Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 15:39

Commentaires relatifs au texte coranique

 

"Le nouvel essor des études coraniques se fonde d'abord sur l'élargissement notable des sources, qu'elles soient manuscrites, épigraphiques ou, dans une moindre mesure, archéologiques."

(Cf. Le Coran : Nouvelles approches, Mehdi Azaiez, Introduction, III, CNRS Éditions, Paris, 2013)

 

https://books.google.fr/books?id=0-s9AgAAQBAJ&printsec=frontcover&dq=inauthor:%22Mehdi+Azaiez%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjqtJCV-JPOAhWHVhoKHWc6CF4Q6AEIMTAC#v=onepage&q&f=false

 

"Qu'ont-ils à se détourner du Rappel ?" (Coran, 74, 29)

"Nous (les notables mecquois) n'avons pas entendu cela dans la dernière religion (le christianisme) : ce n'est en vérité qu'une pure invention !" (Coran, 38, 7)

"Certes, des messagers avant toi (Muhammad) ont été traités de menteurs. Ils endurèrent alors avec constance d'être traités de menteurs et d'être persécutés, jusqu'à ce que notre secours leur vînt. Et nul ne peut changer les paroles d'Allah, et il t'est déjà parvenu une partie de l'histoire des Envoyés." (Kur'an 6, 34)

"Croyez-vous donc en une partie du Livre (al-Kitab) et rejetez-vous le reste ? Ceux d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans cette vie (..) ils seront refoulés au plus dur châtiment (..)" (Coran 2, 85)

 

 

1° Sur des parties censurées du Coran originel :

 

Les scribes n'auraient-ils pas procédé à des purges, des remaniements, voire des censures ?

 

Il semblerait bien qu'un certain nombre de coupures ont été effectuées dans le texte coranique dont certaines datent d'avant le califat de ʻUthmân (1).

En effet, plusieurs sourates et quelques versets "n'ont finalement pas été incorporés dans la version finale du Coran (...) Jusqu'au IVe/Xe siècle (de l'hégire), nombre de chiites (2) proclamaient que la version officialisée du Coran était une version massivement censurée et falsifiée de la véritable révélation faite à Mahomet. De surcroît, ils rapportaient dans leurs sources des citations coraniques qui ne figurent pas dans la vulgate [mus'af] ʻUthmânienne."

Il y aurait donc des "textes manquants" ! 

(cf. Dictionnaire du Coran, Mohammed Ali Amir-Moezzi, p. XXVI Éditions Robert Laffont, Paris 2007)

 

"Le Coran originel intégral est près de trois fois plus volumineux que la vulgate officielle. La majorité des Compagnons, Abû Bakr et ʻUmar (3) ― les deux premiers califes ― en tête, rejetèrent ce texte et mirent au point un texte falsifié, puisque amputé de ses parties les plus importantes.

Selon les traditions chiites, cette Révélation originelle contenait en effet un grand nombre de versets dans lesquels ʻAli (4) et les descendants (5) du Prophète  ― notamment Fâtima et les imâms étaient nommément cités comme des modèles et des guides par excellence de la communauté.

D'autres versets, tout aussi nombreux, dénonçaient explicitement les hommes puissants de la tribu de Quraysh et leur traîtrise à l'égard de Mahomet, de son Livre et de sa religion.

En conséquence, "les musulmans devront se contenter de la version censurée et déformée de la vulgate ʻUthmânienne, version issue de la trahison des Compagnons qui signèrent, par leur orgueil impie, la déchéance de la communauté dans sa majorité, en écartant ʻAli de la succession du Prophète et en amputant le Livre de ce qu'il avait de plus profond." (Ibid p.161)

 

(1) ʻUthmân ibn ʻAffân

(2) Les Alides

(3)  ʻUmar ibn al-Kattâb, second calife

(4) ʻAli ibn Abî Tâlib

(5) ses petits-fils al-Hasan et al-Husayn 

 

Pourtant, le Coran affirme, en 6, 38 : "(..) nous n'avons rien omis d'écrire dans le Livre (..)", et en 12, 111 : "Ce n'est point là un récit fabriqué (..) c'est au contraire (..) un exposé détaillé de toutes choses" !

 

" (..) des copies (du Coran) remontant à la seconde moitié du 1er/VIIe siècle ont été conservées ; aucune n'est complète, et dans bien des cas il s'agit seulement de fragments. (..) Copiés essentiellement sur des papyrus, dans un style d'écriture que l'on pris d'habitude d'appeler hijârî par référence au hidjaz, la Région où se trouvent La Mecque et Médine, ces corans se signalent par l'absence de signes diacritiques et par une orthographe du rasm, ou «squelette consonantique», défectueuse par rapport à l'usage moderne. Ces différentes lacunes invitent à penser qu'il n'était pas possible à cette époque de préserver par écrit de manière satisfaisante l'intégrité du texte coranique, même si la Tradition attribue au calife ʻUthmân un tel dessin". (Ibid p.524)

 

Par ailleurs, "mis à part les problèmes posés par la tradition textuelle islamique, quelques éléments internes au texte coranique n'ont cessé également de poser question aux orientalistes. Par exemple, les mots et expressions restés souvent énigmatiques, non seulement pour les spécialistes modernes mais déjà pour les savants musulmans médiévaux sont les commentaires aussi nombreux que contradictoires ― parfois chez un seul et unique auteur  ― illustrent les hésitations voire l'ignorance pure et simple".

(cf. Dictionnaire du Coran, Mohammed Ali Amir-Moezzi, p. XX-XXI, Édition Robert Laffont, Paris 2007)

 

"Dès lors, rien dans cette histoire ne permet d'affirmer avec certitude que l'événement du discours coranique fut transposé scrupuleusement et dans sa totalité dans le texte que nous connaissons actuellement." (Cf. Le Contre-discours coranique, Mehdi Azaiez, Berlin, Paris, 2015)

 

https://books.google.fr/books?id=aaAoCQAAQBAJ&pg=PA133&lpg=PA133&dq=le+coran+n%27est+pas+un+rappel&source=bl&ots=8PTr4Op6Ni&sig=s0N8J93gGAMIJ8dU0bF4ho42gfE&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiI-oGE9ZPOAhXGcBoKHekGCZMQ6AEIKDAC#v=onepage&q=le%20coran%20n'est%20pas%20un%20rappel&f=false

 

2° Sur les parties ajoutées du Coran originel. Les versets et sourates apocryphes :

 

Si des versets ont bel et bien été censurés ou falsifiés, des passages de la Vulgate n'auraient-ils pas été ajoutés au Coran originel ?

Voici les principaux versets 

La première (al-fatiha "l'ouvrante") ainsi que les deux dernières sourates (al-falaq "l'aube", al-nas "les hommes") du Coran qui sont des prières liturgiques. Abdullah ibn Masʻud critiqua la présence de ces trois sourates dans la Vulgate ʻUthmânienne. Au sujet de Masʻud, veuillez cliquer sur le lien suivant :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-verite-sur-le-coran-et-sur-l-alcoran-suite-117813179.html

 

De nombreux versets dans les sourates 2 (al-baqara "la vache") (a), 9 (At-Tawbah "Le repentir") (b), 18 (al-kahf "la caverne") (c), 47 (Muhammad) (d), en raison de leurs contenus respectifs qui sont pour le moins douteux.

 

Dans la sourate 3 (al-'Imran "La famille d'Imran"), le verset 48 relatif à l'enseignement de l'Évangile au prophète Isaʼ (Jésus), alors que les Évangiles ont été composés bien après sa mort, et qu'ils sont émaillés de contradictions et d'erreurs ! 

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-verite-sur-la-bible-suite-3-sur-les-contradictions-du-nouveau-testament-119942183.html

Dans la sourate 3 (al-'Imran "La famille d'Imran") les versets 127, 131 et 141, 176-178, 180-181, 188 relatifs à l'anéantissement des mécréants et à l'atrocité du châtiment qu'il leur est réservé.

Par ailleurs, le verset 50 de la sourate 3 (al 'Imran "La famille d'Imran") est en totale contradiction avec les versets 17 et 18 du chapitre 5 de l'Évangile selon Matthieu. En effet, dans le Coran, il est écrit, en 3, 50 : "Et je confirme ce qu'il y a dans la Torah révélée, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit", alors que dans l'Évangile selon Matthieu, en 5, 17-19, il est mentionné : "Ne croyez pas que je suis venu abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de la loi, jusqu'à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l'un des plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux (..)".

Au sujet des contradictions entre le Nouveau Testament et le Coran, voir la partie "annexes" à la fin de l'article suivant :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/08/les-contradictions-entre-la-bible-hebraique-et-le-coran.html

 

Dans la sourate 4 (an-nisaʼ "les femmes"), le verset 157 relatif à l'affirmation de la non crucifixion d'Isaʼ (Jésus), alors que cet événement fut relaté par l'historien Flavius Joseph dans Antiquités judaïques, les versets 3, 11, 24, 25 et 34 relatifs à la condition de la femme (e), et les versets 89, 91, 101 et 151 sur le discours d'incitation au meurtre des mécréants, "l'ennemi déclaré", et à l'atrocité du châtiment qu'il leur est promis.

 

Le verset 33 de la sourate 5 (Al-Ma'idah "La table servie"), pour appel au meurtre et à la mutilation des mécréants, ainsi que pour l'atrocité du châtiment qu'il leur est promis.

 

Le verset 38 de la sourate 6 (Al-An'am "Les bestiaux") où il est écrit : "(..) Nous n'avons rien omis d'écrire dans le Livre (al-Kitab) (..)".

 

Les versets 17 et 18, 35 à 37, 39 et 60 de la sourate 8 (Al-Anfal "Le butin") sur la justification divine de l'appel au meurtre des mécréants, ainsi que pour l'atrocité du châtiment qu'il leur est promis.

 

Dans la sourate 10 (Yunus "Jonas"), les versets 4 et 8 relatifs à l'atrocité du châtiment qui sera infligé aux mécréants.

 

La sourate 12 (Yusuf "Joseph"), qui semble être une version romanesque de l'histoire de Joseph, un mauvais résumé des chapitres 39 à 45 de la Genèse, premier livre de la Torah. Les citations que l'on y trouve sont toutes erronées. Cette sourate est en réalité une fabulation destinée à séduire ses auditeurs ! Les Kharijites (les Muhakkima) furent les premiers à s'offusquer de la présence de cette sourate dans la Révélation, en dénonçant les écrits mensongers qu'elle contient.

 

Dans la sourate 16 (An-Nahl "Les abeilles", les versets 71, 75 et 76 relatifs à l'esclavage : "Allah a favorisé les uns d'entre vous par rapport aux autres (..) Ceux qui ont été favorisés ne sont nullement disposés à donner leur portion à ceux [les esclaves] qu'ils possèdent de plein droit (..)" ; "Allah propose en parabole un esclave appartenant, dépourvu de tout pouvoir, et un homme à qui nous avons accordé de notre part une bonne rétribution (..). Sont-ils égaux ? Louange à Allah ! (..)" ; "Et Allah propose en parabole deux hommes : l'un est muet, dépourvu de tout pouvoir et totalement à la charge de son maître ; quelque lieu où celui-ci l'envoie, il ne rapporte rien de bon. Serait-il l'égal de celui qui ordonne la justice et qui est sur le droit chemin ?".

 

Dans la sourate 17 (Al-Isra "Le voyage nocturne"), le verset 1 au contenu imaginaire, les versets apocryphes 8 et 10 relatifs à l'atrocité du châtiment qui sera infligé aux mécréants, ainsi que les versets 17, 58 pour la violence des propos tenus : "Que de générations avons-nous exterminées (..)" ; "Il n'est point de cité [injuste] que nous ne fassions périr (..) ou que nous punissions d'un dur châtiment. C'est bien tracé dans le Livre".

 

Le verset 6 de la sourate 23 (Al-mu'minum "Les croyants") : "(..) si ce n'est avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils [les croyants] possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer(..)".

 

Le verset 31 de la sourate 24 (An-Nûr "La lumière") relatif à la condition de la femme.

 

Les versets 6, 21, 40, 50 et 52 de la sourate 33 (al-ahzab "les coalisés") relatifs aux droits exorbitants (f) accordés au Prophète.

 

Le verset 5 de la sourate 62 (Al-jumu'a "Le vendredi") pour dénigrement des Juifs rabbiniques.

 

Le verset 10 de la sourate 66 (At-Tahrim "L'interdiction") relatif à la condition de la femme : "(..) la femme de Noé et la femme de Lot. Elles étaient toutes les deux sous l'autorité de deux vertueux de nos serviteurs. (..)".

 

La sourate 107 (Al-Ma'ûn "L'ustensile") relative à "celui qui traite de mensonge la rétribution" et "à ceux qui prient tout en négligeant leur Salât (prière islamique)".

 

La sourate 111, (al-masad "la corde"), relative à Abu Lahab et à sa femme, pour la fureur meurtrière qui émane de ses versets.

 

a) sourate 2. En particulier, les versets 85, 89-90, 161, 171, 191, 193, 216-217, 244, 254, 286 relatifs au dénigrement des mécréants, à l'atrocité du châtiment qui leur est réservé, et à l'exhortation à l'appel au meurtre des infidèles, ainsi que les versets 223 et 228 relatifs à la condition de la femme..

Pour exemples, en 2, 85 : "Croyez-vous donc en une partie du Livre (al-Kitab) et rejetez-vous le reste ? Ceux d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans cette vie (..) ils seront refoulés au plus dur châtiment (..)", et en 2, 228 : (...) les hommes.ont cependant une prédominance sur elles [les femmes](..)". 

b) sourate 9. En particulier, les versets 3, 5, 29, 39, 73-74 pour diffamation des non-croyants et appel au meurtre, ainsi que pour incitation à combattre avec rudesse les mécréants, sous peine de recevoir un châtiment douloureux. 

c) sourate 18. En particulier, le verset 29 relatif à l'atrocité du châtiment qui sera infligé aux mécréants.

d) sourate 47, au verset 2 : "(..) ce qui a été descendu sur Muhammad - et c'est la vérité venant de leur Seigneur - (..)", et au verset 35, pour incitation à la guerre contre les mécréants.

e) Par exemple, en 4, 34 : "Les hommes ont autorité sur les femmes (ar-rijalu qawwamuna 'ala an-nisa'), en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci (..) Les femmes vertueuses sont obéissantes (..) Et quand à celles dont vous craignez la désobéissance (..) frappez-les (..)".

Autre exemple, en 4, 11 : "(..) au fils, une part équivalente à celle de deux filles (..)".

f) Par exemple, en 33, 6 : "Le Prophète a plus de droits sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes, et ses épouses sont leurs mères" et en 33, 50 : "Ô prophète ! Nous avons rendu licite pour toi tes épouses (..) les captives qu'Allah t'a données par le fait du Jihad, ainsi que les filles de tes oncles (..) de tes tantes (..) comme toute femme croyante qui fait don de sa pesonne au Prophète, si celui-ci veut la prendre pour femme. C'est là pour toi un privilège auquel les croyants sont exclus (..)".

Autre exemples, en 33, 21 : "(..) vous avez dans le messager d'Allah un excellent modèle (..)", et en 33, 40 : (..) le dernier des prophètes".

 

 

Tout comme les lois de la nature, la parole de Dieu est immuable ; elle ne varie pas au fil des siècles ! Dieu, l'Unique, le Véritable, indique le droit chemin, et ses commandements demeurent à jamais.

Certains se sont détournés du vrai Rappel, afin d'égarer les hommes, hors du chemin de Dieu.

 

Commentaires sur la sourate 2 (La vache) parsemée d'injures contre les Juifs :

 

"L'espoir de Mahomet fut déçu : la plupart des Juifs déclinèrent ses avances. Alors la sympathie du Prophète se transforma en haine et il devint leur adversaire acharné. « Maintenant, un livre d'Allah vous est offert pour confirmer la révélation (1) que vous avez reçue naguère, et vous la repoussez... Puisse la malédiction d'Allah tomber sur les incroyants !...»" (Cf. Vingt siècles d'histoire du peuple juif, Werner Keller, p. 125, Éd. Arthaud, Bellegarde, 1971)

"Les Juifs qui n'avaient pas été tués au combat, bannis ou torturés à mort, étaient dépouillés de leurs biens et accablés de lourds tribus. Leurs plantations et leurs palmeraies étaient détruites... Douze ans exactement après la chute de Khaybar, le calife Omar (2) chassa définitivement d'Arabie les quelques communautés survivantes et distribua leurs terres à ses soldats." (Cf. Ibid. p 126)

(1) la Torah (Tawrâh) 

(2) Omar ibn al-khattab

 

Dans "La vache", comme dans beaucoup de sourates "révélées" à Médine, les scribes ont distillé des propos haineux envers les mécréants. Ils ont imposé leurs dogmes par la force à l'appui de thèses inspiratrices de terreur religieuse . Ils ont altéré sciemment la parole de Dieu !

Combien de crimes au nom d'Allah !!  

 

 

Commentaires généraux :

 

"Mahomet dans ses premiers combats en Arabie contre les ennemis de son imposture, faisait tuer sans miséricorde ses compatriotes réticents. Il n'était pas assez puissant pour laisser vivre ceux qui pouvaient détruire sa religion naissante (..) le législateur des musulmans, homme puissant et terrible, établit ses dogmes par son courage et par ses armes." (Cf. Œuvres complètes de VoltaireEssai sur les mœurs, tome troisième, ch. VII, p. 100, cher Furner Libraire-Éditeur, Paris, 1835)

 

Sur "la nécessité urgente de purger le Coran de tous les versets incitant au meurtre" par Soufiane Zitouni, professeur de philisophie : 

https://books.google.fr/books?id=nCKrCwAAQBAJ&pg=PT148&lpg=PT148&dq=purger+coran&source=bl&ots=1CpMkw6i8j&sig=HKVpSiTmc828VMB7ScNuXMSkL7U&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwivuvCz04fOAhWBJcAKHV5_BiQQ6AEIKTAC#v=onepage&q=purger%20coran&f=false

 

"L'erreur et l'ignorance sont la cause unique des malheurs du genre humain, et les erreurs superstitieuses sont les plus funestes, parce qu'elles trompent toutes les sources de la raison, et que leur fatal enthousiasme instruit à commettre le crime sans remords". (Cf. Condorcet, , Œuvres complètes de VoltaireVie de Voltaire, p. 58, cher Furner Libraire-Éditeur, Paris, 1835)

 

3° Le véritable Coran originel

 

IMGP2591

 

Certaines sourates, parmi les quatre-vingt-six (1) qui furent révélées, selon la tradition, à La Mecque, ne seraient-elles pas le véritable Coran, fruit de la lumière divine, la véritable Lumière (2) ? En effet, leurs versets, à l'exception des nombreux versets mensongers ou imaginaires qui y furent ajoutés, respirent la tolérance dans un élan spirituel qui prône la paix !

 

En revanche, la plupart des versets contenus dans les sourates médinoises (3) paraissent être ni plus ni moins que des impostures inventées par un faux prophète qui s'érigea en maître dogmatique pour mieux tromper son auditoire. En vérité, les sourates médinoises sont des fables composées par des scribes dévoyéshabiles dans l'art de trahir, et si peu scrupuleux qu'ils s'évertuèrent à élever le mensonge au rang de vertu.

Enfermés dans leurs certitudes, ils ont asséné leurs croyances trompeuses comme des vérités intangibles !

Il convient de douter de la véracité des versets qui dénigrent systématiquement les individus qui n'ont pas voulu embrasser "la Religion" (l'Islam), et de lutter contre tout propos qui inciterait à la haine religieuse.

Par exemple, dans la sourate "La vache", en 2, 89-90, il est écrit : "Et quand vint de Dieu un Livre confirmant celui qu'ils avaient déjà (..) ils refusèrent d'y croire. Que la malédiction de Dieu soit avec les mécréants. (..) Ils ne croient pas ce que Dieu a fait descendre (..)"

 

L'islamisme est une idéologie totalitaire qui repose principalement sur les bases des sourates médinoises.

Compte tenu de l'incohérence manifeste du discours, il est donc nécessaire d'avoir une vision critique du Coran, en particulier relativement aux sourates médinoises qui sont très critiquables.

En conséquence, l'idéologie islamiste, en affirmant que tous les versets du Coran sont la parole de Dieu, ne tromperait-elle pas les vrais croyants, ne manipulerait-elle pas ceux qui recherchent la vérité ?

 

(1) Les sourates mecquoises du Coran actuel sont les suivantes :

1, 6, 7, 10, 11, 1214, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 23, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 50, 51, 52, 53, 54, 56, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 111, 112, 113, 114.

Les sourates numérotées en rouge seraient inauthentiques, soit 76 chapitres sur 86 ! Parmi les dix sourates numérotées en noir, un ou plusieurs versets seraient véritables :

sourate 6 (5 versets), sourate 29 (5 versets), sourate 23 (4 versets), sourate 30 (4 versets), sourate 7 (3 versets), sourate 10 (2 versets), sourate 16 (2 versets), sourate 11 (1 verset), sourate 31 (1 verset), sourate 14 (1 verset), soit 30 versets.

 

Il convient de noter que trente-cinq sourates mecquoises comportent un ou plusieurs versets dont l'origine serait médinoise ! Par exemple, les versets 10, 11 et 20 de la sourate 73.

 

(2) à moins qu'il ne s'agisse ici d'une révélation qui émanerait d'un esprit trompeur déguisé en ange de lumière, qui aveugle par l'apparence de sainteté et de dévotion et nous empêche ainsi de le fuir. En effet, les nombreuses contradictions qui apparaissent après la comparaison entre les différentes sourates mecquoises permettent d'émettre un sérieux doute quant à leur authenticité. La partie mecquoise du Coran ne serait-elle pas, à l'instar de la partie médinoise, une imposture où les scribes ont habilement ériger le mensonge en vérité ?

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/les-contradictions-entre-les-sourates-mecquoises.html

 

(3) Les vingt-huit sourates médinoises du Coran actuel sont les suivantes :

2, 3, 4, 5, 8, 9, 13, 22, 24, 33, 47, 48, 49, 55, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 76, 98, 99, 110 

 

 

Au sujet de la réorganisation des sourates, et sur la manipulation du texte coranique en général, voir les pages 63, 67-68 du livre Le Grand Secret de l'Islam, par Olaf, Paris, 2015, à l'aide du lien suivant :

https://fr.scribd.com/doc/243467849/Le-grand-secret-de-l-islam#fullscreen

 

Commentaires :

 

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2015/05/21/islam-behery-et-la-crise-de-lislam-par-helios-dalexandrie/

 

"On ne peut nier que les premières apparitions de son génie prophétique ne soient empreintes d'un grand caractère de sainteté" (Cf. Études d'histoire religieuse, Ernest Renan, p.255, Michel Lévy Frères, Libraires Éditeurs, Paris, 1858)

 

"Il est de l'intérêt du genre humain d'examiner si la religion doit être charitable ou barbare." (Cf. Traité sur la Tolérance, Voltaire, chap I, p. 18, 1763)

 

"Il en va de la déformation d'un texte comme d'un meurtre. Le difficile n'est pas d'exécuter l'acte, mais d'en éliminer les traces." (Cf.  L'homme Moïse et la religion monothéiste, Sigmund Freud, p.115)

 

"Je crois que critiquer l'islam n'est pas seulement un droit de l'homme, mais également un devoir de l'homme". (Hamed Abdel-Samad, Conférence Adhoc du 18/11/2016 à Rome)

 

L'islamisme est une idéologie totalitaire qui permet de justifier les actes meurtriers les plus monstrueux envers ceux qui ne veulent pas partager les mêmes croyances.

 

Le dessein de Dieu ne vise pas à diviser, mais à rassembler ! Quiconque contribue à diviser les peuples sert Satan appelé le Malin, le Diviseur, le Menteur.

Ainsi parle le Juste :

Je ne laisserai pas salir mes prophètes.

Car mon Nom est saint et ma parole est vérité !

 

ولا غالب إلا الله  Wa la ghaliba illa Allah (Il n'y a pas d'autre vainqueur que Dieu !)

 

 

Article dédié à محمود محمد طه  Mahmoud Muhammad Taha, théologien musulman exécuté au Soudan en 1985 pour apostasie.

 

 

Articles complémentaires

"Les erreurs, les mensonges et les fables du Coran" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/09/les-erreurs-les-mensonges-et-les-fables-du-coran.html

 

"Les récits imaginaires du Coran" : 

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/les-fables-et-les-incongruites-du-coran.html

 

- Le Coran réformé : les versets authentiques

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/le-coran-reforme-les-versets-authentiques.html

 

 

IMGP3196

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans sur la vérité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche