, lâches, méchants, possessifs, rudes et sournois.

Totalement dépourvus d'affect, d'empathie et de compassion, les manipulateurs procèdent froidement à l'exécution affective de ceux qui se risquent à les aimer et les leurrent quand ils prétendent les comprendre parfaitement. Il ne faut surtout pas prendre les paroles des manipulateurs au sérieux car elles ne sont que des armes pour blesser ou manœuvrer.

Leur sadisme et leur cruauté sont attisés par l'amour et l'approbation qu'ils cherchent à susciter. Les manipulateurs sont cruels ; ils ne savent que culpabiliser, dénigrer, haïr, humilier, salir, quémander de l'aide et refuser l'autonomie. Ils n'expriment que plainte ou rage et sont excités lorsqu'ils paraissent joyeux.

Égocentrés et extrêmement  possessifs, ils ne supportent pas que de l'intérêt soit porté à un autre sujet qu'eux-mêmes. Alors que le fait d'attendre les met en rage, ils sont toujours en retard autant pour se faire attendre que pour repousser le moment d'affronter les situations qu'ils redoutent.

 

Persuadés d'être des exceptions, les manipulateurs refusent de respecter les règles et les lois, ne s'imposent pas de défi et vivent de la crédulité de certaines personnes qu'ils escroquent. Ils utilisent les autres pour parvenir à leurs fins et n'hésitent pas à intervenir dans leur vie et à transgresser leur espace personnel. Éprouvant du plaisir à faire souffrir les autres qui ne sont pas, pour eux, des personnes réelles et distinctes mais des objets dont ils ont besoin après les avoir possédées et dominées entièrement, ces tyrans ne supportent pas d'être séparés de leurs proies et peuvent parfois devenir dangereux.

Les effets sont dévastateurs car ils vont constamment bafouer l'intégrité de leurs victimes et les déstabiliser.

 

Les stratégies des manipulateurs consistent à charmer leurs proies en utilisant différents moyens de séductions puis à l'isoler de leur entourage, afin de mieux exercer leur emprise. Ils deviennent alors de plus en plus abusifs en commettant des actes de maltraitance verbale, psychologique, physique, sexuelle, en proférant des mensonges, en faisant des crises de jalousie, et en exerçant un contrôle total.

 

Ces prédateurs ont deux comportements : gentils et prévenants en public, durs, sadiques et violents dans le privé. Cette dualité trouble profondément les victimes qui pensent que ce sont elles qui ne vont pas bien, que c'est de leur faute d'autant plus que tout le monde trouve leur bourreau bienveillant.

 

 

Le profil type des proies des manipulateurs

 

Les individus, dont l'entourage parental a ignoré les besoins, ont appris à réduire leur intensité et à les satisfaire au minimum.  Ils agissent selon la volonté de l'autre afin que leurs besoins vitaux soient préservés à défaut d'être pleinement comblés.

Étant très à l'écoute des autres, faisant preuve de beaucoup d'empathie et percevant les demandes non verbales, ce mode de fonctionnement les prédestine à prendre en charge les besoins de gens passifs tels que les manipulateurs, et à devenir malheureusement des victimes potentielles. 

Les personnes manipulables sont souvent d'une nature gaie, dynamique, créative, altruiste, aimante, positive, très généreuse et totalement dépourvue de rancune. Fidèles et loyales, elles sont incapables de trahison, ce qui sert bien les intérêts de leurs persécuteurs. Elles ont un énorme besoin d'être aimées, approuvées, et doutent énormément d'elles-mêmes.

Ces caractéristiques attirent les manipulateurs immanquablement !

 

 

La sortie d'emprise

 

Il est pourtant possible de se libérer de leur emprise destructrice. Afin de se donner les moyens, il est indispensable de retrouver son intégrité, mettre en place des protections, supprimer les automatismes et adopter des choix comportementaux adéquats. Il faut aussi apprendre à s'affirmer tranquillement et renoncer à tenter de communiquer, parce qu'un manipulateur ne communique pas, il manipule ! Ne plus espérer être compris est essentiel, car cette attente est destructrice. En effet, les tourmenteurs nient leurs actes, refusent de reconnaître leurs torts et se moquent de la souffrance des victimes qu'ils fragilisent puis anéantissent.

 

 

Commentaires :

 

"Seul un tyran aspire à la suppression de tous les interdits pour lui-même, à condition de maintenir les autres individus dans l'assujettissement total à sa propre volonté arbitraire." (Cf. Clotilde Leguil, Présentation, L'avenir d'une illusion, Sigmund freud, p. 25, Éditions Points, Paris, 2011)

 

 

Lectures conseillées :

- Échapper aux manipulateurs, Christel Petitcollin, Éditions Guy Trédaniel, Paris, 2016.

- J'arrête les relations toxiques, Marion Blique, Éditions Eyrolles, Paris, 2016 ; Éditions France Loisirs, Paris, 2017.

 

 

Complément, en cours de rédaction, à l'article "Survivre à l'enfer familial" rédigé par Cristina Casado

 

 

La perversité de mon père (annexe 1 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/la-perversite-de-mon-pere.html

 

La démence de ma mère (annexe 2 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-demence-de-ma-mere-annexe-2-a-l-article-survivre-a-l-enfer-familial.html

 

La perversité de mon mari (annexe 3 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/la-perversite-de-mon-mari.html

 

Mes méthodes de sauvegarde pour préserver mon psychisme (annexe 4 à l'article "Survivre à l'enfer familial")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/05/mes-methodes-de-sauvegarde-pour-preserver-mon-psychisme.html

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:47

Non seulement ils ont enseigné des doctrines pernicieuses aux enfants qui leur ont été confiés mais, en plus, ils ont failli à leurs obligations morales, car ils en ont abusé sexuellement.

En effet, malheureusement, c'est pourtant ce qu'ont fait certains prêtres (1) ...

Ainsi, dans cette nouvelle affaire de pédophilie, à la barbe du cardinal (2) , le curé caressait les reins des enfants !

Le comble du scandale !

 

Je dénonce les félons du Christ...

 

Que dire de ces ecclésiastiques (3) qui se sont rendus coupables de crimes (4) ? Car le viol est bien un acte criminel dont les conséquences psychologiques sont destructrices et laissent des séquelles tout au long de la vie !

Que dire de leur hiérarchie qui ignore les plaintes des victimes, qui dissimule des crimes et qui couvre de leur autorité des faits odieux et répréhensibles sur des personnes vulnérables ?

Et surtout que penser de la réaction d'un pape (5) qui apporte son soutien (6) à un haut dignitaire impliqué dans des faits de pédophile qu'il n'a pas dénoncé à la justice ?

C'est véritablement scandaleux de couvrir les auteurs de tels crimes !

 

Ces pédophiles et ceux qui se rendent complices en couvrant leurs agissements, ont un comportement si vicieux, qu'on peine à croire qu'ils puissent, un jour, avoir été des serviteurs de Dieu.

Qui plus est lorsqu'on exerce la digne fonction de cardinal et que l'on accorde une promotion à un prêtre convaincu de pédocriminalité, en faisant l'éloge de ses vertus !!

N'aurait-il pas dû plutôt être châtié, au lieu d'être récompensé ? Car tout serviteur qui trahit le Seigneur ne mérite pas d'être félicité, mais d'être accusé !

N'est-ce pas le comble de la lâcheté, pour ces esprits pervers qui abusent ainsi de l'innocence des enfants ?

 

J'accuse ces félons du Christ...

 

En d'autres temps, reconnus coupables, ces hommes eurent été retranchés du peuple. Aujourd'hui, quel serait le châtiment le plus juste ?

Ils ont manqué gravement à leurs devoirs !

Que justice soit rendue aux victimes de ces prédateurs sexuels !

Car si tel n'était pas le cas, il est à craindre que les pédophiles seraient nombreux à poursuivre leurs comportements malsains en toute impunité (7).

 

Celui qui agit contre la justice ou l'équité ne saurait prétendre à la sainteté.

Tel l'habit ne fait pas le moine, la soutane ne fait pas le saint !

Ceux qui souffrent, après avoir briser le silence, ont réclamé justice.

Un jugement est rendu, mais le coupable n'a pas été poursuivi !

Car celui qui dissimule les faits n'a pas été jugé avec justice.

Les victimes n'ont pas été entendues, elles n'ont pas été défendues !

 

Qui donc est plus injuste que celui qui dissimule la vérité ?

 

 

(1) Les témoins de Jéhovah sont eux aussi concernés par des affaires de pédophilie. En effet, des pédophiles ont été protégés par des Anciens de la congrégation de l'Organisation des Témoins de Jéhovah.

 

(2) Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, aurait couvert quatre affaires de pédophilie

 

(3) L'évêque de Bruges de 1984 à 2010, Roger Vangheluwe, a commis des abus sexuels pendant plus de dix ans. Godfried Danneels, cardinal depuis 1983, a eu une attitude complaisante envers l'évêque ; ce n'est qu'en 2010 qu'il reconnut avoir commis une erreur dans le traitement de ces affaires de pédophilie, en ne prenant aucune décision d'éloignement .

Jean-Michel Di Falco, évêque de Paris de 1997 à 2003, chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur et chevalier de l'ordre national du Mérite, a été promu à Gap évêque avec les armes d'archevêque par le cardinal Jean-Marie Lustiger, à la suite d'une plainte déposée par une ancienne victime d'abus sexuels. Il a pu exercer ses fonctions en toute impunité jusqu'au 08 avril 2017, date de son départ à la retraite. Le plus scandaleux est qu'il ait été décoré pour une conduite civile irréprochable et méritante alors qu'il est présumé avoir commis des actes de pédophilie !

 

(4) Des viols sur mineurs mais aussi parfois sur majeurs comme ceux de Christophe Roisnel, prêtre de la Fraternité Saint-Pie X, condamné à seize ans de réclusion criminelle pour avoir violé trois femmes. Il aurait même torturé l'une de ses victimes !

 

(5) Ce n'est malheureusement pas le premier pape à agir ainsi. En effet, son prédécesseur avant de devenir pontife ainsi que celui qui le précéda, firent même pire encore !

Le pape François semble tenir un double langage. Dans certains cas, il prend des sanctions, alors que dans d'autres, il semble plutôt manifester une volonté d'étouffement des affaires. C'est ainsi que Jorge Mario Bergoglio, au cours de sa fonction d'archevêque à Buenos Aires, aurait tenté d'influencer la justice en vue d'innocenter un prêtre condamné à quinze ans de prison pour faits de pédophilie.

 

(6) L'archevêque de Lyon a également reçu le soutien du sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, futur ministre d'État, ministre de l'Intérieur, qui a déclaré le 18 mai 2016 : « Je pense qu'on lui a fait un faux procès (..) Mais pour connaître Barbarin, ce n'est pas quelqu'un qui cherche à cacher les choses (..)». Lorsque que l'on sait que la loi du 5 mars 2007 place le maire au centre du dispositif de la protection de l'enfance, une telle position est inadmissible ! De plus, tout abus sexuel sur mineur est un crime qui doit faire l'objet d'un signalement à l'autorité judiciaire par toute personne qui en a connaissance. Quelle honte à l'égard des victimes d'un prêtre pédophile de parler de « faux procès » !!

 

(7) Hervé Gaschignard, évêque de Dax, a ainsi pu continuer ses agissements dans le département des Landes, malgré un signalement au Procureur de la République quand il était évêque dans le diocèse de Toulouse.

 

http://www.veritegroupesaintluc.fr/les-faits/

http://www.innocenceendanger.org/

https://www.avref.fr/fichier/AVREF-livre-noir-FSSPX.pdf

http://www.midilibre.fr/2017/03/21/abus-sexuels-dans-l-eglise-25-eveques-auraient-couvert-des-dizaines-de-pretres,1481804.php

http://www.lemonde.fr/enquetes/article/2017/06/19/en-argentine-et-en-italie-un-scandale-de-pedophilie-entache-l-eglise_5147049_1653553.html

 

Commentaires :

 

La prescription pour ce genre de crime ne devrait pas exister. Il faut souvent énormément de temps pour se reconstruire - certaines victimes dont la vie a été irrémédiablement brisée n'y parviennent malheureusement jamais - avant d'être en mesure de dénoncer son (ses) bourreau(x).

Un abus sexuel sur un enfant est un meurtre psychique !

Les enfants, parfois victimes d'abus sexuels pendant de nombreuses années, sont souvent emprisonnés dans un silence que leurs bourreaux leur ont imposé sous couvert de menaces. Je soutiens sans réserve le combat de Flavie Flament pour l'augmentation de la durée du délai de prescription des viols sur mineurs. Il n'y a pas de plus grande injustice que lorsqu'un criminel n'est pas condamné pour ses fautes, et qu'il restera à jamais impuni ! (Cristina Casado, auteure de "Survivre à l'enfer familial" et "Un symbole de l'enfer conjugal")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/09/survivre-a-l-enfer-familial.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/08/un-symbole-de-l-enfer-conjugal.html

 

"(..) qu'une injustice qu'on voit, qu'on tait, et qui blesse un tiers, on la commet soi-même" (Cf. Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, La nouvelle Héloïse, p. 234, Furne Libraire-Éditeur, Paris, 1835).

 

"«(..) malheur à l'homme par qui le scandale arrive !». (Cf. Évangile selon Matthieu, chapitre 18, verset 7).

 

"Le scandale n'est pas de dire la vérité, c'est de ne pas la dire tout entière, d'y introduire un mensonge par omission qui la laisse intacte au-dehors (..)". (Cf. Scandale de la vérité, Georges Bernanos, Éditions Gallimard, Paris, 1939)

 

"L'innocence, tout opprimée qu'elle soit, ne prend jamais l'attitude des coupables (..) je méprise l'injustice (..)". (Cf. Mémoires de Mme Roland, Tome second, Notices historiques sur la Révolution, p. 75, Baudoin frères Éditeurs, Paris, 1821)

 

"Celui qui aurait le droit de dire au Pape qu'il s'est trompé aurait, par la même raison, le droit de lui désobéir ; ce qui anéantirait la suprématie (ou l'infaillibilité)" (Cf. Du Pape, suivi de l'Église Gallicane, Joseph de Maistre, Tome premier, livre I, p. 7, publié par la Société Nationale, Bruxelles, 1838)

 

Ainsi parle l'Éternel : « Ils ont imploré justice et point de justice ! Aussi ma colère ne se calmera pas, jusqu'à ce que j'ai accompli, exécuté les desseins de mon cœur. J'ébranlerai la terre ! J'assouvirai ainsi ma colère, je ferai reposer ma fureur sur eux. J'ébranlerai les montagnes et ma Justice se manifestera ! Et ma paix demeurera seulement sur ceux qui auront observer mes préceptes. Vous le comprendrez dans la suite des temps ».

 

 

Cet article rend hommage à toutes les victimes qui ont souffert.

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. La vraie salutation angélique. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Sur Louis IX et autres serviteurs de Dieu. Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche