Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 18:07

Madame S. est devenue le symbole des victimes de l'enfer conjugal !

 

Rouée de coups, humiliée, abusée sexuellement ainsi que ses trois filles, elle a vécu le martyre, sous l'emprise totale de son mari violent, pendant quarante-sept années !

Pour mettre un terme à son calvaire, dans un dernier geste de survie, elle n'a pas trouvé d'autre issue que d'éliminer son bourreau, après avoir encore reçu des menaces et des coups.

En effet, elle ne parvenait plus à s'interdire de vivre, elle qui s'autorisait seulement à survivre ! Ce fut donc le seul moyen qu'elle trouva pour se libérer des chaînes conjugales qui l'entravèrent, tant elle fut opprimée par un mari alcoolique et tyrannique. 

Jugée coupable de crime de par l'incompétence de l'Avocate générale et d'une partie des jurés qui suivirent les réquisitions sans en mesurer les conséquences tragiques, Mme S. s'est retrouvée emprisonnée, condamnée à dix ans de réclusion. Cette peine fut confirmée lors du procès en appel où siégea un Avocat général, drapé dans ses principes du droit pénal, mais n'ayant aucune connaissance de ce qu'endure une femme maltraitée dans son enfer conjugal. Quelle injustice !

 

Grâce au soutien de plusieurs associations de défense des victimes de violences conjugales, le Chef de l'État a daigné lui accorder seulement une grâce partielle. Mais, par la toute-puissance des magistrats ayant rejeté sa demande de libération conditionnelle, elle reste enfermée !

Déjà condamnée injustement au regard de toutes les grandes souffrances qui ont brisé son existence, elle est maintenant accablée par de hauts représentants de la Justice !!

Quelle honte !

Pourtant, des experts en psychiatrie et en psychologie ont reconnu la non dangerosité de Madame S.

 

Alors que de potentiels terroristes "fichés S", supposés être particulièrement dangereux car radicalisés, sont laissés en liberté, Madame S. continue, elle, à croupir en prison. C'est ainsi que tout récemment, le porteur d'un bracelet électronique "fiché S", bien que le Parquet ait demandé son incarcération, a égorgé un prêtre dans son église.

Le comble de l'injustice est de laisser en liberté des personnes qui peuvent commettre des actes atroces, alors que certaines qui ne présentent aucun danger pour autrui, comme Madame S. qui n'est pas "fichée S", peuvent être emprisonnées pendant plusieurs années. En effet, dans certains cas, des magistrats font preuve d'un grand laxisme en accordant des remises de peine à de dangereux malfaiteurs multirécidivistes (ou en laissant en liberté des violeurs (1)), comme ce fus le cas pour un condamné à une peine de vingt ans de prison pour trois tentatives d'homicide volontaire dont deux tentatives de meurtre sur policiers, ramenée en  Appel à quinze, libéré par le juge de l'application des peines après avoir purgé seulement une peine de dix ans d'emprisonnement (2).

Tel est le grand paradoxe de la Justice !

 

En rejetant ses demandes de libération conditionnelle, les juges ont ignoré les conséquences psychologiques qu'entraîne une aussi longue période de maltraitance, ainsi que le processus d'emprise psychique subit par Mme S. Pourtant, personne ne ressort indemne d'un tel enfer conjugal, loin s'en faut ! De plus, les juges lui reprochent d'user de son droit de remise en liberté conditionnelle, et de continuer à se positionner en victime. Que de griefs injustifiés ! C'est véritablement scandaleux ! Comment parvenir à se sentir coupable d'avoir mis un terme aux agissements violents et destructeurs de son bourreau qui ont même poussé son propre fils au suicide ?

Après avoir été frappée par son défunt mari pendant près d'un demi siècle, c'est maintenant la Justice qui, à son tour, avec ses sentences injustes et cruelles, lui assène des coups !

En agissant ainsi, ces magistrats qui n'ont pas compétence pour apprécier tous les aspects de telles situations dramatiques (impact psychologique des violences subies, effets d'une emprise...), apportent un soutien aux hommes qui maltraitent leurs femmes (il existe aussi des hommes qui sont victimes au sein de leur couple), les encourageant à poursuivre leurs actes violents et destructeurs. Certains juges devraient plutôt user de leur zèle pour condamner sévèrement les auteur(e)s de maltraitance conjugale, afin de dissuader les conjoints qui pourraient envisager de commettre des actes aussi répréhensibles !

 

Des faits presque invraisemblables, mais qui s'avèrent être, pour Mme S. mais aussi pour ses filles violées, une bien amère réalité !! 

 

 

Après une nouvelle demande de grâce émise par ses trois filles, Madame Sauvage est enfin graciée totalement par le Président de la République française, après quatre ans d'emprisonnement.

 

 

(1) Comme ce fut le cas en novembre 2010 par le juge d'instruction de Nîmes qui a libéré le futur violeur et tueur d'Agnès Marin. Elle fut violée par Matthieu Moulinas sous la menace d'un couteau puis brûlée le 16 novembre 2011. Le Conseil supérieur de la magistrature a même rejeté en juillet 2015 la plainte intentée par la famille contre l'État et blanchit le juge d'instruction ! La famille a cependant continué ses poursuites, ce qui a permit, le 24 avril 2017, au Tribunal de grande instance de Paris de condamner l'État à une indemnisation financière à hauteur de 185 000 euros pour « négligences fautives assimilables à une faute lourde » dans la mesure où la remise en liberté du meurtrier a été trop rapide, sans attendre l'avis de l'expert, et sans prendre l'avis de la protection judiciaire de la jeunesse.

Qui donc est plus injuste qu'un juge qui n'applique pas la loi !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Agn%C3%A8s_Marin

 

Ce fut aussi le cas de Tony Meilhon, plusieurs fois condamné pour viols et violences, qui sortit de prison, sans qu'aucun suivi judiciaire ne soit effectué de la part des magistrats, environ un an avant de commettre le crime monstrueux de Læticia Perrais, le 18 janvier 2011

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Meilhon

 

Un autre meutrier, Zbigniew Huminski, d'origine polonaise, plusieurs fois condamné pour des faits de violence en France et en Pologne, faisait l'objet d'une interdiction de territoire définitive à la suite d'une condamnation à six ans de prison ferme, en mars 2010, pour «extorsions avec violence, vols aggravés et séquestration ou tentative de séquestration». Il sortit de prison le 21 mars 2014 après avoir bénéficier d'une remise de peine et fut remis le 27 mars 2014 aux autorités polonaises dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen. Le 15 avril 2015, il réussit à revenir en France sans être inquiété en l'absence de contrôle à la frontière (Bernard Cazeneuve était alors ministre de l'Intérieur, et Christiane Taubira ministre de la Justice), puis enleva, viola et tua Chloé Ansel, âgée de neuf ans. David Selingue, le père d'une autre petite fille de Calais qui avait été menacée en juin 2009 par Zbignieuw Huminsky, le décrivait comme « quelqu'un de méchant, un prédateur ». « On se sent bafoué parce que le jugement n'a pas été respecté », avait-t-il ajouté, « il a écopé de six ans de prison ferme et il n'en a effectué que quatre. Il va falloir expliquer à la famille (de Chloé) que cette personne devrait encore être en prison ». Deux ans après ces faits tragiques, Zbigniew Huminski n'était toujours pas jugé !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Chlo%C3%A9_Ansel

 

(2) ce qui lui a permis de tuer un policier, sur les champs-Élysées,à Paris, le 20 avril 2017. Un massacre a pu être évité grâce à l'intervention d'un autre policier qui l'a abattu rapidement alors qu'il prenait la fuite tout en continuant à se servir de son arme de guerre !

 

 

Commentaires :

 

"Le soin de me soustraire à l'injustice me coûte plus que de la subir" (Cf. Mémoires de Mme Roland, Tome second, Notices historiques sur la Révolution, p. 69, Baudoin frères Éditeurs, Paris, 1821

 

"Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois, et avec les couleurs de la justice, lorsqu'on va pour ainsi dire noyer des malheureux sur la planche même sur laquelle ils s'étaient sauvés." (Cf.Œuvres complètes de Montesqieu, ch. XIV, p. 159, Chez Firmin Didot Frères Imprimeurs, Paris, 1838) 

 

"Voilà où j'en suis : je fantasme une mort qui me délivrerait. Je suis tellement seule, tellement déboussolée, tellement effrayée." (Cf. Morgane Seliman, Il m'a volé ma vie, p. 120, Éditions XO, Paris, 2015)

 

"Si, comme avec bon droit on perd bien un procès, souvent un bon ouvrage a de faibles succès. Le jugement de l'homme ou plutôt son caprice pour quantité d'esprits n'a que de l'injustice." (Cf. Corneille, La galerie du palais, acte I, scène VII)

 

 

Article "Survivre à l'enfer familial" :

http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/2016/09/survivre-a-l-enfer-familial.html

 

 

Article rédigé par Pascal Bourdaloue en collaboration avec Cristina Casado.

Ce fut un honneur pour nous d'avoir œuvrer à la dénonciation d'une si grande injustice, d'autant plus que certains magistrats.sont loin d'avoir une conduite irréprochable.

Article mis à jour le 29/12/2016 à la suite de la libération de Mme Sauvage, puis le 21 avril 2017 à la suite de l'attentat sur les Champs-ÉLysées. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal Bourdaloue - dans Faits de société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • Le blog de la-veritable-lumiere.over-blog.com
  • : La véritable Parole de l'Éternel, le Très-Haut, le Miséricordieux. La vérité sur la Torah, sur les Évangiles et le Coran. Les contradictions dans les Écritures. La vérité sur les stigmatisés. Fausses révélations et paroles mensongères. Le Coran réformé : les versets authentiques. Le véritable nom de Jésus de Nazareth. Le véritable "Notre Père" enseigné par Jésus à ses disciples. Voies jacquaires (albums). Poèmes. Faits de société.
  • Contact

Recherche