Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 16:34

El extremo posesividad de mi padre nos cortó, mi madre y yo, progresivamente de la sociedad. Verdaderamente no supe jamás por qué mi madre no repitió su trabajo después de mi nacimiento. ¿ Era su elección o la voluntad de mi padre? De lo que soy solamente cierta, es que desde entonces, se quedó en el hogar para ocuparse de mí y ponerse al servicio de mi padre.

Poco tiempo después de su matrimonio, mi madre zozobró en una psicosis alucinadora punteada de episodios depresivos. Es en el momento de la hospitalización que se efectuó algunos años más tarde que el primer tratamiento le fue prescrito. Después de la salida del psiquiatra que siguió a mi madre durante varios años, su médico general tomó el relevo. Cuando un centro médico-psicológico fue creado en la ciudad de residencia de mis padres, sugerí a mi padre acompañar a eso a mi madre con el fin de que se encarge por especialistas, pero jamás dio curso a mi propuesta.

Mi madre se encerró cada vez más en su casa hecha su universo, cortó toda relación con su familia de origen y atravesó períodos de crisis delirantes agudas cuando decidía interrumpir su tratamiento.

Por mi parte, mi padre, que compartiese mi cama durante once años, me imponía de numerosos entredichos.

 

Cuando era niña, mi padre jamás aceptaba que participase a las salidas y a las estancias escolares. Tampoco no había autorizada a visitar a amigas de escuela ni a recibirlas a la casa. Aparte del medio escolar, no tenía compañero de juego. Habiendo pasado mi infancia por una granja, para sentirme menos sola, domesticaba a animales que se hacían mis amigos, y buscaba la evasión refugiándome en la lectura. Tan aislada, me hice una niña tímida, reservada y temerosa. Para no tomar el riesgo de perder la afecto de mi padre, fui la "niña modelo", sabia y obediente a la que quisiera que fuera y jamás pude hacer mi crisis de adolescencia.

 

¡ Cuando conocí mi primera relación sentimental, mientras que era una joven adulta, mi padre se opuso a eso fuertemente y fui privada más de libertad ! Desde entonces, desesperada, perdí el gusto de vivir y zozobré en la anorexia. Mi peso barjó y me debilito considerablemente. Fui salvada por una prima de mi madre que, viéndome decaer e inhibir por mí considerablemente sobre el plano psicomotor, me acompañó para ir a consultar a un médico neuropsiquiatra. Así como mi estado de salud psíquica y fisiológica no dejaba de degradarse, decidió hacerme hospitalizar en casa de salud dotada de infraestructuras médicas situada en montaña lejos de mis padres.

 

Es en el curso de la hospitalización que encontré al hombre con el que fuera casarme algunos meses más tarde, para no ser forzado de regresar al hogar paterno.

 

Mi matrimonio me permitió alejarme geográficamente. En el curso de los primeros años, mis padres llegaron sin embargo a invadirme de su presencia, a menudo a petición de mi marido. Más tarde, me pasó que yo no los vea durante un año entero incluso dos años consecutivos, lo que me hizo pensar ingenuamente que mi padre pudo quizás con tiempo evolucionar positivamente. ¡ Desgraciadamente, a pesar del amor y la paciencia que se puede ofrecerles, los perversos no cambian ! 

Primero, porque están orgullosos y contentos con lo que ellos mismos son; todo el mundo es tonto, salvado ellos. Luego, porque su sistema de pensamiento es encerrado frente a la autocrítica; son perfeccionados, el problema viene siempre de otros. Según él, mi padre siempre tenía razón y actuaba " para mi bien ". ¡ Se daba la imagen de un hombre perfecto!!

 

Sin embargo, en el curso de los años, la perversidad narcisista de mi padre cumplía daños importantes sobre mi salud psíquica, lo que tuvo repercusiones enormes a lo largo de mi vida.

 

 

Artículo "Sobrevivir al infierno familiar. Un testimonio conmovedor !" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/sobrevivir-al-infierno-familiar.html

 

La demancia de mi madre (adjunta 2)

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/10/la-demencia-de-mi-madre-adjunta-2-al-articulo-sobrevivir-al-infierno-familiar.html

 

 

Artículo redactado por Cristina Casado

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Hechos de sociedad
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:49

Not only they taught pernicious doctrines to the children who were entrusted to them, but moreover, they failed in their moral obligations, because they made an excessive use of it sexually ! Indeed, unfortunately, it is nevertheless what made certain priests...

So, in this new case of child abuse, under the nose of the cardinal, the priest caressed the loins of the children !

I condemn the traitors of the Christ...

 

What to say about these clerics who were guilty of crimes ? Because the rape is really a criminal act the psychological consequences of which are destructive and leave aftereffects throughout life !

What to say about their hierarchy which ignores the complaints of the victims, which hides crimes and which covers with their authority of the obnoxious and reprehensible facts on vulnerable people ?

And especially that to think of the reaction of a pope (1) which supports to a high dignitary involved in cases of child abuse that he did not denounce to the justice ?

It is really scandalous to cover the authors of such crimes !

 

These child molesters and those who make collusive by covering their actions, have a behavior so depraved, which we have difficulty in believing that they can, one day, have been servants of God.

Moreover when we perform worthy function of cardinal and when we grant a promotion to a convinced priest of pedocriminality, by praising his virtues !!

Must not he rather be chastised, instead of being rewarded ? Because every servant who betrays the Lord does not deserve to be congratulated, but to be accused !

Is not it the heights of the cowardice, for these perverse spirits which so make an excessive use of the innocence of the children ?

I accuse these traitors of the Christ..

 

In other times, convicted, these men had been cut off from the people. Today, what would be the most just punishment ?

They seriously neglected their duties !

That justice is done to the victims of these sexual predators !

Because if such was not the case, it is to be afraid that the child molesters would be many to continue their unhealthy behavior with complete impunity.

 

The one who acts against the justice or the equity could not aspire to the holiness.

Such you can't judge a book by its cover, the cassock does not make the saint !

Those who suffer, having to break silence, demanded justice.

A judgement is rendered, but the culprit was not pursued !

Because the one who hides the facts was not judged with justice.

The victims were not heard, they were not defended !

 

So speaks the Eternal: " they implored justice and no justice ! So my anger will not calm down, until I carried out, executed the intentions of my heart. I shall shake the earth ! I shall so quench my anger, I shall make base my fury on them. I shall shake mountains and my Justice will show itself ! And my peace will remain only on those who will have observe my rules. You will understand it during times ".

 

(1) It is not unfortunately the first pope to act so. Indeed, his predecessor before becoming a pontiff as well as the one who preceded him, made even worse still !

 

 

Article written by Pascal Bourdaloue

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Societal facts
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:47

Non seulement ils ont enseigné des doctrines pernicieuses aux enfants qui leur ont été confiés mais, en plus, ils ont failli à leurs obligations morales, car ils en ont abusé sexuellement.

En effet, malheureusement, c'est pourtant ce qu'ont fait certains prêtres (1) ...

Ainsi, dans cette nouvelle affaire de pédophilie, à la barbe du cardinal (2) , le curé caressait les reins des enfants !

Le comble du scandale !

 

Je dénonce les félons du Christ...

 

Que dire de ces ecclésiastiques (3) qui se sont rendus coupables de crimes (4) ? Car le viol est bien un acte criminel dont les conséquences psychologiques sont destructrices et laissent des séquelles tout au long de la vie !

Que dire de leur hiérarchie qui ignore les plaintes des victimes, qui dissimule des crimes et qui couvre de leur autorité des faits odieux et répréhensibles sur des personnes vulnérables ?

Et surtout que penser de la réaction d'un pape (5) qui apporte son soutien (6) à un haut dignitaire impliqué dans des faits de pédophile qu'il n'a pas dénoncé à la justice ?

C'est véritablement scandaleux de couvrir les auteurs de tels crimes !

 

Ces pédophiles et ceux qui se rendent complices en couvrant leurs agissements, ont un comportement si vicieux, qu'on peine à croire qu'ils puissent, un jour, avoir été des serviteurs de Dieu.

Qui plus est lorsqu'on exerce la digne fonction de cardinal et que l'on accorde une promotion à un prêtre convaincu de pédocriminalité, en faisant l'éloge de ses vertus !!

N'aurait-il pas dû plutôt être châtié, au lieu d'être récompensé ? Car tout serviteur qui trahit le Seigneur ne mérite pas d'être félicité, mais d'être accusé !

N'est-ce pas le comble de la lâcheté, pour ces esprits pervers qui abusent ainsi de l'innocence des enfants ?

 

J'accuse ces félons du Christ...

 

En d'autres temps, reconnus coupables, ces hommes eurent été retranchés du peuple. Aujourd'hui, quel serait le châtiment le plus juste ?

Ils ont manqué gravement à leurs devoirs !

Que justice soit rendue aux victimes de ces prédateurs sexuels !

Car si tel n'était pas le cas, il est à craindre que les pédophiles seraient nombreux à poursuivre leurs comportements malsains en toute impunité (7).

 

Celui qui agit contre la justice ou l'équité ne saurait prétendre à la sainteté.

Tel l'habit ne fait pas le moine, la soutane ne fait pas le saint !

Ceux qui souffrent, après avoir briser le silence, ont réclamé justice.

Un jugement est rendu, mais le coupable n'a pas été poursuivi !

Car celui qui dissimule les faits n'a pas été jugé avec justice.

Les victimes n'ont pas été entendues, elles n'ont pas été défendues !

 

Qui donc est plus injuste que celui qui dissimule la vérité ?

 

 

(1) Les témoins de Jéhovah sont eux aussi concernés par des affaires de pédophilie. En effet, des pédophiles ont été protégés par des Anciens de la congrégation de l'Organisation des Témoins de Jéhovah.

 

(2) Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, aurait couvert quatre affaires de pédophilie

 

(3) L'évêque de Bruges de 1984 à 2010, Roger Vangheluwe, a commis des abus sexuels pendant plus de dix ans. Godfried Danneels, cardinal depuis 1983, a eu une attitude complaisante envers l'évêque ; ce n'est qu'en 2010 qu'il reconnut avoir commis une erreur dans le traitement de ces affaires de pédophilie, en ne prenant aucune décision d'éloignement .

Jean-Michel Di Falco, évêque de Paris de 1997 à 2003, chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur et chevalier de l'ordre national du Mérite, a été promu à Gap évêque avec les armes d'archevêque par le cardinal Jean-Marie Lustiger, à la suite d'une plainte déposée par une ancienne victime d'abus sexuels. Il a pu exercer ses fonctions en toute impunité jusqu'au 08 avril 2017, date de son départ à la retraite. Le plus scandaleux est qu'il ait été décoré pour une conduite civile irréprochable et méritante alors qu'il est présumé avoir commis des actes de pédophilie !

 

(4) Des viols sur mineurs mais aussi parfois sur majeurs comme ceux de Christophe Roisnel, prêtre de la Fraternité Saint-Pie X, condamné à seize ans de réclusion criminelle pour avoir violé trois femmes. Il aurait même torturé l'une de ses victimes !

 

(5) Ce n'est malheureusement pas le premier pape à agir ainsi. En effet, son prédécesseur avant de devenir pontife ainsi que celui qui le précéda, firent même pire encore !

Le pape François semble tenir un double langage. Dans certains cas, il prend des sanctions, alors que dans d'autres, il semble plutôt manifester une volonté d'étouffement des affaires. C'est ainsi que Jorge Mario Bergoglio, au cours de sa fonction d'archevêque à Buenos Aires, aurait tenté d'influencer la justice en vue d'innocenter un prêtre condamné à quinze ans de prison pour faits de pédophilie.

 

(6) L'archevêque de Lyon a également reçu le soutien du sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, futur ministre d'État, ministre de l'Intérieur, qui a déclaré le 18 mai 2016 : « Je pense qu'on lui a fait un faux procès (..) Mais pour connaître Barbarin, ce n'est pas quelqu'un qui cherche à cacher les choses (..)». Lorsque que l'on sait que la loi du 5 mars 2007 place le maire au centre du dispositif de la protection de l'enfance, une telle position est inadmissible ! De plus, tout abus sexuel sur mineur est un crime qui doit faire l'objet d'un signalement à l'autorité judiciaire par toute personne qui en a connaissance. Quelle honte à l'égard des victimes d'un prêtre pédophile de parler de « faux procès » !!

 

(7) Hervé Gaschignard, évêque de Dax, a ainsi pu continuer ses agissements dans le département des Landes, malgré un signalement au Procureur de la République quand il était évêque dans le diocèse de Toulouse.

 

http://www.veritegroupesaintluc.fr/les-faits/

http://www.innocenceendanger.org/

https://www.avref.fr/fichier/AVREF-livre-noir-FSSPX.pdf

http://www.midilibre.fr/2017/03/21/abus-sexuels-dans-l-eglise-25-eveques-auraient-couvert-des-dizaines-de-pretres,1481804.php

http://www.lemonde.fr/enquetes/article/2017/06/19/en-argentine-et-en-italie-un-scandale-de-pedophilie-entache-l-eglise_5147049_1653553.html

 

Commentaires :

 

La prescription pour ce genre de crime ne devrait pas exister. Il faut souvent énormément de temps pour se reconstruire - certaines victimes dont la vie a été irrémédiablement brisée n'y parviennent malheureusement jamais - avant d'être en mesure de dénoncer son (ses) bourreau(x).

Un abus sexuel sur un enfant est un meurtre psychique !

Les enfants, parfois victimes d'abus sexuels pendant de nombreuses années, sont souvent emprisonnés dans un silence que leurs bourreaux leur ont imposé sous couvert de menaces. Je soutiens sans réserve le combat de Flavie Flament pour l'augmentation de la durée du délai de prescription des viols sur mineurs. Il n'y a pas de plus grande injustice que lorsqu'un criminel n'est pas condamné pour ses fautes, et qu'il restera à jamais impuni ! (Cristina Casado, auteure de "Survivre à l'enfer familial" et "Un symbole de l'enfer conjugal")

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/09/survivre-a-l-enfer-familial.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/08/un-symbole-de-l-enfer-conjugal.html

 

"(..) qu'une injustice qu'on voit, qu'on tait, et qui blesse un tiers, on la commet soi-même" (Cf. Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, La nouvelle Héloïse, p. 234, Furne Libraire-Éditeur, Paris, 1835).

 

"«(..) malheur à l'homme par qui le scandale arrive !». (Cf. Évangile selon Matthieu, chapitre 18, verset 7).

 

"Le scandale n'est pas de dire la vérité, c'est de ne pas la dire tout entière, d'y introduire un mensonge par omission qui la laisse intacte au-dehors (..)". (Cf. Scandale de la vérité, Georges Bernanos, Éditions Gallimard, Paris, 1939)

 

"L'innocence, tout opprimée qu'elle soit, ne prend jamais l'attitude des coupables (..) je méprise l'injustice (..)". (Cf. Mémoires de Mme Roland, Tome second, Notices historiques sur la Révolution, p. 75, Baudoin frères Éditeurs, Paris, 1821)

 

"Celui qui aurait le droit de dire au Pape qu'il s'est trompé aurait, par la même raison, le droit de lui désobéir ; ce qui anéantirait la suprématie (ou l'infaillibilité)" (Cf. Du Pape, suivi de l'Église Gallicane, Joseph de Maistre, Tome premier, livre I, p. 7, publié par la Société Nationale, Bruxelles, 1838)

 

Ainsi parle l'Éternel : « Ils ont imploré justice et point de justice ! Aussi ma colère ne se calmera pas, jusqu'à ce que j'ai accompli, exécuté les desseins de mon cœur. J'ébranlerai la terre ! J'assouvirai ainsi ma colère, je ferai reposer ma fureur sur eux. J'ébranlerai les montagnes et ma Justice se manifestera ! Et ma paix demeurera seulement sur ceux qui auront observer mes préceptes. Vous le comprendrez dans la suite des temps ».

 

 

Cet article rend hommage à toutes les victimes qui ont souffert.

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 19:27

¡ Señora S. se hizo el símbolo de las víctimas del infierno conyugal!

 

¡ Molida de golpes, humillada, engañada sexualmente así como sus tres hijas, vivió el martirio, bajo la influencia total de su marido violento, durante cuarenta siete años!

Para poner término a su calvario, en un último gesto de supervivencia, no encontró otra salida que de eliminar a su verdugo, después de haber recibido todavía amenazas y golpes.

¡ En efecto, no llegaba más a prohibirse vivir, ella qué se permitía solamente a sobrevivir! Fue pues el solo medio que encontró para liberarse de cadenas conyugales que la trabaron, tanto fue oprimida por un marido alcohólico y tiránico.

 

Considerada culpable de crimen de por la incompetencia de la Abogada general y de la parte de los jurados que siguieron los requerimientos sin medir las consecuencias trágicas, Sra S. se encontró encarcelada, condenada de edad de diez años de reclusión. Esta pena fue confirmada en el momento del proceso en llamada donde ocupó un escaño un Fiscal del Tribunal Supremo, revestido en sus principios del derecho penal, pero que no tenían ningún conocimiento de lo que aguantara una mujer maltratada en su infierno conyugal. ¡ Qué injusticia!

 

Gracias al apoyo de varias asociaciones de defensa de las víctimas de violencias conyugales, el Jefe del Estado se dignó concederle solamente una gracia parcial. ¡ Pero, por la omnipotencia de los magistrados que ha rechazado su demanda de liberación condicional, queda encerrada!

¡ Ya condenada injustamente respecto a todos los grandes sufrimientos qué quebrantaron su existencia, ahora es abrumada por altos representantes de la Justicia!!

¡ Qué vergüenza!

Sin embargo, expertos en psiquiatría y en psicología reconocieron la no peligrosidad de Señora S.

 

Mientras que de potenciales terroristas "registrados S", supuestos ser particularmente peligroso porque radicalizados, son dejados libre, Señora S. continua, ella, a corromperse en prisión. Así es como totalmente recientemente, el portador de una pulsera electrónica "registrado S ", aunque el Ministerio público hubiera pedido su encarcelamiento, degolló a un sacerdote en su iglesia.

La cumbre de la injusticia es dejar en libertad a personas que pueden cometer actos atroces, mientras que algunas las que no presenten ningún peligro para otros, como Señora S. que no es "registrada S", pueden ser encarceladas durante varios años.

¡ Tal es la gran paradoja de la Justicia!

 

Rechazando sus demandas de liberación condicional, los jueces ignoraron las consecuencias psicológicas que provoca un tan largo período de maltrato, así como el proceso de influencia psíquica sufre por Sra S. ¡ Sin embargo, nadie vuelve a salir indemne de tal infierno conyugal, lejos se hace falta! Además, los jueces le reprochan por usar de su derecho de entrega en libertad condicional, y por continuar situándose en víctima. ¡ Que de quejas injustificadas! ¡ Es verdaderamente escandaloso! ¿ Cómo llegar a sentirse culpable de haber puesto término a las artimañas violentas y destructoras de su verdugo que hasta incitaron a su propio hijo al suicidio?

Después de haber sido golpeada por su difunto marido durante cerca de un medio siglo, es ahora la Justicia que, a su vuelta, con sus sentencias injustas y crueles, le asesta golpes!

 

Actuando así, estos magistrados que no tienen competencia para apreciar todos los aspectos de tales situaciones dramáticas (impacto psicológico de las violencias sufridas, los efectos de una influencia), apoyan a los hombres que maltratan a sus mujeres (existen también unos hombres que son víctimas en el seno de su pareja), animándoles a perseguir sus actos violentos y destructores. ¡ Ciertos jueces deberían usar más bien de su celo para condenar severamente los resposables de maltrato conyugal, con el fin de disuadir los cónyuges qué podrían pretender cometer actos tan reprensibles!

 

¡ Hechos casi inverosímiles, pero qué se revelan ser, para Sra S. pero también para sus hijas violadas, una muy amarga realidad!!

 

 

Articulo "Sobrevivir al infierno familiar. Un testimonio conmovedor !" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/sobrevivir-al-infierno-familiar.html

 

 

Lista de los artículos :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/09/lista-de-los-articulos-en-espanol.html

 

 

Artículo redactado por Cristina Casado

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Hechos de sociedad
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:38

¡ No sólo les enseñaron doctrinas perniciosas a los niños qué les han sido confiados, sino que además, fallaron en sus obligaciones morales, porque abusaron de eso sexualmente ! En efecto, desgraciadamente, es sin embargo lo que hicieron ciertos sacerdotes...

¡ Así, en este nuevo negocio de pedofilía, en las barbas del cardenal, el cura acariciaba los riñones de los niños !

 

Denuncio a los traidores del Cristo...

 

¿ Que decir sobre estos eclesiasticos que fueron culpables de crímenes ? ¡ Porque la violación es bien un acto criminal cuyas consecuencias psicológicas son destructoras y dejan secuelas a lo largo de la vida !

¿ Que decir sobre su jerarquía que ignora las denuncias de las víctimas, que disimula crímenes y que cubre de su autoridad de los hechos odiosos y reprensibles sobre personas vulnerables ?

¿ Y sobre todo que pensar en la reacción de un Papa (1) que apoya a un alto dignatario implicado en hechos de pedófilo a quién no denunció a la justicia ?

¡ Es verdaderamente escandaloso de cubrir a los responsables de tales crímenes !

 

Estos pedófilos y los que se hacen cómplices cubriendo sus artimañas, tienen un comportamiento tan vicioso, que se apena creer que puedan, un día, haber sido siervos de Dios.

¡ Lo que es más cuando se desempeña digno función de cardenal y cuando se le concede una promoción a un sacerdote convencido de pédocriminalité, elogiando a sus virtudes !!

¿ No habría debido ser castigado más bien, en lugar de ser recompensado ? ¡ Porque todo servidor qué traiciona al Señor no merece ser felicitado, sino ser acusado !

¿ No cumbre de la cobardía, para estos espíritus depravados quiénes abusan así de la inocencia de los niños ?

 

¡ Lo que es más cuando se desempeña digno función de cardenal y cuando se le concede una promoción a un sacerdote convencido de pédocriminalité, elogiando a sus virtudes !

 

Acuso a estos felónes del Cristo...

 

En otra época, reconocidos culpables, estos hombres habían sido suprimidos del pueblo. ¿ Hoy, cuál sería el castigo más justo ?

¡ Faltaron gravemente a sus deberes !

¡ Qué justicia sea devuelta a las víctimas de estos depredadores sexuales !

Porque si tal no era el caso, es necesario temer que los pedófilos serían numerosos para perseguir sus comportamientos malsanos impunemente.

 

El que actúa contra la justicia o la equidad no sabría aspirar a la santidad.

¡ Tal el hábito no hace al monje, la sotana no hace al santo !

Los que sufren, después de tener quebrantar el silencio, reclamaron justicia.

¡ Un juicio es devuelto, pero el culpable no ha sido perseguido !

Porque el que disimula los hechos no ha sido juzgado con justicia.

¡ Las víctimas no han sido oídas, no han sido defendidas!

 

Así habla el Eterno: "¡ imploraron justicia y ninguna justicia ! También mi cólera no se calmará, hasta que cumplí, ejecuté las intenciones de mi corazón. ¡ Pondré en movimiento la tierra ! Saciaré así mi cólera, haré reposar mi furor en ellos. ¡ Pondré en movimiento las montañas y mi Justicia se manifestará ! Y mi paz quedará solamente sobre los que tendrán observar mis preceptos. Usted lo comprenderá en consecuencia de los tiempos".

 

(1) Desgraciadamente no es el primer Papa que actúa así. ¡ En efecto, su predecesor antes de hacerse pontífice así como el que precedió, hicieron lo mismo peor todavía !

 

 

Artículo redactado por Pascal Bourdaloue en colaboración con Cristina Casado

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Hechos de sociedad
commenter cet article
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:18

Parce "qu'il faut se tourner vers Dieu pour être éclairé par la lumière de sa parole, qui est la véritable lumière". (Cf. Le livre de S. Augustin De la véritable religion traduit en françois par Antoine Arnauld, ch. XLII, p. 244, Paris, chez Jacques Henry Pralard, 1720) 

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=sptRAAAAcAAJ&q=Dieu+pour+%C3%AAtre+%C3%A9clair%C3%A9#v=onepage&q=lumi%C3%A8re%20parole&f=false

 

 

 

      IMGP2461

 

Vitrail représentant Moïse (1) montrant les Tables de la Loi, dans l'église de Bergerac (France) 

 

(1) en hébreu מֹשֶׁה (Mochè)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes lèvres s'ouvrent pour enseigner ce qui est droit.

Car ma bouche proclame la vérité, et mes lèvres ont en horreur le mensonge.

 

    

 

    IMGP2218  

 

                           Fragment d'un manuscrit de Qumrân

 

 

 

"(..) l'Éternel, notre Dieu (1), est le seul Éternel.

Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu (1), de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

Et ces commandements, que je te donne aujourd'hui, seront dans ton cœur."

(Deutéronome 6,4-6)    

 

(1) en hébreu אֱלֹהִים (Élohims) 

 

IMGP2208.JPG

 

 

 

 

 

 

"Ta Parole est un flambeau qui éclaire mes pas,

une lumière sur mon sentier". (Psaumes 119,105) 

    
 

 

 

 

Ainsi parle le Seigneur Dieu :

 

 

 

Livres du Pentateuque (Torah) :
 

 

IMGP2675

 

 

  Genèse

1.1     "Dieu créa le ciel et la terre"

1.2    "La terre était informe et vide ;

          Dieu dit : « Que la la lumière soit !»

1.3     Et la lumière fut."

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP2491

 

 

 

 

Vitrail représentant Moïse montrant les Tables de la Loi, dans l'église d'Eymet (France)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exode                                                                                                

 

20.1   "Alors Elohîms prononça                                       

          toutes ces paroles, en disant" :                           

20.3  - «Tu n'auras pas d'autre dieu (..).                     

20.4 -  Tu ne te feras pas d'idole,                                  

        -  ni rien qui ait la forme de

           ce qui se trouve au ciel là-haut, (..).

20.5    (..) car c'est moi, l'Éternel, ton Dieu (..)              

20.7   - Tu n'invoqueras pas (à tort) le Nom                   

            de l'Éternel, ton Elohîms (..).

20.8   - Souviens-toi du jour du Chabbat.                      

20.10    (..) tu ne feras aucun ouvrage,

           ni toi, ni ton fils, ni ta fille (..)                          

                                    

                                                                

IMGP2301Tableau  représentant Moïse dans l'église de Thizay (France)

                                     

 

 

20.12  -  Honore ton père et ta mère.                            

20.13  -  Tu ne commettras pas de meurtre.                   

20.14  -  Ne commets point d'adultère.                               

20.15  -  Tu ne commettras point de vol.                                 

20.16  -  Ne témoigne pas faussement.                      

20.17  -  Et tu n'auras pas de visées sur la maison de ton prochain (..) sur la femme de ton prochain (..)»

 

 

 

IMGP2545

 

 

 

 

 

 

 

Peinture murale représentant Moïse dans l'église St-Jacques à Montauban

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Lévitique

 

18.1  "L'Éternel parla à Moïse :

18.2  «(..) c'est moi, l'Éternel, votre Dieu »"

18.5  "« Gardez mes statuts et mes ordonnances (1) (..)»"

 

(1) C'est-à-dire les règles et les jugements selon la Loi (Cf. Exode 20, 4-17 ci-dessus).

 

 

 

 

 

 

Lévitique, chapitre 18 complet (30 versets) :

http://www.torah-box.com/torah-pdf/torah/levitique/18.html                                        

 

 

 

  Deutéronome

 

6.4   Écoute Israël : l'Éternel est notre Dieu, l'Éternel est un !

6.5   "Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu,

          de tout ton cœur, de toute ton âme

          et de toute ta force."

 

 

IMGP2780

 

 

 

 

Deutéronome, chapitre 6,1-7 en hébreu et traduction en latin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Livres des Prophètes (Néviʻim):

 

 

IMGP2784

 

Extrait du livre d'Ιsaïe en hébreu avec traduction en latin. Biblia hebraica, Christophe Plantin, Anvers, MDLXXXIII (1584).

 

 

 

 

 

 

 

 

Isaïe

 

1.11-17

"« Qu’ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l’Éternel.
Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux ;
je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs.

Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous demande de souiller mes parvis ?

Cessez d’apporter de vaines offrandes :
J’ai en horreur l’encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées ;
je ne puis voir le crime s’associer aux solennités.

Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes ; elles me sont à charge ;
je suis las de les supporter.

Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux ;
quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas : vos mains sont pleines de sang.

Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions ;
cessez de faire le mal.

Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l’opprimé ;
faites droit à l’orphelin, défendez la veuve.»"

 

2.1-5 :

’’Prophétie d’Isaïe, fils d’Amots, sur Juda et Jérusalem.’’

Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Éternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront.

Des peuples s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Éternel.

Il sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre.

Maison de Jacob, venez, et marchons à la lumière de l’Éternel !

     

    10.1-2  "Malheur à ceux qui prononcent des ordonnances iniques,
    et à ceux qui transcrivent des arrêts injustes, pour refuser justice aux pauvres,
    et ravir leur droit aux malheureux de mon peuple, pour faire des veuves leur proie,
    et des orphelins leur butin !"

     

      28. 16-17 :

      "C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Éternel :
      « Voici, j’ai mis pour fondement en Sion une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix, solidement posée ; celui qui la prendra pour appui n’aura point hâte de fuir.

      Je ferai de la droiture une règle, et de la justice un niveau ; et la grêle emportera le refuge de la fausseté, et les eaux inonderont l’abri du mensonge.»"

         

        32.1-8 :

        "Alors le roi régnera selon la justice, et les princes gouverneront avec droiture.

        Chacun sera comme un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme des courants d’eau dans un lieu desséché, comme l’ombre d’un grand rocher dans une terre altérée.

        Les yeux de ceux qui voient ne seront plus bouchés, et les oreilles de ceux qui entendent seront attentives.

        Le cœur des hommes légers sera intelligent pour comprendre, et la langue de ceux qui balbutient parlera vite et nettement.

        On ne donnera plus à l’insensé le nom de noble, ni au fourbe celui de magnanime.

        Car l’insensé profère des folies, et son cœur s’adonne au mal, pour commettre l’impiété, et dire des faussetés contre l’Éternel, pour laisser à vide l’âme de celui qui a faim, et enlever le breuvage de celui qui a soif.

        Les armes du fourbe sont pernicieuses ; il forme de coupables desseins, pour perdre les malheureux par des paroles mensongères, même quand la cause du pauvre est juste.

        Mais celui qui est noble forme de nobles desseins, et il persévère dans ses nobles desseins."

         

        42. 1-8 :

        Voici mon serviteur, que je soutiendrai,
        mon élu, en qui mon âme prend plaisir.
        J’ai mis mon esprit sur lui ;
        il annoncera la justice aux nations.

        Il ne criera point, il n’élèvera point la voix,
        et ne la fera point entendre dans les rues.

        Il ne brisera point le roseau cassé,
        et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore ;
        il annoncera la justice selon la vérité.

        Il ne se découragera point et ne se relâchera point,
        jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre,
        et que les îles espèrent en sa loi.

        Ainsi parle Dieu, l’Éternel,
        qui a créé les cieux et qui les a déployés,
        qui a étendu la terre et ses productions,
        qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent,
        et le souffle à ceux qui y marchent.

        Moi, l’Éternel, je t’ai appelé pour le salut,
        et je te prendrai par la main,
        je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple,
        pour être la lumière des nations,

        pour ouvrir les yeux des aveugles,
        pour faire sortir de prison le captif,
        et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres.

        Je suis l’Éternel, c’est là mon nom ;
        et je ne donnerai pas ma gloire à un autre,
        ni mon honneur aux idoles.»

         

        43.10-13 :

        "« Vous êtes mes témoins », dit l’Éternel, « vous, et mon serviteur que j’ai choisi, afin que vous le sachiez, que vous me croyiez et compreniez que c’est moi : avant moi il n’a point été formé de Dieu, et après moi il n’y en aura point.

        C’est moi, moi qui suis l’Éternel, et hors moi il n’y a point de sauveur.

        C’est moi qui ai annoncé, sauvé, prédit, ce n’est point parmi vous un dieu étranger ; vous êtes mes témoins, dit l’Éternel, c’est moi qui suis Dieu.

        Je le suis dès le commencement, et nul ne délivre de ma main ; j’agirai  : qui s’y opposera ?»"

           

          45.23   "« Je le jure par moi-même, la vérité sort de ma bouche et ma parole ne sera point révoquée. »"

           

          46.9-10 :

          "« Souvenez-vous de ce qui s’est passé dès les temps anciens ; car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre, je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi.

          J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli ; je dis  : Mes arrêts subsisteront, et j’exécuterai toute ma volonté.»"

             

            53

            https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_d%E2%80%99%C3%89sa%C3%AFe#.C3.89sa.C3.AFe_53

             

            56. 1-2  "Ainsi parle l'Éternel : « observez ce qui est droit, et pratiquez ce qui est juste ; car mon salut ne tardera pas à venir, et ma justice à se manifester. Heureux l'homme qui fait cela, et le fils de l'homme qui y demeure ferme, gardant le chabbat pour ne point le profaner, et veillant sur sa main, pour ne commettre aucun mal !»"

             

              57.14-21 :

              On dira : Frayez, frayez, préparez le chemin,
              enlevez tout obstacle du chemin de mon peuple !

              Car ainsi parle le Très-Haut, dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint :
              « J’habite dans les lieux élevés et dans la sainteté ; mais je suis avec l’homme contrit et humilié, afin de ranimer les esprits humiliés, afin de ranimer les cœurs contrits.

              Je ne veux pas contester à toujours, ni garder une éternelle colère, quand devant moi tombent en défaillance les esprits, les âmes que j’ai faites.

              À cause de son avidité coupable, je me suis irrité et je l’ai frappé, je me suis caché dans mon indignation ; et le rebelle a suivi le chemin de son cœur.

              J’ai vu ses voies, et je le guérirai ; je lui servirai de guide, et je le consolerai, lui et ceux qui pleurent avec lui. Je mettrai la louange sur les lèvres. 
              Paix, paix à celui qui est loin et à celui qui est près ! (dit l’Éternel). Je les guérirai.

              Mais les méchants sont comme la mer agitée, qui ne peut se calmer, et dont les eaux soulèvent la vase et le limon. Il n’y a point de paix pour les méchants », (dit mon Dieu).

                 

                59.1-8 :

                "Non, la main de l’Éternel n’est pas trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre.

                Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu ; ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter.

                Car vos mains sont souillées de sang, et vos doigts de crimes ; vos lèvres profèrent le mensonge, votre langue fait entendre l’iniquité.

                Nul ne se plaint avec justice, nul ne plaide avec droiture ; ils s’appuient sur des choses vaines et disent des faussetés, ils conçoivent le mal et enfantent le crime.

                Ils couvent des œufs de basilic, et ils tissent des toiles d’araignée. Celui qui mange de leurs œufs meurt ; et, si l’on en brise un, il sort une vipère.

                Leurs toiles ne servent point à faire un vêtement, et ils ne peuvent se couvrir de leur ouvrage ;
                leurs œuvres sont des œuvres d’iniquité, et les actes de violence sont dans leurs mains.

                Leurs pieds courent au mal, et ils ont hâte de répandre le sang innocent ; leurs pensées sont des pensées d’iniquité, le ravage et la ruine sont sur leur route.

                Ils ne connaissent pas le chemin de la paix, et il n’y a point de justice dans leurs voies ;
                ils prennent des sentiers détournés : quiconque y marche ne connaît point la paix."

                 

                  66.1-6 :

                  Ainsi parle l’Éternel : le ciel est mon trône, et la terre mon marchepied. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, et quel lieu me donneriez-vous pour demeure ?

                  Toutes ces choses, ma main les a faites, et toutes ont reçu l’existence, dit l’Éternel.
                  Voici sur qui je porterai mes regards : sur celui qui souffre et qui a l’esprit abattu, sur celui qui craint ma parole.

                  Celui qui immole un bœuf est comme celui qui tuerait un homme, celui qui sacrifie un agneau est comme celui qui romprait la nuque à un chien, celui qui présente une offrande est comme celui qui répandrait du sang de porc, celui qui brûle de l’encens est comme celui qui adorerait des idoles ; tous ceux-là se complaisent dans leurs voies, et leur âme trouve du plaisir dans leurs abominations.

                  Moi aussi, je me complairai dans leur infortune, et je ferai venir sur eux ce qui cause leur effroi,
                  parce que j’ai appelé, et qu’ils n’ont point répondu, parce que j’ai parlé, et qu’ils n’ont point écouté ; mais ils ont fait ce qui est mal à mes yeux, et ils ont choisi ce qui me déplaît.

                  Écoutez la parole de l’Éternel, vous qui craignez sa parole.

                  Voici ce que disent vos frères, qui vous haïssent et vous repoussent à cause de mon nom :
                  que l’Éternel montre sa gloire, et que nous voyions votre joie !
                  Mais ils seront confondus.

                  Une voix éclatante sort de la ville, une voix sort du temple.
                  C’est la voix de l’Éternel, qui paie à ses ennemis leur salaire.

                       

                       

                       

                      IMGP1781

                       

                                                    Un oasis dans les environs de la Vallée du Jourdain 

                       

                       

                      Jérémie

                       

                      14   "Parole de l'Éternel qui fut adressée à Jérémie (..)"

                      https://fr.wikisource.org/wiki/Livre_de_J%C3%A9r%C3%A9mie_-_Crampon#Chapitre_14

                       

                      23.30-32   "« C'est pourquoi voici  », dit l'Éternel, « j'en veux aux prophètes qui se dérobent mes révélations l'un à l'autre, qui prennent leur propre parole et la donnent pour ma parole ; j'en veux à ceux qui prophétisent des songes faux, qui les racontent, et qui égarent mon peuple par leurs mensonges et par leur témérité. Je ne les ai point envoyés, je ne leur ai point donné d'ordre, et ils ne sont d'aucune utilité à ce peuple.»"

                       

                       

                       

                       

                      IMGP3216

                       

                                                             

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                      Tableau dans la cathédrale de Valence (Espagne) 

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                       

                           

                           

                           

                          IMGP2674

                           

                           

                          Livres des Hagiographes (Kétouvim) :

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                          IMGP2783

                           

                                                   

                           

                           

                           

                           

                           

                          Livre des Psaumes en Hébreu avec traduction en Latin.

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                          Psaumes

                           

                          Psaume 7 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_7

                           

                          Psaume 14 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_14

                           

                          Psaume 22 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_22

                           

                          Psaume 25 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_25

                           

                          Psaume 33 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_33

                           

                          Psaume 36 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_36

                           

                          Psaume 40 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_40

                           

                          Psaume 62 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_62

                           

                          Psaume 67 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_67

                           

                          Psaume 70 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_70

                           

                          Psaume 119 :

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Livre_des_Psaumes#Psaume_119

                           

                           

                           

                          IMGP2442

                           

                           

                          Vitrail représentant le roi David dans la cathédrale St-Front à Périgueux (France)

                           

                           

                          "J'avais mis en l'Éternel mon espérance, et il s'est incliné vers moi, et a écouté mes cris. Il m'a retiré de la fosse de destruction, du fond de la boue ; et il a dressé mes pieds sur le roc, il a affermi mes pas. Il a mis dans ma bouche un poème nouveau, une louange à notre Dieu ; beaucoup l'ont vu, et ont eu de la crainte, et ils se sont confiés en l'Éternel. Heureux l'homme qui place en l'Éternel sa confiance, et qui ne se tourne pas vers les hautains et les menteurs" (Psaumes 40,2-5)

                           

                          "Veuille me délivrer, ô Éternel ! Éternel, viens en hâte à mon secours !" (Psaumes 40, 14)

                           

                          "Alors je dis : voici, je viens avec le volume de l'acte écrit pour moi. Je veux faire ta volonté, Elohaï (mon Dieu) ! Et ta loi est au fond de mon cœur. J'annonce la justice dans la grande assemblée ; voici, je ne ferme pas mes lèvres, Éternel, tu le sais ! Je ne retiens pas dans mon cœur ta justice, je publie ta vérité et ton salut, je ne cache pas ta bonté et ta fidélité dans la grande assemblée." (Psaumes 40,8-11)

                           

                           

                          IMGP2493

                           

                          Vitrail représentant le roi David dans l'église Notre-Dame à Tonneins

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                          Proverbes

                           

                          1

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Proverbes#Proverbes_1

                           

                          12  "(..) La lèvre véridique est affermi pour toujours, mais la langue fausse ne subsiste qu'un instant.(..)"

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Proverbes#Proverbes_12

                           

                          15  "(..) Le sacrifice des méchants est en horreur à l'Éternel, mais la prière des hommes droits lui est agréable.(..)"

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Proverbes#Proverbes_15

                           

                          21.3  "La pratique de la justice et de l'équité, voilà ce que l'Éternel préfère aux sacrifices."

                          21.27  "Le sacrifice des méchants est quelque chose d'abominable (..)".

                           

                          28  "(..) Si quelqu'un détourne l'oreille pour écouter la loi, sa prière même est une abomination."

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Proverbes#Proverbes_28

                           

                           

                          Ecclésiaste

                          Livre poétique écrit par Yéchouʻa bèn Sira

                           

                          1.2.14-15.17  "Vanité des vanités (..) j'ai appliqué mon cœur à connaître la sagesse, et à connaître la sottise et la folie."

                          2

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_2

                          3

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_3

                          4

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_4

                          5

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_5

                          7

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_7

                          8

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_8

                          9

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#Eccl.C3.A9siaste_9

                          10

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_10

                          11

                          https://fr.wikisource.org/wiki/Bible_Segond_1910/Eccl%C3%A9siaste#.C3.89ccl.C3.A9siaste_11

                           

                           

                           

                           

                          Le Coran. Livre de l'Alcoran

                           

                          http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/le-coran-reforme-les-versets-authentiques.html

                           

                          http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-les-fausses-revelations-77065682.html

                           

                           

                           

                           IMGP3113

                           

                           

                           

                          Intérieur de la grande mosquée de Cordoue (Cordoba), Andalousie

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                           

                          Le Nouveau Testament

                           

                          L'Évangile réformé :

                          http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/les-enseignements-et-les-actes-de-jesus-de-nazareth.html

                           

                             

                          Commentaires sur la parole de Dieu, le Seigneur, l'Éternel, le Miséricordieux

                           

                          "C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc." (Év. Matthieu 7,24)

                           

                          Celui qui est de Dieu, entend la parole de Dieu.  

                          "Sire, il n'est rien de plus efficace et de plus fort que la parole de Dieu (..) celle que Dieu produit au dehors, et qu'il fait entendre à ses créatures, soit qu'il la leur adresse immédiatement, ou qu'il se serve pour cela du ministère des hommes qui sont les organes et les interprètes. C'est cette parole que Salomon dans le livre de la Sagesse a appelée toute-puissance (..) Et en effet, à voir ce qu'elle a opéré, soit dans l'ordre de la nature ou dans celui de la grâce, rien ne lui convient mieux que le caractère de toute-puissance.

                          (..) La parole de Dieu, dit saint Augustin, est la vraie manne, c'est-à-dire la nourriture spirituelle que Dieu nous a préparée, et qui doit être pour nos âmes, suivant le dessein de la providence, tout ce que la manne du désert était pour le corps."

                          (Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Boudalouë (de la Compagnie de Jésus), pour le caresme. Tome troisiéme. sermon pour le Dimanche de la cinquième semaine, — sur la parole de Dieu — , p. 1-2.13, Paris, chez Rigaud, Directeur de l'Imprimerie Royale. MDCCVII. avec privilege du Roy (1707)

                          N.B. Les extraits reproduits ci-dessus sont traduits du texte original en langue françoise.

                          (..) Nous commettons mille abus dans l'usage de la parole de Dieu : mais l'abus capital est que nous ne faisons pas le discernement nécessaire de cette adorable parole ; c'est-à-dire, que nous ne l'écoutons pas comme parole de Dieu, mais comme parole des hommes ; et voilà ce que j'appelle un désordre ; 1. désordre par rapport à Dieu ; 2. désordre par rapport à nous-mêmes. (..)

                          1. (..) je dis que vous profanez la parole de Dieu, quand vous ne savez pas la discerner de la parole de l'homme. Écoutez pour cela saint Augustin.

                          2. (..) c'est qu'en abusant de la parole de Dieu, et en la profanant, nous nous la rendons inutile. La parole de Dieu reçue comme parole d'homme, ne peut produire que des effets proportionnés à la vertu de la parole de l'homme. Or, la parole de l'homme n'est d'elle même pour le salut qu'un vain instrument.

                           

                          (..) la parole de Dieu a toujours son effet : ou effet de miséricorde, ou effet de justice."

                          (Ibid. Table et abrégé des sermons, p.445-446.448)

                           

                          IMGP2672

                           

                          (..) La parole de Dieu nous est souvent inutile, parce qu'on ne la reçoit pas comme parole de Dieu.

                          (..) Or, rien n'est plus faible que la parole de l'homme. (..) Ne nous étonnons donc point de ce que la parole de Dieu nous profite si peu : c'est qu'on ne l'entend que comme parole des hommes. C'est-à-dire, qu'on l'entend, 1. par coutume et pour une espèce de passe-temps,

                          2. par un esprit de malignité et de censure, 3. par une curiosité vaine et toute humaine.

                           

                          Dès que, par notre faute, la parole de Dieu nous est inutile, elle devient le sujet de notre condamnation devant Dieu.

                          Car se rendre inutile une parole si efficace par elle-même, 1. c'est un péché ; 2. c'est s'ôter, par ce péché particulier, toute excuse dans tous les autres péchés.

                          C'est un péché, parce que la parole de Dieu est un moyen de salut, et un des premiers moyens.

                           

                          (..) la parole de Dieu est un moyen pour nous instruire et pour nous fortifier."

                           

                          (Cf. Louis Bourdaloue , Sermons du pere Bourdalouë, pour les dimanches. tome premier , sermon pour le dimanche de la Sexagésime — sur la Parole de Dieu — table et abrégé des sermons, p. 584-585, Paris, aux dépens de Rigaud, Directeur de l'Imprimerie Royale. MDCCXVI. avec privilege du Roy (1716) )

                          N.B. Les extraits reproduits ci-dessus sont traduits du texte original en langue françoise.

                           

                           

                          "Dieu donna à la franchise, à la fidélité, à la droiture, un accent qui peut être ni contrefait, ni méconnu." (Cf. Du Pape, suivi de l'Église Gallicane, Joseph de Maistre, Tome premier, livre II, p. 220, publié par la Société Nationale, Bruxelles, 1838)

                           

                           

                          "« Je suis l'Éternel (1), c'est là mon nom »" (Isaïe 42,8)

                           

                          (1) en hébreu אֱלֹהִים  (Élohims)

                           

                          "Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier." (Cf. Psaumes 119, 105)

                           

                           

                          Dieu, le Sage, est la seule véritable Lumière.

                          Sa Parole est la Sagesse.

                          Que la parole de l'Éternel s'accomplisse ! 

                           

                           

                          Article mis à jour le 15/08/2017, rédigé par Pascal Bourdaloue

                           

                           

                          IMGP3162

                          Repost 0
                          Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la Parole du Très-Haut
                          commenter cet article
                          14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:17

                          La Torah raconte, dans ses grandes lignes, les épisodes de la Création et du Déluge, l'histoire des patriarches (d'Abraham à Joseph) du peuple d'Israël, l'exode et la sortie d'Égypte, la traversée du désert par les israélites, la remise des tables de la Loi à Moïse, ainsi que des lois, des ordonnances et des prescriptions principalement religieuses. 

                           

                           

                          Commentaires sur l'inexactitude historique de la Torah 

                           

                          À  l'examen des textes bibliques, on ne peut que se convaincre que les cinq premiers livres ont fait l'objet, au cours des siècles, de nombreuses retouches et de remaniements importants.

                          "Il est aujourd'hui évident qu'un grand nombre d'événements de l'histoire biblique ne se sont déroulés ni au lieu indiqué ni de la manière dont ils sont rapportés. Bien plus : certains des épisodes les plus célèbres de la Bible n'ont tout simplement jamais eu lieu." (Cf. La Bible dévoilée p. 16, Israël Finkelstein (1) et Neil Silberman (2) , Éditions Bayard, Paris, 2002.)

                           En effet, "l'archéologie nous permet de reconstituer la véritable histoire qui se cache derrière la Bible (..)" (Ibid) 

                           

                          "(..) loin de résulter d'une composition continue et sans couture, le Pentateuque est au contraire un patchwork, assemblé à partir de sources variées, et dont les diverses pièces furent écrites dans des circonstances historiques dissemblables, pour exprimer des points de vue religieux ou politiques différents." (Ibid p. 25)

                           

                          "(..) l'archéologie propose un nombre suffisant de preuves qui étayent l'assertion que le noyau historique central du Pentateuque et de l'histoire deutéronomique  fut composé, dans ses grandes lignes, au cours du VII ͤ  siècle av. J.C.

                          (..) pour l'essentiel, le Pentateuque fut une création de la monarchie tardive, destinée à propager l'idéologie et les besoins du royaume de Juda, et qu'il était, de ce fait, étroitement lié à l'histoire deutéronomiste. Nous soutiendrons les savants qui affirment que l'histoire deutéronomique fut compilée, en partie sous le règne de Josias, afin de servir de fondement idéologique à des ambitions politiques et à des réformes religieuses particulières." (Ibid p. 26)

                           

                          "(..) les contradictions évidentes entre les découvertes archéologiques et la version biblique des événements demeuraient, elles aussi, bien trop abondantes, pour affirmer que la bible nous offre une description fiable de la manière dont ces mêmes événements se sont véritablement déroulés." (Ibid p.33)

                           

                          "(..) les archéologues sont à même de prouver que la Torah et l'histoire deutéronomiste portent des marques distinctives qui permettent de dater de façon indubitable leur compilation initiale au VII ͤ  siècle av. J.C. ."

                          "(..) le cœur historique de la Bible s'est développé dans des circonstances politiques, sociales et spirituelles précises, et qu'il doit tout au génie inventif et visionnaire de femmes et d'hommes exceptionnels  ̶  Les histoires des patriarches, l'Exode, la conquête de Canaan, la saga de la glorieuse monarchie unifiée de David et Salomon  ̶  est, en réalité, l'expression d'un élan créatif d'un puissant mouvement de réformes religieuses, dont l'éclosion a eu lieu dans le royaume de Juda durant l'âge du Fer récent. Même si ces récits se sont greffés sur un tronc initial historique, ils reflètent, pour l'essentiel, l'idéologie et la vision du monde de leurs auteurs.

                          Nous montrerons comment le récit de la Bible a été reconstruit de manière à favoriser la réforme religieuse et les ambitions territoriales de Juda durant les décennies dramatiques sur lesquelles s'est achevé le VII ͤ siècle av. J.C. ." (Ibid p. 36)

                           

                          " (..) Ce sera la rédaction de l'histoire deutéronomiste et d'une partie du Pentateuque qui créera la saga épique, capable d'exprimer le pouvoir et la passion des rêves renaissants de Juda. C'est la raison vraisemblable qui incita les auteurs et éditeurs de l'histoire deutéronomiste, et d'une partie du Pentateuque, à rassembler et à refondre les traditions les plus précieuses du peuple d'Israël : il fallait préparer le peuple pour le grand combat national (..)

                          Embellissant et développant les histoires rapportées dans les quatre premiers livres de la Torah, ils combinèrent les variantes régionales des récits des patriarches Abraham, Isaac et Jacob, en les situant dans un contexte étrangement ressemblant à celui du VII ͤ siècle av. J.C. ; l'accent fut résolument mis sur la domination de Juda sur l'ensemble d'Israël. Ils façonnèrent une grande épopée nationale célébrant la lutte de toutes les tribus d'Israël (..)

                          Dans l'histoire deutéronomiste, ils transformèrent la conquête de Canaan en une épopée unique (..)

                          (..) Les écrits, tout comme les prêches, devinrent des moyens de propager un ensemble d'idées politiques, religieuses et sociales, plutôt révolutionnaires." (Ibid p. 321-323)

                           

                          "(..) les textes du Pentateuque et de l'histoire deutéronomiste subirent des additions et des révisions importantes (..)" (Ibid p. 335)

                           

                          "La vaste saga scripturaire, élaborée sous le règne de Josias, qui narre l'histoire d'Israël depuis la promesse faite par Dieu aux patriarches jusqu'à la découverte du livre de la Loi dans le temple de Jérusalem - en passant par l'Exode, la conquête, la monarchie unifiée, la division en deux  États - est une composition brillante et passionnée. Elle vise à expliquer comment les événements du passé préparaient les triomphes du futur, à justifier la nécessité des réformes deutéronomistes et, plus prosaïquement, à soutenir les ambitions territoriales de la dynastie davidique.

                          (..) L'histoire deutéronomiste originale résume en effet toute l'histoire d'Israël, à partir du dernier sermon de Moïse et de la conquête de Canaan par Josué, jusqu'à la découverte de la nouvelle Loi et la reconquête de la Terre promise par Josias.

                          (..) une réécriture de l'histoire d'Israël restait pour les exilés de réaffirmer leur identité." (Ibid p. 340 ; 342)

                           

                          (1) Directeur de l'Institut d'archéologie de Tel-Aviv

                          (2) Directeur historique à Bruxelles du Centre Ename pour l'Archéologie et l'Héritage Public de Belgique

                           

                          a) Sur les patriarches

                           

                          "(..) dans les histoires patriarcales de la Genèse (..) ces textes furent écrits de nombreux siècles après l'époque à laquelle la Bible situe la vie des patriarches (..) Les VII ͤ  et VIII ͤ  siècles ont été une période particulièrement active de composition du récit des patriarches. (..) C'est ainsi que les histoires de Jacob et d'Ésaü (..) sont habilement introduites sous la forme de légendes archaïques pour refléter les rivalités de la période monarchique tardive." (Cf. La Bible dévoilée p. 55, Israël Finkelstein et Neil Silberman, Éditions Bayard, Paris, 2002.)

                           

                          "(..) le choix d'Abraham, considérant sa relation étroite avec Hébron, première capitale du royaume de Juda, et avec Jérusalem (« shalem », en Gn 14, 18), répondait à un besoin de souligner la primauté de Juda dès les débuts de l'histoire d'Israël.

                          (..) L'intention politique évidente qui se devine derrière l'inclusion incongrue d'un tel détail dans un récit par ailleurs beaucoup plus vaste remet automatiquement en question sa crédibilité historique." (Ibid p. 58-59)

                           

                          "Le récit traditionnel des patriarches doit être considéré comme une sorte de « préhistoire » pieuse d'Israël, dans laquelle Juda joue le rôle central." (Ibid p.60)

                           

                          "Ces récits furent ensuite cousus ensemble à partir de souvenirs, de débris d'anciennes coutumes, de légendes sur la naissance de différents peuples, et de préoccupations suscitées par les conflits contemporains (1). Les innombrables épisodes combinés ensemble témoignent de la riche variété de sources et de traditions qui donnèrent naissance au récit biblique et aussi de la diversité des lecteurs judéens et israélites qu'il cherchait à atteindre." (Ibid p.61)

                           

                          L'historien et bibliste israélien Benjamin Mazar (né Binyamin Zeev Maisler) a relaté les anachronismes que contient le texte biblique en Génèse, tels que la mention des Araméens (3) et du roi philistin Abimélec, à Guérar aux versets 1 et 8 du chapitre 26. 

                          "Inutile de dire qu'il n'y avait pas l'ombre d'un Philistin à Canaan ni au Bronze moyen ni au Bronze récent. Les textes égyptiens et l'archéologie prouvent indubitablement que ce peuple ne s'est installé le long du littoral méridional de la Palestine qu'au XII ͤ siècle av. J.C.

                          (..) Les Araméens aussi jouent un rôle prééminent dans les histoires patriarcales, alors qu'ils ne sont apparus sur la scène du Proche-Orient qu'au début de l'âge du Fer, et que leurs royaumes n'ont émergé que plus tardivement encore, vers le IX ͤ siècle av. J.C. (Ibid p. 366)   

                           

                          "(..) le récit des patriarches grouille de références aux réalités de la monarchie tardive, en particulier celles du VII ͤ siècle av. J.C." (Ibid p. 367)

                           

                          (1) Au VII ͤ siècle av. J.C., le royaume de Juda caressait l'ambition de reconquérir les territoires que s'étaient appropriés les Assyriens (2). Les récits consacrés à Abraham expriment cette ambition.

                          (2) L'anéantissement de Jérusalem est intervenu en 720 av. J.C.

                          (3) Genèse 25, 20 ; 28, 5 ; 31,20 ; 31, 24 

                           

                          b) Sur l'Exode

                           

                          "Si l'on se fonde sur la corrélation entre les dates des règnes des rois israélites et les documents extérieurs, égyptiens et assyriens, on peut en conclure que l'Exode a eu lieu aux environs de l'an 1440 av. J.C. , c'est à dire plus d'un siècle après l'expulsion (1)des Hyksos (2) par les égyptiens.

                          (..) La Bible mentionne spécifiquement la condamnation aux travaux forcés des enfants d'Israël, employés en particulier sur le chantier de la ville de Ramsès (3) (..). Or, au XV ͤ siècle av. J.C., un tel nom est inconcevable : le premier pharaon à le porter ne montera sur le trône qu'en 1320 av. J.C. , c'est-à-dire plus d'un siècle après la date suggérée par la tradition biblique. Et en effet, des dizaines de sites archéologiques liés à l'installation des premiers Israélites ont été découverts dans les régions montagneuses de Canaan et datent de cette époque.

                          (..) aux yeux de la plupart des savants, la référence biblique à Ramsès apparaît comme un détail destiné à préserver un souvenir historique authentique. (..) ils affirment que l'Exode avait dû avoir lieu durant le  XIII ͤ siècle av. J.C. (4)   

                          (..) les israélites ne commenceront à émerger graduellement dans un groupe distinctif de la région de Canaan qu'à partir de la fin du XIII ͤ siècle av. J.C. Il n'existe aucune preuve archéologique de présence israélite en Égypte antérieure à cette période. (Cf.La Bible dévoilée p. 74-76, Israël Finkelstein et Neil Silberman, Éditions Bayard, Paris, 2002.) 

                           

                          "(..) dans les documents égyptiens surabondants qui décrivent l'époque du Nouvel Empire, en général, et celle du XIII  ͤ siècle en particulier, on ne trouve pas la moindre référence aux Israélites (..). Et l'Égypte ne recèle aucune découverte qu'il soit possible d'associer, directement ou indirectement, avec la notion d'un groupement ethnique particulier (..) qui, si l'on en croit le récit biblique sur les enfants d'Israël installés  « dans la terre de Goshèn » (5), aurait vécu dans une région déterminée du delta oriental. (Ibid p. 78)

                           

                          "(..) si l'on en croit la Bible, les enfants d'Israël ont parcouru de long en large les déserts et les monts de la péninsule du Sinaï, en campant dans toutes sortes d'endroits, pendant quarante ans bien comptés. (..) Il devrait rester des traces archéologiques de leur interminable périple à travers le Sinaï. Or, à l'exception des vestiges de forteresses égyptiennes le long de la côte nord, aucune trace de campement (6), aucun signe d'occupation, datant du temps de Ramsès II, ou de ses prédécesseurs, ou de ses successeurs immédiats, n'ont été retrouvés nulle part dans le Sinaï. (..) pas un seul tesson de poterie, pas la moindre structure ni la moindre trace d'habitation ou signe d'ancien campement. (..)" (Ibid p. 80) 

                          "La conclusion - que l'Exode ne s'est pas déroulé à l'époque et de la manière dont la Bible le raconte - semble irréfutable dès lors qu'on examine les découvertes faites sur les sites où les enfants d'Israël sont présumés avoir campé pendant de longues périodes au cours de leurs pérégrinations dans le désert." (7) (Ibid p. 82)

                           

                          "Certains des noms étrangers mentionnés dans l'histoire égyptienne de Joseph présentent une relation étroite avec le VII ͤ siècle av. J.C. (..) tous les lieux qui jouent un rôle important dans l'errance des Israélites étaient bien habités au VII ͤ siècle. Qui plus est, certains d'entre eux le furent uniquement à cette époque. Au VII ͤ siècle, une large forteresse fut établie à Cadès-Barnéa.

                          (..) Tout cela semble indiquer que le récit de l'Exode a trouvé sa forme définitive sous la XXVI ͤ  dynastie, au cours de la moitié du VII ͤ siècle et de la moitié du  VI ͤ siècle av. J.C. Les nombreuses références à des lieux et à des événements spécifiques de cette période suggèrent clairement que l'auteur, ou les auteurs, ont intégré dans l'histoire maints détails qui leur étaient contemporains. (..) Des légendes plus anciennes, aux contours assez flous, gravitant autour d'une quelconque libération des mains des Égyptiens, ont peut-être été habilement brodées sur le tissu général d'une formidable saga qui empruntait les paysages et les monuments familiers.  

                          (..) ll est impossible d'affirmer avec certitude que le récit biblique a été composé à partir de vagues souvenirs d'une émigration en Égypte en provenance de Canaan, suivie d'une expulsion du delta au II ͤ  millénaire. Mais, de toute évidence, l'histoire de l'Exode devait tirer son pouvoir non seulement de traditions plus anciennes adaptées aux détails géographiques et démographiques contemporains, mais encore plus directement de réalités politiques contemporaines. (Ibid p. 86-88)

                          (..) Durant l'exil de Babylone et au cours des siècles qui suivirent, de nouvelles couches se rajouteront au récit de l'Exode. Mais (..) pendant le VII ͤ siècle av. J.C., une tension croissante avec l'Égypte permit cette composition surprenante de se cristalliser. Par conséquent, la saga de l'Exode d'Israël hors d'Égypte n'est pas une vérité historique, mais elle n'est pas non plus une fiction littéraire. Elle exprime puissamment les souvenirs et les espérances suscités par un monde en mutation. L'affrontement de Moïse et du pharaon reflète la rencontre imminente et fatidique qui opposera le jeune roi Josias au pharaon Neko II, qui vient d'être couronné. (Ibid. p. 90) 

                           

                          "(..) L'Exode ne s'est pas déroulé de la manière dont nous le raconte la Bible (..)". (Ibid p. 91) 

                           

                               

                          (1) Le nom d'Israël n'apparaît nulle part dans les inscriptions ou les documents qui nous sont parvenus sur les Hyksos. Il n'est pas davantage mentionné dans les inscriptions égyptiennes plus tardives, ni dans les archives cunéiformes datant du XIV  ͤ  siècle.      

                          (2) Aux alentours de l'an 1570 av. J.C.

                          (3) Exode 1, 11.

                          (4) Vers la fin du XIII ͤ siècle av. J.C.

                          (5) Genèse 47, 27.

                          (6) D'après le récit biblique, les fils d'Israël campèrent à Cadès-Barnéa pendant trente-huit ans !  

                          (7) Cf. Nombre 7, sur les étapes des israélites pendant leur voyage.

                           

                          c) Sur la conquête de Canaan

                           

                          "Les antiques cités de Jéricho, d'Aï (1), de Galcön, de Lakish et d'Haçor (..) ont été localisées et fouillées, mais les vestiges de la conquête historique de Canaan par les israélites sont (..) plutôt maigres. Ici aussi, l'archéologie nous permettra de démêler les événements historiques réels de ceux qui relèvent de l'imagination puissante des auteurs de l'impérissable conte biblique."

                          En effet, "(..) Comme pour le récit de l'Exode, le Canaan que nous révèle l'archéologie diffère radicalement de celui que nous dépeint la Bible au moment présumé de la conquête, c'est-à-dire entre 1230 et 1220 av. J.C. (2) (..)"

                          "Canaan était une province égyptienne, étroitement contrôlée par l'administration pharaonique (..) Dans la Bible, on ne rencontre aucun égyptien en dehors de l' Égypte ; pas un seul égyptien n'est mentionné dans les batailles qui se déroulent à Canaan. Or, les documents contemporains et les découvertes archéologiques attestent que l' Égypte administrait et surveillait étroitement les affaires publiques de la contrée.

                          Les prises des cités cananéennes (que le livre de Josué nous présente comme de puissants ennemis) étaient, en réalité, d'une faiblesse pathétique. Les fouilles prouvent qu'à l'époque les cités de Canaan n'étaient pas les « villes » qu'elles deviendront plus tard. (..) Il n'y avait pas de mur d'enceinte. Nulle fortification ne protégeait les formidables cités cananéennes décrites dans le récit de la conquête !"

                          "L'archéologie a découvert des preuves flagrantes de l'importance de la présence égyptienne dans tout le pays de Canaan. (..) Il est évident que rien ne va plus quand on juxtapose le récit biblique, les preuves archéologiques et les archives égytiennes.

                          (Cf. La Bible dévoilée p. 92, 95-96, 98, Israël Finkelstein et Neil Silberman, Éditions Bayard, Paris, 2002.) 

                           

                          Aucune muraille ne pouvait s'écrouler puisque les cités du pays de Canaan n'étaient pas fortifiées !

                          "Dans le cas de Jéricho, la situation est encore plus simple, car on n'y décèle pas la moindre trace d'occupation au XIII ͤ siècle av. J.C. . l'habitat précédent, du Bronze ancien, date du XIV ͤ siècle ; très modeste, pauvre, presque insignifiant, il ne comportait pas de mur d'enceinte. Il ne révèle non plus aucune trace de destruction. Par conséquent, la fameuse scène des forces israélites, massées derrière l'Arche d'Alliance, en train de défiler autour de puissantes murailles, lesquelles s'écroulèrent quand retentissent les trompettes de guerre, se révèle n'être rien de mieux, pour parler simplement, qu'un mirage romanesque.

                          Le site de l'antique Aï (3), où d'après les écritures, Josué aurait mis au point son ingénieuse embuscade, offre le même type de contradiction, opposant l'archéologie et la Bible. (..) À l'instar de Jéricho, le site n'était pas habité (4) au moment de la présumée conquête des enfants d'Israël" ! 

                          Il en est de même pour les cités des Gabaonites que furent Gabaôn, Kephira, Béérot et Qiryat-Yéarim. (Ibid p. 101)  

                          Et "la situation est identique avec les autres villes mentionnées dans le récit de la conquête ainsi que dans la liste des rois de Canaan (5) ". (Ibid p. 102) 

                           

                          "(..) l'émergence d'Israël fut le résultat, non la cause, de l'effondrement de la culture cananéenne. La plupart des Israélites ne venaient pas de l'extérieur de Canaan ; ils étaient indigènes. Il n'y a pas eu d'exode de masse en provenance de l'Égypte. Le pays de Canaan n'a pas été conquis par la violence. La plupart de ceux qui ont constitué le premier noyau d'Israël étaient des gens (6) du cru, ceux-là même qui peuplaient les hautes terres durant les âges du Bronze et du Fer. Les premiers Israélites étaient - comble de l'ironie - d'origine cananéenne !" (Ibid p.143)

                           

                          (1) proche de Béthel

                          (2) Cette date se calcule d'après les références présumées aux pharaons de la dynastie de Ramsès contenues dans l'Exode et d'après la date de la stèle de Mernepath (1207 av. J.C.), qui mentionne une présence d'Israël à Canaan à cette époque.

                          (3) Et-Tell, en arabe, qui signifie « la ruine ».  

                          (4) On retrouva les vestiges d'une cité du Bronze ancien, soit un millénaire avant la chute de Canaan qui date du Bronze récent.

                          (5) Cf. Josué, 12. 

                          (6) Les premiers Israélites seraient donc apparus aux alentours de l'an 1200 av. J.C. Ils vivaient dans les collines, où ils menaient une existence de fermiers et d'éleveurs. 

                           

                          Notes diverses :

                           

                          "En général, les critiques admettent que la réforme de Josias (dont la mesure caractéristique fut l'abolition de tous les sanctuaires locaux de Yahvé au profit du seul temple de Jérusalem : véritable révolution centralisatrice qui changeait radicalement le caractère privé et familial du culte israélite) avait un rapport étroit avec les lois et les exhortations qui forment le Livre du Deutéronome ; de là vient son nom de réforme deutéronomique." (Cf. Article "Deutéronome réforme" par André Paul, Encyclopædia Universalis)

                           

                          Sur les contradictions des livres la Torah :

                          http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/08/les-contradictions-des-livres-de-la-torah.html

                           

                           

                          Article rédigé par Pascal Bourdaloue 

                          Repost 0
                          Published by Pascal Bourdaloue - dans sur la vérité
                          commenter cet article
                          14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:16

                          1° Sur les contradictions du premier livre de la Bible : Genèse

                           

                          a) Quel jour la lumière fut-elle séparée des ténèbres ?

                           

                          Au chapitre 1, les versets 4 et 5 sont en contradiction avec les versets 18 et et 19. En 1, 4-5, il est écrit : "«(..) Dieu sépara la lumière des ténèbres (..) ce fut le premier jour»", alors qu'en 1, 18-19, il est mentionné que "(..) pour séparer la lumière des ténèbres (..) ce fut le quatrième jour" !

                           

                          b) Sur l'ordre de la création des espèces sur la terre

                           

                          Les versets 25 à 27 du chapitre 1 sont en contradiction avec les versets 18 à 22 du chapitre 2. En effet, en Genèse 1, 25-27, Dieu créa les animaux avant l'homme et la femme, selon ce qui est écrit : "Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce (..) Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image (..) Dieu créa l'homme à son image (..) il créa l'homme et la femme (1).". Mais, en Genèse 2, 18-22, l'ordre de la création diffère ! Ainsi, "L'Éternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul (2) . je lui ferai une aide semblable à lui. L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux (..) L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme (..)".

                           

                          (1) Cette hypothèse est confirmée en Genèse 5, 2

                          (2) L'homme est donc déjà créé (Cf. Genèse 2, 7 : "L'Éternel Dieu forma l'homme (..)".

                           

                           

                          c) Adam mourut-il après avoir mangé du fruit défendu ?

                           

                          Le verset 17 du chapitre 2 est en contradiction avec le verset 5 du chapitre 5. En 2, 17, il est écrit : "«(..) tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance (..), car le jour où tu en mangeras, tu devras mourir»", alors qu'en 5, 5, il est mentionné que "les jours qu'Adam vécut furent de "neuf cent trente ans" ! Comment la durée de vie d'Adam a-t-elle pu être si longue ?

                          Par ailleurs, aucun verset biblique ne fait allusion à une quelconque mort d'Adam après avoir mangé du fruit défendu (Cf. 3, 6).

                           

                          d) Sur la durée de vie de l'homme

                           

                          Les versets 3 à 32 du chapitre 5 et le verset 28 du chapitre 9 sont en contradiction avec le verset 3 du chapitre 6 qui fixe que les jours de l'homme "seront de cent vingt ans". En effet, en Genèse, en 5, 3-32, Adam mourut à l'âge de "neuf cent trente ans", "les jours de Seth furent de neuf cent douze ans", ceux "d'Enosch furent de neuf cent cinq ans", de Kénan neuf cent dix ans, de Mahalaleel de huit cent quatre-vingt-quinze ans, de Jéred neuf cent soixante deux ans, d'Hénoc trois cent soixante-cinq ans, de Metuschélah neuf cent soixante-neuf ans, et ceux de Lémec sept cent soixante-dix-sept ans, en 9, 28, "(..) les jours de Noé furent de neuf cent cinquante ans", en 23, 1, "la vie de Sara fut de cent vingt-sept ans", en 25, 7, Avraham mourut à l'âge de "cent soixante-quinze ans", en 27, 17, "les années de la vie d'Ismaël : cent trente-sept ans", et en 35, 29, "les jours d'Isaac furent de cent quatre-vingt ans".

                           

                          e) Sur le nombre de couple à faire entrer dans l'Arche

                           

                          Les versets 19 et 20 du chapitre 6 sont en contradiction avec les versets 2 et 3 du chapitre 7. En effet, en Genèse 6, 19-20, Dieu dit : "De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l'arche deux de chaque espèce (..) un mâle et une femelle. Des oiseaux (..) deux de chaque espèce (..)", alors qu'en Genèse 7, 2-3, l'Éternel dit : "Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle (..) sept couples aussi des oiseaux (..)".

                           

                          f) N'y eut-il qu'une seule langue parlée ?

                           

                          Les versets 5, 20 et 31 du chapitre 10 sont en contradiction avec les versets 1 et 6 du chapitre 11. En effet, il est écrit, en Genèse 10, 5, : "C'est par eux qu'ont été peuplées les îles des nations (..) selon leurs langues (..)", en Genèse 10, 20 : "Ce sont là les fils de Cham (..) selon leurs langues (..)", et en Genèse 10, 30 : "Ce sont là les fils de Sem (..) selon leurs langues (..)", alors qu'en Genèse 11, 1, il est mentionné : "Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots", ainsi qu'il est précisé, en 11, 6, "(..) c'est un seul peuple, une même langue pour tous" !.

                           

                          g) À quel âge mourut Tèra'h ?

                           

                          Le verset 26 du chapitre 11 et le verset 4 du chapitre 12 sont en contradiction avec le verset 32 du chapitre 11. En effet, il est écrit, en 11, 26 : "Tèra'h, âgé de soixante-dix ans, engendra Avram (..)", et en 12, 4 : "(..) Avram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu'il sortit de 'Haran", alors qu'en 11, 32, il est mentionné : "Les jours de Tèra'h furent de deux cent cinq ans ; et Tèra'h mourut à 'Haran". En conséquence, Tèra'h vécut cent quarante-cinq ans au maximum !

                           

                          h) Qui détruisit Sodome ?

                           

                          Le verset 13 du chapitre 19 est en contradiction avec les versets 24 et 25 du chapitre 19. En 19, 13, il est écrit : "(..) l'Éternel nous (1) a envoyé pour le détruire", alors qu'en 19, 24-25, il est mentionné : "Alors l'Éternel fit pleuvoir sur Ssédom (סְדֹם) et 'Amora du soufre et du feu, de par l'Éternel. Il détruisit (..) !

                           

                          (1) les deux anges (Cf. 19, 1)

                           

                          i) Quel patriarche fut le témoin du lieu appelé Béér-Chèva' (ou Béér-Chava) ?

                           

                          Les versets 30 et 31 du chapitre 21 sont en contradiction avec les versets 32 et 33 du chapitre 26. En effet, en Genèse 21, 30-31, il est écrit : "(..) afin que cela me serve de témoignage que j'ai creusé ce puits. C'est pourquoi on appelle ce lieu Béér-Chava' (Puits du serment), car c'est là qu'ils jurèrent l'un et l'autre (1)", alors qu'en Genèse 26, 32-33, il est mentionné : (..) des serviteurs de Yits'haq vinrent lui parler du puits (..) nous avons trouvé de l'eau. Et il (2) l'appela Chiva (Serment). C'est pourquoi on a donné à la ville le nom de Béér-Chèva' (..)".

                           

                          (1) Avraham et Aviymèmèkh

                          (2) Yits'haq (en français Isaac)

                           

                          j) Sur les fils d'Abraham (Abram)

                           

                          Le verset 2 du chapitre 22 vient en totale contradiction avec plusieurs autres versets relatifs à la descendance d'Abraham.

                          En effet, en Genèse 22, 2 : "Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac (..) ».

                          Mais en réalité Abraham eut huit fils !. Le premier-né, Ismaël, fut engendré avec Agar, la servante égyptienne de sa femme Saraï (Sara).(Cf. Genèse 16, 15 ; 17, 26 ; 21, 9-11))

                          Puis Abraham engendra Isaac avec Saraï. Enfin, Abraham prit une femme nommée Ketoura qui donna naissance à Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach (Cf. Genèse 25, 1-2).

                          Par ailleurs, on s'étonnera des termes du verset 21, 12 qui vantent les mérites d'Isaac au détriment de ses autres frères, en particulier Ismaël, premier-né d'Abraham : "« (..) C'est d'Isaac que sortira une postérité qui te sera propre.»

                          Ce verset n'aurait-il pas été conçu pour affirmer qu'Isaac serait le seul héritier des promesses divines faites à Abraham, son père ?

                          En vérité, Isaac n'étant pas l'aîné, l'héritage n'aurait-il pas dû revenir à son frère Ismaël ?

                           

                          "(..) l'islam contesta dès sa naissance l'intégrité de l'Ancien Testament, que les juifs, d'après le Coran, auraient tendancieusement falsifié. Ils auraient aussi modifié l'ordre de ces versets (..)." (Cf. Dictionnaire du Coran, p. 50, Mohammed Ali Amir-Moezzi, Éditions Robert Laffont, Paris, 2007)

                          C'est ainsi que dans ses versets 4, 46 ; 5, 13-41 ; 6, 91, "(..) le Coran accuse les Ahl al-Kitâb (les Gens du Livre) d'avoir falsifié leurs Écritures et d'avoir perverti la Parole divine qu'elles véhiculaient : ils en ont altéré le sens, en ont occulté une partie et se sont divisés sur l'interprétation du texte, ce qui constitue une preuve manifeste de leur errance." (Ibid, p. 367)

                           

                           

                          k) Quel fut le père de Lavan ?

                           

                          Le verset 5 du chapitre 28 est en contradiction avec le verset 5 du chapitre 29. En 28, 5, il est écrit : "(..) Lavan, fils de Bétouél (..) ", alors qu'en 29, 5, il est mentionné : "(..) Lavan, fils de Na'hor (..)".

                           

                          l) Sur les femmes d'Ésaü, fils d'Isaac, petit-fils d'Abraham

                           

                          Les versets 2 et 3 du chapitre 36 sont en contradiction avec les versets 34 du chapitre 26 et 9 du chapitre 28.

                          En effet, en Genèse 36, 2, "Ésaü prit ses femmes parmi les filles de Canaan : Ada, fille d'Élon, le Héthien ; Oholibama fille d'Ana, fille de Tsibeon, le Hévien ; et Basmath, fille d'Ismaël, soeur de Nebajoth (1)."

                          Cependant, selon Genèse 26, 34, Basmath ne serait pas la fille d'Ismaël, mais la fille d'Élon ; Ada et Oholibama ne figurent pas, alors que Judith, fille de Beéri, le Héthien, aurait été prise pour femme par Ésaü !

                          Et selon Genèse 28, 9, c'est Mahalath qui serait la fille d'Ismaël, sœur de Nebajoth (1) !

                          En conclusion, en fonction des versets, les filles d'Élon et d'Ismaël ne portent jamais le même nom !!!

                           

                          (1) petit-fils d'Abraham

                           

                          m) Sur la postérité d'Éliphaz, fils d'Ésaü, petit-fils d'Isaac

                           

                          Le verset 11 du chapitre 36 est en contradiction avec les versets 15 et 16 du même chapitre. En 36, 11, la postérité d'Éliphaz fut "Téiman, Omar, Tsepho, Gatam et Qenaz", soit cinq fils, alors qu'en 36, 15-16, les fils d'Éliphaz furent "le chef Téiman, le chef Omar, le chef Tsepho, le chef Qenaz, le chef Qorah, le chef Gatam, le chef Amaléq", soit sept fils !

                           

                          n) À qui les Midianites vendirent-ils Yosséf (Joseph) ?

                          Au chapitre 37, les versets 28 et 36 sont contradictoires. En 37, 28, "(..) ils le vendirent pour vingt sicles d'argent aux Yichmaélites (..)", alors qu'en 37, 36, ils "le vendirent en Égypte à Putifar, officier de Par'aoh (Pharaon) (..)" !

                           

                          o) À qui Putifar acheta-t-il Yosséf (Joseph) ?

                           

                          Le verset 36 du chapitre 37 est en contradiction avec le verset 1 du chapitre 39. En 37, 36, "Les midianites le vendirent (..) à Putifar, officier de Par'aoh (Pharaon) (..)", alors qu'en 39, 1, "(..) Putifar, officier de Par'aoh (Pharaon), l'acheta des Yichsmaélites (..)" !

                           

                          2° Sur les contradictions du deuxième livre de la Bible : Exode

                           

                          a) Sur le beau-père de Moïse

                           

                          Le verset 18 du chapitre 2 est en contradiction avec le verset 1 du chapitre 3.

                          En effet, en 2, 18, le père de Tsippora, l'épouse de Mochè (Moïse) est "Réouél", alors qu'en 3, 1, il est mentionné : "Moïse faisait paître le troupeau de Yitro, son beau-père (..)" !

                           

                          b) Qui s'est approché de Moïse ?

                           

                          Au chapitre 3, le verset 2 est en contradiction avec le verset 4.

                          En effet, en 3, 2, il est écrit : "L'ange de l'Éternel lui apparut (..)", alors qu'il est mentionné en 3, 4 : "l'Éternel vit qu'il se détournait pour regarder ; et Dieu l'appela (..)".

                           

                          c) Les troupeaux des Égyptiens périrent-ils ?

                           

                          Au chapitre 9, le verset 6 est en contradiction avec les versets 20 et 21.

                          En effet, en 9, 6, "(..) Tous les troupeaux des Égyptiens périrent (..)", alors qu'en 9, 20-21, des troupeaux sont vivants, puisqu'il est mentionné : "Ceux des serviteurs de Pharaon (..) firent abriter dans leurs maisons (..) leurs troupeaux (..) mais ceux qui se moquaient (..) laissèrent (..) leurs troupeaux aux champs" !

                           

                          c) Sur les images taillées

                           

                          Le verset 4 du chapitre 20 est en contradiction avec les versets 18 du chapitre 25, 1 et 31 du chapitre 26 .

                          En 20, 4, il est énoncé : "« Tu ne feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre (..) »", prescription qui vient en contradiction avec les ordres énoncés en 25, 4 : "« Tu feras deux chérubins d'or (..) »", en 26, 1 : "« (..) tu y représenteras des chérubins artistiquement travaillés »", et en 26, 31 : "« (..) l'on y représentera des chérubins »".

                           

                          d) Sur la sanction mortelle

                           

                          Le verset 12 du chapitre 21 est en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20.

                          En Exode 21, 12, il est énoncé : "« Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort »", prescription qui vient en entière contradiction avec le commandement "« Tu ne tueras point »". (Cf. Exode 20, 13)

                           

                          Les versets 15 à 17 du chapitre 21 sont aussi en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20.

                          En Exode 21, 15-17, il est écrit : « Celui qui frappera son père ou sa mère sera puni de mort. Celui qui dérobera un homme, et qui l'aura vendu ou retenu entre ses mains, sera puni de mort. Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort ».

                           

                          Le verset 23 du même chapitre est encore en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20,

                          car en Exode 21, 23, il est écrit : « Mais s'il y a accident, tu donneras vie pour vie (..)».

                           

                          e) Au sujet d'une prescription

                           

                          Le verset 18 du chapitre 22 vient en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20.

                          En Exode 22, 18, il est prescrit : «Tu ne laisseras pas vivre la magicienne.», prescription qui vient en entière contradiction avec le commandement « Tu ne tueras point » (Cf Exode 20, 13).

                           

                          f) Moshè (Moïse) a-t-il pu se trouver face à Dieu ?

                           

                          Le verset 11 du chapitre 33 est en contradiction avec le verset 20 du chapitre 33.

                          En effet, il est écrit, en 33, 11 : "L'Éternel parlait avec Mochè en face à face, comme un homme parle à son ami". Or, en 33, 20, "L'Éternel dit : « Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre »".

                           

                          g) Sur un ordre donné par Mochè (Moïse) de tuer

                           

                          Le verset 27 du chapitre 32 est en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20. En 32, 27, Moïse dit au peuple : "Ainsi parle l'Éternel (..) « Que chacun de vous mette son épée au côté (..) et que chacun tue son frère, son parent », alors qu'en 20, 13, l'un des commandements de l'Éternel stipule : « Tu ne tueras point ».

                           

                          h) Sur quel mont ?

                           

                          Le verset 1 du chapitre 3, et le verset 6 du chapitre 17 sont en contradiction avec le verset 20 du chapitre 19, le verset 18 du chapitre 31, et les versets 4, 28, 29 et 32 du chapitre 34.

                          En effet,il est écrit, en 3, 1 : "Mochè (..) vint à la montagne de Dieu, à 'Horév", en 17, 6 : "« Voici, je me tiendrai devant toi [Mochè] sur le rocher de 'Horév »", alors qu'il est mentionné, en 19, 20 : "Ainsi l'Éternel descendit sur le mont Sinaï (..)" , en 31, 18 : "Lorsque l'Éternel eut achevé de parler à Mochè sur le mont Sinaï, il lui donna les deux tables (..) tables de pierre (..) écrites du doigt de Dieu", en 34, 4 : "Mochè (..) monta sur le mont Sinaï (..) il prit les deux tables de pierre", en 34, 28-29 : "'(..) l'Éternel écrivit sur les tables les paroles de l'alliance, les dix paroles. Mochè descendit de la montagne du Sinaï, ayant les deux tables (..)", et en 34, 32 : "(..) il leur donna tous les ordres qu'il avait reçu de l'Éternel sur la montagne de Sinaï".

                           

                          3° Sur les contradictions du livre Lévitique

                           

                          - Sur l'esclavage

                           

                          Le verset 13 du chapitre 19 : "tu n'opprimeras point ton prochain (..)" est en contradiction avec les versets 44 à 46 du chapitre 25 qui traitent de l'achat d'esclaves. En effet en 25, 44-46, il est écrit : "« C'est des nations qui vous entourent que tu prendras ton serviteur et ta servante qui t'appartiendront, c'est d'elles que vous achèterez le serviteur et la servante. Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu'ils engendreront dans votre pays ; et ils seront votre propriété. Vous les laisserez en héritage à vos enfants après vous, comme une propriété ; vous les garderez comme esclave à perpétuité »".

                           

                          4° Sur les contradictions du livre Deutéronome

                           

                          - Quiconque peut-il être puni pour le péché de ses proches parents ?

                           

                          Le verset 9 du chapitre 5 est en contradiction avec le verset 16 du chapitre 24. En effet en 5, 9, il est écrit : "« (..) punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième génération et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent »", alors qu'en 24, 16, il est mentionné : "« On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et les enfants pour les pères ; on fera mourir chacun pour son péché »".

                           

                          - Où mourut Aharon ?

                           

                          Le verset 6 du chapitre 10 est en contradiction avec le verset 50 du chapitre 25. En effet en 10, 6, il est écrit : "(..) à Mossérah ; là mourut Aharon", alors qu'en 25, 50, il est mentionné : "(..) Aharon, ton frère, est mort à Hor-le-Mont (..)".

                           

                          5° Sur les contradictions entre le livre Genèse et le livre Exode

                           

                          a) Peut-on se trouver face à Dieu ?

                           

                          Les versets 31 du chapitre 32, et 11 du chapitre 33 du livre Genèse sont en contradiction avec le verset 20 du chapitre 33 du livre Exode.

                          En Genèse, en 32, 31, il est mentionné : "Ya'acov appela ce lieu du nom de Péniél (1) ; car, dit-il, j'ai vu Dieu en face à face", et en 33, 11, il est écrit : "(..) j'ai regardé ta face comme on regarde la face de Dieu (..)". Or, en Exode 33, 20, "L'Éternel dit : « Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre ».

                           

                          (1) Péniél = Face de Dieu

                           

                          b) Sur la durée de l'asservissement

                           

                          Le verset 13 du chapitre 15 du livre Genèse est en contradiction avec le verset 40 du chapitre 12 du livre Exode.

                          En Genèse, en 15, 13, il est mentionné : "Et l'Éternel dit à Abram : Sache que tes descendants (..) on les opprimera pendant quatre cents ans". Or, en Exode 12, 40, il est écrit :" Le séjour des enfants d'Israël en Égypte fut de quatre cent trente ans".

                           

                          c) Quel fut le nombre de personnes issues de Ya'acov qui vinrent en Égypte ?

                           

                          Le verset 26 du chapitre 46 du livre Genèse est en contradiction avec le verset 5 du chapitre 1 du livre Exode.

                          En Genèse, en 46, 26, les personnes "étaient au nombre de soixante-six", alors qu'en Exode 1, 5, elles "étaient au nombre de soixante-dix".

                           

                          6° Sur les contradictions entre le livre Genèse et le livre Nombres

                           

                          - Dieu se repentit-il ?

                           

                          Le verset 6 du chapitre 6 du livre Genèse est en contradiction avec le verset 19 du chapitre 23 du livre Nombres.

                          En Genèse 6, 6, il est écrit : "L'Éternel se repentit d'avoir fait l'homme (..). Mais, en Nombres 23, 19, il est mentionné : "Dieu n'est point un homme pour mentir, ni fils d'un homme pour se repentir (..)".

                           

                          - Sur la postérité de Benjamin, fils de Jacob, petit-fils d'Isaac

                           

                          Le verset 21 du chapitre 46 du livre Genèse est en contradiction, dans le nombre et les noms donnés aux descendants de Benjamin, avec le verset 38 du chapitre 26 du livre Nombres.

                          En Genèse 46, 21, les fils de Benjamin sont : "Béla, Béker, Aschbel, Guéra, Naaman, Ehi, Rosch, Muppim, Huppim et Ard", soit dix fils. En Nombres 26, 38, les fils de Benjamin sont "Béla (..) Aschbel (..) Achiram (..) Schupham (..) Hupham (..)", soit cinq fils seulement !

                           

                          - Naaman et Ard étaient-ils fils ou petits-fils de Benjamin ?

                           

                          Le verset 21 du chapitre 46 du livre Genèse est en contradiction, dans le nombre et les noms donnés aux descendants de Benjamin, avec le verset 40 du chapitre 26 du livre Nombres.

                          En Genèse 46, 21, "Béla" et "Ard" figurent parmi les fils de Benjamin. En revanche, en Nombres, ils sont les petit-fils de Benjamin, puisqu'il il est écrit, en 26, 40 : "Les fils de Béla furent : Ard et Naaman (..)".

                           

                          7° Sur les contradictions entre le livre Lévitique et le livre Exode

                           

                          a) Sur l'esclavage

                           

                          Le verset 13 du chapitre 19 de Lévitique : "tu n'opprimeras point ton prochain (..)" est en contradiction avec les versets 1 à 11 du chapitre 21 de l'Exode relatifs à la liberté et à la vie, aux relations de maître à esclave. En effet, en Exode 21, 1-11, il est écrit : "«Voici les lois que tu leur présenteras. Si tu achète un esclave hébreu (..) son maître lui percera l'oreille avec un poinçon, et l'esclave sera toujours à son service. (..) Si un homme vend sa fille pour être esclave, elle ne sortira point comme sortent les esclaves »".

                           

                          b) Sur la sanction mortelle

                           

                          Le verset 2 du chapitre 20 de Lévitique est en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          En Lévitique 20, 2, il est écrit : "« Si un homme des enfants d'Israël ou des étrangers qui séjourne en Israël livre à Molokh l'un de ses enfants, il sera puni de mort (..). » Ce verset vient en entière contradiction avec le commandement « Tu ne tueras point » énoncé en Exode 20, 13.

                           

                          Les versets 10 à 16 et 27 du chapitre 20 et le verset 9 du chapitre 21 sont aussi en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          En effet, « l'homme et la femme adultère seront punis de mort. (..) on les brûlera au feu (..) » et, « Si la fille d'un sacrificateur se déshonore en se prostituant, elle déshonore son père : elle sera brûlée au feu.»

                           

                           

                          Les versets 14 à 17 et 21 à 23 du chapitre 24 de Lévitique qui traitent de la peine sanctionnant le blasphème et la violence sont également en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          Ainsi il est mentionné : « Fais sortir du camp le blasphémateur (..) toute l'assemblée le lapidera. (..) Celui qui blasphémera le nom de l'Éternel sera puni de mort (..) Qu'il soit étranger ou indigène, il mourra (..) Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. (..) celui qui tuera un homme sera puni de mort.»

                           

                          Il en est de même pour le verset 7 du chapitre 26 et du chapitre 29 du chapitre 27 : « Vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous par l'épée.»

                          « Tout anathème qui aura été prononcé sur un homme est irrévocable ; il faudra qu'il meure.»

                           

                           

                          8° Sur les contradictions entre le livre Lévitique et le livre Nombres

                           

                          a) Sur le sacrifice d'expiation pour péché involontaire

                           

                          Le verset 14 du chapitre 4 de Lévitique relatif aux sacrifices d'expiation est en contradiction avec le verset 24 du chapitre 15 de Nombres relatif aux règles sur les sacrifices. En effet, en Lévitique 4, 14, il est écrit : "« (..) l'assemblée offrira un jeune taureau en sacrifice d'expiation »". Mais, selon Nombres 15, 24, l'assemblée doit offrir : "« un jeune taureau en holocauste (..) encore un bouc en sacrifice d'expiation »".

                           

                          b) Sur le sacrifice de culpabilité pour péché involontaire

                           

                          Le verset 18 du chapitre 5 de Lévitique relatif aux sacrifices de culpabilité est en contradiction avec le verset 27 du chapitre 15 de Nombres relatif aux règles sur les sacrifices. En effet, en Lévitique 5, 18, il est écrit : "« (..) en sacrifice de culpabilité un bélier sans défaut (..) »". Mais, en Nombres 15, 27, il est mentionné : "« (..) une chèvre d'un an en sacrifice pour le péché »".

                           

                          9° Sur les contradictions entre le livre Lévitique et le livre Deutéronome

                           

                          a) Sur les insectes ailés

                           

                          Dans le cadre des lois sur les animaux purs et impurs, le verset 21 du chapitre 11 de Lévitique est en contradiction avec le verset 19 du chapitre 14 de Deutéronome. En effet, en Lévitique 11, 21, il est écrit : "« Mais, de tous les insectes ailés marchant à quatre pattes, vous mangerez ceux ayant des membres au-dessus de leurs pattes pour sauter sur la terre. Voici donc ceux que vous pourrez manger : l'arvvèh selon son espèce, le ssal'am selon son espèce, le 'harggol selon son espèce, et le 'hagav selon son espèce »".

                          Mais, en Deutéronome 14, 19, il est mentionné : "« Tout insecte ailé sera impur pour vous, ne sera pas mangé »".

                           

                          b) Sur quel mont ?

                           

                          Les versets 46 du chapitre 26 et 34 du chapitre 27 de Lévitique sont en contradiction avec le verset 6 du chapitre 1, les versets 10, 13 et 15 du chapitre 4, le verset 2 du chapitre 5, les versets 8 et 9 du chapitre 9, le verset 16 du chapitre 18, et le verset 1 du chapitre 29 de Deutéronome. En effet, en Lévitique, il est mentionné, en 26, 46 : "Tels sont les ordonnances, les jugements et les doctrines que l'Éternel établit (..) sur le mont Sinaï (..)" , et en 27, 34 : "Tels sont les commandements que l'Éternel donna à Mochè (..) sur le mont Sinaï", alors qu'en Deutéronome, il est écrit, en 1, 6 : "L'Éternel, notre Dieu, nous a parlé en 'Horév (..)", en 4, 10 ; 13 ; 15 : "Souviens-toi du jour où tu te présentas devant l'Éternel, ton Dieu, au 'Horév (..) « Je veux leur faire entendre mes paroles » (..)"; (..) Il publia son alliance (..) les dix commandements ; et il les écrivit sur deux tables de pierre" ; "(..) l'Éternel vous parla (..) à 'Horév (..)", en 5, 2 : "L'Éternel (..) a traité avec nous une alliance au 'Horév", en 9, 8-9 : "L'Éternel (..) a traité avec nous une alliance au 'Horév", en 18, 16 : "(..) au 'Horév, le jour de l'assemblée (..)", et en 29, 1 : "(..) l'alliance qu'il avait traitée avec eux au 'Horév".

                           

                          10° Sur les contradictions entre le livre Nombres et le livre Exode

                           

                          a) Sur Passa'h (la Pâque)

                          Le verset 14 du chapitre 9 des Nombres est en contradiction avec le verset 43 du chapitre 12 de l'Exode. En effet, en Nombres 9, 14, il est écrit : "« Si un étranger en séjour chez vous célèbre Passa'h (..) il se conformera au rituel de Passa'h et à ses prescriptions. Il y aura un seul rituel, tant pour l'étranger que pour l'indigène »", alors qu'en Exode 12, 43, il est mentionné : "(..)« voici la règle de Passa"h : aucun étranger n'en mangera »".

                           

                          b) Sur le beau-père de Moïse

                           

                          Le verset 29 du chapitre 10 des Nombres est en contradiction avec le verset 1 du chapitre 3 de l'Exode. En effet, en Nombres 10, 29, il est écrit : "(..) Hobab, fils de Réuel, le Madianite, beau-père de Moïse (..)", alors qu'en Exode 3, 1, il est mentionné : "Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian (..)".

                           

                          c) Sur la condamnation d'un homme n'ayant pas respecté le sabbat.

                           

                          Les versets 32 à 36 du chapitre 15 des Nombres sont aussi en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode (Cf. ci-dessus au 2°).

                          En effet, en Nombres 15, 32-36, il est écrit : " (..) on trouva un homme qui ramassait du bois un jour de sabbat (..) L'Éternel dit à Moïse : « Cet homme sera puni de mort, toute l'assemblée le lapidera hors du camp.» Toute l'assemblée le fit sortir du camp et le lapida, et il mourut, comme l'Éternel l'avait ordonné à Moïse.

                           

                           

                          d) Où le peuple ne trouva-t-il pas d'eau ?

                           

                          Le verset 1 et 2 du chapitre 20 et le verset 14 du chapitre 27 du livre Nombres sont en contradiction avec le verset 1 du chapitre 17 du livre Exode.

                          En Nombres, il est écrit, en 20, 1-2 : "(..) le peuple s'arrêta à kadéch (..) Il n'y avait point d'eau (..)", et en 27, 14 : "(..) les eaux de Mérivat à Kadéch, dans le désert de Tsin". Mais, en Exode 17, 1, il est mentionné : "(..) ils campèrent à Réfidim, où le peuple ne trouva point d'eau à boire".

                           

                          e) Dieu se repentit-il ?

                           

                          Le verset 19 du chapitre 23 du livre Nombres est en contradiction avec le verset 14 du chapitre 32 du livre Exode.

                          En Nombres 23, 19, il est écrit : "Dieu n'est point un homme pour mentir, ni fils d'un homme pour se repentir (..)". Mais, en Exode 32, 14, il est mentionné : "Et L'Éternel se repentit du mal qu'il avait déclaré (..)".

                           

                          f) Sur la punition de mort

                           

                          Les versets 16 à 21, 30 et 31 du chapitre 35 des Nombres sont également en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          En effet, en Nombres, « (..) le meurtrier sera puni de mort (..)».

                           

                           

                          11° Sur les contradictions entre le livre Deutéronome et le livre Exode

                           

                          a) Sur quel mont ?

                           

                          Le verset 6 du chapitre 1, les versets 10,  13 et 15 du chapitre 4, le verset 2 du chapitre 5, les versets 8 et 9 du chapitre 9, le verset 16 du chapitre 18, et le verset 1 du chapitre 29 de Deutéronome sont en contradiction avec le verset 20 du chapitre 19, le verset 18 du chapitre 31, et les versets 4, 28, 29 et 32 du chapitre 34 de l'Exode. En effet, en Deutéronome, il est écrit, en 1, 6 : "L'Éternel, notre Dieu, nous a parlé en 'Horév (..)", en 4, 10 ; 13 ; 15 : "Souviens-toi du jour où tu te présentas devant l'Éternel, ton Dieu, au 'Horév (..) « Je veux leur faire entendre mes paroles » (..)" ; "(..) Il publia son alliance (..) les dix commandements ; et il les écrivit sur deux tables de pierre" ; "(..) l'Éternel vous parla (..) à 'Horév (..)", en 5, 2 : "L'Éternel (..) a traité avec nous une alliance au 'Horév", en 9, 8-9 : "L'Éternel (..) a traité avec nous une alliance au 'Horév", en 18, 16 : "(..) au 'Horév, le jour de l'assemblée (..)", et en 29, 1 : "(..) l'alliance qu'il avait traitée avec eux au 'Horév", alors qu'en Exode, il est mentionné, en 19, 20 : "Ainsi l'Éternel descendit sur le mont Sinaï (..)" , en 31, 18 : "Lorsque l'Éternel eut achevé de parler à Mochè sur le mont Sinaï, il lui donna les deux tables (..) tables de pierre (..) écrites du doigt de Dieu", en 34, 4 : "Mochè (..) monta sur le mont Sinaï (..) il prit les deux tables de pierre", en 34, 28-29 : "'(..) l'Éternel écrivit sur les tables les paroles de l'alliance, les dix paroles. Mochè descendit de la montagne du Sinaï, ayant les deux tables (..)", et en 34, 32 : "(..) il leur donna tous les ordres qu'il avait reçu de l'Éternel sur la montagne de Sinaï".

                           

                          a') Sur les images taillées

                           

                          Le verset 8 du chapitre 5 de Deutéronome est en contradiction avec les versets 4 du chapitre 25, 1 et 26 du chapitre 26 de l'Exode.

                          En Deutéronome 5, 8, il est énoncé : "« Tu ne feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre (..) »", prescription qui vient en contradiction avec les ordres énoncés en Exode 25, 4 : "« Tu feras deux chérubins d'or (..) »", 26, 1 : "« (..) tu y représenteras des chérubins artistiquement travaillés »", et 26, 31 : "« (..) l'on y représentera des chérubins »".

                           

                          b) Qui fit l'arche de bois d'acacia

                           

                          Le verset 1 du chapitre 10 de Deutéronome est en contradiction avec le verset 1 du chapitre 37 de l'Exode.

                          En Deutéronome 10, 1, il est écrit : "En ce temps là, l'Éternel me (1) dit : « (..) tu feras aussi une arche de bois »", en Exode 37, 1 : "Bétsaléél fit l'arche de bois d'acacia (..)".

                           

                          (1) Mochè

                           

                          b') Sur la punition de mort pour idolâtrie

                           

                          Les versets 5, 9 et 15 du chapitre 13 de Deutéronome sont en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          En effet, il est écrit en Deutéronome : "« Ce prophète ou ce songeur sera puni de mort (..) tu le feras mourir (..) tu frapperas du tranchant de l'épée (..) »".

                           

                          Les versets 5 à 7 du chapitre 17 de Deutéronome sont aussi en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          Ainsi, il est mentionné en Deutéronome : "(..) tu lapideras ou puniras de mort cet homme ou cette femme. Celui qui mérite la mort sera exécuté (..)" .

                           

                          c) Sur la punition de mort pour désobéissance aux autorités

                           

                          Le verset 12 du chapitre 17 de Deutéronome est en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          En effet, il est écrit en Deutéronome : "L'homme qui, par orgueil, n'écoutera pas le sacrificateur placé là pour servir l'Éternel, ton Dieu, ou qui n'écoutera pas le juge, cet homme sera puni de mort".

                           

                          d) Sur la punition de mort pour divers motifs

                           

                          Les versets 12 et 13 du chapitre 19 de Deutéronome sont en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode, car il est écrit : " Mais si un homme s'enfuit (..) les anciens de sa ville l'enverront saisir et le livreront entre les mains du vengeur de sang, afin qu'il meure. Tu ne jetteras pas sur lui un regard de pitié (..)".

                           

                          Les versets 21 à 26 du chapitre 22 de Deutéronome sont aussi en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode.

                          En effet, " (..) la jeune femme (..) elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra (..) ils mourront tous deux (..) vous les lapiderez, et ils mourront (..) l'homme qui aura couché avec elle sera puni de mort (..)".

                           

                          Les versets 7 et 16 du chapitre 24 de Deutéronome sont également en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode, car il est écrit : " (..) ce voleur sera puni de mort (..) on fera mourir chacun pour son péché".

                           

                          e) Sur la punition de mort pour les fils indociles

                           

                          Les versets 21 et 22 du chapitre 21 de Deutéronome sont en contradiction avec le verset 13 du chapitre 20 de l'Exode. En effet, il est mentionné en Deutéronome : "Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. (..)" .

                           

                          f) Quiconque peut-il être puni pour le péché de ses proches parents ?

                           

                          Le verset 16 du chapitre 24 de Deutéronome est en contradiction avec le verset 5 du chapitre 20 et le verset 7 du chapitre 34 de l'Exode. En effet, en Deutéronome 24, 16, il est écrit : "« On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et les enfants pour les pères ; on fera mourir chacun pour son péché »", alors qu'en Exode 20, 5 et 34, 7, il est mentionné que l'Éternel punit "l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième génération et à la quatrième génération".

                           

                          g) Sur l'esclavage

                           

                          Le verset 14 du chapitre 24 de Deutéronome est en contradiction avec les versets 1 à 11 du chapitre 21 de l'Exode relatifs à la liberté et à la vie, aux relations de maître à esclave. En effet, en Exode 21, 1-11, il est écrit : «Voici les lois que tu leur présenteras. Si tu achète un esclave hébreu (..) son maître lui percera l'oreille avec un poinçon, et l'esclave sera toujours à son service. (..) Si un homme vend sa fille pour être esclave, elle ne sortira point comme sortent les esclaves.» Or en Deutéronome, il est mentionné en 24, 14 : "N'opprimes point le mercenaire pauvre et indignent que ce soit l'un de tes frères ou parmi les étrangers (..)".

                           

                          h) Peut-on se retrouver face à Dieu ?

                           

                          Le verset 4 du chapitre 5 et le verset 10 du chapitre 34 de Deutéronome sont en contradiction avec le verset 11 du chapitre 33 de l'Exode.

                          En effet, en Deutéronome, il est écrit, en 5, 4 : "L'Éternel vous parla face à face sur la montagne (..)", et en 34, 10 : "(..) Mochè, avec qui l'Éternel avait communiqué face à face". En revanche, en Exode, "L'Éternel dit : « Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre »".

                           

                          i) Où le peuple ne trouva-t-il pas d'eau ?

                           

                          Le verset 51 du chapitre 32 du livre Deutéronome est en contradiction avec les versets 1 et 7 du chapitre 17 du livre Exode.

                          En Deutéronome, il est écrit, en 32, 51 : "(..) près des eaux de Mérivat à Kadéch, dans le désert de Tsin". Mais, en Exode 17, 1 ; 7, il est mentionné : "(..) à Réfidim, où le peuple ne trouva point d'eau à boire . Il donna à ce lieu le nom de Massa et Mériva (..)".

                           

                          j) À qui Dieu s'adressa-t-il ?

                           

                          Le verset 12 du chapitre 4 de Deutéronome est en contradiction avec les versets 19 à 25 du chapitre 19 de l'Exode. En effet, en Exode 19, 19-25, il est écrit : "(.) Mochè parlait et l'Éternel lui répondait (..) L'Éternel dit à Mochè : « Descends, fais au peuple la défense expresse de se précipiter vers l'Éternel »(..) Mochè descendit vers le peuple, et lui dit ces choses." Or en Deutéronome, il est mentionné en 4, 12 : "Et l'Éternel vous (1) parla du milieu du feu ; vous entendîtes le son des paroles (..)".

                          (1) au peuple (Cf. verset 10 : « Assemble auprès de moi le peuple »)

                           

                          12° Sur les contradictions entre le livre Deutéronome et le livre Nombres

                           

                          a) Sur le lieu de la mort du sacrificateur Aaron

                          Le verset 38 du chapitre 33 du livre Nombres est en contradiction avec le verset 6 du chapitre 10 du livre Deutéronome. En effet, en Nombres 33, 38, "Le sacrificateur Aaron monta sur la montagne de Hor (..) et il y mourut (..)", alors qu'en Deutéronome 10, 6, c'est à "Moséra. C'est là que mourut Aaron (..)".

                           

                          b) Qui battit les enfants d'Israël jusqu'à 'Horma ?

                          Le verset 45 du chapitre 14 du livre Nombres est en contradiction avec le verset 44 du chapitre 1 du livre Deutéronome. En effet, en Nombres 14, 45, "Alors l'Amaléqi et le Kana'ani (..) descendirent (.) les battirent (..)", alors qu'en Deutéronome 1, 44, "Alors l'Èmori (..) sortit à votre rencontre (..) et vous battit (..)".

                           

                          c) Sur quel mont ?

                           

                          Le verset 6 du chapitre 1, les versets 10, 13 et 15 du chapitre 4, le verset 2 du chapitre 5, les versets 8 et 9 du chapitre 9, le verset 16 du chapitre 18, et le verset 1 du chapitre 29 de Deutéronome sont en contradiction avec le verset 1 du chapitre 1, les versets 1  et 14 du chapitre 3, et le verset 1 du chapitre 9 de Nombres. En effet, en Deutéronome, il est écrit, en 1, 6 : "L'Éternel, notre Dieu, nous a parlé en 'Horév (..)", en 4, 10 ; 13 ; 15 : "Souviens-toi du jour où tu te présentas devant l'Éternel, ton Dieu, au 'Horév (..) « Je veux leur faire entendre mes paroles » (..)"; (..) Il publia son alliance (..) les dix commandements ; et il les écrivit sur deux tables de pierre" ; "(..) l'Éternel vous parla (..) à 'Horév (..)", en 5, 2 : "L'Éternel (..) a traité avec nous une alliance au 'Horév", en 9, 8-9 : "L'Éternel (..) a traité avec nous une alliance au 'Horév", en 18, 16 : "(..) au 'Horév, le jour de l'assemblée (..)", et en 29, 1 : "(..) l'alliance qu'il avait traitée avec eux au 'Horév", alors qu'en Nombres, il est mentionné, en 1, 1, en 3, 14 et en 9, 1 : "L'Éternel parla à Mochè dans le désert de Sinaï (..)" , et en 3, 1 : "L'Éternel parla à Mochè sur la montagne du Sinaï (..)".

                           

                           

                          IMGP2494

                           

                          Vitrail représentant Moïse dans l'église Notre-Dame à Tonneins (France)

                           

                           

                           

                          Commentaires :

                           

                          Les contradictions relevées dans un livre historique permettent d'annoncer que plusieurs scripteurs ont concouru à sa composition. En conséquence, les livres de la Torah semblent ne pas être de la main unique de Mochè (Moïse), mais paraissent être l'œuvre d'un compilateur peu rigoureux.

                           

                          Sur la critique formelle du Pentateuque ( de la Torah) :

                          "(..) la façon de l'exposer et de raconter l'histoire semble médiocre, surtout en Nombres et Deutéronome. Contradictions dans les récits, notamment quand Mochè à la fin de sa vie revient sur les événements passés... règles juridiques parfois contradictoires (..)" (Cf. Minutieusement biblique : la Tora (2), Max Christian Ducomte, p. 331, Éditions Publibook, Paris, 2012) 

                           

                           

                          Article rédigé par Pascal Bourdaloue

                          Repost 0
                          Published by Pascal Bourdaloue - dans sur la vérité
                          commenter cet article
                          14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:16

                           

                          1° Sur l'incongruité de certains versets bibliques 

                           

                           a) Livre Genèse

                           

                          Versets 9 à 13 du chapitre 17 de Genèse : "Dieu dit à Abraham « (..) c'est ici mon alliance (..) tout mâle parmi vous sera circoncis. Vous vous circoncirez et ce sera un signe d'alliance entre moi et vous. (..) tout mâle (..) né dans la maison, ou qu'il soit acquis à prix d'argent de tout fils d'étranger, sans appartenir à ta race. (..) mon alliance sera dans votre chair une alliance perpétuelle.»

                          On relève que la nécessité d'être circoncis n'est pas reprise par le Coran. 

                           

                                

                          b) Livre Exode

                           

                          Verset 1 et 2 du chapitre 13 : "Dieu parla à Moïse et dit :  « Consacre-moi tout premier-né parmi les enfants d'Israël, tant des hommes que des animaux : il m'appartient.» 

                          Verset 15 du chapitre 13 : " (..) l'Éternel fit mourir tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, depuis les premiers-nés des hommes jusqu'aux premiers-nés des animaux."

                          Verset 29 du chapitre 22 : « Tu me donneras le premier-né de tes fils (..) de ta vache et de ta brebis (..) » 

                          Verset 19 du chapitre 34 : « Tout premier-né m'appartient, même tout mâle premier-né dans les troupeaux de gros et de menu bétail. »

                          Il est inconcevable d'imaginer que l'Éternel, celui qui s'appelle « Je suis » ait pu exiger de tels sacrifices !

                           

                          Versets 1 à 11 du chapitre 21 relatifs à la liberté et à la vie, aux relations de maître à esclave : « Voici les lois que tu leur présenteras. Si tu achète un esclave hébreu (..) son maître lui percera l'oreille avec un poinçon, et l'esclave sera toujours à son service. (..) Si un homme vend sa fille pour être esclave, elle ne sortira point comme sortent les esclaves. »

                           

                          Versets 20 et 21 du chapitre 21 : « Si un homme frappe du bâton son esclave, homme ou femme, et que l'esclave meure sous sa main, le maître sera puni. Mais s'il survit un jour ou deux, le maître ne sera point puni ; car c'est son argent. »

                           

                          Verset 28 du chapitre 21 : « Si un bœuf frappe de ses cornes un homme ou une femme, et que la mort en soit la suite, le bœuf sera lapidé (..). »

                          Verset 32 du chapitre 21 : « mais un bœuf frappe un esclave (..) le bœuf sera lapidé. » 

                           

                          Les versets du chapitre 29 qui traitent de la consécration des sacrificateurs ainsi que de l'holocauste perpétuel, et mentionnent des sacrifices d'animaux (jeune taureau, béliers, agneaux) : "«(..) Tu égorgeras le taureau (..) Tu égorgeras le bélier (..) Tu offriras chaque jour un taureau en sacrifice (..) tu offriras sur l'autel : deux agneaux, à perpétuité. (..) Voilà l'holocauste perpétuel (..)»".

                           

                           

                          c) Livre Lévitique 

                           

                          Versets 1 à 17 du chapitre 1 sur les sacrifices : "« L'Éternel appela Moïse (..) il lui parla et dit : (..) Lorsque quelqu'un d'entre vous fera une offrande à l'Éternel, il offrira du bétail, du gros ou du menu bétail. (..) C'est un holocauste, un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel. Si son offrande à l'Éternel est un holocauste d'oiseaux, il offrira des tourterelles ou de jeunes pigeons.(..) »".  

                           

                          Versets 1 à 17 du chapitre 3 sur les sacrifices d'actions de grâces : "« (..) S'il offre du gros bétail, mâle ou femelle, il l'offrira sans défaut, devant l'Éternel.(..) S'il offre du menu bétail, mâle ou femelle, en sacrifice d'actions de grâce à l'Éternel , il l'offrira sans défaut. (..) agneau (..) chèvre (..) Toute la graisse est l'aliment d'un sacrifice consumé par le feu, d'une agréable odeur à l'Éternel »".

                           

                          Versets 1 à 35 du chapitre 4 sur les sacrifices d'expiation : "« L'Éternel parla à Moïse (..) Lorsque quelqu'un péchera involontairement contre l'un des commandements de l'Éternel (..) il offrira à l'Éternel, pour le péché qu'il a commis, un jeune taureau sans défaut, en sacrifice d'expiation. (..) »". Mais l'animal sacrifié peut aussi être un bouc, une chèvre ou une agnelle toujours sans défaut.

                           

                          Versets 1 à 26 du chapitre 5 sur les sacrifices de culpabilité : "« (..) il offrira en sacrifice de culpabilité à l'Éternel, pour le péché qu'il a commis, une femelle de menu bétail, une brebis ou une chèvre, comme une victime expiatoire.(..)»", à défaut, il sera offert deux tourterelles ou de jeunes pigeons. Mais l'animal sacrifié peut aussi être un bélier sans défaut.

                           

                          Versets 17 à 23 du chapitre 6 sur la loi du sacrifice d'expiation :  "« (..) Voici la loi du sacrifice d'expiation. C'est dans le lieu où l'on égorge l'holocauste que sera égorgée devant l'Éternel la victime pour le sacrifice d'expiation : c'est un chose très sainte »".

                           

                          Versets 1 à 10 du chapitre 7 sur la loi du sacrifice de culpabilité : "«(..) Voici la loi du sacrifice de culpabilité : c'est une chose très sainte »". 

                           

                          Il est également fait état de sacrifices d'animaux (taureau, bélier, jeune veau, bouc, agneau, bœuf) aux chapitres 8 et 9.

                           

                          Versets 6 à 8 du chapitre 12 sur la purification de la femme : "« Lorsque les jours de sa purification seront accomplis, pour un fils ou pour une fille, elle apportera au sacrificateur (..) un agneau d'un an pour l'holocauste, et un jeune pigeon ou une tourterelle pour le sacrifice d'expiation. Le sacrificateur les sacrifiera (..)»".

                           

                          Versets 1 à 34 du chapitre 16 sur la fête annuelle des expiations : "« L'Éternel parla à Moïse (..) un jeune taureau pour le sacrifice d'expiation et un bélier pour l'holocauste. (..) deux boucs pour le sacrifice d'expiation et un bélier pour l'holocauste.(..) Ce sera pour vous une loi perpétuelle (..)»".

                           

                          Versets 5 à 8, 21 et 22 du chapitre 19 sur les prescriptions religieuses et morales : "«L'Éternel parla à Moïse (..) Quand vous offrirez à l'Éternel un sacrifice d'actions de grâces (..) le bélier offert en sacrifice de culpabilité (..)»". 

                           

                          Versets 17 à 29 du chapitre 22 sur les victimes sans défaut pour les sacrifices : "« L'Éternel parla à Moïse (..) Tout homme (..) qui offrira un holocauste à l'Éternel (..) prendra un mâle sans défaut parmi les bœufs, les agneaux ou les chevreaux, afin que sa victime soit agréée. (..) un veau, un agneau ou un chevreau (..)»". 

                           

                          Versets 12, 18 à 21 du chapitre 23 sur les fêtes à l'Éternel : "«(..) vous offrirez en holocauste (..) un agneau d'un an sans défaut (..) sept agneau d'un an sans défaut, un jeune taureau et deux béliers (..) un bouc en sacrifice d'expiation, et deux agneaux en sacrifice d'actions de grâces. (..) C'est une loi perpétuelle (..)»".

                           

                          Ces versets n'auraient-ils pas tendance à assimiler l'Éternel à Satan, en le montrant avide de crimes et de sang ? 

                           

                           

                           Versets 44 à 46 du chapitre 25 sur l'achat d'esclaves : "« C'est des nations qui vous entourent que tu prendras ton serviteur et ta servante qui t'appartiendront, c'est d'elles que vous achèterez le serviteur et la servante. Vous pourrez aussi en acheter des enfants des étrangers qui demeureront chez toi, et de leurs familles qu'ils engendreront dans votre pays ; et ils seront votre propriété. Vous les laisserez en héritage à vos enfants après vous, comme une propriété ; vous les garderez comme esclave à perpétuité »". 

                           

                          d)  Livre Nombres

                           

                          Verset 8 du chapitre 5 relatif à la loi sur le vol qui stipule le sacrifice d'un bélier « avec lequel on fera l'expiation pour le coupable. »

                           

                          Versets 10 à 21 du chapitre 6 relatifs à la loi sur le naziréat qui impose de sacrifier des animaux (tourterelles, jeunes pigeons, agneau, brebis, bélier).

                           

                          Chapitre 7 sur les offrandes des douze princes qui mentionne le sacrifice de nombreux animaux (vingt quatre bœufs, trente six boucs, soixante douze agneaux, douze jeunes taureaux, soixante douze béliers).

                           

                          Versets 8 et 12 du chapitre 8 sur la consécration des Lévites qui doivent sacrifier deux jeunes taureaux.

                           

                          Versets 1 à 27 du chapitre 15 relatifs aux règles sur les sacrifices avec offrandes de gros ou de menu bétail.

                           

                          Versets 1 à 10 du chapitre 19 sur le sacrifice d'une vache rousse dont la cendre sert à faire l'eau de purification.

                           

                          Chapitres 28 et 29 relatifs aux temps fixés pour les sacrifices où il est offert comme holocauste des agneaux, de jeunes taureaux, des béliers et des boucs.

                           

                          Chapitre 36 sur le complément de la loi sur l'héritage où il est défendu aux filles qui héritent de se marier hors de leurs tribus.

                           

                           e) Livre Deutéronome

                           

                          Versets 11, 26 et 27 du chapitre 12 sur l'ordre de servir l'Éternel dans le lieu choisi par lui où il est écrit : « C'est là que vous présenterez tout ce que je vous ordonne, vos holocaustes, vos sacrifices (..) et les offrandes que vous ferez à l'Éternel pour accomplir vos ux. (..) Tu offriras tes holocaustes, la chair et le sang, sur l'autel de l'Éternel (..) »

                           

                          Verset 15 du chapitre 13 sur la punition des idolâtres où l'on doit passer « le bétail au fil de l'épée ».   

                           

                          Versets 12, 16 et 17 du chapitre 15 sur l'esclavage où il est mentionné : "Si l'un de tes frères hébreux, homme ou femme, se vend à toi, il te serviras six années (..) Si ton esclave te dit : Je ne veux pas sortir de chez toi (..) tu prendras un poinçon et tu lui perceras l'oreille contre la porte, et il sera pour toujours ton esclave. Tu feras de même pour ta servante. »   

                           

                          Verset 19 du chapitre 15 sur le sacrifice des premiers-nés des animaux : "Tu consacreras à  l'Éternel, ton Dieu, tout premier-né mâle qui naîtra dans ton gros et dans ton menu bétail. 

                           

                          Verset 1 du chapitre 17 sur le sacrifice à l'Éternel : "Tu n'offriras en sacrifice à l'Éternel, ton Dieu, ni bœufs, ni agneau qui ait quelque défaut ou difformité (..)"

                           

                           

                          Sur la fabulation de certains versets bibliques

                           

                          a) Livre Genèse   

                           

                          Versets 1 et 4 du chapitre 3 : "Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs (..) Il dit à la femme (..)" ; "Alors le serpent dit à la femme (..)".

                          Verset 28 du chapitre 32 : "«(..) Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur

                          Verset 31 du chapitre 32 : "(..) j'ai vu Dieu face à face (..)"

                          Verset 9 du chapitre 35 : "Dieu apparut encore à Jacob (..)"

                           

                          b) Livre Exode

                           

                          Versets 9 à 11 du chapitre 24 :"Mochèmonta avec Aaron, Nadab et Abihu, et soixante-dix anciens d'Israël. Ils virent le Dieu d'Israël (..) Ils virent Dieu, et ils mangèrent et burent."

                           

                          Verset 11 du chapitre 33 : "L'Éternel parlait avec Mochè en face à face, comme un homme parle à son ami."

                           

                          c) Livre Lévitique

                           

                          Verset 24 du chapitre 9 : "(..) la gloire de l'Éternel apparut à tout le peuple. (..) Tout le peuple le vit (..) ils poussèrent des cris de joie, et se jetèrent sur leur face."

                           

                           

                           

                          Les erreurs dans le Pentateuque

                           

                          Les erreurs dans le livre Genèse :

                           

                           

                          a) Sur la durée de vie de l'être humain 

                           

                          En Genèse 6, 3, il est écrit : "Et l'Éternel dit : Mon souffle n'animera plus toujours l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans". Or, à ce jour, la durée prouvée de la longévité humaine est de cent vingt deux ans et cinq mois !

                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Calment

                           

                           

                          Les erreurs dans le livre Exode :

                           

                           

                          a) Sur le dénombrement des enfants d'Israël 

                           

                          En Exode 12, 37, il est écrit : "Les enfants d'Israël (..) environ six". Or, c'est impossible, au résultat des fouilles archéologiques !

                           

                          b) Sur la durée du séjour en Égypte  

                           

                          En Exode 12, 40, il est écrit : "Le séjour des enfants d'Israël en Égypte fut de quatre cent trente ans". Or, c'est impossible ; le chiffre serait environ deux cent dix ans, soit la moitié de la durée mentionnée en Exode !

                           

                           

                          Les erreurs dans le livre Nombres :

                           

                          a) Sur le dénombrement des enfants d'Israël

                           

                          En Nombres 1, 46, il est écrit : "Le total des recensés fut de six". Or, ce n'est pas plausible au résultat des fouilles archéologiques !

                           

                           

                          Les erreurs dans le livre Lévitique :

                           

                          a) Sur le lièvre  

                           

                          En lévitique 11, 6, il est écrit : "(..) le lièvre car il rumine (..)". Or, le lièvre remue certes ses mâchoires, mais ce n'est pas un ruminant !

                           

                          b) Sur la chauve-souris  

                           

                          En lévitique 11, 13 ; 19, il est écrit : "Voici parmi les oiseaux (..) la chauve-souris". Or, la chauve-souris est classée parmi les les mammifères volants !

                           

                          c) Sur les insectes ailés  

                           

                          En lévitique 11, 21, il est écrit : " (..) les insectes ailés qui vont à quatre pattes (..)". Or, les insectes ailés sont les seuls arthropodes à avoir précisément six pattes !

                           

                           

                           

                          Article rédigé par Pascal Bourdaloue.

                           

                          Repost 0
                          Published by Pascal Bourdaloue - dans sur la vérité
                          commenter cet article
                          14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:16

                           

                          Sur la validité historique de la description biblique.

                           

                           

                          "La Bible a incorporé des matériaux historiques, non historiques, et quasi historiques, qui sont parfois très proches dans le texte. La recherche biblique consiste essentiellement à distinguer les passages historiques de ceux qui ne le sont pas, en faisant appel à des considérations linguistiques, littéraires et extra-bibliques." (Cf. La Bible dévoilée p. 389, Israël Finkelstein et Neil Silberman , Éditions Bayard, Paris, 2002.)

                           

                           

                          Commentaires sur le livre de Josué :

                           

                          "Bien avant que les découvertes archéologiques n'aient remis en question le fondement historique de la conquête de Josué, un petit cercle de biblistes allemands se sont penchés sur le développement de la tradition littéraire israélite plutôt que sur les stratégies guerrières. En dignes héritiers de la tradition critique du XIX ͤ  siècle, ils notèrent les contradictions internes du texte biblique, qui contient au moins deux versions distinctes et contradictoires de la conquête de Canaan.

                          Les savants allemands ont toujours considéré le livre de Josué comme une montagne de légendes diverses, de chansons, de gestes et de mythes locaux, en provenance de diverses régions du pays et composés au cours des siècles. Les biblistes Albrecht Alt et Martin Noth, en particulier, affirmaient qu'un grand nombre de récits contenus dans le livre de Josué relèvent davantage de la tradition étiologique, c'est-à-dire de légendes destinées à expliquer l'origine de points de repère ou de curiosités naturelles célèbres."

                           

                          En effet, "(..) les histoires bibliques qui se terminent par la remarque que certains points de repère sont encore « visibles de nos jours » proviennent sans doute de légendes de ce genre. À une certaine époque, ces histoires éparses furent rassemblées et mises à l'actif de la campagne militaire éclair du grand et mythique stratège de la conquête, Josué.

                          Si aux yeux d'Alt et de Noth, le caractère légendaire du livre de Josué paraissait évident, ils estimaient que le premier chapitre du livre des Juges possédait, en revanche, un noyau central relativement fiable de souvenirs de victoires qu'avaient pu remporter des milices très éparpillées, formées par les populations des régions montagneuses, face à différentes cités qui les dominaient. (..) Cependant, il n'y a aucune raison pour que le récit de la conquête du livre de Josué, ne puisse pas, lui aussi, contenir des souvenirs populaires et des légendes qui commémoraient un bouleversement historique qui avait fait date. (Cf. La Bible dévoilée p. 111-112, Israël Finkelstein et Neil Silberman , Éditions Bayard, Paris, 2002.)

                           

                          "Cette accumulation progressive de contes et de légendes - et leur incorporation finale dans une chanson de geste unique et cohérente porteuse d'un message théologique précis - fut le résultat de cette période d'intense créativité et de grande production littéraire qui caractérisa le royaume de Juda pendant le VII ͤ siècle av. J.C. L'indice le plus probant que le livre de Josué fut bien écrit à cette époque nous est fourni par la liste des villes appartenant au territoire de la tribu de Juda (1). Cette liste correspond exactement aux frontières du royaume de Juda sous le règne de Josias. En outre, les noms de lieux mentionnés dans la liste correspondent de très près aux sites occupés au VII ͤ siècle dans cette région. Notons que certains de ces sites furent occupés uniquement pendant les dernières décennies de ce siècle.

                          La géographie n'est pas le seul lien avec le temps de Josias. L'idéologie favorable aux réformes religieuses et aux aspirations territoriales, qui caractérise tellement cette période y est tout aussi évidente. Depuis longtemps, pour les biblistes, le livre de Josué fait partie intégrante de ce qu'ils appellent l'histoire deutéronomiste, c'est-à-dire la compilation en sept livres de divers matériaux bibliques, du Deutéronome au second livre des Rois, qui fut réalisé durant le règne de Josias. (Ibid. p. 113) 

                           

                          " (..) le livre de Josué est l'expression littéraire et classique des aspirations et des rêves d'un peuple à une époque et en un lieu donnés." (Ibid. p. 116) 

                           

                          (1) Cf. Josué 15, 21-62

                           

                          a) Sur le partage de Canaan : sur le pays des enfants d'Ammon

                           

                          Les versets 24 et 25 du chapitre 13 du livre Josué sont en contradiction avec le verset 19 du chapitre 2 du livre Deutéronome. En effet, en Josué 13, 24-25, "Moïse avait donné à la tribu de Gad (..) la moitié du pays des enfants d'Ammon (..)", alors qu'en Deutéronome 2, 19, il est écrit : « (..) je ne te donnerai rien à posséder dans le pays des enfants d'Ammon : c'est aux enfants de Lot que je l'ai donné (..) ».   

                           

                           

                           

                          Commentaires sur le livre des Juges :

                           

                          "Les biblistes reconnaissent depuis longtemps que le livre des Juges fait partie de l'histoire deutéronomiste, laquelle exprime, de façon grandiose, les espoirs et les aspirations politiques du royaume de Juda, sous le règne de Josias, au VII ͤ siècle av. J.C.  

                          (..) le portrait émouvant que nous brosse la Bible de ces juges israélites si vertueux - aussi saisissant soit-il - n'a pas grand chose à voir avec ce qui s'est réellement passé dans les hautes terres de Canaan au début de l'âge du Fer. L'archéologie nous a révélé que la naissance d'Israël n'est pas tant due aux conceptions bibliques tardives sur le péché et la rédemption qu'aux transformations sociales complexes qui ont affecté les populations pastorales des hautes terres de Canaan." (Cf. La Bible dévoilée p. 146-147, Israël Finkelstein et Neil Silberman , Éditions Bayard, Paris, 2002)

                           

                           

                          Commentaires sur les contradictions du livre de Josué et sur les contradictions entre le livre de Josué et le livre des Juges :

                           

                          "(..) le livre de Josué et le livre des Juges sont tissés de contradictions quant à la peinture qu'ils font de l'héritage tribal de la totalité de la terre d'Israël. Un passage de Josué déclare que les Israélites ont pris possession de tout le territoire que Dieu leur avait promis et qu'ils se sont débarrassés de tous leurs ennemis (1), tandis que d'autres passages, dans Josué et dans les Juges, montrent clairement qu'un grand nombre de Cananéens et de Philistins vivaient encore à proximité immédiate des Israélites. Comme dans le cas de Samson, les mariages mixtes étaient en réalité monnaie courante."   

                          (..) En flagrante contradiction avec cette proclamation triomphale de victoire totale, le livre de Josué rapporte que de larges portions de territoires, à l'intérieur même de Canaan, situées en dehors des zones distribuées aux tribus, restent à conquérir (2).

                          Le livre des Juges (3) va encore plus loin, puisqu'il énumère d'importantes enclaves cananéennes dans les territoires de plus de la moitié des tribus. Le livre des Juges énumère de grandes cités cananéennes, dans la plaine littorale et les vallées du nord, comme Megiddo, Beth-She'an, Dor et Gézér, parmi les villes qui n'ont pas été conquises - alors que le livre de Josué nomme leurs dirigeants dans la liste des rois cananéens vaincus. Bien pire, les Ammonites et les Moabites, qui occupent l'autre rive du Jourdain, font toujours preuve d'hostilité. Les raids en provenance du désert des redoutables chameliers madianites et amalécites restent une menace constante pour les Israélites." (Ibid p. 119 ; p.121)

                           

                          (1) Cf. Josué 21, 43-44

                          (2) Cf. Josué 13, 1-6

                          (3) Ce livre raconte les batailles livrées aux ennemis d'Israël.

                           

                           

                          Commentaires sur la réalité historique de David et de Salomon :

                           

                          "(..) les exploits qui marquent les débuts de David sont tissés de légendes (..) Les fouilles entreprises à Jérusalem n'ont apporté aucune preuve de la grandeur de la cité à l'époque de David et de Salomon. Quant aux édifices monumentaux attribués jadis à Salomon, les rapporter à d'autres rois paraît aujourd'hui beaucoup plus raisonnable." (Cf. La Bible dévoilée p. 150, Israël Finkelstein et Neil Silberman , Éditions Bayard, Paris, 2002)

                           

                          "Des historiens de la Bible comme Thomas Thompson et Niels Peter Lemche, de l'université de Copenhague, et Philip David, de l'université de Sheffield, que leurs détracteurs surnomment les « minimalistes bibliques », n'ont pas hésité à déclarer que David et Salomon, la monarchie unifiée, en réalité l'entière description biblique de l'histoire d'Israël, n'étaient rien de plus que des montages idéologiques, habilement élaborés, effectués par les différents cercles sacerdotaux de Jérusalem, durant la période postexilique, voire hellénistique.

                          D'un point de vue purement littéraire et archéologique, certains arguments plaident en faveur des minimalistes. La lecture attentive de la description biblique du règne de Salomon démontre clairement qu'il s'agit de la peinture d'un passé idéalisé, d'une sorte d'âge d'or, nimbé de gloire. Le compte rendu de ses fabuleuses richesses (1), de son légendaire harem (2), abonde en détails trop excessifs pour être crédibles. En outre, en dépit de leurs prétendues richesses et pouvoirs, ni David ni Salomon ne figurent dans aucun texte égyptien ou mésopotamien. Enfin, Jérusalem ne contient pas le moindre vestige archéologique des célèbres constructions de Salomon." (Ibid. p. 154-155)

                           

                          "L'image que l'on se fait de Jérusalem (3) à l'époque de David, et davantage encore sous le règne de son fils, Salomon, relève, depuis des siècles, du mythe et de l'imaginaire romanesque." (Ibid. p. 159)

                           

                          "(..) l'archéologie avait antidaté d'un bon siècle les vestiges davidiques et salomiques. (..) Il n'y a pas lieu de douter de l'existence historique de David et de Salomon. En revanche, il y a de fort bonnes raisons de remettre en question l'étendue et la splendeur de leur royaume. (..)

                          En tout cas, au X ͤ siècle, ils ne gouvernaient aucun empire, à partir d'aucune cité palatiale, ni d'aucune capitale prestigieuse. (..) le fait que le deutéronomiste utilise la monarchie unifiée comme instrument efficace de propagande politique prouve qu'à l'époque le souvenir du règne de David et de Salomon sur une partie non négligeable des hautes terres du centre était encore vivace et largement répandu." (Ibid .p. 170-171)

                           

                          "À l'instar du récit des patriarches, des sagas de l'Exode et de la conquête, l'épisode de la glorieuse monarchie unifiée était une brillante composition, tissée à partir de légendes, de chansons de geste des temps anciens, en vue de présenter un ensemble prophétique cohérent, propre à convaincre le peuple d'Israël du VII ͤ siècle av. J.C. (..) Le deutéronomiste voulait communiquer un message d'autant plus puissant qu'il était simple : il nous est encore possible de recouvrer notre gloire passée. (..) la réalité historique de David et de Salomon diffère considérablement de l'histoire qui nous est contée. Elle s'intègre dans la grande transformation démographique d'où allaient émerger les royaumes d'Israël et de Juda - en une séquence historique qui n'a rien a voir avec celle que nous décrit la Bible." (Ibid. p. 172-173)

                           

                          "(..) les Omrides - et non pas Salomon - étaient les auteurs des bâtiments en pierre de taille de Megiddo, ainsi que les enceintes royales de Jezréel et de Samarie (4). L'hypothèse que les Omrides, et non pas Salomon, avaient fondé la première monarchie pleinement constituée d'Israël sembla d'autant plus convaincante (..)" (Ibid. p. 218)

                           

                          "L'unique preuve archéologique qu'il y eût jamais une monarchie unifiée régnant à Jérusalem s'envole en fumée ; cela sous-entend que, politiquement, David et Salomon ne furent guère que des chefs de clan dont le pouvoir administratif local, s'étendait uniquement sur la région montagneuse qu'ils contrôlaient. Plus important encore, cela prouve qu'en dépit de l'insistance biblique sur le caractère unique d'Israël, le royaume qui émergea dans le Nord au début du VII ͤ siècle av. J.C. était d'un type tout à fait répandu dans le Proche-Orient de l'époque." (Ibid. p. 221)

                           

                          "On n'a trouvé à Juda aucune trace d'une prétendue activité littéraire au X ͤ siècle av. J.C. (..) Quant à la Jérusalem de David et de Salomon, elle n'était que l'un des nombreux centres de culte établis à travers le pays : elle n'était en tout cas pas le centre spirituel de l'ensemble du peuple d'Israël." (Ibid. p. 270-271)

                           

                          La recherche archéologique démontre que Juda était quasiment dépeuplé jusque vers la fin du VII ͤ siècle av. J.C. "(..) un siècle de fouilles à Jérusalem révèle que la capitale de Juda n'est devenue une cité de quelque importance qu'à la même période ; au X ͤ siècle av. J.C. , Jérusalem était encore un modeste village (..)" (Ibid. p. 367)

                           

                          (1) Cf. 1 Rois 10, 27 : « Le roi rendit l'argent aussi commun à Jérusalem que les pierres »

                          (2) Cf. 1 Rois 11, 3 :  « Il eut sept cents princesses pour femmes et trois cents concubines »

                          (3) Non seulement toute trace d'architecture monumentale y est absente, mais on n'y trouve même pas le moindre tesson !  

                          (4) Il ne fait aucun doute sur le plan archéologique que le palais de Samarie et l'entière acropole furent bâtis par Omri et Achab, au début du IX ͤ siècle av. J.C.

                           

                          Commentaires sur le premier livre de Samuel :

                           

                          "D'après la Bible, David aurait remporté ses victoires les plus éclatantes contre les cités philistines, dont la plupart ont fait l'objet de fouilles approfondies. Le premier livre de Samuel décrit en détail les affrontements opposant les Israélites aux Philistins (..). Nombre de détails (1) de ces histoires appartiennent clairement à la légende, mais les descriptions géographiques, en revanche, ne manquent pas de précision." (Cf. La Bible dévoilée p. 161, Israël Finkelstein et Neil Silberman , Éditions Bayard, Paris, 2002)

                           

                          (1) L'Arche. Saül et Jonathan, guerres contre les philistins. David contre Goliath.

                           

                          Commentaires sur les livres des Rois :

                           

                          "Nous ne saurons jamais quel est le degré de véracité des documents, textes ou archives utilisés par les auteurs bibliques pour compiler leur version de l'histoire du royaume d'Israël. Ils ne cherchaient pas à proposer une histoire objective du royaume du Nord, mais plutôt à donner une « explication théologique » à une histoire déjà connue, du moins dans les grandes lignes. Quels qu'aient été les jugements portés par la mémoire populaire sur les rois d'Israël, les auteurs bibliques les jettent tous dans le même panier ; ils portent contre chacun d'eux un jugement négatif. Les règnes de la plupart ne méritent que la mention suivante : tel roi « fit ce qui déplaît à Yahvé, il ne se détourna pas des péché de Jéroboam I, fils de Nebat ». Certains d'entre eux - comme Jéroboam I et les Omrides - sont condamnés plus durement que les autres, mais même ceux qui comptent parmi les plus pieux des rois nordistes sont considérés comme des pécheurs impénitents : Joram, fils d'Achab, crédité pour avoir renversé le massebah, un monument dédié à Baal, et Jéhu, glorifié pour avoir éradiquer son culte, sont néanmoins condamnés l'un et l'autre pour avoir suivi les traces de « Jéroboam  fils de Nebat ». Même Osée, le dernier roi d'Israël, qui tenta d'arracher son pays aux griffes de l'Assyrie, est jugé avec à peine plus d'indulgence :  « Il fit ce qui déplaît à Yahvé, non pas pourtant comme les rois d'Israël ses prédécesseurs » (1). Donc, à partir des fautes de Jéroboam I, la bible nous conte l'histoire d'une catastrophe annoncée."

                          "Pour le deutéronomiste, l'apogée de l'histoire du Nord n'est ni dans les règnes d'Achab et de Jéroboam II, ni dans la tragédie finale, mais dans le résumé des fautes d'Israël et leur corollaire : le châtiment de Dieu." (Ibid. p. 257-258)

                           

                           

                          (1) Cf. 2 Rois 17, 2)

                           

                          a) Sur les prophéties.    

                           

                          Quatre prophéties (1) furent habilement introduites dans le récit sur l'effondrement de la monarchie unifiée et l'établissement du royaume indépendant d'Israël. " Ces oracles - présentés comme une confidence directe de Dieu à certains prophètes - reflètent la tentative opérée par une génération ultérieure de Judéens d'interpréter et d'expliquer les aléas de l'histoire." (Ibid p. 192) 

                           

                          (1) 1 Rois 11, 11-13 ; 11, 31-39 ; 13, 1-2 ; 14, 7-16.

                           

                          b) Sur la prophétie contre l'autel païen de Jéroboam, en 1 Rois 13, 1-2.

                           

                          "Voilà une prédiction des plus surprenantes, dans la mesure où l' « homme de Dieu » en question relève le nom du roi de Juda qui, trois siècles plus tard, va démolir ce même sanctuaire, tuer ses prêtres et souiller l'autel avec leurs restes humains. On croirait lire une histoire de l'esclavage, prétendument écrite dans l'Amérique coloniale du XVII ͤ siècle, mais dont un passage prédirait la naissance de Martin Luther King. (..) La précision même de la prédication précédente, énoncée par l' « homme de Dieu », trahit clairement l'époque à laquelle elle fut composée. Le roi davidique Josias, celui qui conquit et détruisit  l'autel de Béthel, a vécu à la fin du VII ͤ siècle av. J.C.  Pourquoi  avoir introduit dans un récit qui se déroule à la fin du X ͤ siècle un personnage qui appartient à un futur aussi distant ?"

                          La réponse est que "les deux livres des Rois sont beaucoup plus proches de l'argumentation religieuse exaltée - écrite au VII ͤ siècle av. J.C., - que de l'œuvre historique." (Ibid p. 194-195)

                           

                           

                          c) Sur la tragédie qui frappa les Omrides.

                           

                           "La tragédie (1) qui frappe les Omrides (2) est un classique de la littérature, riche en personnages hauts en couleur et en scènes dramatiques. Une famille royale paye de sa disparition sanglante les crimes qu'elle a commis contre son propre peuple. (..) le récit biblique est tellement truffé d'anachronismes et d'incohérences, si visiblement influencé par la théologie chère aux auteurs du  VII ͤ siècle av. J.C. , qu'il tient davantage du roman historique que de la chronique précise et fiable.

                          Parmi les aberrations, il faut noter la prétendue invasion de Samarie (2) par le roi de Damas, Ben-Hadad, qui eut lieu après le règne d'Achab. La mention d'une alliance entre Israël et un roi édomite anonyme compte aussi parmi les anachronismes : le premier monarque d'Edom régna un bon siècle après la disparition des Omrides. En fait, si l'on supprime les anachronismes, et les histoires de menaces et de prédictions accomplies, il ne reste, du compte rendu biblique, quasiment aucun matériau vérifiable, hormis la succession des rois israélites, certains de leurs projets de construction les plus célèbres et l'aire générale de leurs activités militaires. (Ibid p. 204-205) 

                          "Omri et ses successeurs se sont attirés la haine de la Bible en raison de leur force, précisément parce qu'ils étaient parvenus à transformer le royaume du Nord en un pouvoir régional d'envergure, qui faisait de l'ombre à ce pauvre royaume de Juda au sud, marginal et rural."  (Ibid p. 226) 

                           

                          "La Bible offre une interprétation purement théologique du sort du royaume nordiste. En contraste, l'archéologie ouvre une perspective différente sur les événements survenus durant le siècle qui suivit la chute des Omrides." (Ibid. p. 229)

                           

                          "(..) l'archéologie a fait une découverte que la Bible néglige de mentionner : le cœur même de la terre d'Israël a été occupé pendant une période prolongée.

                          (..) tout semble indiquer que l'invasion d'Israël par Hazaël (4), au milieu du VII ͤ siècle av. J.C., fut suivie d'une occupation prolongée de l'édification d'au moins trois forteresses - Dan, Haçor et Betsaïde - qui affichent les mêmes caractéristiques, dont certaines sont typiquement araméennes. Et il existe des raisons supplémentaires de croire que la population de cette partie du royaume israélite était, au moins, partiellement, peut-être essentiellement araméenne. Dans cette région, sur presque tous les sites importants du Fer II, les ostraca découverts lors des fouilles sont composés en araméen.

                          L'occupation syrienne fut de courte durée.

                          (..) nous commençons à comprendre l'impact énorme exercé par l'impérialisme assyrien sur le cours des événements survenus dans le royaume d'Israël. L'essentiel de ce que la Bible attribue au poids de l'impiété ou à l'ambition des rois d'Israël résulte en réalité des aléas de la politique internationale.

                          Les livres des Rois dépeignent injustement Achab comme un tyran idolâtre, alors que l'inscription du monolithe de Salmanasar III prouve qu'il fut l'un des plus énergiques opposants à la domination assyrienne (..) Et alors que la Bible nous présente Jéhu (4) comme l'instrument choisi par Dieu pour éradiquer l'idolâtrie en Israël, le fameux « obélisque noir » de Salamansar III le montre en train de se prosterner de tout son long aux pieds du souverain assyrien.

                          (..) La renaissance d'Israël sous le règne du petit-fils de Jéhu, Joas (5), était due davantage à l'humiliation infligée à Damas par les Assyriens qu'à une indulgence quelconque de Dieu." (Ibid p. 236, 238-239)

                           

                          (1) Cf. I Rois 16, 8-11, 30-33 ; 19, 17 ; 21, 19-24.

                          (2) dynastie

                          (3) Il ne fait aucun doute que Samarie fut construite par Omri, roi d'Israël, père d'Achab. 

                          (4) roi d'Israël  

                          (5) Cf. 2 Rois 13, 22-25

                           

                          d) Sur les villes bâties par Salomon

                           

                          Le verset 15 du chapitre 9 du livre 1 des Rois (1) décrit les grands chantiers entrepris par Salomon à Jérusalem, Haçor, Megiddo et à Gézer.

                          "Il n'est pas interdit de penser que l'auteur judéen, qui composa le récit un bon siècle plus tard, ait, dans un bel élan de romantisme et de patriotisme, attribué les ruines majestueuses des grands bâtiments construits par Jéroboam à l'âge d'or de Salomon." (Ibid p. 243) 

                           

                          Nous pouvons exclure l'historicité de ce verset de la Bible.  

                           

                           

                          e) Sur le livre II Rois

                           

                          L'emploi de la rhétorique religieuse apparaît clairement dans le livre II Rois.

                           

                          "Le second livre des Rois insiste sur le pouvoir protecteur de YHWH sur Jérusalem et ne mentionne que laconiquement la capture de « toutes les villes fortes de Juda » (1). Mais d'autres textes bibliques dévoilent l'horreur que représente la campagne assyrienne pour ces infortunés judéens, victimes du saccage systématique de la province, entreprise par Sennachérib. Ces passages, totalement absents de l'histoire deutéronomiste, se trouvent dans les œuvres prophétiques (2).

                           

                          "Les explorations archéologiques ont démontré l'ampleur des dévastations. (..) en dépit des belles paroles de la Bible (3) sur la piété d'Ézéchias et l'intervention salvatrice de YHWH, la victoire appartenait à l'Assyrie. Sennachérib avait atteint son objectif : briser la résistance de Juda et lui imposer le joug de la soumission. Ézéchias avait hérité d'un royaume prospère : Sennachérib (4) le détruisit." (Ibid p. 299-300)

                           

                           

                          (1) Cf. 2 Rois 18, 13)

                          (2) Deux témoins contemporains des événements - les prophètes Isaïe et Michée - expriment la terreur et le désespoir qui paralysèrent Juda face à la progression assyrienne. Isaïe, qui habitait Jérusalem au moment du siège, décrit une campagne militaire qui frappa la région nord de Jérusalem. (Cf. Isaïe 10, 28-32)

                          (3) Hormis un court verset, la Bible ne dit mot des résultats catastrophiques de la campagne assyrienne contre les provinces judéennes.

                          (4) Roi d'Assyrie, fils de Salmanasar.

                           

                          g) Sur le nombre des personnes exilées de Jérusalem à Babylone

                           

                          Les versets 14 et 16 du chapitre 24 du livre 2 Rois sont en contradiction avec le verset 28 du chapitre 52 du livre Jérémie.

                          En effet, le nombre total des déportations babyloniennes s'élèvent à quatre mille six cents personnes en Jérémie alors qu'en 2 Rois il en est dénombré plus du double !

                           

                          Commentaires sur les livres Chroniques

                           

                          a) Sur les villes fortes bâties par Roboam 

                           

                          "L'identification de forteresses prétendument construites par le fils de Salomon, Roboam, à travers Juda (1), et le lien établi entre les fortifications massives du site de Tell-en-Nasbeh, au nord de Jérusalem, et les travaux de protection entrepris par le roi judéen Asa, autour de la cité biblique de Mipça (2), se sont révélés l'une et l'autre erronés. À l'instar des portes et palais dits « salomoniques », ces constructions ont été entreprises presque deux siècles après la mort de ces deux souverains. (Cf. La Bible dévoilée p. 269, Israël Finkelstein et Neil Silberman , Éditions Bayard, Paris, 2002) 

                           

                          (1) Cf. 2 Chroniques 11, 5-12)

                          (2) Cf. 1 Rois 15, 22)

                           

                          b) Sur Josias

                           

                          "(..) Les histoires édifiantes sur son éveil religieux précoce, durant son adolescence, rapportées par le second livre des Chroniques (1), relèvent vraisemblablement de l'hagiographie. Cependant, durant tout son règne sur le royaume de Juda. Josias semble avoir été reconnu par nombre de sujets comme un espoir tangible de rédemption nationale, comme un véritable messie, chargé de restaurer les splendeurs passées de la maison d'Israël. 

                          Le rôle messianique de Josias s'inscrit dans le cadre théologique du nouveau mouvement religieux qui transforme radicalement la signification du terme « israélite » et qui établit la fondation du judaïsme futur (..). Ce mouvement est responsable de la production des documents clés de la Bible - principalement d'un livre de la Loi, découvert pendant les travaux de rénovation du Temple de Jérusalem, en 622 av. J.C. , durant la dix-huitième année du règne de Josias. Ce document, identifié par de nombreux savants comme la version originale du Deutéronome, déclencha une révolution dans le rituel et redéfinit intégralement l'identité israélite. Il expose les principes fondamentaux du monothéisme biblique, qui se résument au culte exclusif d'un seul Dieu en un seul lieu, à l'observance nationale des fêtes principales de l'année juive (la Pâque, les Tabernacles) et à toute une série de réglementations diverses, qui concernent le bien public, la justice et la moralité personnelle." (Ibid. p. 313-314)

                          "Bien entendu, des rajouts furent introduits ultérieurement dans le texte final mais, dans l'ensemble, le Deutéronome colle étroitement à tout ce que Josias a décidé de promulguer, « pour la première fois », à Jérusalem, en 622 av. J.C."

                          (..) les savants ont observé que le style littéraire dans lequel est formulée l'alliance passée entre YHWH et le peuple d'Israël dans le Deutéronome, ressemble de façon frappante à celui des traités assyriens de vassalité au début du VII ͤ siècle av. J.C. (..) Qui plus est, comme le fait remarquer le bibliste Moshe Weinfeld, le Deutéronome n'est pas non plus sans rappeler la littérature grecque primitive, dans l'expression de l'idéologie au sein de discours programmatiques, dans la manière de bénir et de maudire, dans les cérémonies qui consacrent la fondation de nouvelles implantations. Pour résumer, il paraît évident que le livre de la Loi dont parle le second livre des Rois n'est autre que la version originelle du Deutéronome. On peut en conclure sans risque d'erreur que, loin d'être un document ancien découvert par surprise, il fut en réalité composé au VII ͤ siècle av. J.C. , immédiatement avant ou pendant le règne de Josias.

                          (..) une revue des sources historiques et archéologiques montrera comment les changements majeurs relatifs à l'équilibre du pouvoir dans la région ont joué un rôle central dans la formulation de l'histoire biblique. (Ibid. p. 318-319)

                           

                          "(..) les très pieux Josué, David et Ézéchias, et les apostats Achaz et Manassé - sont présentés comme des miroirs, en positif ou en négatif de Josias. De ce point de vue, l'histoire deutéronomiste n'a rien d'historique, dans le sens moderne du terme. Sa composition répondait à un double besoin, idéologique et théologique. (..)" (Ibid p. 322)

                           

                          Si l'archéologie s'est révélée précieuse en mettant en lumière les développements sociaux qui ont, dans la durée, sous-tendu l'évolution historique de Juda et la naissance du mouvement deutéronomiste, en revanche, elle n'a pas fourni de preuves convaincantes des réalisations spécifiques de Josias. Le temple de Béthel - cible première de Josias dans sa campagne contre l'idolâtrie - n'a toujours pas été identifié ; en dehors de Jérusalem, à ce jour, on n'a découvert qu'un seul temple judéen contemporain de Josias.

                          (..) d'autres découvertes laissent croire que Josias était loin d'être parvenu à éradiquer la vénération des images (2) (..)" (Ibid p. 326-327)

                           

                          (1) Cf. 2 Chroniques 34, 3)

                          (2) Un grand nombre de figurines qui représentent une femme debout soutenant ses seins avec ses mains (identifiée généralement à la déesse Asherah). 

                           

                               

                           

                          Article rédigé par Pascal Bourdaloue

                          Repost 0
                          Published by Pascal Bourdaloue - dans sur la vérité
                          commenter cet article

                          Présentation

                          • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
                          • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
                          • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
                          • Contact

                          Recherche