Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 17:25

 

 

 

 

 

IMGP1457.JPG

 

 

 

Basilique de Lisieux

 

 

 

IMGP2225

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de Thérèse au Carmel de Lisieux 

 

 

 

IMGP1456.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Basilique de Lisieux 

 

 

 

IMGP2184.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos (ci-dessus et ci-dessous) de Thérèse au Carmel de Lisieux 

 

 

IMGP2226

 

 

 

 

IMGP2183

"Ah ! malgré ma petitesse, je voudrais éclairer les âmes comme les Prophètes, les Docteurs, j'ai la vocation d'être Apôtre (...) Je voudrais parcourir la terre, prêcher ton nom et planter sur le sol infidèle ta croix glorieuse (...) J'ai compris que l'Amour renfermait toutes les vocations, que l'Amour fait tout, qu'il embrassait tous les temps et tous les lieux, en un seul mot qu'il est éternel !... (...) O Jésus mon Amour... ma vocation enfin je l'ai trouvée, ma vocation c'est l'Amour !..." (Histoire d'une âme, Manuscrit B)

 

 

"Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même" (Oeuvres complètes, Poésies, P54)

 

 

"« C'est si doux d'appeler le bon Dieu notre Père !...» (des larmes brillèrent dans ses yeux)." (Cf Thérèse de Lisieux, Conseils et souvenirs, Editions du Cerf, 1998 ; Histoire d'une Âme écrite par elle même, Ch. X, p. 225, Carmel de Lisieux, Libr. St Paul, Paris, 1911)

 

"C'est la volonté du bon Dieu qu'en ce monde les âmes se communiquent entre elles les dons célestes par la prière, afin que, rendues dans leur patrie, elles puissent s'aimer d'un amour de reconnaissance, d'une affection bien plus grande encore que celle de la famille la plus idéale de la terre." (Histoire d'une Âme écrite par elle même, Ch. X, p. 266, Carmel de Lisieux, Libr. St Paul, Paris, 1911)

 

 

DCFC0038

 

 

Notice biographique de Marie, Françoise, Thérèse Martin

 

  Née le 02 janvier 1873 à Alençon, Thérèse Martin, devenue en religion sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, est entrée au couvent du Carmel de Lisieux à l'âge de quinze ans. Décédée le 30 septembre 1897 alors qu'elle n'avait pas atteint l'âge de vingt-cinq ans, "petite Thérèse" est devenue rapidement l'objet d'une vénération.

 

Sa vie religieuse, marquée par les épreuves et la recherche d'une "petite voie" faite d'amour et d'abandon, a été d'une grande intensité spirituelle. La renommée de ses vertus, notamment celles de charité, d'humilité et de simplicité, a franchi les portes du cloître, en particulier grâce à son autobiographie Histoire d'une âme dont la première édition en 1898 connut une grande réussite.

 

Son œuvre continue de nos jours à connaître un grand rayonnement à travers le monde. Malgré sa petitesse (c'est ainsi qu'elle se décrivait elle-même), sa vocation d'être apôtre s'est pleinement réalisée.

 

Le succès grandissant rencontré par la pérégrination de ses reliques à travers le monde entier, et la puissance jamais démentie de son intercession (1), font assurément de Thérèse de Lisieux une bienheureuse dont la promesse  « passer mon ciel à faire du bien sur la terre » a fait qu'une pluie de roses n'a cessé de tomber depuis sa mort.

 

"« Quelle est grande la puissance de la prière ! On dirait une reine ayant à chaque instant libre accès auprès du roi et pouvant obtenir tout ce qu'elle demande »." (Histoire d'une Âme, Manuscrit C 25 r)

 

"« Pour moi, la prière c'est un élan du cœur, c'est un simple regard jeté vers le ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au milieu de l'épreuve comme au sein de la joie ! (..) lorsque mon esprit se trouve dans une si grande sécheresse que je ne puisse en tirer une seule bonne pensée, je récite très lentement un Pater ou un Avé Maria ; les prières seules me ravissent, elle nourrissent divinement mon âme et lui suffisent.»" (Histoire d'une Âme écrite par elle même, Ch. X, p. 188, Éditions du Carmel)

 

(1) sur les témoignages (2)  transmis au Carmel de Lisieux de 1902 à 1911, soit dans les premières années qui suivirent sa mort, on relève parmi les guérisons spontanées les cas suivants :

Tumeurs, péritonites (dont enfant de cinq ans), mastoïdites,  tuberculose , coxalgie tuberculeuse, ostéite tuberculeuse (Spina ventosa, d'un enfant de deux ans) , fluxion de poitrine, paralysie de bras, maladie des yeux incurable (dont enfant de quatre ans et demi devenu aveugle), kératite phlycténucléaire, cataracte, arthrite infectieuse, hydarthrose du genou, péricondite, myocardite, tétanos (cas d'un nourrisson), méningite (enfant de cinq ans), ulcère à l'estomac, entérite aiguë, pneumonie infectieuse, gangrène, fistule.

Les guérisons ont été obtenues après demande d'intercession. Avant la guérison, une augmentation de la douleur s'est souvent fait sentir ; l'état du malade s'aggrave, avec parfois des crises violentes.

À noter que de nombreux témoignages font état de l'inefficacité des prières et neuvaines au Sacré-Cœur de Jésus, à la Vierge Marie, à Notre-Dame de Lourdes, de l'invocation de la Vierge par l'intercession de Thérèse, des médailles du Sacré-Cœur et de l'eau de Lourdes. Mais seulement les prières et  neuvaines à Thérèse de Lisieux, donc une demande à Thérèse seule,  le plus souvent avec placement de pétales de roses, de morceaux d'étoffe ou de linge, de cheveux ayant appartenu à Thérèse ou ayant touché la sœur carmélite sont efficaces ; La venue sur la tombe de Thérèse, le placement ou la présence au chevet du malade d'une image (3), éventuellement attachée à une relique de sœur Thérèse, figurent également dans les témoignages !

« (..) celui qui croit en moi, fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes». (Cf. év. Jean 14,12)

 

(2) (Cf. Histoire d'une âme écrite par elle-même, p. 1* à 105*, Éditions du Carmel)

(3) guérison d'un cas de tuberculose et plusieurs guérisons d'enfants en bas âge.

 

 

"Quelqu'un est-il dans la souffrance ? Qu'il prie. (..) la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera (..)" (Cf. épître Jacques 4,13.15)

 

 IMGP0983

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vitrail représentant Thérèse de Lisieux, église de Fichous-Riumayou (France)

 

 

 

À l'attention des chercheurs

 

Une étude graphologique "Écriture et personnalité de Thérèse Martin", jamais publiée, effectuée à partir de plus de trois cents pages de documents autographes, par l'auteur de ce blog,  est consultable (dépôt en 2002) au Carmel de Lisieux.

La période d'analyse s'étale sur dix-sept années, de l'âge d'environ huit ans aux vingt-quatre ans du scripteur.

Premier chapitre : étude graphologique suivie de la description analytique de la personnalité.

Second chapitre : argumentaire avec plus de sept cents citations du scripteur et environ deux mille témoignages et écrits de personnes ayant connu la Servante de Dieu, sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus.

Troisième chapitre : portrait psychologique suivi d'un classement des traits de personnalité.

Annexes : bibliographie, liste des témoins, index des traits de personnalité, dictionnaire des traits de personnalité, notice biographique du personnage.

En illustrations hors texte : sélection d'autographes et photographies.

 

 

 

« Il y a des saints que nous connaissons parce qu'ils sont plus près de nous, mais rien ne prouve qu'ils soient les plus grands. Ainsi, nous jugeons les étoiles d'après leur distance, mais leur véritable beauté, Dieu seul la connaît.

Certaines qui nous paraissent toutes petites, où même que nous ne voyons pas du tout, sont incomparablement plus belles que celles que nous appelons «de première grandeur» (..) ainsi la sainteté la plus sublime est parfois méprisée (...)» (Thérèse de Lisieux, CSG 162)

 

« Rien ne nous assure que les saints canonisés soient les plus grands. Dieu les a mis en relief pour sa gloire et notre édification, plus que pour eux-mêmes » (Ibid, CSG 162-163) 

 

« Et si les saints revenaient nous dire leur pensée sur ce que l'on a écrit d'eux, on serait bien surpris... Sans doute voueraient-ils souvent qu'ils ne se reconnaissent pas dans le portrait qu'on a tracé de leur âme...» (Ibid, CSG 164)

 

«(..) j'admire et j'envie l'humilité de saint François d'Assise (..)» (Histoire d'une âme écrite par elle-même, Ch. XI, p. 212, Carmel de Lisieux, Libr. St Paul, Paris, 1911)

 

 

Commentaires :

 

"On a souvent appelé Thérèse «la sainte de l'amour». pourtant pourrait-on dire plus justement : la sainte du «sur-amour», c'est à dire de l'espérance qui (..) aspire à un don plus grand encore, infini, définitif : cet amour que seul Dieu peut lui offrir." (Cf. Les mains vides, Conrad de Meester, Éditions du Cerf, 1994)

 

 

Observations :

 

L'Éternel ne se plairait-il pas à vouloir être glorifié  parmi ses serviteurs (1) ;  selon Sa volonté n'aurait-il pas choisi ses saints dont le Fils (parmi les fils) serait la figure emblématique de son Royaume ?

(Cf. év. Jean 14,13-14)«(..) et tout ce que vous demanderez en mon Nom, moi, je le ferai afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quoi que ce soit en mon nom, je le ferai. (..) moi j'intercéderai auprès du père. (..)»

"Père, glorifie ton Nom ! Du ciel vint une voix : « J'ai glorifié et, à nouveau je  glorifierai »." (év. Jean 12,26)

"« Celui qui fait la volonté de mon Père, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère »." (év. Matthieu 12,50)

 

(1) serviteurs du Très-Haut

 

 

Voir aussi, sur ce blog, mon article "les stigmatisés" notamment la partie "l'exemple type de Thérèse de Lisieux".

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-les-stigmatises-stigmates-authentiques-et-supercherie-105490633.html

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue

Partager cet article

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans Serviteurs du Très-Haut
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche