Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 22:31

Emmanuel Macron, talentueux banquier d'affaires chez Rothschild & Cie de septembre 2008 à mai 2012, ministre de l'Économie de 2014 à 2016 sous le quinquennat de François Hollande, qualifié au second tour de l'élection présidentielle 2017, favori du système bancaire, du grand patronat (1) et d'une partie du show-business (2), propulsé par les médias (presse et audiovisuel (3) ), chantre de la Communauté Économique Européenne, est le candidat qui suscite l'engouement d'une partie des français qui n'a pas conscience des intérêts privés et particuliers de l'élite qu'il défend en réalité aux dépens de l'intérêt général.

 

(1) Pierre Gattaz et le Medef, Laurence Parisot, présidente du Medef de 2005 à 2013, Antoine Frérot (Veolia), Michel-Edouard Leclerc (Leclerc), Tom Enders (Airbus) soutiennent le candidat "En marche".

http://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-valls-2/ex-banquier-d-affaires-proche-des-patrons-emmanuel-macron-est-il-de-gauche_678679.html

 

(2) Par exemple, Il a reçu le soutien appuyé d'une part de Renaud Séchan, dit Renaud, qui fut un "bouffeur de flics acharné" (a) au début de sa carrière d'auteur-compositeur-interprète, membre du comité de soutien pour la libération d'Yvan Colonna militant indépendantiste corse qui fut condamné à perpétuité en 2009 pour l'assassinat en relation avec une entreprise terroriste du préfet Claude Érignac, et d'autre part, parmi les exilés fiscaux, de l'acteur Daniel Farid Hamidou, dit Dany Boon, et de l'auteur-compositeur-interprète Françoise Hardy,

(a) "(..) Y'a même des flics qui me saluent, qui veulent que j'signe dans leurs calots. Moi, j'crache dedans, et j'crie bien haut qu'le bleu marine me fait gerber, qu'j'aime pas l'travail, la justice et l'armée. C'est pas d'main qu'on m'verra marcher avec les connards qui vont aux urnes (..) J'peux pas encaisser les drapeaux quoiqu'le noir soit le plus beau. La Marseillaise, même en reggae, ça m'a toujours fait dégueuler (..) Et votre République, moi, j'la tringle. Mais bordel ! Où c'est qu'j'ai mis mon flingue ? (..) J'fous plus les pieds dans une manif sans un nunchaku, un cocktail (..) plus de slogans face aux flicards, mais les fusils, des pavés, des grenades! (..) Mais faites gaffe ! J'ai mis la main sur mon flingue ! (Cf. "Où c'est qu'jai mis mon flingue", album "Marche à l'ombre, 1980)

(3) Il est notamment soutenu par Bernard Arnault, l'homme le plus riche de France, et Patrick Drahi, la cinquième fortune de France, chacun propriétaire de plusieurs journaux, ainsi que de BFMTV (la première chaîne d'information de France) et Radio classique, respectivement. Au sein du milieu littéraire, le philosophe préféré des médias, Bernard-Henri Lévy s'est clairement positionné en faveur du candidat "En Marche" en brandissant les caricatures traditionnelles du système coalisé contre l'extrême droite ; il a même été condamné (ainsi que le magazine hebdomadaire Le Point) le 23 avril 2013 pour avoir tenu des propos diffamatoires.

 

Bien qu'il ait reconnu, le 10 octobre 2016, sur RTL, qu'il « y a des comportements aujourd'hui qui posent problèmes chez une partie de nos concitoyens de confession musulmane », il semble ne pas avoir l'intention de lutter efficacement contre l'islamisme, alors qu'une nouvelle victime du devoir, un policier de trente-sept ans, vient d'être tué sur les Champs-Élysées par un fanatique haineux ! En effet, il a déclaré le lendemain, le 21 avril 2017, dans une interview sur RTL quelques heures après l'attentat qui a tué un policier sur les Champs-Élysées : « nous vivons et nous vivrons durablement avec la menace terroriste ». Il ne nous resterait donc désormais que la liberté de nous faire assassiner à tout moment et en tout lieu, et de vivre dans l'angoisse du terrorisme !

Il a même au sein de son mouvement, dans le Val-d'Oise, un référent départemental, Mohamed Saou, grand admirateur de Marwan Muhammad (1) qui est directeur exécutif du collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) et proche des milieux islamistes radicaux. Emmanuel Macron a déclaré sur Beur FM : « (..) il a fait un ou deux trucs un peu plus radicaux, c'est ça qui est compliqué. Mais à côté de ça c'est un type très bien, Mohamed. Et c'est pour ça que je ne l'ai pas viré » ; il l'a seulement mis à l'écart de "En marche" jusqu'à la fin de la campagne présidentielle, pour ses prises de position sur les réseaux sociaux !

N'est-ce pas tenir des propos choquants tout particulièrement dans le contexte d'insécurité actuel dû à l'aggravation de la menace terroriste islamiste ?

Ce n'est pas étonnant lorsqu'on sait que le candidat 'En Marche" est soutenu par l'Union des Organisations Islamistes de France (UOIF), renommée Musulmans de France, structure liée à la Société des Frères Musulmans, organisation transnationale islamiste sunnite ! Par ailleurs, lui qui prétend défendre les droits des femmes, n'a pas réagi au soutien du 22 avril 2017 sur les réseaux sociaux d'Hani Ramadan, membre des Frères Musulmans, directeur du Centre islamiste de Genève, pourtant licencié en 2003 de son emploi d'enseignant par le canton de Genève pour avoir justifié la lapidation des femmes, et expulsé de France le 08 avril 2017 à la suite d'une interdiction administrative du territoire qu'il n'a pas respectée !

 

(1) a déclaré :

- en août 2012, à la mosquée d'Orly : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n'a le droit de nous enlever ça. Personne n'a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d'espérer dans une société globale fidèle à l'islam. Personne n'a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu'est l'identité française ».

- le  5 novembre 2016, à Strasbourg : « (..) nous [les musulmans] sommes nés ici et nous définissons l'identité française comme n'importe qui d'autre. Cette identité n'est ni monolithique ni figée (..) l'islam est une religion française, le foulard fait partie des tenues françaises et Mohammed est un prénom français ».

 

Parmi les hauts dignitaires religieux, Emmanuel Macron a reçu le soutien du cardinal de l'Église catholique Philippe Barbarin qui, au lieu de dénoncer le « discours nationaliste dangereux » du Front national « dont la mise en œuvre serait désastreuse », ferait mieux de prendre la mesure de l'importance de la gravité des ravages psychologiques occasionnés par les actes de pédophilie de certains prêtres ou évêques dans la vie de nombreuses jeunes victimes.

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/07/les-pretres-pedophiles-en-france-et-en-belgique.html

 

Une semaine seulement après l'attentat sur les Champs-Élysées, deux policiers ont été blessés à La Réunion lors d'une tentative d'arrestation d'un terroriste récemment radicalisé pour apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux.

Les policiers sont évidemment les premières cibles, car dans l'esprit des islamistes fondamentalistes, ils protègent et assurent la sécurité des "Kûffar", c'est-à-dire des "mécréants", par des contrôles, des fouilles, des enquêtes, ce qui entrave leurs actes criminels. Les policiers, tout comme les militaires qui les combattent, doivent donc être éliminés (1) !!

Alors que nous assistons à la banalisation de la violence (2), de l'intolérance (3) et de la haine (4), ainsi qu'à l'accélération de le déconstruction du pays, ne conviendrait-il pas de faire preuve de fermeté et de s'attaquer véritablement aux causes du mal afin de lutter efficacement contre la gangrène de l'islamisme (5), pour éviter d'être un jour entièrement soumis à cette idéologie totalitaire dont l'objectif est d'asservir le monde par la terreur ?

Tout comme François Hollande qui a déclaré le 15 janvier 2015 lors de sa venue à l'Institut du monde arabe : « L'islam est compatible avec la démocratie », Emmanuel Macron semble ne pas prendre entièrement la mesure de ce danger, car il a répondu, le 10 octobre 2016, sur RTL, à la question d'une auditrice de confession musulmane : «(..) si, comme pour certains de vos homologues politiques, vous pensez que l'islam n'est pas compatible avec la république ?» : « Non, pas une seconde, pas une seconde !». (6) Pourtant les rares personnalités politiques qui ont lus entièrement le Coran, et plus particulièrement les sourates médinoises, savent que l'islam n'est pas compatible avec la devise de la République française : liberté, égalité, fraternité, et que c'est loin d'être une religion de paix !

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/11/les-contradictions-entre-les-sourates-medinoises.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-verite-sur-le-coran-et-sur-l-alcoran-suite-117813179.html

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2015/08/les-contradictions-du-coran.html

 

(1) (Cf. Coran, sourate 5, verset 33 : "La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager (Muhammad), (..) c'est qu'ils soient tués ou crucifiés (..) Ce sera pour eux ignominie ici-bas, et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment !") Le "Jihad", incitation à lutter contre l'ennemi, est bien une obligation religieuse.

La mise en application de cette sourate est particulièrement meurtrière en France depuis 2012 avec plus de 200 morts et plus de 700 blessés dont cent très graves. Parmi les forces de l'ordre, trois policiers furent blessés au couteau le 20 décembre 2014 à Joué-les-Tours, et deux autres furent tués le 13 juin 2016 à Magnanville. Dans les forces armées, un tué et un blessé le 11 mars 2012 à Montauban, deux tués et un blessé très grave le 13 mars 2012 à Toulouse, 1 blessé au couteau le 23 mai 2013 à Paris, un blessé le 10 avril 2015 à Orly, un blessé le 03 février 2017 à Paris.

http://grincheux.typepad.com/weblog/2017/04/macron-mohamed-saou.html

http://resistancerepublicaine.eu/2017/05/01/en-echange-du-vote-musulman-macron-aurait-promis-des-circonscriptions-aux-barbus/

http://www.gerard-brazon.com/article-qui-a-le-droit-de-dire-que-la-france-dans-trente-ou-quarante-ans-ne-sera-pas-un-pays-musulman-dit-112367723.html

 

(2) Article sur "la barbarie en France" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/04/la-barbarie-en-france.html

 

(3) Nique la France (..) Ton pays est puant, raciste et assassin. Les lumières des droits de l'homme soit-disant universels : un mythe, un mirage, un mensonge officiel. Petits donneurs de leçons, petits gaulois de souche, arrêtes ton arrogance, arrête d'ouvrir la bouche (..) C'que j'en pense de leur identité nationale, de leur Marianne, de leur drapeau et de leur hymne à deux balles, j'vais pas t'faire un dessein ça risque d'être indécent de voir comment j'me torche avec leur symbole écœurant (..) Et y'a nos intellos, nos petits fachos à lunettes, notre tête à claques comme la connasse de Fourest, qui propagent, alimentent la haine du musulman, du banlieusard, avec leurs discours stigmatisants, (..) arrogants, insultants et méprisants (..) Mais on va pas se laisser faire, se laisser bâillonner (..) C'est mon devoir d'insolence (..) d'irrévérence (..) d'impolitesse (..) Nique la France !(..)". (Cf. "Nique la France", Z.E.P (Zone d'Expression Populaire), album "Devoir d'insolence", 2009)

 

(4) Six policiers ont été blessés dont deux grièvement par des jets de cocktail Molotov lors de la manifestation CGT/FO/FSU du 1er mai 2017 à Paris. Plusieurs centaines de casseurs ont pris pour cible les CRS, brisé des vitrines, détruit des véhicules, et endommagé des immeubles !

L'un des CRS, le "poulet grillé" selon les termes odieux de la section CGT de Publicis, a été brûlé au troisième degré ! Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a affirmé : « Tout sera mis en oeuvre pour retrouver ces criminels, les traduire en justice et les faire condamner à des peines exemplaires ». Or, l'un des policiers blessés, Régis Debord, délégué UNSA police, a témoigné sur BFMTV le 02 mai : « Pour moi, c'est pas des manifestants, c'est du tueur de flics ! (..) Il y a une volonté de ne pas les interpeller.(..) Les ordres ne sont pas clairs. Les moyens on en a (..) on (la hiérarchie) nous demande de ne pas les utiliser, c'est là où c'est dramatique ! ». Comment juger ces tueurs si le ministre de l'Intérieur ne donne pas l'ordre à la Direction générale de la Police nationale d'effectuer des arrestations ? Seulement cinq manifestants ont été arrêtés ! Il ne suffit pas, avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve, de mettre en place, en grande pompe des cérémonies de commémoration afin de rendre hommage aux policiers tués dans l'exercice de leurs fonctions, encore faudrait-il donner les moyens aux policiers de se défendre et de procéder aux interpellations indispensables au maintien de l'ordre. Il faut cesser ces attitudes hypocrites et ces discours incohérents !!

Avertissement :  En cliquant sur le lien ci-dessous, la vidéo pourrait choquer les personnes sensibles. Il est vivement recommandé de ne pas la montrer aux enfants.

http://www.europe1.fr/societe/photo-1er-mai-un-crs-en-flammes-apres-un-jet-de-cocktail-molotov-3316970

 

(5) Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France, secrétaire d'État à la Culture de 1986 à 1987, a déclaré, le 12 octobre 2016 sur RTL ; « L'islam n'est pas compatible avec la République, incompatible avec la civilisation française, incompatible avec l'égalité, par exemple, avec l'égalité entre hommes et les femmes, incompatible avec la liberté, par exemple, la liberté de changer de religion, incompatible avec la fraternité puisque dans l'islam la fraternité s'arrête à la communauté des croyants, c'est-à-dire aux musulmans eux-mêmes »", et le 13 octobre 2016 sur BFMTV : « Il ne faut pas croire que le Coran préconise une religion de paix (..) Le Coran préconise une religion de conquête »".

http://www.rtl.fr/actu/politique/il-n-y-a-pas-de-compromis-possible-avec-l-islam-martele-philippe-de-villiers-7785236691

 

(6) Le 26 juillet 2017, Emmanuel Macron a déclaré : « La République n'a pas à combattre une religion » !

 

Membre du Parti socialiste de 2006 à 2009, conseiller du président de la République de 2012 à 2014, il a affirmé le 13 mars 2017 sur TMC : « Je viens de la gauche et je suis aujourd'hui en train de construire une offre politique qui dépasse ce clivage ».

Emmanuel Macron est une personnalité très versatile qui se contredit régulièrement dans ses déclarations.

En effet, parmi de nombreux exemples, la principale contradiction de la nouvelle grande girouette de la politique française, candidat de la Finance, consiste à affirmer le 13 mars 2017 : « Je rassemble des gens de gauche, du centre et de droite qui veulent travailler ensemble. Je suis progressiste et je suis de droite et de gauche », alors qu'il déclarait le 06 avril 2016, lors du lancement de son mouvement En marche : « J'ai décidé qu'on allait créer un mouvement politique nouveau. C'est à dire un mouvement politique ni à droite, ni à gauche (..)"».

Le 04 décembre 2014, il affirma, lors du 1er Sommet de l'Économie organisé par Challenges : « Moi, je suis socialiste, et je l'assume », alors qu'à l'inverse, il déclara, le 19 août 2016, au Puy du Fou :  « L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste ». Comprenne qui pourra !

 

En rassemblant les nombreux soutiens parmi venus de droite et de gauche (1) dont l'incohérence des discours est manifeste et qui ont pour mission essentielle d'endormir les français, il représente clairement la continuité des politiques menées depuis plus de trente ans qui ont amenées la France dans la situation critique dans laquelle elle se retrouve aujourd'hui.

François Bayrou, président du MoDem, après avoir étrillé, le 07 septembre 2016, dans Le Figaro, Emmanuel Macron de candidat « des forces de l'argent » et déclaré le 22 février 2017 sur BFMTV : « Je ne me reconnais pas dans ce qu'Emmanuel Macron incarne (..) Le projet de société qui est celui d'Emmanuel Macron est au fond infiniment proche de celui de Nicolas Sarkozy en 2007 (..) ce n'est pas ce que le peuple français veut », a été le premier a lui faire une offre d'alliance, celle qui unit les girouettes dans le nouveau club des menteurs (2) (3), des hypocrites (4) et des donneurs de leçons ! Il a trahit de ce fait l'union de la Droite et du Centre.

L'un de ses parrains, François de Rugy, président du Parti écologiste, vice-président de l'Assemblée nationale, favorable à la gestation pour autrui et partisan de la légalisation du cannabis qui est, selon lui, « le seul moyen de lutter contre le trafic ». (Cf. déclaration le 15 janvier 2017 sur BFMTV), lui  a apporté son soutien avant le premier tour de l'élection, refusant ainsi de respecter les règles de la primaire citoyenne à laquelle il s'était présenté.

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/les-personnalites-politiques-complices-des-vendeurs-de-mort.html

Manuel Valls, Premier ministre de 2014 à 2016, lui a apporté également son soutien avant le premier tour de l'élection, en ne respectant même pas la charte éthique qu'il avait signée après avoir été battu à la primaire de la gauche par Benoît Hamon, reniant ainsi ses engagements. Il a pourtant critiqué sévèrement Emmanuel Macron à plusieurs reprises après que celui-ci ait démissionné le 30 août 2016 de ses fonctions de ministre de l'Économie !

Bruno Lemaire, député Les républicains de l'Eure, son futur ministre de l'Économie, l'a critiqué vertement le 19 février 2017 sur Europe 1 : « Il a du talent. Est-ce que cela le rend apte à gouverner le pays ? Je ne le pense pas. Ce qui lui fait défaut, c'est un projet clair et cohérent ; il dit tout et son contraire. Emmanuel Macron, c'est l'homme sans projet parce que c'est un homme sans convictions. Il dit tout et son contraire, selon les auditeurs ».

Edouard Philippe, "européiste" libéral, son futur Premier ministre, proche d'Alain Juppé, qui l'a soutenu au second tour de l'élection présidentielle, l'a critiqué le 18 janvier 2017 alors qu'il était chroniqueur à Libération : « Macron, banquier technocrate (..) se présente en tribun adepte d'un populisme désinvolte (..) Macron n'assume rien mais promet tout avec la fougue d'un conquérant juvénile (..)». N'abandonnerait-il pas le projet pour lequel il a été élu député de Seine-Maritime en 2012 pour une participation au pouvoir ?

 

(1) dont François Hollande, président de la République et de nombreux membres du gouvernement dont Bernard Cazeneuve, Premier ministre. Certains d'entre-eux et non des moindres parmi les plus connus ont fait l'objet de condamnations judiciaires : Jean-Marc Ayraud, Michel Sapin, Arnaud Mondebourg, Ségolène Royal, Jean-Michel Baylet, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Paul Huchon, Bernard Tapie, pour les personnalités de gauche, Alain Juppé et Christian Estrosi pour celles de droite.

 

(2) Le candidat "En marche" se permet pourtant régulièrement de proférer des mensonges à l'encontre de son adversaire du second tour de l'élection présidentielle, afin de manipuler les électeurs, alors qu'il a déclaré le 29 avril 2017 au cours des sa visite dans la Vienne : « Il faut dénoncer les mensonges ». Il n'applique pas lui-même les principes qu'il veut faire respecter aux autres. Qui donc est plus injuste que celui qui s'évertue à tromper le peuple en colportant des faussetés !

Déjà, le 04 avril 2017, lors du débat télévisé entre les onze candidats, pendant l'une des prises de parole au cours de laquelle Nicolas Dupont-Aignan affirma : « Ça fait dix ans qu'on nous raconte les mêmes sornettes. Ça fait dix ans que nos entreprises sont concurrencées déloyalement. Ça fait dix ans que vous avez augmenté les impôts : 30 milliards pour Monsieur Fillon, 60 pour Monsieur Macron (..) Vous étiez le ministre de François Hollande (..)», Emmanuel Macron intervint en niant : « Je n'étais pas ministre dans la période que vous indiquez ». Or, le candidat "En Marche" a bien été ministre, en charge de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, pendant deux ans, du 26 août 2014 au 30 août 2016 ! Quel mensonge extravagant !

En outre, alors qu'il est le candidat issu du système politico-financier, soutenu activement au second tour de l'élection par de nombreux membres du système, il a affirmé le 16 novembre 2016, lors de sa déclaration de candidature : «(..) ce système, je le refuse ! ».

https://www.upr.fr/actualite/france/macron-symbole-de-lescroquerie-dun-monde-politique-perdition

 

(3) Benjamin Griveaux, porte-parole du candidat "En Marche" a proféré des mensonges en déclarant que Marine Le Pen avait "vaguement été avocate deux ans", que les principaux responsables du Front national Florian Philippot, Nicolas Bay et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan n'avaient jamais travaillé.

http://lelab.europe1.fr/lattaque-du-porte-parole-demmanuel-macron-contre-les-cadres-du-fn-ils-nont-jamais-travaille-3312077

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Dupont-Aignan

 

(4) La fourberie dont font preuve toutes ces personnalités politiques révèlent qu'elles ne sont pas réellement ce qu'elles veulent paraître. Leur désormais chef est un nouveau Jupiter-Scapin (a)!

(a) Nom attribué à Napoléon Bonaparte par Dominique Dufour de Pradt, ambassadeur de France, dans son livre Histoire de l'ambassade au grand-duché de Varsovie en 1812.

 

Emmanuel Macron est l'incarnation de la reproduction sociale des élites, et les médias l'ont imposé comme une figure de la modernité. Propagandiste de l'ultra-libéralisme et de la mondialisation, il tient même des propos irrespectueux à l'égard de ses adversaires politiques qui n'appellent pas à voter ouvertement et sans délais en sa faveur ; ainsi, concernant Jean-Luc Mélenchon (crédité d'environ 19% des voix), il a déclaré, sur un ton arrogant, au cours du meeting d'Arras, le 26 avril 2017 : « Il a soulevé une adhésion qu'il faut regarder. Mais depuis dimanche soir, il n'est pas à la hauteur de cette adhésion et ses électeurs méritent mieux que lui », puis au cours du meeting de Châtellerault le 28 avril 2017 où il se permet même d'émettre un jugement accusateur : « Il commet deux fautes profondes. Il n'a pas l'esprit de distinction (..) C'est une faute grave, lourde (..) Sa deuxième faute, c'est de trahir les siens ». Jeune loup de la politique française, il a l'audace de donner des leçons (1)  aux anciens !

Il se montre même méprisant à l'égard de Nicolas Dupont-Aignan (crédité d'environ 5% des voix) lors de son meeting du 01 mai 2017: « Ne le sifflez pas le pauvre. Il avait déjà tout perdu et le voilà déshonoré !».

Le masque tombe !

 

(1) Bien que Jean-Luc Mélenchon ne soit pas exempt de tout reproche. Loin s'en faut, puisqu'il s'invite régulièrement à la table des menteurs ! Par exemple, lorsqu'il s'adressa, le 23 septembre 2017, Place de la république à Paris, à Emmanuel Macron, en se permettant de réécrire l'Histoire de France : « Monsieur le Président. il vous reste à consulter l'histoire de France, pour apprendre que c'est la rue qui a abattu les rois (1), c'est la rue qui a abattu les nazis (2), c'est la rue qui a protégé la République contre les généraux félons en 1962 (3).

(1) https://www.valeursactuelles.com/histoire/le-roi-seffondre-sous-la-dette-37672

(2) C'est l'armée russe, les troupes alliées (Royaume-Uni, États-Unis, Canada) et la Résistance qui permirent de libérer la France.

(3) Ce fut le 21 avril 1961.

 

Après le premier tour de l'élection, ses détracteurs lui ont successivement découvert de nombreux mérites ! Ainsi François Baroin, ancien ministre, qui le soutient au second tour, a déclaré solennellement le 18 avril 2017 sur BFMTV : « Emmanuel Macron est le porte-parole du communautarisme, et le communautarisme c'est l'ennemi de la République ».

Aidés par les incessantes manipulations médiatiques qui exercent une pression considérable sur les électeurs, ses ralliements de circonstances suscitent et entretiennent des peurs, des sentiments de violence et de haine, en caricaturant injustement le parti de la candidate "Au nom du peuple" qu'ils qualifient de populiste, de fasciste, de haineux et de xénophobe.

En agissant de la sorte, ils provoquent des réactions extrêmement violentes chez une minorité de jeunes opposants et d'extrémistes de la gauche machiavélique qu'ils endoctrinent et surexcitent, à un point tel que l'un des murs du Lycée Voltaire à Paris a été tagué en ces termes terriblement cruels : "LE PEN AU BÛCHER" lors de la manifestation des lycéens du 27 avril 2017. Ils favorisent ainsi les troubles à l'ordre public. Tout est mis en place pour faire croire aux électeurs qu'ils choisissent en toute liberté de pensée, mais en formatant leur esprit, le pouvoir médiatique oriente insidieusement leur opinion.

Il est à déplorer que la grande majorité des électeurs soit incapable de la moindre réflexion politique et se laissent manipuler par tous ceux qui font naître et nourrissent des sentiments de frayeur en agitant les épouvantails de la peur et de la haine, pour orienter leur pensée dans la direction politique qu'ils souhaitent leur faire prendre.

Sous ses prétendus aspects démocratiques, il s'agit en réalité d'une dictature déguisée ! Le quatrième pouvoir est aujourd'hui entièrement au service du candidat du système oligarchique qui représente avec ses nombreux soutiens venus de la Droite, du Centre et de la Gauche, la continuité des politiques menées depuis plusieurs mandats présidentiels. En invitant sur son plateau diverses personnes pouvant exercer une influence sur le choix des électeurs, dont une juriste spécialiste en droit constitutionnel le jour du scrutin, qui ont tenu des propos clairement orientés politiquement, la première chaîne d'information, BFMTV, n'a même pas respecté la période de réserve d'une durée de quarante-huit heures avant l'annonce des premières estimations du second tour de l'élection présidentielle !

 

Parmi les personnalités du parti Les Républicains qui appellent à voter pour lui, certains tiennent des propos insultants, mesquins et indignes à l'égard de leurs adversaires politiques du second tour. Par exemple, Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, a déclaré le 30 avril sur BFMTV : « Mr Dupont-Aignan dit à Mme Le Pen : Si vous pouvez éponger mes dettes de la présidentielle (..) quand on finit comme Pierre Laval, c'est ça le destin de Mr Dupont-Aignan ?». Ces insinuations sur l'intérêt financier de Nicolas Dupont-Aignan sont infondées puisque le bilan de sa campagne est équilibré ; il s'agit bien d'un accord politique visant à servir seulement l'intérêt général et non pour des considérations purement financières. Il se permet de douter de la sincérité du président de Debout la France, alors que le parti auquel il appartient est critiquable ! En effet, Les Républicains est endetté d'un montant total de 67, 7 millions d'euros au 31 décembre 2015. Par ailleurs, Xavier Bertrand se permet de calomnier Nicolas Dupont-Aignan en comparant son destin à celui de Pierre Laval, chef du gouvernement sous le régime pétainiste de Vichy, condamné à mort le 09 octobre 1945 pour haute trahison et complot contre la sûreté de l'État, convaincu d'indignité nationale ; de tels propos ignominieux et violents sont condamnables !

Par ailleurs, ceux qui traitent Marine Le Pen (et les responsables de son parti) de fasciste, qui l'accusent injustement de faire du Pétain quand elle fait du de Gaulle, ne cherchent visiblement qu'à la dénigrer et à lui nuire. Selon Alain Finkielkraut, fils de déportés, essayiste, membre de l'Académie française, lors de l'émission "L'esprit de l'escalier" du 15 avril 2017 sur RCJ : « Il n'y a pas de pétainisme chez Marine Le Pen ».

http://www.lemondejuif.info/2017/04/alain-finkielkraut-injuste-daller-jusqua-accuser-marine-pen-de-faire-petain-de-gaulle/

 

Emmanuel Macron est soutenu par de nombreux artistes dont certains vont jusqu'à insulter et parfois menacer sur les réseaux sociaux Nicolas Dupont-Aignan, nouvel allié de son adversaire au second tour. Ainsi, les acteurs Gilles Lellouche et Mathieu Kassovith l'ont traité respectivement de « espèce de trou du cul », « grosse merde », tandis que le chanteur Benjamin Biolay a employé des termes tout aussi grossiers en le menaçant: « À tes risques et périls petite tepu. Tu vas le payer cher ». Le candidat de "En Marche" a insulté lui-même Marine Le Pen lors du débat télévisé du 03 mai 2017 : « Vous êtes la production du système que vous dénoncez, parce que vous en vivez, vous êtes un parasite ». Quel manque de courtoisie à l'égard d'une femme ! Le lendemain, lors de son meeting d'Albi, il a nié avoir adressé personnellement cette offense à son adversaire, mais au parti qu'elle représente, auprès d'une journaliste de BFMTV qui lui demandait s'il regrettait ses propos de la veille. S'il est à ce point incapable de reconnaître ses paroles, comment pourra-t-il au lendemain de son élection assumer ses actes dans le cadre d'une fonction présidentielle ?

En jetant l'anathème sur son adversaire du second tour de l'élection présidentielle, il semblerait qu'Emmanuel Macron ait repris l'expression de Christiane Taubira, ministre de la Justice qui, le 04 avril 2015, sur Europe 1, déclarait : « Le Front national (..) est l'ennemi de la République (..) c'est un parti anti-républicain (..) c'est un parti anti-démocratique (..) Il est dans le circuit de la République, il parasite la République, mais il n'est pas républicain ». Malheureusement, les véritables ennemis de la République s'étaient déjà manifestés les 07, 08 et 09 janvier 2015 lors des attentats contre Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l'Hyper Casher, puis le 19 avril à Villejuif quelques mois avant les tragiques attentats du 13 novembre à Paris et le massacre du 14 juillet 2016 à Nice, ce sont les terroristes islamistes. Il est inconcevable que l'on puisse se tromper d'ennemi à ce point !! De tels discours ont pour unique objectif de tromper les français. C'est donc trahir la France !

 

Ces propos injurieux confirment le piètre niveau de la culture française ! Emmanuel Macron a même nié l'existence de la culture française lors de son meeting du 06 février à Lyon : « il n'y a pas de culture française, il y a une culture en France et elle est diverse ».

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/02/06/31001-20170206ARTFIG00209-emmanuel-macron-et-le-reniement-de-la-culture-francaise.php

 

Des avocats et des magistrats lui apporte aussi leur soutien, comme Éric Halphen, ancien juge d'instruction, candidat "En Marche" pour les législatives bien qu'il ne respecte pas le critère de "probité", car il fut condamné le 14 novembre 2002 pour diffamation (1).

https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/DP-Legislatives-VF2.pdf

(1) Tout comme Thierry Robert, député Modem sortant de La Réunion, condamné pour diffamation en 2016.

 

Eux qui prônent la probité, comment Emmanuel Macron et son allié du MoDem François Bayrou  (1) vont-ils s'y prendre pour moraliser la vie politique (2) alors que parmi les soutiens et les membres de leurs partis figurent des personnalités qui ont été condamnées pénalement pour avoir manquer d'intégrité ?

(1) Le maire de Pau été mis en examen en novembre 2016 suite à une plainte pour diffamation déposée par l'association El Sistema France pour des propos tenus le 28 septembre 2015. Il comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris en janvier 2019.

(2) La promesse électorale du candidat Macron d'exiger un casier judiciaire vierge pour les élus ne sera pas tenue, le gouvernement d'Edouard Philippe n'ayant pas souhaité retenir ce projet, trahissant ainsi les électeurs !

 

Le candidat "En Marche" a déclaré le 28 mars 2017 : « Le Premier ministre sera choisi sur des critères d'expérience et de compétences. J'aimerais que ce soit une femme »Devenu président de la République, il a nommé Edouard Philippe (1), député Les Républicains de Seine-Maritime depuis 2012, porte-parole d'Alain Juppé à la primaire de le Droite et du Centre. Il semblerait donc qu'il n'existe pas, dans le milieu politique français, de femmes suffisamment compétentes pour diriger un gouvernement ! Ne serait-ce pas un choix machiste, quand on se prétend attaché à l'égalité entre les hommes et les femmes, comme il l'a souvent déclaré pendant la campagne électorale ?

 

Emmanuel Macron a respecté ses engagements en matière de parité en nommant au gouvernement onze hommes et onze femmes. Mais ne s'agirait-il pas plutôt d'un machisme déguisé, d'une parité de circonstances ?

En effet, les postes ministériels les plus importants dont les ministères d'État ont tous été attribués à des hommes, à l'exception du portefeuille des Armées. Les femmes manqueraient-elles de compétences à ce point ? Par exemple, parmi les femmes ayant exercé des responsabilités dans le milieu judiciaire, l'une d'elle ne serait-elle pas en capacité de diriger le ministère de la Justice ? D'autre part, le candidat "En Marche avait déclaré le 28 avril 2017 sur Twitter : « Il y aura un ministère plein et entier des Droits des Femmes ». En fait, il n'y aura pas de ministère, puisque une secrétaire d'État est chargée de l'Égalité des femmes et des hommes !

 

(1) Edouard Philippe a fait partie des députés les moins actifs à l'Assemblée nationale ; il a effectué seulement dix interventions en cinq ans (cinq en 2012, quatre en 2013, aucune en 2014 et 2015, une en 2016, aucune en 2017). Il n'a probablement pas été choisi pour son assiduité parlementaire ! Alors qu'Emmanuel Macron veut moraliser la vie politique, qu'il exige la plus grande probité des candidats de son mouvement à la législature, il a nommé un Premier ministre qui n'a pas respecté la loi de transparence, en refusant de fournir une déclaration complète de son patrimoine en 2014, ce qui lui a valu un blâme de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) qui a constaté des « manquements d'une certaine gravité ». Il n'a probablement pas été choisi pour son respect des lois ! D'autre part, le 02 octobre 2015, sur l'autoroute, Edouard Philippe a été arrêté et sanctionné par les gendarmespour avoir dépasser de quarante-cinq kilomètres à l'heure la vitesse autorisée. Il n'a probablement pas été choisi non plus pour son respect des règles de la sécurité routière !

 

Il est à craindre que son manque de maturité (1) pour exercer la fonction présidentielle le transforme en simple pion (2) utilisé par les hautes sphères de la finance au service de ses propres intérêts.

Nul ne peut prétendre être un grand serviteur de l'État, s''il ne cherche pas la justice, le désintéressement et l'impartialité !

S'il était élu à la fonction suprême, le réveil risque d'être bien difficile pour ceux qui ont cru en lui !!

 

(1) Alors qu'il n'a même pas effectué de service militaire, ce Chef des armées arrogant s'est permis d'humilier publiquement, le 13 juillet 2017, sur un ton péremptoire, le général Pierre de Villiers, chef d'État-Major des armées, grand officier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du mérite, croix de la Valeur militaire. Pour faire preuve d'autant d'autoritarisme envers un gradé de ce niveau, faudrait-il au moins déjà avoir servi !

https://www.youtube.com/watch?v=dKfkaO12JHE

 

(2) Même s'il a été habile à tromper ses électeurs, il se pourrait qu'il fût plus souvent trompé que trompeur.

 

Commentaires :

 

Jean Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, député des Yvelines, candidat de la primaire de la Droite et du Centre à l'élection présidentielle 2017, a déclaré le 24 avril 2017 à 20 Minutes :

«(..) Emmanuel Macron est l’héritier, en ligne directe, de François Hollande. Il est coresponsable de la faillite totale que connaît la France dans ce quinquennat. Il a engagé un certain nombre de réformes qui ont aggravé les difficultés dans notre société. Son projet donne une place prédominante à la logique financière et à l’Europe comme espace commercial ouvert à tous les vents. Comme chef du Parti chrétien-démocrate, attaché à la famille et au respect de la dignité humaine, au dialogue social et au partage des richesses, je ne vois rien dans le projet d’Emmanuel Macron qui me permette de souhaiter qu’il devienne chef de l’Etat. Je ne veux pas appeler à voter pour lui parce que je pense qu’il aggravera les difficultés de la France. Par souci de cohérence avec ce que nous défendons, avec la position qui a été la mienne dans l’opposition pendant tout ce quinquennat, je ne vois pas ce qui me mènerait à voter pour lui. C’est une histoire de liberté et de cohérence ».

 

Laurent Wauquiez, premier vice-président des Républicains, a déclaré le 11 mai dans le Progrès : « Le nouveau président a fait une profonde erreur en commençant son quinquennat en achetant les trahisons. (..) Le renouveau, ce n'est pas tronquer ses convictions contre un maroquin ministériel ».

 

"Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre." (Albert Einstein)

 

"Les menteurs les plus grands disent vrai quelquefois" (Cf. Le menteur, Corneille, acte I, scène VII)

 

"Socrate appelait insigne imposteur le fripon qui fait des dupes, qui en tire de l'argent ou quelque effet ; mais [celui qui fait] l'important sans mérite, qui trompe ses concitoyens en se donnant pour un habile politique, était encore plus fourbe à ses yeux" .

(Cf. Entretiens mémorables de Socrate, Xénophon, livre I, ch.VII, p.47, Ch. Delagrave et Cie, Paris, 1872)

 

"À quelques-uns l'arrogance tient lieu de grandeur, l'inhumanité de de fermeté, et la fourberie d'esprit. Les fourbes croient aisément que les autres le sont (..) la fourberie ajoute la malice au mensonge" (Cf. Les caractères, De l'homme, Jean de La Bruyère, 25, page 285, publié par Michallet, Paris, 1896)

https://www.ebooksgratuits.com/pdf/la_bruyere_caracteres.pdf

 

"L'hypocrisie est une huile sociale, la fourberie un miel d'arriviste" (Cf. Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, Éd. Grasset, Paris, 2005)

 

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques" (Cf. Discours à la jeunesse, Jean Jaurès, 30/07/1903)

 

"Un nombre infini d'êtres civilisés qui reculeraient d'effroi devant le meurtre ou l'inceste ne se refusent pas la satisfaction de leur cupidité (..) ne se privent pas de nuire à autrui par le mensonge, la tromperie, la calomnie, si ce faisant ils peuvent rester impunis (..)" (Cf. L'avenir d'une illusion, Sigmund Freud, p. 48-49, Éditions Points, Paris, 2011)

 

 

Article rédigé le 25 avril 2017, mis à jour le 01 octobre

 2017, par Pascal Bourdaloue

 

Projets de légalisation du cannabis. Les personnalités politiques complices des vendeurs de mort :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2017/03/les-personnalites-politiques-complices-des-vendeurs-de-mort.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article

commentaires

Tietie007 03/10/2017 10:52

La politique, libérale, de Macron, n'est pas vraiment de gauche.

Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche