Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:19

 

Prière "Notre Père" enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples

(Cf. Évangile selon Matthieu 6,9-13)

 

        

Abba ! Père !

 

"Voici donc comment vous devez prier :

 

 

Notre Père qui es aux Cieux ! (1)

 

Que ton saint Nom soit révéré, (2)

Et que survienne  ton Règne ! (3)

Que ta volonté s'accomplisse (4)

Sur la Terre tout comme au Ciel. (4')

 

Donne-nous ce jour notre Pain ! (5)

Et pardonne-nous nos offenses, (6)

Comme nous pardonnons aussi (6')

À ceux qui sont nos débiteurs. (7)

 

Ne nous laisse pas à l'Épreuve, (8)

Mais délivre-nous du Mauvais.  (9)

 

 

 

IMGP2056.JPG

 

 

Car, c'est à toi que reviennent

Dans tous les siècles, le Règne,

Et la puissance, et la gloire. (10)

C'est vrai, il en est bien ainsi, (11)

Pour les siècles des siècles" (12)

 

 

Synthèse des textes araméens et grecs,

par Pascal Bourdaloue

 

    —

 

Le "notre Père" en Español  (Espagnol) :

 

La oración de Jesúcristo

 

 

Padre nuestro que estás en los Cielos ! (1)

 

(Que) sea sanctificado tu Nombre,  (2)

Y (que) sobrevenga tu Reino !  (3)

(Que) sea hecha tu voluntad, (4)

En la Tierra, al igual que en el Cielo !

 

Danos este día nuestro Pan !  (5)

Y perdonanos nuestras ofensas,  (6)

Como también nosotros perdonamos

A los que están nuestros deudores. (7)

 

No nos dejes [caer] a Prueba, (8)

Sino libranos del Maligno ! (9)

 

 

Porque tuyo que corresponde

En todos los siglos, el Reino,

Y el potencia, y la gloria.  (10)

 

Es cierto, así estás bien,  (11)

Por los siglos de los siglos. (12)

 

traduction Pascal Boudaloue

 

La prière ‹ téfilah› "notre Père"  אבינו ‹ Avinou › en hébreu phonétique

 

    

Avinou ché ba chamayim !  (1*)

 

Yitqadach chémékha,  (2) (2')

Vé tavo Malkhoutekha ;  (3)

Ye'aséh rétsonékha,  (4)

Haarets bara ka'asher ba chamayim.

 

Ten lanou  ha(i)yom èt léhemnou  !  (5)

Vé séla'h lanou èt ashmaténou , (6*)

Ka'acher ma'halnou gam

Ana'hnou la‘hayavéynou. (7)

 

Véal téviénou lidé nissayon, (8)

Ki im hatsilénou min hara'a ! (9)

 

 

Ki lékha hamamlakha(h),

Véhagvourah, véhatiféret, (10)

Lé‘olméy ‘olamim amén.

 

IMGP2639

 

Une version de אבינו <Avinou> (Notre Père) en caractères hébraïques, versets 9-13.

 

 

(1*) ‹ avinou › = ‹ avynou ›

(2') "Yitqadach(e)" = Yit(e)qadech ; "chémékha = shémékha

(3') malkhoutekha = malkhoutékha
     

 

Ci-dessous une version (incomplète) du  "notre Père" en Hébreu :

(en gros caractères)

 

 

verset  6,9


'אָבִינוּ   שֶׁבַּשָּׁמַיִם , יִתְקַדֵּשׁ שִׁמְךָ

 

chim(e)kha     yitqadech    ,       chemayim / ba / ché            Avinou

 

   ton Nom         sanctifié           Cieux  aux  qui                   ( Notre Père)

 

 

verset 6,10 (partiel)

 

תָּבוֹא   מַלְכוּתְךָ , יֵעָשֶׂה  רְצ וֹנְךָ

 

rétsonékha                     yé'aséh                     Malkhoutékha                           tavo

      

( ta volonté)              (soit faite) (se fasse)          (ton règne)                             (vienne)

 

                                                                                                 

 —

Le "notre Père" en Araméen contemporain

 

Chant du "Notre père" en araméen :

http://www.dailymotion.com/video/x2waxkl

 

Une version en araméen sans vocalisation :

 

ܗܟܢܐ ܗܟܝܠ ܨܠܘ ܐܢܬܘܢ ܐܒܘܢ ܕܒܫܡܝܐ ܢܬܩܕܫ ܫܡܟ

 

ܬܐܬܐ ܡܠܟܘܬܟ ܢܗܘܐ ܨܒܝܢܟ ܐܝܟܢܐ ܕܒܫܡܝܐ ܐܦ ܒܐܪܥܐ

 

 ܗܒ ܠܢ ܠܚܡܐ ܕܤܘܢܩܢܢ ܝܘܡܢܐ

 

ܘܫܒܘܩ ܠܢ ܚܘܒܝܢ ܐܝܟܢܐ ܕܐܦ ܚܢܢ ܫܒܩܢ ܠܚܝܒܝܢ

 

ܘܠܐ ܬܥܠܢ ܠܢܤܝܘܢܐ ܐܠܐ ܦܨܢ ܡܢ ܒܝܫܐ ܡܛܠ ܕܕܝܠܟ ܗܝ ܡܠܟܘܬܐ ܘܚܝܠܐ ܘܬܫܒܘܚܬܐ ܠܥܠܡ ܥܠܡܝܢ

 

Ci-dessous, le "notre Père" en Araméen (transcription phonétique) la langue de Yéchou'a.

Nota Bene : dans la vidéo placée en haut de page, le texte en araméen qui figure en haut de l'image est identique au texte araméen écrit ci-dessus, à l'exception du dernier mot  ‹ amiyn ›. Mais des erreurs figurent dans la transcription phonétique située an bas des images vidéo !

En revanche de très belles sonorités qu'elles soient instrumentales ou vocales ! Notez bien cependant que l'araméen présente de nombreuses variantes dans la vocalisation, comme vous pourrez le constatez  (voir les renvois) dans une transcription que je propose à votre lecture :

 

’aboun d-bachmaya (1)

 

nètqadach chmakh (2)

ti(ê)tè malkhoutakh (2')

nèhwè tsèbyanakh ’aykhana d-bachmaya ap ba-ar‘a

 

hav lan la’hma d(é)-sounqanan yawmana (3)

wachbouq lan ’hawbayn (wathahayn) (4)

’aykhana d-’ap ’hnan chvaqn l-hayabayn

 

w-la ta’lan l(e)nesyouna (5)

ela patsan men biycha. (5')

 

doxologie :

 

mèthoul d-diylakh (hi) malkhoutha

w-hayla w-t(h)echboutha

la‘alam ‘almiyn (amiyn) (6)

 

(1) = ‹ aboun dibéchmaya › = ‹ aboun débachmaya

(2) = ytqadach chémakh = nitqadach chimkha

(2') un [’ain) prononcé "ê" dans la vidéo

(3) ‹ hav › ou ‹ hab › qui signifie [apporte]

(4) ‹ wathahayn › [péchés]  ne figure pas dans le texte araméen ci-dessus, alors qu'il se trouve dans les paroles chantées de la vidéo.

(5) ‹ta‘lan› la traduction est ici  "nous (fais) entrer" ou "nous (fais) venir"

(5') [patsan] second mot de la cinquième ligne comprend un "ssadé" araméen (en milieu de mot) qui se prononce "ts"

  (6) [amiyn] a été ajouté dans la vidéo

 

IMGP2397

 

Vitrail représentant Jésus de Nazareth dans l'église St-Pierre à Limoges

 

 

 

 

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le "notre père" ‹ ’abânâ › en Arabe phonétique

    

(d'après la version Van Dyke -1856-)

 

 

 

’Abânâ alladhî fi as-samawât-i !

 

Liyataqaddas ismuka,

Liya’ti malukûtuka !

Litakun machî 'atuka

Kama (hîa) fi as-samâ’i kadhâlika ‘ala al’ardi .

 

A‘tinâ  khubzana  kula yawm !

Wa-aghfir lanâ dhunûbanâ ,

  Kamâ naghfiru nahru aydan

Lilmudhnibîna ’ilaynâ.

 

(Wa) lâ tudkilnâ fî tajribatin (1)

Lakin najjinâ mina al-chirrîri !

 

L’ anna laka almulka wa-alqûwata wa-almajda ,

’ilâ' al’anadi .

 [ ’âmîn .]

 

(1) Il s'agit de "l'épreuve"  [al-mihna] et non la tentation"  [al-fitna]

 

transcription Pascal Bourdaloue (texte en cours de vérification)

 

 

Le "notre Père"  أَبَانَا en Arabe

 

 

فَصَلُّوا أَنْتُمْ مِثْلَ هَذِهِ الصَّلاَةِ

 

أَبَانَا الَّذِي فِي السَّمَاوَاتِ، لِيَتَقَدَّسِ اسْمُكَ

لِيَأْتِ مَلَكُوتُكَ لِتَكُنْ مَشِيئَتُكَ عَلَى الأَرْضِ كَمَا هِيَ فِي السَّمَاءِ

خُبْزَنَا كَفَافَنَا أَعْطِنَا الْيَوْمَ

وَاغْفِرْ لَنَا ذُنُوبَنَا، كَمَا نَغْفِرُ نَحْنُ لِلْمُذْنِبِينَ إِلَيْنَا

 

 

وَلاَ تُدْخِلْنَا فِي تَجْرِبَةٍ، لَكِنْ نَجِّنَا مِنَ الشِّرِّيرِ

 

  
 doxologie

  
فَلَكَ المَلَكُوتُ وَ الجَبَرُوتُ وَ المَجْدُ أَبَداً

 

 

 

Une autre version du "notre Père" en Arabe :

 

 

فَصَلُّوا أَنْتُمْ مِثْلَ هَذِهِ الصَّلاَةِ:

 

 

 أَبَانَا الَّذِي فِي السَّمَاوَاتِ  لِيَتَقَدَّسِ اسْمُكَ

 

 

لِيَأْتِ مَلَكُوتُكَ! لِتَكُنْ مَشِيئَتُكَ عَلَى الأَرْضِ كَمَا هِيَ فِي السَّمَاءِ

 

 

خُبْزَنَا كَفَافَنَا أَعْطِنَا الْيَوْمَ

 

 

 

 

IMGP2658

 

Extrait de l'Évangile selon Matthieu, Bible Turque, écrite en Arabe, qui fut utilisée dans l'ancien Empire Ottoman.

 

 

IMGP2660

 

Extrait de l'Évangile selon Matthieu, idem

 

 

Le "notre père" en italien (Italiano)

 

 

Padre nostro, che sei ne Cieli !

Sia sancticato il tuo Nome,

E il tuo Regno venga  !

La tua volontà si compia,

In Terra  tutto come in Cielo.

Daci oggi il nostro Pane !

E perdonici i nostri ofensi,

Come noi anchora perdoniamo

Ad  coeli che sono nostri debitori.

E non lasci [perderer] a Prova

Ma liberaci dal Maligno !

 

 

Perché a te appartengono,

In tutti i secoli, il Regno,

E la potenza, e la gloria.

C'è vero, [egli] ne è bene così,

Per gli secoli dei secoli.

 

traduction Pascal Bourdaloue

 

 

Le "notre Père" en allemand (Deutsch)

(vérification de la traduction en cours)

 

"Darum sollt ihr also beten" :

 

Die Gebet Jesus Christus

 

Unser Vater [welch) in den Himmel !

 

(möge) Sich geheiligt Name dein,

Und (möge) entrete ein Reich dein ;

(möge) geschehe wille dein,

Auf die Erden, ganz wie im Himmel.

 

Gebt uns Brot unser diese tag !

Und vergib uns unsere sünden,

Wie auch wir vergeben auch

In diejenigen unseren schuldnern.

 

Nicht lasse [fallen] uns in Probe,

Sondern erlös uns der Böse.

 

 

Denn, dein ist,

In Ewigkeit, das Reich

(Und) die kraft, und die Berûhmtheit.

 

Its wahr, its sehr so,

Von Ewigkeit zu Ewigkeit.

 

traduction Pascal Bourdaloue

 

Le "notre Père en anglais (English)

 

The prayer of Jesus Christus : the Lord's prayer

 

 

Our Father who are in the Heavens !

 

May your holy Name be revered,

May your Kingdom happen ;

May your will be done,

On Earth just as in Heaven.

 

Give us our Bread this day !

And forgive us our offenses,  (6')

As we forgive also

Those who are our debtors.

 

Do not leave us to the Trial,

But deliver us from the Evil one !

 

 

Because, the Kingdom (and) the power,

And the glory belong to you for ever.

 

It is true, so it is,

Forever and ever.

 

(6') "forgive" = "remit"

 

traduction Pascal Bourdaloue

 

Le "Notre Père" en portugais (Português)

 

 

Pai nosso que estás em Céus !

(que) Seja sanctificado  o vosso Nome,

E (que) sobrevenga o vosso Reino ;

(que) Seja feita a vossa vontade,

Na Terra tudo como no Céu.

 

Nos dai este dia o Pão nosso   !

Perdoe as nossas ofensas,

Como nós perdoamos também

A estes (quem) somos os nossos devedores.

 

Nâo nos deixei [cair],

Mas livra-nos do Maligno !

 

 

Porque teu (que) pertençam

Em todos os séculos, o Reino

(E) o poder, e a gloria.

 

É verdade, é bem assim,

Por séculos e séculos.

 

traduction Pascal Bourdaloue

  —

 

 

(1) Cf. Matthieu 16,17 ; 18,10.19 : "«(..) mon Père qui est dans les cieux.»"

Cf. Qaddich 18 : "devant leur Père qui est au ciel, (..)"

(1*) Chamayim, cieux, de l'araméen "Shamayin".

 

(2) = Que ton Nom soit sanctifié

célébré = honoré = glorifié = magnifié = exalté = loué

traduit du grec "αγιασθη", de "αγιαζω" qui signifie "sanctifier", "consacrer comme saint".

"sanctifié" dans le sens d'attribuer au Nom un caractère sacré et le placer ainsi au-dessus de tout.

Cf. Qaddich 1 : "Magnifié et sanctifié soit le Grand Nom"

 

(3) = Et à jamais que soit ton Règne !

= Que ton Règne soit éternel = Fais venir ton Règne à jamais

"à jamais" = maintenu (pour toujours)

"Règne" traduit de l'araméen "Malkoutâ" (mal-ku-tha) qui signifie aussi "Royaume", "Règle"

et du grec "βασιλε(ι)α" (basileia), royauté, royaume.

Cf. Qaddich  3 : "et puisse-t-il établir son Royaume"

 

(4) = "Et que ta volonté soit faite"

= "Et que ta volonté se fasse"

"volonté" traduit du grec "θελημα"

Cf. Matthieu 26,42 : "« Mon Père (...) que ta volonté soit faite »"

Cf. Qaddich 2 : "dans le monde qu'Il a créé selon Sa volonté"

Cf. Prière (juive) du matin : "(..) telle puisse être ta volonté, Seigneur (..)"

 

(4') = "comme au ciel, ainsi sur la terre"

 

(5) Autrement dit : "Donne-nous aujourd'hui le pain / supersubstantiel de notre âme

En effet, il s'agit du pain supersubstantiel qui nourrit l'âme. Cf. Év. Jean 6,32 : "(...) mon Père vous donne le vrai pain du ciel (...) celui qui donne la vie au monde"

 

(6)= Et efface nos transgressions

"offenses" traduit du grec "óφειληματα"

offenses = transgressions = fautes = péchés

Cf. Év. Marc 11,25 : "«(...) si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez,

afin que votre Père (...) vous pardonne aussi vos fautes.»"

Cf. prière Ahavah Rabba : "(..) notre Père ! Père de miséricorde, le Miséricordieux ! Aie pitié de nous !

Cf. Tefillah schemoneh-esreh 1,6 : "(..) Dieu très-haut qui fait miséricorde (..) Pardonne-nous, ô notre Père, car nous avons péché ; pardonne-nous, ô notre Roi, nos transgressions, car tu es bon et tu pardonnes".

 

(6*) pesha = ashmaténou

 

(6') = Comme nous remettons aussi

En effet, il convient de faire la distinction entre les fautes (transgressions) commises contre l'Éternel et les fautes (offenses) commises contre son prochain. L'Éternel, le Miséricordieux, Celui qui fait miséricorde, pardonne les péchés.

Quant à la personne lésée, celle-ci accorde formellement son pardon à son débiteur en lui remettant les dettes.

 

(7) = À ceux qui nous ont offensés

 

 

(8) Autrement dit "Ne nous laisse pas entrer dans l'Épreuve"

le mot "épreuve" est traduit de l'araméen "lenisyônâ","lenesyewunnâ" (Cf. Peshitta, Mattai 6,12 ; Luqa 11,4)

Cette demande de Jésus est liée à la précédente.

Le verbe grec "εíσενεγκης" signifie "laisser entrer dans".

 

En effet, "Délivre-nous et pardonne nos péchés, à cause de ton Nom !" (Cf. Psaumes 79,9)

Cf. Épître Jacques 1,13 : "Que personne, lorsqu'il est éprouvé, ne dise : c'est Dieu qui me tente.

Car, Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne"

En conséquence, la traduction ne saurait être "ne nous induis pas en tentation"

ou bien "ne nous soumettez pas à la tentation". Car le Seigneur Dieu n'est pas le Tentateur !

Dans cette dernière demande de Jésus adressée au "Père", ce n'est pas l'Éternel qui éprouve ou qui tente.

En effet, l'initiateur de "l'épreuve" est le Diable !

Cf. Év. Matthieu 26,41 ; Év. Marc 14,38 : "« Veillez et priez pour n'être pas mis à l'épreuve »"

 

 

(9) = "Mauvais" = Malin = Satan = Diable

 traduit de l'araméen  "beiyissâ" (Cf. Peshitta, ibid)

En grec "πουηρóς", le mauvais esprit, le Démon, le Diable et "πουηρóν, le mal

"Délivre" traduit du grec "ρυσαι" et "ρúσιαζω", "arracher"

Cf. Év. Jean 17,15 : "«je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du Mauvais.»"

 

 

(10) Cf. Isaïe 42,12 : "Qu'on rende gloire à l'Éternel (...)"

 

 

(11) Cf. Qaddich 18 : (..) et dites Amen.

 

(12) = Pour les siècles et à jamais

Cf. Qaddich 9 : "à jamais et dans tous les temps des mondes"

 

 

Note sur le renvoi (5) : "le pain supersubstanciel"

"supersubstanciel" vient du latin "supersubstantialem" traduit du grec "επιουσιον"   "épi/oussione" de "εpi-" préfixe augmentatif ou d'intensité, "très"ou "fort" et "οúεωδης" "essentiel", "substantiel" ; ce mot a été utilisé par Jérôme de Stridon, saint catholique et orthodoxe (saint Jérôme), dans sa traduction latine de la Vulgate: Panem nostrum supersubstantialem da nobis hodie"

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

IMGP2627

                                                                                                         

 

 

Extrait du Codex Sinaîticus (manuscrit du IVème siècle écrit en grec)

 

 

 

 

 

 

 

"époussione", ce mot (ci-dessus en première ligne) qui figure uniquement dans les versets du "Notre Père" de Matthieu et de Luc, ne peut être traduit en latin par "quodidianus" !

En effet, "(...) il dit pain, mais il l'appelle époussione, c'est-à-dire supersubtantiel. Ce n'est pas ce pain qui entre dans le corps, mais ce pain de la vie éternelle qui soutient la substance de notre âme. C'est pour cela qu'en grec, il est dit époussione." (Cf. Ambroise de Milan (saint Ambroise), saint catholique et orthodoxe)

 

Et "Demandons-lui que chaque jour il nous fournisse le pain qui doit entretenir la vie de nos âmes, le pain de sa grâce, ce pain supersubstantiel, pour me servir de l'expression même de l'évangile." (Louis Bourdaloue, Sermons du pere Boudaloue, de la compagnie de Jésus, pour les dimanches. Tome second. Sermon sur le cinquième dimanche après pasques (pâques). Sur la prière. p.162. Lyon MDDXVI (1716)

 

Ainsi, "l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de ce qui sort de la bouche de l'Éternel" (Deutéronome 8,3)

 

 

Note sur le renvoi (9)

= "Mais arrache-nous à Satan" = "Mais délivre-nous du Malin" = "Mais préserve-nous du Mauvais"

 

Jésus, dans sa prière adressée à l'Éternel, demande que ses disciples puissent avoir la force de supporter l'épreuve, et qu'ils soient préserver de tout mal !

 

"Heureux l'homme qui supporte l'épreuve ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Que personne lorsqu'il est éprouvé ne dise : «c'est Elohîms qui me tente.» Car Elohîms ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne." (Cf. Épître Jacques 1,12-13)

 

 

                                         

Observations :

 

1° La prière enseignée par Jésus de Nazareth à ses disciples comprend essentiellement des formules juives déjà connues et d'usage en Israël.

Le lecteur pourra utilement s'en assurer  -s'il souhaite avoir des preuves - en lisant dans la "tefillat ha’amida" ("tefillat la‘hach) la prière des dix-huit bénédictions, en particulier les bénédictions une, deux, trois, six et neuf.

 

2° "« N'appelez personne, sur la terre, [votre] "père"  ;

car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.»"  (Év. Matthieu 23,9)

 

 

 

IMGP2335

 

       

 

 

Vitrail représentant l'apôtre Matthieu dans l'église d'Argenton-sur-Creuse (France)

 

 

 

 

 

 

 

"(..) le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. (..) quiconque parlera contre le Saint-Esprit (a), il ne lui sera pardonné (..)" (Év. Matthieu 12,31-32)

 

 

(a)  le souffle sacré.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires sur la prière ;

 

"(..) chercher d'abord le Royaume de Dieu et sa justice, et de nous reposer de tout le reste sur sa providence, qui y pourvoira.

Demandons-lui selon l'ordre que le Fils de Dieu nous a prescrit, que son nom soit sanctifié, et que nous puissions contribuer nous-même à sa gloire par la sainteté de nos œuvres.

Que son règne arrive, et que dès ce monde il établisse son empire dans nos cœurs (..)

Que sa volonté soit faite dans le ciel et sur la terre, mais par-dessus tout qu'elle s'accomplisse en nous, et que nous lui soyons toujours soumis.

(..) Que tout pécheurs que nous sommes, il jette un regard de miséricorde, et qu'il nous pardonne tant d'offenses dont nous devons nous reconnoître coupables, et pour lesquelles nous ne pouvons le satisfaire, s'il ne se relâche en notre faveur de la sévérité de ses jugements.

Demandons lui qu'il nous défende des traits empoisonnés de l'esprit tentateur et des attaques de ce lion rugissant qui tourne sans cesse autour de nous pour nous surprendre ; qu'il nous défende des charmes trompeurs du monde et de ses prestiges, mais qu'il nous défende encore plus de nous-même et de la malheureuse cupidité qui nous domine.

Enfin demandons-lui qu'il nous préserve de tout mal (..)

Car si nous sommes éclairés d'une sagesse solidement et vraiment chrétienne, voilà où doivent tendre nos prieres, et à quoi elles doivent se réduire."

 

(Cf. Louis Bourdaloue, Sermons du pere Bourdaloue, (de la compagnie de Jésus), pour les dimanches. Tome second. Sermon pour le cinquième dimanche après pasques (pâques) — sur la prière — , p.161-163. Lyon, MDCCXVI. avec privilege du Roy (1716).

 

 

L'Évangile réformé :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/08/les-enseignements-et-les-actes-de-jesus-de-nazareth.html

 

 

Article en cours de rédaction par Pascal Bourdaloue

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by la-veritable-lumiere.over-blog.com - dans sur la prière
commenter cet article

commentaires

DECOSTER DAMAS 04/05/2011 15:58


j'ai apprécié le "notre Père" en Araméen, que nous pouvons
chanter en même temps...que la belle voix qui nous fait déguster...la paix !


Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche